★ PAGES SPÉCIALES
TDM 2023
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
À la uneINFRASTRUCTURES TP

La construction métallique ne faiblit pas

Par la rédaction. Publié le 8 décembre 2022.
La construction métallique ne faiblit pas
Crédit : SCMF
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Dans un marché mondial chahuté par les difficultés d’approvisionnement, la construction métallique fait état d’une bonne année 2022, sur la même lancée sur 2021, marquée par un CA en croissance de +19 %.

« Malgré les difficultés d’approvisionnement des premiers mois, l’impossibilité de répercuter sur le prix de vente l’intégralité des hausses des matières premières, ainsi qu’un ralentissement des prises de décisions des maîtres d’ouvrage en cette fin d’exercice, 2022 restera une bonne année pour notre profession », débute Roger Briand, président du SCMF. Et de poursuivre : « Le chiffre d’affaires réalisé par le secteur est en progression de + 19% du fait des très fortes hausses des matières premières et en particulier l’acier (+ 140%) dans un marché national inflationniste ». L’activité 2022 a essentiellement été assurée par l’investissement privé même si les investissements publics s’avèrent en évolution. Les travaux du Grand Paris, des jeux olympiques et la requalification de centre-ville contribuent au développement d’une commande publique atone ces dernières années. Si la production annuelle devrait atteindre les 768 000 tonnes, soit un résultat proche de celui de 2021, il faut noter que l’évolution des affaires conclues en 2022, est légèrement inférieure à 2021, avec un regain de dynamisme marqué depuis août.

Les carnets de commandes de la construction métallique française affiche, en moyenne, 6 mois d’activité. Le premier semestre 2023 devrait connaître une activité toujours soutenue, avec un horizon pour le second semestre demeurant incertain. Roger Briand de préciser : « Globalement, les dossiers de consultation sont nombreux, avec des disparités selon les régions ». Si les bâtiments industriels demeurent l’activité principale des constructeurs métalliques (64 % de parts de marché), en 2022, les bâtiments de commerces, ainsi que les bâtiments de stockage et les bureaux, connaissent également de fortes hausses. Enfin, la construction de ponts et passerelles reste soutenue, affichant des carnets de commande de plus de 6 mois.

Taux des capacités de production

Ce taux des capacités de production est un indicateur très suivi par la profession. Aujourd’hui celui-ci demeure, depuis 2021, très élevé, proche des 80 %. Les industriels sont donc enclins à investir fortement, notamment pour la construction de bâtiments industriels. Ces extensions ou nouvelles réalisations sont en grande majorité exécutées par des constructeurs métalliques qui voient ainsi leur activité se développer. « Les constructeurs métalliques envisagent l’avenir avec sérénité grâce notamment à des carnets de commandent qui se remplissent et à de nombreuses demandes en études et chiffrages de dossiers, en cette fin d’année. Cependant, les alertes des économistes nous obligent à la prudence pour fin 2023 », rappelle Roger Briand. 

Les aciers bas carbone s’imposent

S’il est généralement avancé que la production d’1 kg d’acier émet 2 kg de CO2, le marché propose des aciers dont les FDES confirment des résultats bien plus performants. Ainsi, Xcarb, acier d’Arcelor, revendique seulement 0,3 kg de CO2 par Kg de construction métallique produite. Par ailleurs, les récentes FDES du CTICM affichent également de belles performances. À titre d’exemple, pour des profils du commerce, seulement 1,3 Kg de CO2 sera généré par Kg de construction métallique produit ; pour un profil reconstitué soudé, il ne sera que de 1,4 kg de CO2.

« Essentiel dans la réalisation de structure antisismique, incombustible, imputrescible et insensible aux attaques de parasites, l’acier est, par définition, infiniment durable. Dans cette approche, la traçabilité du matériau et des éléments constitutifs est essentielle afin de définir ses réemplois futurs. Une banque de poutrelles, plaques, modules, peut ainsi être répertoriée selon les poids, tailles, capacités structurelles. C’est un marché de l’occasion qui verra prochainement le jour », croit Roger Briand. Le président du SCMF joint le geste à la parole : il utilisera 100 tonnes de poutrelle d’acier provenant de l’ossature des ex-halles Alstom de Nantes dont le démontage s’est achevé en début d’automne pour la construction de sa prochaine usine aux Herbiers en 2023.


 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
BTP Magazine
Le magazine des nouveautés, tendances et stratégies des constructeurs.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
7 septembre 2022
Fin du chantier du barrage de Poses en 2025 D’un montant global de 39,2 M€, le chantier du barrage de Poses, se poursuit encore jusqu'en 2025. 
Fin du chantier du barrage de Poses en 2025
4 octobre 2022
L'hygiène en voie d'amélioration sur les chantiers L’OPPBTP et l’ACIM-DLR, via la Commission Sanitaires et Unités Mobiles SUM/DLR, nouent un partenariat voué à améliorer les conditions et installations d’hygiène sur les chantiers.
L'hygiène en voie d'amélioration sur les chantiers
8 décembre 2022
Vinci, premier actionnaire d'OMA au Mexique Vinci Airports officialise le rachat auprès de Fintech d’une participation de 29,99 % du capital d’OMA (« Grupo Aeroportuario del Centro Norte ») pour un montant total de 1,17 milliards de dollars, et devient ainsi le premier actionnaire du groupe aéroportuaire mexicain. 
Vinci, premier actionnaire d'OMA au Mexique
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola