Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

INFRASTRUCTURES TP
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Un « tracto » JCB pour l'entretien des routes

Partager :
Un « tracto » JCB pour l'entretien des routes
Par la rédaction, le 11 juin 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Infrastructures TP
JCB a dévoilé il y a quelques jours un tractopelle facile à manier, spécialement destiné à l’entretien routier, et baptisé 3CX Compact Highways Master.

Ce modèle inédit s’adresse aux entreprises de travaux routiers, aux collectivités et aux loueurs. "Basé sur la conception du 3CX Compact, il a été développé sur le terrain en collaboration avec des clients du secteur de l’entretien routier", précise Mick Mohan, directeur de l’ingénierie chez JCB.

Mis à part un design différant de ses homologues jaunes par sa peinture blanche et ses autocollants de sécurité rouges, il est également équipé d’une attache rapide de chargeuse à l’avant et d’un système d’intégration d’équipement intelligent pour faciliter l’exécution de tâches nécessitant un godet, ou plusieurs équipements spécifiques. Le dispositif permet une commutation automatique de l’électronique de la machine.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette adaptabilité se double d’une puissance accrue. Les conduites auxiliaires de la chargeuse frontale délivrent désormais 120 litres/min de débit hydraulique (contre 70 litres/min sur le modèle JCB 3CX Compact standard) afin de mettre en oeuvre des équipements de rabotage routiers de 600 mm  de large. La machine peut ainsi être mobilisée pour des travaux de resurfaçage de plus grande envergure.

Une attache rapide hydraulique en option sur la flèche arrière assure un changement rapide d’équipement. La fonction standard de déplacement latéral hydraulique DLH de la pelle arrière permet par ailleurs de travailler sans avoir à repositionner la machine.

Le Highways Master est livré avec des réservoirs d’eau intégrés, aussi bien sur la chargeuse frontale que sur la pelle. Ces derniers se déclenchent automatiquement pour éliminer les poussières pendant le balayage ou le rabotage. Un simple joystick multifonctions contrôle facilement le fonctionnement des équipements sur les bras frontaux.

D’autres spécificités comprennent une direction automatique à 2 ou 4 roues commandée par simple pression d’un bouton, la fonction Vari Speed PRO (très utile pour le rabotage), un bouton d’arrêt d’urgence en option monté sur l’aile arrière, des rétroviseurs panoramiques...

 

Crédit photo : BTP Magazine
Retrouvez toute l'information "infrastructures TP" dans BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Sébastien teste les lunettes connectées d'Expert Téléportation

Dans ce nouveau numéro de BTP ça tourne, Sébastien teste des lunettes uniques en France.
+ de vidéos BTP ça tourne
Vidéo
Rencontre avec le président de Hiab
Grue hybride, chariot Moffet électrique, Stage V, connectivité... l’édition 2019 du salon Solutrans a été l’occasion pour Hiab France, de faire étalage de plusieurs nouveautés, mais aussi, de faire connaissance avec son nouveau président, Vincent Duteriez.
À lire également
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Le réchauffement climatique, les politiques antipollution, l’urbanisation croissante des chantiers… Tous ces facteurs influent sur l’évolution fulgurante des machines de construction. À commencer par les moteurs que les fabricants sont pressés de faire évoluer sur le même rythme effréné. Quelles sont leurs priorités ? Quelles sont leurs motivations ? Éléments de réponse avec les acteurs phares du marché. « Une toute nouvelle technologie a fait son apparition depuis 2014 avec la gamme moteur H50, note Dominique Devarenne, directeur de Hatz France. Aujourd’hui, les systèmes électroniques remplacent les systèmes mécaniques sur la régulation du moteur. Ce qui a pour objectif d’améliorer les performances et les consommations en carburant, tout en bénéficiant désormais du refroidissement liquide, qui a pour effet de réduire le poids et le bruit de nos moteurs ». Pour le dirigeant, les moteurs ont évolué, en termes de poids et d’encombrement, avec la même puissance, voire légèrement supérieure. « Les nouvelles règlementations, à compter du Stage IIIB, ont clairement dopé ce changement. L’EGR et les catalyseurs ont d’abord surgi, puis les filtres à particules à partir de 19 kW sont désormais conformes à la norme avec le Stage V en vigueur depuis le 1er janvier 2019 », indique-t-il. Pour preuve, en 2014, un moteur Hatz sur base H50 en 4 cylindres affichant une puissance de 55 kW a été calqué sur 3 cylindres avec filtre à particules et EGR en 2019. Le motoriste a en fait agi sur trois niveaux : ses moteurs 3 cylindres en 19 kW sont sans DPF, ses moteurs de 42 kW sont passés en 3 cylindres, mais avec DPF et EGR, et ses moteurs 4 cylindres TICD ont été conservés avec l’ajout d’un DPF. « Il s’agit de la même technologie, complétée d’un calculateur électronique pour la gestion du moteur, d’une rampe commune et de la partie injection », résume le responsable. « L’objectif de la réglementation 16/28 définissant les normes d’émissions reste la protection de notre environnement, rappelle Benjamin Deysieux, ingénieur commercial Industrie chez Volvo Penta. Aussi, au sein du groupe AB Volvo, nous souhaitons être précurseur voire, anticiper les futures réglementations en la matière. » Le groupe joint le geste à la parole : d’importantes ressources sont allouées pour optimiser les systèmes diesel actuels et développer de nouvelles chaines de traction 100 % électrique ou au GNL. « À chaque nouvelle norme d’émissions, John Deere a fourni des solutions répondant aux besoins clés de ses clients, notamment en terme de disponibilité optimale, de faibles coûts d’utilisation et de la souplesse d’intégration. C’est de nouveau le cas avec la norme Stage V », tient à rappeler Sandrine Couasnon, responsable du marketing pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient chez JDPS. « Respecter la législation en matière d'émissions d'une manière qui offre une valeur ajoutée à nos clients nécessite le déploiement de nouvelles technologies, comme des commandes, une transmission et des systèmes hydrauliques intégrés au moteur, affirme Allan Tolley, directeur Moteurs Groupe JCB. Celles-ci permettent souvent d’améliorer les fonctionnalités de la machine. Le diagnostic a également toute son importance ».
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
En l’espace de 20 ans, le marché français du tractopelle a fondu comme neige au soleil, passant de plus de 3 000 unités à la fin du siècle dernier, à 440 ventes fin 2018. Si pour beaucoup de professionnels la chargeuse-pelleteuse n’a plus lieu d’être, pour d’autres elle demeure une spécificité française, voire régionale. Comme une exception culturelle… -10 %, c’est le recul des ventes de chargeuses-pelleteuses en France entre l'exercice 2017 et 2018, passant ainsi de moins de 500 unités à 440 en fin d’année dernière. Depuis 2014, le marché français commercialise 200 unités de moins. Nous sommes bien loin des plus de 3 500 ventes enregistrées sur l’Hexagone au début des années 2000, et bon nombre de professionnels parient sur une nouvelle baisse en 2019. Cette fin de décennie sonne-t-elle le glas du bon vieux tractopelle ? « Plusieurs phénomènes peuvent expliquer cette érosion des ventes de la chargeuse-pelleteuse. Il semblerait bien que le phénomène s’accentue », avance Rudolf Ganzel, responsable des prévisions sectorielles au sein du Cisma. Elle subirait ainsi de plein fouet la mutation du marché, qui lui préfère la midi-pelle ou la chargeuse compacte, plus adaptée à l’urbanisation croissante et aux contraintes d’exploitation sur les chantiers plus enclins à déployer des matériels de faible encombrement. Sans oublier non plus, la difficulté de son utilisation. « En termes d’image, utiliser une chargeuse-pelleteuse n’est pas forcément valorisant pour le chauffeur. En outre, pour utiliser convenablement un « tracto », il faut un chauffeur spécialisé dans les travaux de terrassement », explique Mickael Gasson, responsable marketing chez Case CE. « Nous partons du principe qu’il est difficile de faire bien deux choses à la fois, et que la polyvalence peut aussi être destructrice de spécialisation. Dans notre cas, nous n’avons pas besoin de ce type d’engins, contrairement à certaines régions », explique le concessionnaire Teramat qui entend aussi qu’il existe « des inconditionnels ». Et ces derniers sont quelques-uns à vouer au tracto une certaine « passion ».
Une chargeuse JCB 457 plus économique
Une chargeuse JCB 457 plus économique
JCB fait évoluer sa chargeuse sur pneus 457 avec un nouveau moteur Cummins, qui équipe également les modèles 427 et 437. Elle sera désormais alimentée par le modèle diesel QSB6.7 équipé d’un seul système de post-traitement contenant un catalyseur à oxydation diesel, une réduction catalytique sélective SCR, un filtre à particules et un catalyseur d'oxydation de l'ammoniac.
Mini-pelles : consolider les acquis
Mini-pelles : consolider les acquis
Évidemment, le marché des mini-pelles, matériel de prédilection en milieu urbain et qui plus est, le plus important dans l’Hexagone, n’échappera pas à la règle de l’électrification. Mais, en attendant la véritable révolution verte, les constructeurs se refusent à renier les acquis et bichonnent, encore, le bon vieux moteur thermique. Nombreux étaient ceux qui craignaient un ralentissement de l’activité et notamment un recul du marché des mini-pelles, lequel se chiffrait à 11 387 unités en 2018. Après six mois d’activité en 2019, il n’en est rien. Le marché semble avoir conservé cette même vitalité et serait même en avance sur les temps de passage : 7 001 unités écoulées à l’issue du premier semestre et un mois de juillet tout aussi fringant (7 953 unités). « Soit une progression de 2 % par rapport à la même période de l’an passé sachant que le marché 2018 était déjà à 1,5 %. Globalement, je pense que le marché sur l’ensemble de l’exercice sera étale par rapport à l’an dernier, mais toujours à un haut niveau. Nous restons sur trois belles années avec une conjoncture porteuse quand les clients de leurs côtés voient l’activité se poursuivre et les carnets de commandes se remplir. Je pense même que début 2020 sera du même tonneau jusqu’aux élections municipales qui pourraient venir freiner le marché et l’activité », analyse Olivier Boussion, directeur de Kubota France. « Le marché de la mini-pelle reste porteur, je l’estime entre 11 000 et 11 500 unités cette année encore, mais attention à ne pas se laisser bercer. D’où la nécessité d’assurer les partenariats solides sur le long terme avec ses clients et ne pas privilégier le « one-shot ». Je pense aussi que l’image de marque fera la différence, quelle que soit la tendance du marché », avance de son côté Morgan Pisanu, directeur commercial de Takeuchi France. Quant à Peter Sebold, spécialiste produit chez Hyundai CE, il s’enthousiasme devant le marché national : « On parle d’un volume de 70 000 unités en Europe quand le marché français est proche des 12 000 unités, soit 18 % de pénétration ! C’est dire l’importance de ce marché et cela explique aussi le développement d’une concurrence très dense ». Seul Julien Provensal, responsable produits mini-pelles chez Volvo CE se veut prudent : « Un marché porteur jusqu’ici même si d’après les prévisions et les observateurs, celui-ci devrait se stabiliser ». Néanmoins, les professionnels s’accordent à dire que le segment traverse une période faste. De quoi mieux préparer l’avenir et affûter les stratégies.
JCB : « Avec le chariot télescopique, le marché des loueurs est primordial »
JCB : « Avec le chariot télescopique, le marché des loueurs est primordial »
Face à un marché de la location extrêmement dynamique, tiré par des investissements nécessaires à l’étoffement de parcs en déficit, JCB se positionne avec des machines à la conception basse, mesurant moins de 2 m de haut, faciles d’utilisation, peu contraignantes et consommant peu de carburant grâce à des moteurs simplifiés, nécessitant moins de puissance.
Électromobilité : la mini-pelle, candidate parfaite
Électromobilité : la mini-pelle, candidate parfaite
Sur le dernier salon Bauma, vitrine de l’innovation pour les machines de construction, il était beaucoup question d’innovation en matière d'électromobilité. Nouvelle alternative durable, même si la combustion du diesel reste actuellement la source d’énergie la plus appropriée pour les grosses machines, la technologie de propulsion électrique et de batteries s’avère particulièrement adaptée aux petites machines, compactes et urbaines. La plupart des constructeurs ont aujourd’hui développé leur mini-pelle électrique.
Le Stage V inspire JCB
Le Stage V inspire JCB
JCB Power Systems s'appuie sur un ensemble de technologies - allant du catalyseur d'oxydation diesel, au filtre à particules intégré en passant par le système de réduction catalytique sélective - pour proposer une gamme de moteurs en phase avec la norme Stage V.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau
29 Janvier 2020
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau
Biogaz Europe
29 Janvier 2020
Biogaz Europe
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.