Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Jean-Marie Basset, DG de Bergerat Monnoyeur : « augmenter de 25 % la taille de notre flotte de location »

Partager :
Jean-Marie Basset, DG de Bergerat Monnoyeur : « augmenter de 25 % la taille de notre flotte  de location »
Par Tanguy Merrien, le 27 janvier 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Terrassements
Location longue et courte durée, développement de l’activité après-vente, recrutement de techniciens, déploiement d’un outil CRM… les axes de travail n’ont pas manqué pour Bergerat Monnoyeur l’an passé.  Il s’agit désormais de les faire fructifier dès 2020.

BTP M : Quel bilan faites-vous de l’exercice 2019 qui vient de se conclure ?

J-M. Basset : Ce fut une bonne année pour le marché et même meilleur que ce nous avions anticipé puisqu’il y a un an nous avions tablé sur une stagnation voire une régression pour finalement constater que le marché a progressé d’environ +10 %. Dans ce contexte, Bergerat Monnoyeur a réussi à consolider ses parts de marché sur la gamme lourde et en particulier sur les pelles sur chaînes grâce aux  produits NextGen qui contribuent grandement à notre succès. Par ailleurs, les chargeuses sur pneus ont été écoulées à hauteur de 300 unités au sein de laquelle la nouvelle gamme MXE a hautement contribué.

BTP M : Vous avez notamment axé vos efforts sur votre offre locative…

J-M. B : Effectivement, je tiens à souligner nos progrès sur notre offre de location aussi bien en courte qu’en longue durée. Cette dernière, BM Rent, revêt une grande importance dans notre offre globale car c’est un axe fondamental de croissance : entre 15 et 20 % de nos machines sont mises aujourd’hui en location longue durée. On sent une véritable  évolution du marché de la part des clients qui souhaitent nous transmettre la responsabilité de la gestion de sa flotte et privilégient l’économie d’usage. Nous avons aussi la chance de disposer d’un réseau national solide qui nous permet de porter ce développement.  Nous avons notamment constaté que beaucoup de clients régionaux ont opté pour notre offre ce qui a contribué à l’accélération en 2019 de notre stratégie.
Par ailleurs,  nous disposons d’une offre de location courte durée pour les grosses machines pour laquelle nous multiplions les ouvertures d’agence. Aujourd’hui, nous en comptons trois mais nous espérons accélérer courant 2020 avec plusieurs ouvertures, dont la prochaine à Nancy très bientôt, puis Toulouse et avant Nantes en fin d’année. Je n’oublie pas non plus BM Rent Partners, qui est une offre pour la location de petites machines via la constitution de partenariats avec des loueurs locaux avec lesquels nous sommes endossés. L’objectif à terme est de pouvoir compter sur une trentaine de partenaires très rapidement avec l’ambition de les aider à développer leur business.

BTP M : En dehors de la location, quels ont été les satisfactions ?

J-M. B : Je souhaiterais évoquer la forte croissance de notre activité après-vente : c’est en effet la quatrième année consécutive que nous enregistrons une croissance supérieure à 5 % ! Une très belle performance pour laquelle nous constatons que les clients souhaitent nous transférer la maintenance de leurs matériels. Il y a deux raisons à cela : les machines sont aujourd’hui plus complexes et nécessitent plus de formation et d’expertise quand il est aussi de plus en plus difficile de trouver des techniciens sur le marché français voire européen. Cependant, cela relève d’un beau challenge pour nous mais nous oblige aussi à trouver la réponse adéquate en faisant grandir nos techniciens et en densifiant nos équipes. Ainsi, l’an dernier, nous avons notamment réussi à recruter 150 techniciens et répondre aux besoins de nos clients, ce qui un vrai challenge.

BTP M : Au regard de ces réalisations, qu’attendez-vous de l’exercice 2020 ?

J-M. B : Au regard de l’évolution de la fiscalité liée à la suppression des avantages liés au GNR mais aussi pour compenser la hausse des prix sur le carburant, la réflexion sur les motorisations est plus que jamais d’actualité. Certains évoquent l’électrification, l’hybridation etc…Mais en l’état, il n’y a pas encore d’offres satisfaisantes en énergies alternatives. Or, une des principales préoccupations des clients cette année sera liée à la consommation. Il nous appartient de répondre aux besoins des clients en termes de communication mais aussi et surtout offrir une réponse technique et technologique.  2020 sera notamment l’année où nous verrons plus clair sur les réponses à apporter. Ainsi, Caterpillar a beaucoup investi dans ces questions et les dernières machines développées, comme le Bull D6 XE à transmission électrique propose déjà une réponse puisque nous réduisons la consommation de carburant de l’ordre de 25 %. C’est une première réponse et elle est d’importance !

BTP M : Quels seront les autres axes de travail pour cette année 2020 ?

J-M. B : Nous souhaitons continuer à gagner des parts de marché sur les pelles de manière générale, c’est fondamental afin de garder notre position de leader sur les grosses machines, secteur qui se développe principalement. Par ailleurs, nous suivons de près l’évolution sur le compact à travers nos partenariats via la distribution ou les loueurs. Au regard de ce que j’évoquais auparavant, la location reste un axe fondamental avec l’objectif d’augmenter de 25 % la taille de notre flotte de location LCD comme LLD. Nous poursuivrons également nos efforts en après-vente avec le recrutement toujours plus soutenu de mécaniciens via divers moyens : partenariats avec les écoles, la formation en interne, la segmentation de notre offre APV selon les profils des techniciens, sans oublier nos partenariats à vocation sociale comme c’est le cas avec les Apprentis d’Auteuil. Enfin, l’expérience client sera également mise en avant via l’outil Salesforce et ses solutions CRM qui digitalisent les divers processus existant au sein de Bergerat Monnoyeur et participent à la connectivité de nos 15 000 machines sur le territoire. Le but : faciliter, moderniser et augmenter les interactions avec nos utilisateurs à plusieurs niveaux (factures, pièces, APV, ventes etc…).

BTP M : Quels seront les produits qui feront l’année 2020 ?

J-M. B : En premier lieu, les Bull de taille moyenne (produits  à Grenoble, NDLR), les D5 (anciennement D6N, NDLR), D6 XE mais je n’oublie pas non plus un nouveau tombereau articulé 725, une niveleuse 120 et l’élargissement de la gamme des pelles NextGen au moins de 20 tonnes. A plus long terme, en 2021, la gamme de mini-pelles sera également étoffée.
 
Jean-Marie Basset, directeur général de Bergerat Monnoyeur
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Terrassements & Carrières.
Terrassements & Carrières, le trait d'union entre les professionnels de l'extraction, de la valorisation des matériaux et les entreprises de la construction.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Zoom sur une pelle de déconstruction à Clichy
En janvier, les équipes de Payen ont livré une pelle de déconstruction à la configuration très atypique à SFB.
+ de vidéos BTP ça tourne
Exclu
Comet Loc, nouveau concessionnaire Kobelco
Kobelco renforce à nouveau son réseau de distribution avec la nomination de Comet Loc dirigé par Frédéric Leyssieux. Le nouveau partenaire couvrira les départements du Var (83) et des Alpes Maritimes (06).
À lire également
Promove : « Miser sur la longévité des produits »
Promove : « Miser sur la longévité des produits »
En 2019, l’année de ses 30 ans, Promove aura réalisé une belle année au moins aussi belle que celle qui l’attend en 2020 en France, « le premier marché de référence européen » où le constructeur est présent depuis 15 ans, conforté par un partenariat durable, qui dure depuis plus de 10 ans avec Bergerat Monnoyeur.
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Digitalisation, connectivité, guidage, asservissement hydraulique, hybridation, la déferlante des technologies embarquées modifie l’environnement de travail des chantiers. Les constructeurs se lancent alors dans une course effrénée pour prendre l’avantage technologique, et parfois même, au détriment de la réalité des besoins des marchés. L’accélération de la digitalisation des machines soulève pas mal d’interrogations sur la capacité des entreprises à exploiter autant de données, mais aussi, quant à lamaîtrise d’une maintenance plus complexe. Sans évoquer la mise à niveau des techniciens à même d’appréhender ces nouvelles technologies. Liebherr réfléchit déjà à une simplification et à une standardisation des données d’utilisation de chaque machine, en imaginant une plateforme web commune aux autres acteurs du marché.« Nous envisageons cette interface standardisée dans les 2 à 3 ans à venir. Notre nouvelle génération de pelles sur chenilles de 22 à 45 t adopte déjà une architecture de connectivité compatible », relève Martin Schickel, directeur général de Liebherr France SAS, qui reste convaincu par l’évolution positive des échanges entre les principaux constructeurs du marché. D’ailleurs, Liebherr prévoit d’enrichir sa nouvelle gamme de pelles hydrauliques, la Génération 8, avec une architecture du futur intégrant des systèmes de commande à distance, d’asservissement hydraulique pour un guidage 2D et 3D, de pesage embarqué, sans parler de l’intégration des moteurs Stage V avec un filtre à particules.
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Les enchérisseurs montrent un intérêt certain pour le secteur du matériel. Nombreux sont en effet les spécialistes à dévoiler leurs velléités et leurs ambitions avec un business-model défini. A leurs façons et plus subrepticement, ces acteurs participent aussi à la professionnalisation du marché de l’occasion. Pour beaucoup d’observateurs, le marché de l’occasion du matériel en France pèserait près d’un milliard d’euros, une goutte d’eau au sein du marché mondial lequel est estimé à 50 milliards de dollars aujourd’hui, mais suffisamment important pour constituer une manne voire « un centre de profit » comme le confiait ce spécialiste du secteur chez Bergerat Monnoyeur. Les enchérisseurs ont, de leur côté, compris qu’il était important d’y évoluer également. En 2018, d’après le Conseil des Ventes Volontaires (CVV) le marché des enchères pour l’activité « matériel industriel » représentait en France 64 millions d’euros pour un peu plus de 11 000 machines écoulées. Pour les entreprises de TP, se procurer un matériel par le biais des enchères n’est plus « un mal nécessaire » mais une solution pour reconstituer sa flotte ou la renforcer. Les enchérisseurs ont de leurs côtés professionnaliser leurs équipes, développer leurs experts et proposent un large choix de matériel, toutes gammes confondues attirant au passage un grand nombre d’acheteurs potentiels et garantissant des prix attractifs. Parallèlement, c’est aussi une concurrence qui se développe entre ces pros qui choisissent, soit la vente traditionnelle physique, soit la voie digitale avec son offre de prestations annexes, soit, encore, une solution à mi-chemin, dite « phygitale ». C’est notamment cette dernière voie qu’a choisi Richie Bros, le poids lourd du secteur. « Les professionnels n’ont jamais eu autant besoin de matériels et c’est normal au regard de l’ampleur des chantiers existant en France aujourd’hui et à commencer par le Grand Paris », introduit Loïc Lefort, directeur commercial France chez Richie Bros. Ritchie Bros préparait le 25 juin dernier à Saint-Aubin-sur-Gaillon, une vente aux enchères au cours de laquelle près de 3 000 lots étaient mis à disposition des utilisateurs finaux et marchands. Et ce n’est pas tout, quelques jours plus tard, c’est IronPlanet, filiale digitale de Richie Bros, qui organisait à son tour son « Online Summer Auction » proposant une grande sélection d’équipements de construction et agricoles récents, représentant des dizaines de marques. Plus de 600 articles étaient mis aux enchères dont des pelles, chargeuses sur pneus, compacteurs, tracteurs, camions, chargeuses-pelleteuses, groupes électrogènes, plates-formes hydrauliques, etc.
Chargeuse et équipement : un compromis
Chargeuse et équipement : un compromis
Choisir une chargeuse, ce n’est pas seulement choisir une machine, mais un ensemble de production. Il faut en effet associer l’engin et son équipement. « Au front de taille, l’élément déterminant est le type de tombereau à charger qui conditionne la longueur de l’équipement, rappelle François Carrier, Bergerat Monnoyeur. Plus l’équipement est long, moins le godet devra être important. » Le matériau à charger a aussi une grande importance. Plus il est abrasif, plus il faut protéger le godet avec des segments entre les dents, des coiffes, des fonds et des flancs renforcés. Mais plus le godet est renforcé, plus on augmente son poids et plus on diminue sa capacité, ainsi que la force de pénétration de l’ensemble machine-équipement. « Les choix résultent d’un compromis » explique François Carrier. Au chargement client, la benne des camions étant moins élevée que celle des tombereaux, on choisira plutôt des bras courts, sauf si l’on a une petite machine.
Constructioncayola.com : 60 000 façons de voir l'info
Constructioncayola.com : 60 000 façons de voir l'info
Depuis 2007 et le lancement officiel de constructioncayola.com, notre équipe de journaliste n'a eu de cesse de vous alimenter en informations variées pour arriver aujourd'hui au 60 000e article mis en ligne. Champagne !
Bergerat Monnoyeur : une ville dans la ville
Bergerat Monnoyeur : une ville dans la ville
À Saint-Denis (93), Bergerat Monnoyeur s’est doté au sein même de son siège français, d’un véritable centre névralgique pour l’ensemble de ses activités après-vente et logistique.
Tombereaux : un marché dynamique en 2019, des engins toujours plus confortables et productifs
Tombereaux : un marché dynamique en 2019, des engins toujours plus confortables et productifs
Alors que les tombereaux rigides représentent à peine 10 % du marché et que leurs ventes continuent de s’éroder (- 33,3 %), les tombereaux articulés ont connu une belle progression de 10,4 % en 2019 avec 309 unités vendues, soit des niveaux comparables à ceux de 2012.
Tous les articles TERRASSEMENTS
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
SALON AQUIBAT
26 Février 2020
SALON AQUIBAT
Confs'Amiante Bâti
27 Février 2020
Confs'Amiante Bâti
Confs'Amiante Navire
10 Mars 2020
Confs'Amiante Navire
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.