Menu
SIFER 2021
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Vers une révision des normes de performance énergétique ?

Vers une révision des normes de performance énergétique ?
Crédit photo : Jeanne Menjoulet
Par la rédaction, le 11 mars 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Une étude d’impact indépendante ordonnée par la commission des affaires économiques du Sénat a relevé des effets économiques collatéraux liés à la mise en place de la RE2020 sur les filières énergie et construction. Dans ce cadre, des recommandations ont été émises à destination du gouvernement. 

Le 10 mars dernier, la commission des affaires économiques du Sénat a adopté les conclusions de la mission d’information flash confiée à Daniel Gremillet (Les Républicains – Vosges) sur l’impact économique de la règlementation environnementale 2020 (RE2020), c’est‑à‑dire les nouvelles normes de performance énergétique des bâtiments neufs, individuels et collectifs, à usage d’habitation.

Constatant le manque d’association des professionnels à cette réforme majeure, le rapporteur a rencontré quelque 60 intervenants à l’occasion de 25 auditions (professionnels de la construction, bailleurs privés et sociaux, grands énergéticiens, filières du gaz, de l’électricité, du fioul, de la chaleur, du bois et des énergies renouvelables, administrations de l’énergie et de la construction).

Au vu des insuffisances de l’évaluation réalisée par le gouvernement, la commission a souhaité commander une étude d’impact indépendante. Au terme de ses travaux, le rapporteur relève que la RE2020 aura des effets économiques majeurs sur la filière gaz avec :

- l’interdiction de facto de l’installation de 100 000 chaudières à gaz par an ;
une perte globale de 2,95 Mds d’euros et de 8 280 équivalents temps plein (ETP) ;
- une déstabilisation des 36 usines intervenant dans la fabrication de chaudières à gaz et des 15 000 entreprises chargées de leur installation.
- D’autres filières seront également affectées : les réseaux de chaleur et les chaudières au fioul et au charbon, dans le secteur de l’énergie ; le béton, l’aluminium et les tuiles et briques, dans le secteur de la construction.

Au total, la RE2020 aura une incidence directe sur le secteur de la construction avec d’ici 2024 :

- une hausse des prix des bâtiments neufs de plus de 3 % ;
- un ralentissement des mises en chantier de ces bâtiments de plus de 1,5 point.

Dans ce contexte, le rapporteur a formulé 20 propositions, réunies en 5 axes. Ces propositions consistent notamment à :

- introduire un cadre réglementaire adapté et proportionné, en instituant une « clause de revoyure » et un groupe de suivi de la RE2020 ;
- amortir le « choc de compétitivité » dans le secteur de l’énergie, en prévoyant des souplesses pour les filières du gaz et des réseaux de chaleur, en instituant des plans d’urgence pour les 36 usines et 15 000 installateurs précités, en promouvant le biogaz et le bio‑fioul pour le chauffage des logements ;
- prévenir tout « risque de rupture » dans le secteur de la construction, en achevant le travail de normalisation de l’analyse des émissions des bâtiments selon le cycle de vie (ACV) dite « dynamique » avant de se prononcer sur sa généralisation ;
- compenser aux ménages et aux professionnels les surcoûts induits par la RE2020, en revalorisant le chèque énergie et en abaissant la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à proportion des surcoûts induits.
- évaluer les conséquences de la RE2020 sur la sécurité et la consommation énergétiques, en particulier sur la sécurité d’approvisionnement, la compétitivité des entreprises et le pouvoir d’achat des ménages.

La commission appelle le gouvernement à se saisir de ces propositions, dans le cadre de l’examen en cours des projets de décret et d’arrêté.
Pour Daniel Gremillet, rapporteur, « la RE2020 doit être perçue comme une opportunité économique, et non comme une contrainte administrative. C’est pourquoi nous devons privilégier un cadre adapté et proportionné, gage de sa bonne application. Nous attendons donc que le gouvernement se saisisse des ajustements que nous préconisons : ils visent à offrir aux ménages et aux entreprises les souplesses administratives et les moyens financiers nécessaires à la décarbonation des logements neufs ».

 
Retrouvez sur LinkedIn Julia Tortorici, rédactrice en chef de BTP Construction.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Mat Environnement
Le magazine des matériels et process. Pour les professionnels confrontés aux respects des législations.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
[Tribune] Naviguer dans les derniers changements de la législation sur les déchets
[Tribune] Naviguer dans les derniers changements de la législation sur les déchets
Tom Eng, vice-président senior et responsable de Tomra Recycling, livre un panorama des principaux changements intervenus en janvier 2021 dans les législations européenne et internationale sur les déchets, et en souligne les implications pour la filière et ses acteurs.
Mégots : le fabuleux boulot de Cy'Clope et Chimirec
Mégots : le fabuleux boulot de Cy'Clope et Chimirec
Alors que la filière de recyclage et de valorisation des mégots de cigarettes commence tout juste à se structurer en France, on assiste à des débuts prometteurs tirés par l’initiative de Cy’Clope. Cette entreprise française, spécialisée dans le recyclage des mégots et la gestion de zones fumeurs, est à l’origine d’un concept original avec ses cendriers urbains, baptisés « Cy-Clopeurs ». Elle est assistée depuis 5 ans par Chimirec, qui assure le traitement par valorisation énergétique des mégots collectés. 
Marrel certifié ISO 14001
Marrel certifié ISO 14001
Les 4 unités de production (mécanique, chaudronnerie, assemblage et centre de montage sur châssis) de Marrel ainsi que différents services impliqués ont été audités afin d’évaluer l’intégration des normes de l’ISO 14001 dans les différents processus de l’entreprise.
Un RTH 6.30 dans la belle Autriche
Un RTH 6.30 dans la belle Autriche
En Autriche, la société Steiner emploie son télescopique RTH 6.30 à la rénovation de la toiture d'une des étables de bétail locales.
Créteil sera la première ville à produire de l’hydrogène vert
Créteil sera la première ville à produire de l’hydrogène vert
Incinérer ses déchets pour produire de l’hydrogène, une première en France pour la ville de Créteil, proche de Paris. Le projet, baptisé « H2 Créteil », mené par Suez et le Sipperec, transformera l’électricité produite à partir de la combustion des déchets ménagers en hydrogène, par un procédé d’électrolyse.
Le fabuleux voyage d’un mégot
Le fabuleux voyage d’un mégot
Cy-Clope et Federec présentent une vidéo retraçant le voyage d’un mégot depuis sa collecte via les cendriers urbains, aussi appelés Cy-Clopeurs, jusqu’à sa valorisation par le groupe Chimirec, adhérent de Federec.
De meilleurs temps de cycle avec les Cat MH3022 et MH3024
De meilleurs temps de cycle avec les Cat MH3022 et MH3024
Destinées au traitement des déchets et de la ferraille, les nouvelles pelles de manutention Cat MH3022 et MH3024 intègrent un système électrohydraulique qui optimise l'équilibre entre puissance et efficacité, avec une amélioration des temps de cycle. 
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.