Menu
SIFER 2021
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

« En Rhône-Alpes, 40 millions de m3 d’eau manquent en été »

« En Rhône-Alpes, 40 millions de m3 d’eau manquent en été »
Par la rédaction, le 7 juillet 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Sur le territoire rhônalpin, les études révèlent un manque d’eau d’environ 40 millions de m3 pour satisfaire l’ensemble des usages sur les bassins versants et laisser un débit suffisant dans les rivières pour préserver la qualité de l’eau et la vie biologique. Ce chiffre, dévoilé lors de la journée d’échanges organisée par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, met en exergue à quel point il est urgent de se mobiliser pour mieux économiser et partager l’eau.
 
Lors de sa journée d’échanges sur le partage de l’eau organisée à Lyon par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse avait réuni plus de 150 participants (collectivités, représentants du monde agricole et économique) pour faire le point sur la disponibilité en eau dans le Nord du bassin Rhône- Méditerranée et sur les stratégies adoptées pour gérer collectivement une ressource en tension. Des plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) sont très largement engagés, en concertation avec tous les usagers de l’eau. Ils les incitent en priorité à économiser l’eau.

     Garder le cap
Plus des deux tiers des bassins versants sont en situation de déséquilibre en eau ou en équilibre fragile. 7 nouveaux bassins versants, jusque-là préservés, montrent les signaux d’une aggravation des tensions sur l’eau et pourraient d’ici 2022, s’ajouter aux 42 déjà. Incontestablement, le changement climatique va accroître les tensions sur l’eau. À l’horizon 2050-2070, le débit moyen des principales rivières de France devrait diminuer d’au moins 10 à 40 %. Et le débit moyen du fleuve Rhône risque de subir une baisse de 40 % d’ici à la fin du siècle.
 
     Une gestion collective de la ressource en eau
Après plusieurs années marquées par de graves sécheresses, les situations de crise se multiplient. Pour prévenir les conflits d’usage et éviter de dégrader l’état des rivières et des nappes, le principe qui prévaut aujourd’hui est de gérer collectivement la ressource en eau. La stratégie et les mesures à prendre sont connues et déjà engagées dans des plans de gestion de la ressource en eau (PGRE), qui deviennent progressivement des projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) en application des décisions nationales prises dans le cadre des Assises de l’eau. Construits en concertation entre l’ensemble des usagers du territoire, ces projets de territoire visent à garantir un partage équilibré entre les besoins des différents usages (eau potable, irrigation, industrie…) tout en laissant un volume d’eau suffisant dans les rivières et les nappes pour leur bon fonctionnement et leur bon équilibre. Des règles de partage de l’eau sont définies, avec une répartition par usage et type d’usagers, et un programme d’actions mis en place.
En Rhône-Alpes, 20 PGRE sont adoptés, 6 sont en cours d’élaboration (Séran, Cance, Gier, Galaure, Drôme des collines et Payre Lavezon) et 3 non encore engagés (Méouge Berre, Sud-Ouest Lémanique).
« En 6 ans, 5 millions de m3 ont été économisés en Rhône-Alpes et 15 millions de m3 ont été substitués grâce à des prélèvements dans des nappes ou des rivières plus abondantes. La dynamique est donc lancée, mais il reste essentiel de pouvoir rendre compte de la mise en œuvre effective des plans d’actions définis, de constater leur efficacité, et de développer une vision prospective de l’évolution de la ressource et des besoins dans le contexte du changement climatique », a-t-il été ainsi rappelé par l’agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse lors de la journée.
 
     L’un des enjeux : sécuriser la distribution de l’eau
Des travaux évalués à 11 millions d’euros permettront aux 13 sources du bassin versant classées en déficit quantitatif de bénéficier de débit de restitution allant de 3 litres par seconde à 28 litres par seconde. Mais pour que cela fonctionne, il est essentiel que l’eau rendue aux cours d’eau ne soit pas prélevée par d’autres usagers à l’aval. Aussi, le Cisalb travaille en parallèle avec les agriculteurs (pour lesquels des retenues de stockage ont été réalisées), les riverains, les industriels... Un projet Eau-Climat est en cours avec les communes qui peuvent agir sur les fuites, la récupération de l’eau pluviale, la désimperméabilisation des sols et l’adaptation des espaces verts aux nouvelles températures. En 2022, au terme du PGRE, un bilan permettra de valider les nouveaux enjeux et de se préoccuper des zones moins sensibles aujourd’hui, mais qui risquent de basculer vers un état de déficit quantitatif.
 
      L’agence de l’eau, en 1re ligne pour accompagner les territoires
Au cours des 10 dernières années, les économies d’eau dans le bassin Rhône-Méditerranée ont représenté 347 Mm3/an (ce qui, pour illustration, correspond à un peu moins de la moitié des prélèvements annuels pour l’eau potable de Rhône-Alpes), en particulier grâce à des travaux sur les réseaux d’eau potable et sur les canaux d’irrigation agricole.
Les équipements de substitution des prélèvements (retenues de stockage ou équipements de transfert d’eau) ont également fortement progressé. Depuis 2015, l’agence de l’eau a financé 55 ouvrages de substitution en lien avec les PGRE, dont 34 pour des usages agricoles. Ils ont permis de substituer 52 Mm3 d’eau pour 192 M€ de travaux.
« L’enjeu est maintenant de desserrer collectivement les tensions et d’identifier les marges de manœuvre pour un partage équilibré de la ressource, dans le respect du bon fonctionnement des milieux aquatiques, a par ailleurs indiqué Laurent Roy, directeur général de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse. Les projets de territoire et les plans de gestion de la ressource sont une première étape incontournable et structurante même si leur mise en œuvre peut être complexe. J’invite tous les acteurs des territoires à garder le cap des ambitions et des actions définies dans ces plans de gestion ».
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Détection et réparation d'une fuite d'eau
Détection et réparation d'une fuite d'eau
Avec un rendement de plus de 90%, le SEDIF se situe parmi les services publics d'eau les plus performants de France. Ce résultat est dû à des fuites moins nombreuses, détectées et réparées rapidement. La preuve en images.
AEP & assainissement : les tuyaux font de la résistance
AEP & assainissement : les tuyaux font de la résistance
Qu’ils soient en fonte, en béton, en grès, ou en matière plastique, à l’heure du choix des canalisations pour les réseaux d’eau potable ou l’assainissement, la durabilité du matériau est un atout indéniable non seulement pour des raisons économiques, mais aussi en termes de durabilité environnementale. Avec un objectif de 100 ans, les fabricants de tuyaux, raccords et autres systèmes complets, ne relâchent par leurs efforts pour que leurs produits puissent résister au temps qui passe, et ce, dans toutes les conditions. Panorama de quelques exemples et innovations.
Produits béton pour le VRD, Fabemi s’adapte aux exigences du marché
Produits béton pour le VRD, Fabemi s’adapte aux exigences du marché
L’aménagement de l’espace public passe par le choix des solutions durables, en terme d’équipements et de produits de voirie, d’aménagements urbains, sans oublier, la gestion de l’eau et réseaux secs. Pour cela, le fabricant Fabemi a regroupé dans l’édition 2021 de son catalogue, les dernières solutions et produits illustrés dans une approche technique et de conseils.
Petavit approuve un actionnariat participatif inédit  
Petavit approuve un actionnariat participatif inédit  
Bien connue par les professionnels des travaux du cycle de l’eau, la société Petavit change d’actionnaires au profit d’un système participatif composés de cadres dirigeants de l’entreprise. Cette PME régionale poursuit son essor tout en conservant son essence.  
Télécoms : Angers l'ambitieuse
Télécoms : Angers l'ambitieuse
C’est le 12 novembre dernier qu’Angers Loire Métropole a donné le coup d’envoi d’un spectaculaire projet de Smart Territoires en retenant Engie et ses partenaires (Suez, La Poste et le groupe Vyv) pour conduire ce projet d’envergure au budget de 120 millions d’euros.
Le réseau de chaleur de Compiègne se transforme et se « verdit »
Le réseau de chaleur de Compiègne se transforme et se « verdit »
Levier du verdissement énergétique, la construction de la chaufferie biomasse du réseau de chaleur compiégnois vient de démarrer. Ce réseau, déployé par Engie Solutions, alimentera ainsi à 65 % grâce à l’énergie renouvelable, et ce à partir de 2022.
Pum & TenCate AquaVia s’associent pour soutenir le « Défi Titicaca »
Pum & TenCate AquaVia s’associent pour soutenir le « Défi Titicaca »
Portés par la même ambition, l’éco-entreprise TenCate AquaVia, fabricant français de solutions géotextiles innovantes et Pum, négociant en matériaux pour le BTP, ont décidé de soutenir conjointement un défi humain à haute valeur environnementale, la traversée à la nage du lac Titicaca, en Amérique du Sud. Un engagement dans le prolongement d’une démarche de RSE adoptée par les deux entreprises.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.