Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Confinement : les PME numériquement sans défense face au Covid ?

Confinement : les PME numériquement sans défense face au Covid ?
Par S. B., le 29 octobre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Alors que le 2e confinement débute ce soir à minuit, le retard pris par les PME françaises dans le domaine du numérique, va à nouveau leur faire beaucoup de tort. Les PME et le numérique, c’est une histoire d’amour qui a bien du mal à prendre son envol. Nous avons rencontré Laurent Silvestri, pdg d’OpenIP et président du CDRT, pour en savoir plus.

ConstructionCayola.com : Comment se portent les PME françaises ?
Laurent Silvestri : Le sujet est vaste mais comme élément de réponse, je vous dirais simplement qu’elles ont du mal à devenir des ETI (entreprises de taille intermédiaire, ndlr). Trouver une explication à cela en quelques mots serait très réducteur mais peut-être faut-il y voir un manque d’ambition, d’internationalisation ou encore de digitalisation.

Cc.com : 22 % des PME n’ont pas de site web. Pourquoi ?
L. S. : La plupart du temps, elles considèrent simplement que cela ne sert à rien. C’est lié à un manque d’ambition et aussi, sans doute, à un manque de compréhension des opportunités commerciales offertes par le web.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
R-VRD : Le numérique va-t-il s’imposer chez les PME ?
L. S. : La nouvelle normalité va intégrer le numérique. C’est une évidence. Cette crise a montré que la numérique permettait d’avoir des entreprises plus résilientes. De plus, les entrants sur le marché du travail sont des « digital-native », ils sont nés et ont grandi avec ces outils. Une entreprise qui n’aura pas pris ce virage ne les attirera pas.

Cc.com : Sur les services, est-il facile de concurrencer les GAFAM ?
L. S. : C’est compliqué. Les entreprises ont tendance à aller vers les GAFAM ou des entreprises comme OVH pour le Cloud. Les tarifs y sont plus attractifs et, quoiqu’on en dise, le prix restent le critère principal de choix des PME. J’étais récemment à une soirée sur le thème de l’éco-responsabilité et du GreenIT : pour résumé, le sujet c’était « c’est bien de faire du Green, mais avant tout, il faut faire des économies ». Sans apporter d’économies, la PME ne va pas écouter mon discours sur l’écologie. Il faut prendre ça en compte.

Cc.com : Comment pousser les PME à voir plus loin que le prix ?
L. S. : Par la pédagogie. Depuis l’ouverture de la concurrence, la seule chose qu’on a su leur proposer, c’est du tuyau avec un prix moins cher. C’est très réducteur. Les PMEs souhaitent être prises par la main et elles sont prêtes à payer pour bénéficier d’un partenaire numérique de confiance.

Cc.com : Comment expliquer que seulement 20% des PME soient équipées en fibre optique ?
L. S. : C’est principalement parce qu’aujourd’hui, les offres fibre professionnelles sont les offres FTTO et FTTE. Or, ces offres fibres dédiées sont onéreuses et plutôt dédiées aux moyennes entreprises. Les petites entreprises ne refusent pas de s’équiper. Elles attendent des offres à des tarifs plus attractifs, avec GTR ou avec débit garanti. Ces offres sont récentes et encore loin de couvrir le territoire. Le retard d’équipement des PMEs s’explique par le fait que ces offres ne datent que de 2018. L’accélération du déploiement FTTH grand public depuis quelques années est une bonne nouvelle mais une entreprise ne peut fonctionner sereinement sans délai de temps de rétablissement (GTR) et sans débit garanti.

Cc.com : Que peut apporter internet à une PME ?
L. S. : Il y a des opportunités commerciales, des possibilités d’aller chercher de nouveaux clients car internet est le plus grand marché au monde. Mais il y a aussi des opportunités opérationnelles lorsque l’on dématérialise l’entreprise. Cela peut être une comptabilité en ligne, des notes de frais, des tickets restaurant ou encore la téléphonie dématérialisés. Cette dématérialisation est synonyme de productivité, d’amélioration de la rentabilité, d’attractivité pour le recrutement.

Cc.com : N’y a-t-il pas une part de crainte chez les PME à l’idée de tout dématérialiser ?
L. S. : C’est un des éléments important en effet. Pendant longtemps, le réseau internet a manqué de fiabilité. Ce n’est plus du tout le cas d’autant que la fibre le fiabilise encore plus !

Cc.com : Avec l’arrivée de ces offres récentes, ressentez-vous une appétence des PME pour la fibre ?
L. S. : Oui, bien sûr. Il y a une envie de numérique, de digitalisation. Mais la France a un vrai problème d’éducation numérique dans le cursus scolaire. Et un chef d’entreprise, quel qu’il soit, est encore peu « numérique ». Et c’est pareil pour les salariés qui ont du mal à se digitaliser. Les gens adorent le numérique pour faire des photos, regarder tous types de vidéos ou consulter les réseaux sociaux mais ils ne veulent pas prendre de cours d’informatique pour leur profession. De plus, on a un problème de prise de conscience du potentiel d’internet. Regardez les géants de la vente par correspondance qui n’ont pas su laisser leurs catalogues papier pour investir massivement le web : ils ont disparu. L’entreprise d’aujourd’hui doit être digitale.

Cc.com : Vous parlez de la téléphonie. Comment peut-elle être dématérialisée ?
L. S. : Par le cloud ! Mais c’est un sujet sur lequel la France est très en retard. Historiquement, le marché de la téléphonie d’entreprise en France est dominé par deux acteurs majeurs, Alcatel et Mitel (ex-Aastra, ex-Matra). Ces deux leaders historiques n’ont pas poussé leurs réseaux d’installateurs à privilégier la vente de matériel plutôt que de vendre du cloud. Pour illustrer le retard incroyable pris, encore aujourd’hui, Alcatel et Mitel n’ont pas d’offres cloud pour les PMEs. Depuis 4 à 5 ans, de nouveaux acteurs, trop souvent américains, arrivent en France avec des offres cloud, plus adaptées aux PMEs et récupèrent ce marché.

Cc.com : 85 % des PME ont activé le télétravail, au moins partiel, pendant la crise de la Covid-19. Cela s’est-il fait sans heurts ?
L. S. : Pas du tout. La plupart des gens ont activés des renvois sur leur téléphonie d’entreprises et sont partis avec leur téléphone mobile. Seul 11% des PMEs ont une téléphonie dans le cloud. Ce déploiement massif du télétravail a été un cauchemar en termes d’expérience utilisateur. De plus, on a pris d’énorme risque en termes de sécurité informatique. On parle d’une augmentation de 600 % des attaques informatiques ! Pour illustrer l’importance de développer une culture informatique de sécurité, je vous rappelle, il y a quelques mois, que le groupe Bouygues et toutes ses filiales ont été bloquées de longues journées à cause d’un ransomware.

Cc.com : Qu’elle attitude une PME doit-elle adopter ?
L. S. : Déjà, il faut comprendre que si le numérique fait faire des économies, il demande d’abord un investissement. Ne serait-ce que pour changer les postes téléphoniques, changer les PC sous-dimensionnés, pousser vers un équipement plus mobile, etc. Les PME doivent s’orienter vers leurs installateurs informatiques et télécoms de proximité pour bénéficier du meilleur accompagnement. Tout doit venir de la direction qui va pousser le mouvement. Il faut une stratégie de digitalisation qui va se construire avec un partenaire compétent de proximité.
 

Propos recueillis par Sébastien Battaglini
 

Retrouvez sur LinkedIn Sébastien Battaglini, rédacteur en chef de Réseaux VRD.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Risa : « Nos trancheuses doivent répondre à tous les types de marchés »
Risa : « Nos trancheuses doivent répondre à tous les types de marchés »
Ni les évolutions normatives, ni la crise sanitaire, ne semblent perturber la feuille de route du constructeur Risa, ni celle de son président, Bertrand Philaire et de ses équipes. Sans compter qu’avec un carnet de commandes sur 2021 quasiment plein, le concepteur et fabricant français n’a jamais été aussi conforté dans ses choix, celui de la compacité et surtout, de la polyvalence de ses trancheuses.
Un nouveau projet de valorisation du gaz de décharge au Canada pour Waga Energy
Un nouveau projet de valorisation du gaz de décharge au Canada pour Waga Energy
En signant un contrat avec la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) et l’énergéticien canadien Energir pour l’achat de gaz produit par son site d’enfouissement des déchets de Saint-Étienne-des-Grès au Québec, Waga Energy voit l’instalation de sa toute première solution Wagabox au Canada. Lancée en Europe il y a 5 ans, cette solution permet de valoriser le gaz des décharges sous forme de biométhane, sans contrainte technique ou financière pour les opérateurs.
Tarifs eau potable/assainissement : « On ne peut plus raisonner à l’économie »
Tarifs eau potable/assainissement : « On ne peut plus raisonner à l’économie »
Vers des services d’eau potable et d’assainissement plus performants, durables et au juste prix. C’est le défi lancé par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse aux 200 élus et techniciens de l’eau et de l’assainissement présents lors d’un webinaire, avec l’ambition de mettre au cœur des chantiers des nouvelles équipes municipales, une gestion durable des services.
Plan de relance : et si on pensait à l’éclairage ?
Plan de relance : et si on pensait à l’éclairage ?
Alors que le plan de relance économique attise bien des avis et des envies, la FNCCR propose un point de vue singulier sur la question avec une proposition de soutien à la rénovation de l’éclairage public en France.
Le Mala Ground Explorer, premier géoradar connecté
Le Mala Ground Explorer, premier géoradar connecté
Commercialisé par Astellog, le géoradar Mala Ground Explorer est le premier géoradar à intégré les avantages de l’échantillonnage temps réel. Car outre une conception robuste, le choix parmi 4 antennes avec technologie HDR, l’utilisation d’un chariot tout-terrain ou d’un kit de traction, le GroundExplorer est maintenant équipé d’une connexion à distance via la plateforme Mala Vision pour le transfert des données.
Bilan gaz Auvergne-Rhône-Alpes : moins de consommation et plus de gaz vert en 2020
Bilan gaz Auvergne-Rhône-Alpes : moins de consommation et plus de gaz vert en 2020
La baisse de la consommation nationale de gaz en 2020 s’est également confirmée pour la région Auvergne Rhône Alpes avec – 6 % par rapport à 2019. Climat exceptionnellement doux et crise sanitaire ont ainsi participé à ce phénomène de baisse tendancielle observé par GRTgaz. À l’heure du bilan annuel, George Seimandi, délégué territorial GRTgaz Rhône Méditerranée est également revenu sur l’essor des gaz renouvelables, une dynamique qui s’est encore poursuivie cette année.
Le Cerema expérimente l’injection de résine expansive pour conforter les routes impactées par les sécheresses
Le Cerema expérimente l’injection de résine expansive pour conforter les routes impactées par les sécheresses
En Indre-et-Loire, le Cerema, en partenariat avec le conseil départemental de l’Indre-et-Loire et l’entreprise Ureteck France, expérimente la solution de remédiation basée sur l’injection de résine expansive pour le confortement des routes départementales exposées au phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA) dans le contexte du changement climatique.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.