CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Carrières > Bell France : « Vendre la bonne machine pour la bonne application »
CARRIÈRES

Bell France : « Vendre la bonne machine pour la bonne application »

PUBLIÉ LE 13 OCTOBRE 2023
JULIA TORTORICI
Archiver cet article
Bell France : « Vendre la bonne machine pour la bonne application »
B25EN. Crédit : Bell
Malgré une fin d’année décevante, Bell France s’aligne sur ses résultats de 2022. Le constructeur a su développer ses nouveaux concepts à l’export et cultive un service proactif de proximité. 

L’année a bien débuté pour Bell France en dépit du niveau d’affaires en baisse à fin avril. Pour autant, 2023 s’annonce sur la même ligne que 2022, portée par des commandes rapides précoces au premier trimestre, puis freinée par les délais et ruptures d’approvisionnement. Le constructeur qui admet qu’il aurait pu « mieux faire », se satisfait néanmoins de « ventes significatives à l’export, dans 10 pays, dont l’Italie, la Turquie, et la Belgique ». Une tendance qui devrait se confirmer dans les années à venir. « Nous avons su développer nos nouvelles machines – le B20E, le B25EN (étroit), le B45E 4X4 et le B60 4x4 – au concept si particulier qu’il nécessite de les faire accepter. Ils font leur place et c’est un signal très positif », affirme Yves Prévot, directeur général de Bell France. Le constructeur récolte les fruits d’un « travail de fond important » qui milite pour la vente « de la bonne machine pour la bonne application ». En France, il y aura à passer un léger tassement en 2024 dû à l’inflation, à la hausse des taux de financement machine, et à l’augmentation des coûts de fourniture du matériel.

« Nous sommes la 1ère seconde carte » 

Dans l’Hexagone, le réseau Bell reste stable malgré quelques changements induits par la valse des cartes. Le concessionnaire Payen a ainsi accueilli Hyundai, Cobemat est devenu HCMF, et Medimat distribue dorénavant Sany. Bell qui se définit « la 1ère seconde carte des distributeurs » se targue d’un service proactif de proximité à la réactivité sans pareille. « Un tombereau est avant tout un concept mécanique de production, au gabarit qui souffre, et qui doit par conséquent être suivi par des techniciens compétents », rappelle Yves Prévot. Le constructeur, qui comme beaucoup fait face à « un gros enjeu de recrutement » travaille à la formation de ses concessionnaires et affiche sa volonté de recruter un inspecteur technique pour le quart Sud-Est France, Italie, Suisse et Turquie incluses.

Du plus grand au plus petit

Bell, dont les développements moteurs tournent autour du HVO 100, et qui se considère « leader sur la maîtrise de la consommation de carburant » - « Nous polluons moins à solution moteur équivalente » - attendra le 2e semestre 2024 pour commercialiser deux chargeurs sur chenilles de 11T et 7 T, lancés avec succès aux Etats-Unis, et qui devraient bientôt obtenir leur certification CE. « Cette offre complémentaire se destine aux concessionnaires spécialisés dans les réseaux et les travaux en montagne. Ces machines trouveront tout leur sens sur les terrains peu portants, très accidentés, sur de faibles volumes,comme les tourbières », précise Yves Prévot. 
 
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Medimat multiplie les nouvelles cartes et s'étend en PACA
Medimat multiplie les nouvelles cartes et s'étend en PACA
Bell et Allison Transmission bravent les argiles pour Sandritter Transport
Bell et Allison Transmission bravent les argiles pour Sandritter Transport
Les TeraDays cartonnent en Savoie
Les TeraDays cartonnent en Savoie
Comptoir de Location maîtrise les émissions avec Hiboo
Comptoir de Location maîtrise les émissions avec Hiboo
Tous les articles Carrières
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS