Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Chers abonnés, Chers lecteurs,
Dans cette période difficile, nous tenons à vous assurer de l'engagement de nos équipes de rédaction et de tout notre personnel pour continuer à vous informer sur l'activité de votre secteur. Il s'agit d'une période où la communication est plus que jamais primordiale.
Ensemble, nous continuerons à connecter le monde de la construction.
Menu

TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Jean-Marie Basset, DG de Bergerat Monnoyeur : « augmenter de 25 % la taille de notre flotte de location »

Partager :
Jean-Marie Basset, DG de Bergerat Monnoyeur : « augmenter de 25 % la taille de notre flotte  de location »
Par Tanguy Merrien, le 27 janvier 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Terrassements
Location longue et courte durée, développement de l’activité après-vente, recrutement de techniciens, déploiement d’un outil CRM… les axes de travail n’ont pas manqué pour Bergerat Monnoyeur l’an passé.  Il s’agit désormais de les faire fructifier dès 2020.

BTP M : Quel bilan faites-vous de l’exercice 2019 qui vient de se conclure ?

J-M. Basset : Ce fut une bonne année pour le marché et même meilleur que ce nous avions anticipé puisqu’il y a un an nous avions tablé sur une stagnation voire une régression pour finalement constater que le marché a progressé d’environ +10 %. Dans ce contexte, Bergerat Monnoyeur a réussi à consolider ses parts de marché sur la gamme lourde et en particulier sur les pelles sur chaînes grâce aux  produits NextGen qui contribuent grandement à notre succès. Par ailleurs, les chargeuses sur pneus ont été écoulées à hauteur de 300 unités au sein de laquelle la nouvelle gamme MXE a hautement contribué.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
BTP M : Vous avez notamment axé vos efforts sur votre offre locative…

J-M. B : Effectivement, je tiens à souligner nos progrès sur notre offre de location aussi bien en courte qu’en longue durée. Cette dernière, BM Rent, revêt une grande importance dans notre offre globale car c’est un axe fondamental de croissance : entre 15 et 20 % de nos machines sont mises aujourd’hui en location longue durée. On sent une véritable  évolution du marché de la part des clients qui souhaitent nous transmettre la responsabilité de la gestion de sa flotte et privilégient l’économie d’usage. Nous avons aussi la chance de disposer d’un réseau national solide qui nous permet de porter ce développement.  Nous avons notamment constaté que beaucoup de clients régionaux ont opté pour notre offre ce qui a contribué à l’accélération en 2019 de notre stratégie.
Par ailleurs,  nous disposons d’une offre de location courte durée pour les grosses machines pour laquelle nous multiplions les ouvertures d’agence. Aujourd’hui, nous en comptons trois mais nous espérons accélérer courant 2020 avec plusieurs ouvertures, dont la prochaine à Nancy très bientôt, puis Toulouse et avant Nantes en fin d’année. Je n’oublie pas non plus BM Rent Partners, qui est une offre pour la location de petites machines via la constitution de partenariats avec des loueurs locaux avec lesquels nous sommes endossés. L’objectif à terme est de pouvoir compter sur une trentaine de partenaires très rapidement avec l’ambition de les aider à développer leur business.

BTP M : En dehors de la location, quels ont été les satisfactions ?

J-M. B : Je souhaiterais évoquer la forte croissance de notre activité après-vente : c’est en effet la quatrième année consécutive que nous enregistrons une croissance supérieure à 5 % ! Une très belle performance pour laquelle nous constatons que les clients souhaitent nous transférer la maintenance de leurs matériels. Il y a deux raisons à cela : les machines sont aujourd’hui plus complexes et nécessitent plus de formation et d’expertise quand il est aussi de plus en plus difficile de trouver des techniciens sur le marché français voire européen. Cependant, cela relève d’un beau challenge pour nous mais nous oblige aussi à trouver la réponse adéquate en faisant grandir nos techniciens et en densifiant nos équipes. Ainsi, l’an dernier, nous avons notamment réussi à recruter 150 techniciens et répondre aux besoins de nos clients, ce qui un vrai challenge.

BTP M : Au regard de ces réalisations, qu’attendez-vous de l’exercice 2020 ?

J-M. B : Au regard de l’évolution de la fiscalité liée à la suppression des avantages liés au GNR mais aussi pour compenser la hausse des prix sur le carburant, la réflexion sur les motorisations est plus que jamais d’actualité. Certains évoquent l’électrification, l’hybridation etc…Mais en l’état, il n’y a pas encore d’offres satisfaisantes en énergies alternatives. Or, une des principales préoccupations des clients cette année sera liée à la consommation. Il nous appartient de répondre aux besoins des clients en termes de communication mais aussi et surtout offrir une réponse technique et technologique.  2020 sera notamment l’année où nous verrons plus clair sur les réponses à apporter. Ainsi, Caterpillar a beaucoup investi dans ces questions et les dernières machines développées, comme le Bull D6 XE à transmission électrique propose déjà une réponse puisque nous réduisons la consommation de carburant de l’ordre de 25 %. C’est une première réponse et elle est d’importance !

BTP M : Quels seront les autres axes de travail pour cette année 2020 ?

J-M. B : Nous souhaitons continuer à gagner des parts de marché sur les pelles de manière générale, c’est fondamental afin de garder notre position de leader sur les grosses machines, secteur qui se développe principalement. Par ailleurs, nous suivons de près l’évolution sur le compact à travers nos partenariats via la distribution ou les loueurs. Au regard de ce que j’évoquais auparavant, la location reste un axe fondamental avec l’objectif d’augmenter de 25 % la taille de notre flotte de location LCD comme LLD. Nous poursuivrons également nos efforts en après-vente avec le recrutement toujours plus soutenu de mécaniciens via divers moyens : partenariats avec les écoles, la formation en interne, la segmentation de notre offre APV selon les profils des techniciens, sans oublier nos partenariats à vocation sociale comme c’est le cas avec les Apprentis d’Auteuil. Enfin, l’expérience client sera également mise en avant via l’outil Salesforce et ses solutions CRM qui digitalisent les divers processus existant au sein de Bergerat Monnoyeur et participent à la connectivité de nos 15 000 machines sur le territoire. Le but : faciliter, moderniser et augmenter les interactions avec nos utilisateurs à plusieurs niveaux (factures, pièces, APV, ventes etc…).

BTP M : Quels seront les produits qui feront l’année 2020 ?

J-M. B : En premier lieu, les Bull de taille moyenne (produits  à Grenoble, NDLR), les D5 (anciennement D6N, NDLR), D6 XE mais je n’oublie pas non plus un nouveau tombereau articulé 725, une niveleuse 120 et l’élargissement de la gamme des pelles NextGen au moins de 20 tonnes. A plus long terme, en 2021, la gamme de mini-pelles sera également étoffée.
 

Jean-Marie Basset, directeur général de Bergerat Monnoyeur
Offre en ligne (3, 6 ou 12 mois + 1 mois offert) à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Terrassements & Carrières.
Terrassements & Carrières, le trait d'union entre les professionnels de l'extraction, de la valorisation des matériaux et les entreprises de la construction.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  Zapping de la semaine : 8 chantiers sur 10 à l'arrêt
Les chantiers vont-ils reprendre à la suite d'un accord trouvé entre les pouvoirs publics et les fédérations professionnelles du bâtiment? Pour l'heure, la plupart des entreprises restent fermée.
+ de vidéos BTP ça tourne
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
WC LOC, EXPERT EN SANITAIRES MOBILES À LA MESURE DE VOS ENVIES... SURTOUT LES PLUS PRESSANTES !
Quelle que soit la durée de votre chantier et sa typologie (souterrain, ferroviaire, aérien, routier, fluvial, construction…), WC Loc vous apporte un accompagnement personnalisé pour disposer de solutions sanitaires robustes et parfaitement adaptées à la taille de vos équipes et aux contraintes de votre terrain. Besoin d’un WC sur votre chantier ? Contactez-nous !
Accéder au site de WC LOC
Tribune
Comment l’IoT pose les fondations des bâtiments du futur ?
Pour constructioncayola.com, Kim Bybjerg, vice-président, chargé de l’IoT (l’Internet des Objets) et de la mobilité, chez Tata Communications nous donne sa vision des bâtiments du futur qui s’érigeront prochainement dans nos métropoles.
Pour plus d'informations cliquez ici
Les plus lus
À lire également
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
En l’espace de 20 ans, le marché français du tractopelle a fondu comme neige au soleil, passant de plus de 3 000 unités à la fin du siècle dernier, à 440 ventes fin 2018. Si pour beaucoup de professionnels la chargeuse-pelleteuse n’a plus lieu d’être, pour d’autres elle demeure une spécificité française, voire régionale. Comme une exception culturelle… -10 %, c’est le recul des ventes de chargeuses-pelleteuses en France entre l'exercice 2017 et 2018, passant ainsi de moins de 500 unités à 440 en fin d’année dernière. Depuis 2014, le marché français commercialise 200 unités de moins. Nous sommes bien loin des plus de 3 500 ventes enregistrées sur l’Hexagone au début des années 2000, et bon nombre de professionnels parient sur une nouvelle baisse en 2019. Cette fin de décennie sonne-t-elle le glas du bon vieux tractopelle ? « Plusieurs phénomènes peuvent expliquer cette érosion des ventes de la chargeuse-pelleteuse. Il semblerait bien que le phénomène s’accentue », avance Rudolf Ganzel, responsable des prévisions sectorielles au sein du Cisma. Elle subirait ainsi de plein fouet la mutation du marché, qui lui préfère la midi-pelle ou la chargeuse compacte, plus adaptée à l’urbanisation croissante et aux contraintes d’exploitation sur les chantiers plus enclins à déployer des matériels de faible encombrement. Sans oublier non plus, la difficulté de son utilisation. « En termes d’image, utiliser une chargeuse-pelleteuse n’est pas forcément valorisant pour le chauffeur. En outre, pour utiliser convenablement un « tracto », il faut un chauffeur spécialisé dans les travaux de terrassement », explique Mickael Gasson, responsable marketing chez Case CE. « Nous partons du principe qu’il est difficile de faire bien deux choses à la fois, et que la polyvalence peut aussi être destructrice de spécialisation. Dans notre cas, nous n’avons pas besoin de ce type d’engins, contrairement à certaines régions », explique le concessionnaire Teramat qui entend aussi qu’il existe « des inconditionnels ». Et ces derniers sont quelques-uns à vouer au tracto une certaine « passion ».
Les matériels souterrains du Grand Paris
Les matériels souterrains du Grand Paris
Pour les constructeurs, prendre part au chantier pharaonique du Grand Paris via leurs matériels est une opportunité qui ne se refuse pas. Outre le fait de contribuer à l’élaboration d’un projet à la caisse de résonance nationale, voire internationale, c’est surtout l’occasion de mettre en avant la qualité de leurs machines. A condition, vu le contexte particulier de l’exploitation souterraine, de ne pas négliger la notion de services. « C’est le premier chantier d’infrastructures en Europe et le quatrième au niveau mondial derrière les projets chinois et indien. Un programme titanesque qui devrait redéfinir complètement la mobilité francilienne et désenclaver de nombreux territoires aujourd’hui isolés », résumait il y a peu la Société du Grand Paris (SGP) pour expliquer à quoi correspondaient les travaux engagés dans ce cadre. Rien que pour les lignes de métro et les gares, quelque 25 milliards d’euros vont être dépensés sur une dizaine d’années. Au total, la facture atteindra 108 milliards sur une période de 10 ans, si l’on prend en compte les développements de nouveaux programmes de logements et d’aménagement des quartiers autour des gares. Pour les TP, c’est évidemment une aubaine. « Aujourd’hui, on estime que les travaux du Grand Paris représentent plus de 15 % de l’activité TP en France. C’est dire s’il est important d’y être, d’une manière ou d’une autre », explique ainsi un professionnel. Les constructeurs l’ont d’ailleurs bien compris et c’est la raison pour laquelle beaucoup s’affairent et se réjouissent d’y être représentés. Mais difficile pour autant de s’improviser spécialiste souterrain du jour au lendemain.
Pelles sur chenilles : les porte-outil se perfectionnent
Pelles sur chenilles : les porte-outil se perfectionnent
Des machines polyvalentes, toujours plus productives, et consommant moins. La demande des entreprises stimule la créativité des constructeurs. Pelles à rayon court, solutions innovantes pour économiser le carburant, machines asservies au plan de l’ouvrage, l’éventail est large. « Le segment qui prédomine en France correspond aux machines de 21 à 24 t, observe Philippe Haguenauer, directeur commercial et marketing de Komatsu France. Il représente 30 % du marché français. » C’est le créneau le plus disputé, et qui offre donc, la plus grande variété de configurations. Pour se distinguer, il faut non seulement des machines performantes, mais aussi, des solutions originales. Les constructeurs se disputent également le marché des machines plus lourdes de production, dont l’efficacité est d’autant plus importante pour la rentabilité du chantier, ou de la carrière .
Bergerat Monnoyeur : dix arbres plantés pour une machine vendue ou louée
Bergerat Monnoyeur : dix arbres plantés pour une machine vendue ou louée
Fort d'un partenariat avec les pépinières Naudet, Bergerat Monnoyeur plantera, dès 2020, dix arbres en France pour chaque machine vendue ou louée.
Le point sur le marché des tombereaux en 2018
Le point sur le marché des tombereaux en 2018
Même si les volumes records de 2008 semblent impossibles à atteindre de nouveau (676 unités), le marché des tombereaux a fortement progressé en 2018, puisque les articulés se sont écoulés à 280 unités (+ 63 % par rapport à 2017) et les rigides ont atteint 51 unités (+ 55 %).
Sollase Soblinter organise ses 3es journées techniques
Sollase Soblinter organise ses 3es journées techniques
Les 27 et 28 février derniers, Sollase Soblinter recevait sur sa plateforme de démonstration près de son siège toulousain de Bruguières, près de 200 invités, partenaires et professionnels des TP venus assister à la présentation des dernières évolutions des matériels proposés par le distributeur et loueur.
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Les enchérisseurs montrent un intérêt certain pour le secteur du matériel. Nombreux sont en effet les spécialistes à dévoiler leurs velléités et leurs ambitions avec un business-model défini. A leurs façons et plus subrepticement, ces acteurs participent aussi à la professionnalisation du marché de l’occasion. Pour beaucoup d’observateurs, le marché de l’occasion du matériel en France pèserait près d’un milliard d’euros, une goutte d’eau au sein du marché mondial lequel est estimé à 50 milliards de dollars aujourd’hui, mais suffisamment important pour constituer une manne voire « un centre de profit » comme le confiait ce spécialiste du secteur chez Bergerat Monnoyeur. Les enchérisseurs ont, de leur côté, compris qu’il était important d’y évoluer également. En 2018, d’après le Conseil des Ventes Volontaires (CVV) le marché des enchères pour l’activité « matériel industriel » représentait en France 64 millions d’euros pour un peu plus de 11 000 machines écoulées. Pour les entreprises de TP, se procurer un matériel par le biais des enchères n’est plus « un mal nécessaire » mais une solution pour reconstituer sa flotte ou la renforcer. Les enchérisseurs ont de leurs côtés professionnaliser leurs équipes, développer leurs experts et proposent un large choix de matériel, toutes gammes confondues attirant au passage un grand nombre d’acheteurs potentiels et garantissant des prix attractifs. Parallèlement, c’est aussi une concurrence qui se développe entre ces pros qui choisissent, soit la vente traditionnelle physique, soit la voie digitale avec son offre de prestations annexes, soit, encore, une solution à mi-chemin, dite « phygitale ». C’est notamment cette dernière voie qu’a choisi Richie Bros, le poids lourd du secteur. « Les professionnels n’ont jamais eu autant besoin de matériels et c’est normal au regard de l’ampleur des chantiers existant en France aujourd’hui et à commencer par le Grand Paris », introduit Loïc Lefort, directeur commercial France chez Richie Bros. Ritchie Bros préparait le 25 juin dernier à Saint-Aubin-sur-Gaillon, une vente aux enchères au cours de laquelle près de 3 000 lots étaient mis à disposition des utilisateurs finaux et marchands. Et ce n’est pas tout, quelques jours plus tard, c’est IronPlanet, filiale digitale de Richie Bros, qui organisait à son tour son « Online Summer Auction » proposant une grande sélection d’équipements de construction et agricoles récents, représentant des dizaines de marques. Plus de 600 articles étaient mis aux enchères dont des pelles, chargeuses sur pneus, compacteurs, tracteurs, camions, chargeuses-pelleteuses, groupes électrogènes, plates-formes hydrauliques, etc.
Tous les articles TERRASSEMENTS
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Forum National des Eco Entreprises
2 Avril 2020
Forum National des Eco Entreprises
Confs'Amiante Hors-série Plomb
7 Avril 2020
Confs'Amiante Hors-série Plomb
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
+ d'événements
Emploi
- Conducteur / Conductrice de travaux
- Dessinateur / Dessinatrice en métallerie
- Manoeuvre bâtiment
- Responsable de chantier
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.