★ PAGES SPÉCIALES
TDM 2023
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
À la uneTERRASSEMENTS

Cherche matériels 0 émission et 0 accident

Par Julia Tortorici. Publié le 27 juin 2022.
Cherche matériels 0 émission et 0 accident
Crédit : Loxam
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Avec ses 5e Rencontres Sécurité & Environnement, Loxam a souhaité créer une émulation autour de thématiques majeures dans un secteur de la location directement concerné par la transition écologique et la sécurité des personnes.

« Autrefois Rencontres de la Sécurité, une thématique qui a une énorme importance depuis 5 ans, l’évènement intègre un volet Environnement désormais incontournable dans nos métiers, débute ainsi Gérard Déprez, PDG de Loxam. L’idée était de confronter nos idées et de rapporter différentes expériences. Nos fournisseurs doivent être conscients que nous avons à la fois des besoins en sécurité et en environnement. Que la demande est là, et qu’il faudra se mettre au diapason, ou demain nous ferons appel à d’autres fournisseurs en l’absence de réponses ». En tant que société de location de matériel, Loxam n’entend pas s’abstenir des débats. Sa filiale Elévation est déjà à l’origine de la mise en place de barres anti-écrasement sur les nacelles, de harnais de sécurité, de passerelles extensibles et amovibles sur camions… « L’innovation, nous la cultivons en interne ou nous nous rapprochons de partenaires capables de nous l’offrir, poursuit le dirigeant. Loxam est en mesure de soutenir les jeunes pousses dans l’élaboration de prototypes et de les accompagner dans un
déploiement à grande échelle ».
 
Crédit : Loxam

655 000 accidents du travail en 2020

Un chiffre encourageant. Le nombre d’accidents du travail a baissé en 2020 à 655 000 cas répertoriés. « Les comportements sont fréquemment mis en jeu dans les accidents du travail, souligne Michel Poncelet, directeur Performance, Equipements, Projets bas carbone et sécurité de Colas. Sur les EPI, nous avons fait le nécessaire. Mais ce sont les comportements sur chantier liés à la sécurité et la sobriété qui seront la prochaine étape ». « L’hydrogène est une nouvelle énergie qui exige de nouvelles compétences, commente quant à elle Caroline Mazzoleni, directrice adjointe Hydrogène et Smart Energies de Bouygues Energies & Services. Son avènement est une opportunité incroyable mais impose de nouveaux process sur chantier ». « Environnement ou sécurité, ces enjeux ont besoin de rupture, croit Sébastien Marie, responsable du domaine Travaux Publics à l’OPPBTP. Les solutions ne seront pas que techniques. La prise de conscience sera un levier de sensibilisation puis nous devrons faire appel à la formation pour établir le bon geste technique ».
 
Crédit : Loxam

L’interface homme-machine montrée du doigt

« La coactivité homme-machine concentre 10% à 15% des incidents, reprend Michel Poncelet. Par conséquent, nous nous intéressons particulièrement aux systèmes d’aide permettant une vision à 360°, à l’intelligence artificielle, qui, en analysant les images, peut reconnaître les formes, ou encore au marquage au sol, très efficace de nuit. Les alarmes sur les machines ne suffisent pas. Nous croyons néanmoins que le chauffeur reste maître à bord, et doit continuer à échanger avec ses collaborateurs sur le chantier ». Partant de ce constat, Colas challenge constructeurs et fournisseurs sur ce sujet sensible de la sécurité. Les développements sont conjoints. « Le risque engin-piéton est très important, confirme Sébastien Marie. Les systèmes de détection à base d’IA, de blue spots ou encore de radars existent déjà. Mais sont-ils nécessaires et suffisants ? Je ne suis pas convaincu ». De belles initiatives sont toutefois nées de ces premières réflexions. Les convoyeurs à enrobés et les tiltrotateurs en bout de pelle constituent une première réponse éprouvée aux enjeux de sécurité sur chantier.
 
Crédit : Loxam

« Réfléchissons à la bonne solution avant d’agir »

« L’hydrogène est une nouvelle énergie qui exige de nouvelles compétences, commente quant à elle Caroline Mazzoleni, directrice adjointe Hydrogène et Smart Energies de Bouygues Energies & Services. Son avènement est une opportunité incroyable mais impose de nouveaux process sur chantier. On ne peut réfléchir de la même façon qu’avec des énergies fossiles. Les énergies alternatives ont besoin d’être quantifiées et doivent être adaptées au besoin. Une bonne préparation est inévitable ». En l’absence de technologie de rupture, aucune solution nouvelle ne se détache réellement. La bonne solution réside pour l’heure dans l’optimisation du mix énergétique. « Des véhicules légers à batteries seront ainsi plus adaptés en ville. L’hydrogène fera sens pour des tombereaux et camions bennes transportant des charges importantes dans les zones à dénivelés inégaux », indique la responsable.
 

Sobriété et efficacité

Pour Michel Poncelet, une première réponse consiste à consommer moins d’énergie. « Nous ne pouvons miser à 100% sur une seule énergie, abonde-t-il. L’électrique se trouve assez facilement partout. Les premières versions à hydrogène sont plutôt chères. Le gaz dispose d’un beau réseau mais concentre de grosses tensions géopolitiques. Restent les biocarburants qui sont une solution de transition intéressante, compatible avec les engins existants ». « N’oublions pas que l’environnement, ce n’est pas que l’émission de CO2 mais aussi de poussières et d’azote, pointe Sébastien Marie. La captation de ces émissions polluantes pour les matériels manuportables est un sujet qui concerne également la sécurité ».

Le coût drive la décision

« La sécurité implique de gros coûts, en convient Emmanuel Houles, directeur Achats d’Invivo, un important utilisateur de télescopiques et nacelles agricoles. Mais il y a surtout du travail à faire sur le matériel à faibles émissions ». Parmi les principaux freins à la recherche de solutions durables pour la sécurité des personnes et la santé de l’environnement, la majeure partie des entreprises/partenaires/fournisseurs présents à ces 5e Rencontres de la Sécurité et de l’Environnement ont avancé la disponibilité des solutions, l’acheminement de la source d’énergie au consommateur, ou encore la sensibilisation au TCO.
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Terrassements & Carrières
Le magazine pensé comme un outil destiné aux carriers, aux terrassiers et aux entreprises de construction routière.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
9 janvier 2023
Le marché des machines d'occasion reste stable Si 2022 est désormais derrière nous, le déclenchement de la guerre a encore aggravé l'incertitude de l'industrie et les problèmes déjà existants se sont encore accentués. Malgré l'incertitude, les affaires ont bien marché pour certains secteurs industriels, comme le marché des machines d'occasion. Il profite des problèmes de la chaîne d'approvisionnement et de l'inflation.
Le marché des machines d'occasion reste stable
14 octobre 2022
Eiffage, Sarpi et Cemex déblaient la ligne 15 Est Eiffage, Sarpi et Cemex décrochent en groupement le marché pour la gestion des déblais de la future ligne 15 Est du Grand Paris Express. Un marché évalué à plus de 200 M€.
Eiffage, Sarpi et Cemex déblaient la ligne 15 Est
31 août 2022
TLM/Transition énergétique et RSE : Salti Avec plus de la moitié de son parc constitué de matériels plus tolérables du point de vue écologique, SALTI se targue d’une véritable progression de sa politique de transition énergétique. Avec l’appui de l’organisme de notation EcoVadis, le loueur a mis en place de nombreux process de réduction de son impact sur l’environnement, et promet un nouveau service : le bilan carbone par location.
TLM/Transition énergétique et RSE : Salti
Tous les articles TERRASSEMENTS
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola