Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RÉSEAUX VRD
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Risa, du terrain… à l’innovation

Partager :
Risa, du terrain… à l’innovation
Par Veronica Velez, le 30 janvier 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Réseaux VRD
À la fois concepteur et constructeur de matériels dédiés à la pose de réseaux aériens et souterrains, Risa fait partie de ceux qui ont choisi d’être particulièrement proches des attentes des utilisateurs. Alors même qu’il a déjà anticipé les évolutions en termes de compacité, d’ergonomie ou de motorisation, c’est sur le terrain, à l’écoute des nouveaux besoins que le constructeur pousse la réflexion, et ses développements. Martial Pautrat, directeur d’activité, suit cela de très près.

« Les attentes du marché en termes d’engins plus écologiques sont bien là, c’est certain, avoue Martial Pautrat, et nous étudions sérieusement les pistes. » Pour l’instant, le constructeur français a déjà pris les devants en termes de motorisation sur ses matériels, en les équipant de moteurs répondant à la norme Stage V, bientôt obligatoire. Sur ce point, Martial Pautrat ne cache pas sa satisfaction quant à la réussite du partenariat noué avec le motoriste Cummins. « Nos machines bénéficient aujourd’hui d’avantages certains, en termes de performances et de consommation, juge ainsi le directeur. Et même si la demande s’oriente vers des machines plus « vertes », nous sommes aujourd’hui dans le bon sens. Car, il faut bien l’avouer, ces moteurs sans EGR vont à la fois moins consommer tout en améliorant les rendements. »

Anticiper les normes. Certains utilisateurs diront « Oui, mais nous utilisons de l’AdBlue ! », enchaîne le responsable commercial. La version Etape V de la trancheuse embarque un système de post-traitement du type “single module”, regroupant dans un seul élément, et donc dans un encombrement limité, un DOC (catalyseur d’oxydation diesel), un filtre à particules et un système SCR (réduction catalytique sélective), et l’injection d’Adblue. « Cummins a proposé une alternative intéressante avec le single module, moins encombrant et donc moins lourd (30 % de moins par rapport à la version précédente. Les moteurs, ainsi débarrassés de l’EGR, sont alors plus sains et les échappements plus simples, même avec l’injection d’AdBlue, ils réduisent les émissions polluantes, ce qui est déjà un peu mieux pour la planète » explique Martial Pautrat.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La compacité, une demande constante. Les trancheuses Risa sont réputées sur le marché pour leur compacité, et le constructeur n’en démord pas. Il s’efforce alors de proposer des machines toujours plus puissantes, en montant en gamme, mais sans augmenter la taille. L’ergonomie du poste de travail fait également partie des évolutions demandées par les utilisateurs. Ainsi, les cabines sont plus confortables, pressurisées, climatisées, insonorisées, moins sujettes aux vibrations et offrent plus de visibilité (la cabine est à élévation hydraulique). Des caméras déportées ont également été ajoutées pour couvrir tous les angles morts. « Aujourd’hui, les entreprises cherchent à économiser du gasoil, à avoir des machines plus sûres et plus intégrées au chantier. La versatilité de nos trancheuses, équipées de plusieurs outils, va leur permettre d’aller poser à la fois des réseaux d’eau et de la fibre. Elles se replient, se tractent et peuvent même rentrer dans un gabarit routier, de quoi sérieusement optimiser les transports. Une seule machine pour tout faire, et cela même, si ce n’est pas le même métier ! » pointe le directeur.
Les gammes des gros gabarits de machines sont aujourd’hui pourvues des dernières technologies en matière de systèmes d’informatique embarquée, télématique… « Pour pouvoir suivre une machine, savoir si elle a un bon rendement, prévoir et traiter plus facilement l’entretien et la maintenance, l’électronique est indispensable » ajoute-t-il.

Avec le boom des travaux de pose de fibre optique, les constructeurs de matériels sont au taquet, et Risa l’est tout autant avec des demandes qui affluent, à la fois pour de la pose en souterrain, mais aussi, pour l’aérien. Dans ce domaine, l’arrivée sur le marché de nouveaux acteurs, avec de nouvelles idées, de nouveaux process, pousse les constructeurs à innover. « Actuellement, souligne Matial Pautrat, nous faisons évoluer presque tous les mois notre petite grue pilotée à treuil. Nous essayons d’améliorer la productivité tout en augmentant la sécurité, et cela ne passe pas forcément par de grosses innovations. Car en suivant les gens sur le terrain, on s’aperçoit qu’en plaçant au bon endroit, le coffre, la petite commande, avec des tarières qui se montent plus facilement… Bref, en améliorant finalement l’ergonomie du poste de travail de manière intelligente, on arrive à faciliter et donc accélérer le travail. C’est l’innovation au quotidien, et elle n’est pas forcément incroyable ! »

« Aujourd’hui, on va presque plus vite à construire les machines que les entreprises à former les personnes » constate le directeur d’activité. Pour pallier au manque de main-d’œuvre qualifiée dans la pose de fibre, il faut donc recruter et former, c’est l’urgence. Risa a pris la mesure de l’enjeu et a donc développé des cursus de formation, développés avec ses clients, selon une prise en main de la machine qui se déroule en trois étapes. D’abord en salle de formation pour la sécurité, ensuite, en atelier, pour la fabrication de la machine, et pour finir, sur le terrain, avec l’utilisation. L’opérateur, imprégné de la mécanique de la machine, de sa fabrication, pourra alors mieux la manipuler et donc la ménager. La démarche est très bien accueillie et va également ouvrir sur de nouveaux enjeux comme l’explique encore Martial Pautrat : « Cette nouvelle population d’utilisateurs que nous rencontrons durant ces formations, nous fait quelques fois changer notre vision de la machine. Ainsi, si un opérateur novice avait tendance à faire des erreurs de manipulation sur la machine, nous avons adapté nos machines aux erreurs qui étaient éventuellement faisables. Hier, nous vendions du matériel spécifique à des utilisateurs spécifiques, avec une expérience de 30 ans dans le forage. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Désormais, nous vendons du matériel spécifique à des utilisateurs, point ».
Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire d’établir une collaboration et une communication étroite entre les constructeurs et la nouvelle génération d’utilisateurs.

Crédit DR
Retrouvez toute l'information "réseaux VRD" dans Réseaux VRD.
Réseaux VRD, le seul magazine 100% réseaux.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Du béton radioactif dans BTP ça tourne !

Du béton radioactif est-il utilisé dans les chantiers du Grand-Paris? Dans ce nouveau numéro, vous découvrirez le combat judiciaire des habitants de Tournai-sur-Dive dans l’Orne.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Les enchérisseurs montrent un intérêt certain pour le secteur du matériel. Nombreux sont en effet les spécialistes à dévoiler leurs velléités et leurs ambitions avec un business-model défini. A leurs façons et plus subrepticement, ces acteurs participent aussi à la professionnalisation du marché de l’occasion. Pour beaucoup d’observateurs, le marché de l’occasion du matériel en France pèserait près d’un milliard d’euros, une goutte d’eau au sein du marché mondial lequel est estimé à 50 milliards de dollars aujourd’hui, mais suffisamment important pour constituer une manne voire « un centre de profit » comme le confiait ce spécialiste du secteur chez Bergerat Monnoyeur. Les enchérisseurs ont, de leur côté, compris qu’il était important d’y évoluer également. En 2018, d’après le Conseil des Ventes Volontaires (CVV) le marché des enchères pour l’activité « matériel industriel » représentait en France 64 millions d’euros pour un peu plus de 11 000 machines écoulées. Pour les entreprises de TP, se procurer un matériel par le biais des enchères n’est plus « un mal nécessaire » mais une solution pour reconstituer sa flotte ou la renforcer. Les enchérisseurs ont de leurs côtés professionnaliser leurs équipes, développer leurs experts et proposent un large choix de matériel, toutes gammes confondues attirant au passage un grand nombre d’acheteurs potentiels et garantissant des prix attractifs. Parallèlement, c’est aussi une concurrence qui se développe entre ces pros qui choisissent, soit la vente traditionnelle physique, soit la voie digitale avec son offre de prestations annexes, soit, encore, une solution à mi-chemin, dite « phygitale ». C’est notamment cette dernière voie qu’a choisi Richie Bros, le poids lourd du secteur. « Les professionnels n’ont jamais eu autant besoin de matériels et c’est normal au regard de l’ampleur des chantiers existant en France aujourd’hui et à commencer par le Grand Paris », introduit Loïc Lefort, directeur commercial France chez Richie Bros. Ritchie Bros préparait le 25 juin dernier à Saint-Aubin-sur-Gaillon, une vente aux enchères au cours de laquelle près de 3 000 lots étaient mis à disposition des utilisateurs finaux et marchands. Et ce n’est pas tout, quelques jours plus tard, c’est IronPlanet, filiale digitale de Richie Bros, qui organisait à son tour son « Online Summer Auction » proposant une grande sélection d’équipements de construction et agricoles récents, représentant des dizaines de marques. Plus de 600 articles étaient mis aux enchères dont des pelles, chargeuses sur pneus, compacteurs, tracteurs, camions, chargeuses-pelleteuses, groupes électrogènes, plates-formes hydrauliques, etc.
Voirie et Réseaux Divers : parlons innovations !
Voirie et Réseaux Divers : parlons innovations !
Émergence de la connectivité, simplification et automatisation de l’utilisation des matériels sur les chantiers, ergonomie et réduction de la pénibilité pour l’opérateur, réduction de l’impact environnemental… le secteur des matériels dédié aux travaux autour des Réseaux n’échappe pas à toutes ces tendances. Ajoutez à cela les problématiques liées aux différents secteurs, gaz, assainissement et eau potable, électricité, réseaux de communication, et vous obtenez des matériels résolument tournés vers l’innovation, avec en ligne de mire, l’augmentation de la productivité.
Troostwijk : une vente aux enchères en France le 26 avril prochain
Troostwijk : une vente aux enchères en France le 26 avril prochain
Troostwijk France annonce une vente aux enchères le 26 avril prochain dans le domaine de la construction et des travaux publics.
Enchères : Troostwijck met une vingtaine de lots à la vente
Enchères : Troostwijck met une vingtaine de lots à la vente
Au-delà de la simple vente du 26 avril, Troostwijck souhaite se faire un nom auprès des professionnels hexagonaux, concessionnaires et utilisateurs finaux, et s’engage à renouveler autant que possible ce type d’évènements.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Applications
Accès au kiosque
Événements
Energaia 2019
11 Décembre 2019
Energaia 2019
RDET 2020
7 Janvier 2020
RDET 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.