Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RAIL
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Les politiques ont-ils abandonné le Lyon-Turin ?

Partager :
Les politiques ont-ils abandonné le Lyon-Turin ?
Par Charlotte Divet, le 20 juin 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Rail
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
En septembre 2017, les gouvernements italien et français ont réaffirmé leurs engagements, soit les calendriers et les montants concernant la réalisation du Lyon-Turin. Or, il y a quelques mois, l’arrivée au pouvoir en Italie d’un nouveau gouvernement menaçant de stopper le projet rebat les cartes tandis que, côté français, la loi d’orientation des mobilités laisse craindre un report au-delà de 2038.

Coordonné par le comité pour la Transalpine Lyon-Turin, un document signé par près de 80 politiciens français, parlementaires ou présidents d’exécutifs (de régions, départements et agglomérations) a été remis le 21 mai dernier à Emmanuel Macron. Il en appelle à un « arbitrage pour que la future loi d’orientation des mobilités réaffirme clairement la volonté de l’Etat de coordonner les calendriers du tunnel international et de ses accès français ». L’une des récentes inquiétudes est née en partie du positionnement du rapport du conseil d‘orientation des infrastructures, remis par Philippe Duron en février dernier, ne jugeant pas prioritaire le projet du Lyon-Turin. En effet, il y est proposé un report au-delà de 2038 des travaux d’aménagement des accès français au tunnel de base. Une décision qui impliquerait qu’aucune voie nouvelle ne soit livrée avant 2045/2050, soit plus de quinze ans après la mise en service du tunnel de base prévue pour 2030.

D’autres tunnels mis en service

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
« De mon point de vue, le problème de la réalisation du Lyon-Turin est surtout celui de la volonté politique, affirme Jacques Gounon, PDG du groupe Getlink (Eurotunnel) qui préside parallèlement le comité pour la Transalpine Lyon-Turin. Parmi les différents tunnels prévus à la suite notamment de la convention alpine de 1991 1, en Suisse celui du Lötschberg (36 km) a été inauguré en 2007 tandis que plus récemment celui du Gothard, frère jumeau du Lyon-Turin (57 km) a été livré fin 2016. L’Autriche a par ailleurs engagé la réalisation du tunnel du Brenner pour relier l’Italie, d’une longueur également équivalente qui sera mis en service en 2025. Stéphane Guggino, délégué général du comité pour la Transalpine ajoute : « La France ne peut pas rester plus longtemps à l’écart de ces flux stratégiques captés par nos voisins, d’autant plus lorsqu’on comprend que le Lyon-Turin se distinguera comme le seul axe européen capable de capter les trafics Ouest-Est et Nord-Sud. » 

Un retard sur le fret

Actuellement, entre l’Italie et la France, 92% des échanges de marchandises se font par la route contre 8% par le rail. A titre de comparaison, entre la Suisse et l’Italie, 70% des échanges sont réalisés par le rail. Si le fret ferroviaire est un axe de développement fortement considéré par le gouvernement, comme l’a notamment rappelé Elisabeth Borne  en avril dernier lors d’une visite officielle au port de Bonneuil-sur-Marne (94), aucun engagement concret n’a encore été pris. Il ne figure pas, par exemple, dans le nouveau pacte ferroviaire récemment adopté. D’ailleurs, en France, selon l’Arafer 2, le transport de marchandises est largement dominé par le mode routier (85% en 2014 contre 9,3% du trafic de fret pour le transport ferroviaire à la même période).  Près de 3 millions de poids lourds traversent la France et l’Italie chaque année par les Alpes du nord et la côte méditerranéenne (trafic également capable par le Lyon-Turin) et leur nombre ne cesse d’augmenter. Sur l’année 2017, 80 000 de plus ont été comptabilisés, soit 220 véhicules supplémentaires par jour en moyenne. « Le Lyon-Turin est la seule alternative moderne et crédible pour opérer un basculement massif du transport de marchandises de la route vers le rail. On estime que dès la mise en service du tunnel, 80% du trafic sera du fret », précise Jacques Gounon.

Un coût divisé par deux

Souvent remis sur la table, le coût du Lyon-Turin a été à plusieurs reprises un sujet de discorde. L’estimation globale de 26 milliards d’euros, avancée par la cour des Comptes en 2012, est contestée par tous les acteurs du projet. En effet, on lui reproche d’intégrer les coûts liés à la réalisation du contournement ferroviaire lyonnais (dossier distinct) ou encore les dépenses concernant les phases 3 et 4 des voies d’accès françaises envisagées sur le long terme et  n’ayant pas encore fait l’objet d’enquête publique. « En réalité, le coût global est estimé à 18,3 milliards d’€ dont 8,4 milliards financés par la France », déclare Stéphane Guggino. « Depuis le démarrage du projet, du côté italien, le montant des voies d’accès a été divisé par deux. Une réduction qui apparait également envisageable du côté français en procédant à un phasage plus sobre du projet sur l’itinéraire initial. » En d’autres termes, si les acteurs locaux du projet s’accordent pour retenir dans un premier temps les infrastructures réellement indispensables à l’exploitation du tunnel transfrontalier lors de sa mise en service. Ainsi, les tunnels du Glandon et de Belledonne estimés tous les deux à 2 milliards d’€ pourraient  être décalés pour plus tard tout comme ceux du côté de Chambéry.

Pour rappel, l’accord franco-italien décidant la réalisation du Lyon-Turin date de 2001 (accord devenu traité international en 2002). Ce projet de liaison ferroviaire doit comprendre un tunnel bitube de nouvelle génération (dit de base)  de 57,5 km de long, entre Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) et Suse (Piémont). 23 km de descenderies ont déjà été creusées. La galerie de reconnaissance de 9 km de Saint-Martin-la-Porte est, elle, en cours d’excavation. La présentation de la future loi sur les mobilités est attendue avant la fin de l’année. Elle devrait clarifier les positionnements de l’Etat quant au projet du Lyon-Turin. 

 
1 La convention lie les huit pays de l’arc alpin : l’Allemagne, l’Autriche, la France, l’Italie, le Lichtenstein, Monaco, la Slovénie et la Suisse).
2Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières

 

Crédit: BTP Magazine
  Le zapping de la semaine
+ de vidéos BTP ça tourne
Le flash info du BTP
À lire également
AMT recherche un distributeur sur le marché français
AMT recherche un distributeur sur le marché français
Après s’être implanté sur les marchés alémaniques, nordiques et du Benelux, le constructeur hollandais AMT lorgne désormais vers la France où il recherche un partenaire qui assurera l’interface avec les clients et représentera sa gamme d’engins rail route sur le territoire.
Le salon Sifer reporté au 2e semestre 2021
Le salon Sifer reporté au 2e semestre 2021
L’information qui circulait depuis quelques jours a été officialisée ce vendredi 28 août : les organisateurs du salon international Sifer viennent d’annoncer le report de la 12e édition pour les dates du 26 au 28 octobre 2021.
ETF et le tramway grenoblois
ETF et le tramway grenoblois
A l’occasion de la période estivale, ETF a mené des travaux curatifs et préventifs sur le réseau de tramway de Grenoble. Ce réseau, le deuxième ouvert en France en 1987, nécessite à intervalles réguliers que soient renouvelés les rails ou confortée la voie.
T4 : mise en service du terminus « Hôpital de Montfermeil »
T4 : mise en service du terminus « Hôpital de Montfermeil »
Débuté en 2015, le chantier d’embranchement vers Montfermeil de la liaison historique Bondy -Aulnay-sous-Bois s’est terminé cet été avec l’inauguration du nouveau terminus du tram-train le 31 août 2020.
Liège : vers la fin des bouchons ?
Liège : vers la fin des bouchons ?
Les travaux d’infrastructures du futur tramway liégeois ont débuté cet été avec la pose des premiers rails. Prévu pour une mise en service commerciale en octobre 2022, il permettra de désengorger la circulation en déplaçant deux fois plus de personnes que les bus arrivés à saturation.
Ouverture à la concurrence : Keolis remporte un contrat… en Australie
Ouverture à la concurrence : Keolis remporte un contrat… en Australie
Keolis Downer, la filiale australienne de l’opérateur, a obtenu le contrat d'exploitation et de maintenance du réseau ferroviaire d’Adélaïde, attribué pour la première fois à une entreprise privée, qui débutera le 31 janvier 2021.
Colas Rail signe un contrat de renouvellement de ballast
Colas Rail signe un contrat de renouvellement de ballast
Colas Rail (mandataire) accompagné de l’agence Colas de Mérignac a signé avec SNCF Réseau un contrat de 11 millions d’euros pour le renouvellement de voies et la reprise de plates-formes sur la ligne TER reliant les villes de Beillant et Saintes en Charente-Maritime.
Tous les articles RAIL
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Lille
30 Septembre 2020
Les Rencontres nationales de l'Eau publique
1er Octobre 2020
69e édition du Congrès-Exposition de l’industrie minérale
6 Octobre 2020
+ d'événements
Emploi
- Tireur / Tireuse au râteau
- Conducteur / Conductrice de travaux du BTP
- Chargé / Chargée d'affaires en électricité
- Conducteur / Conductrice de travaux
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.