Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Réseaux VRD > Les cours d'eau européens en danger
RÉSEAUX VRD

Les cours d'eau européens en danger

PUBLIÉ LE 24 AVRIL 2023
S. B.
Archiver cet article
Les cours d'eau européens en danger
La carte européenne de l'état des cours d'eau en août 2022 fait froid dans le dos (Data source: EFAS Credit: CEMS/ECMWF)
Avant un été 2023 prévu comme redoutable pour nos réserves en eau, un retour sur l’été 2022 nous explique pourquoi les spécialistes s’alarment de ce qu’il va arriver dans quelques mois en observant le débit des fleuves européens.

Le « débit fluvial » est le volume d’eau s’écoulant dans un lit de rivière, mesuré en un point donné en mètres cubes par seconde. Si un débit fluvial élevé peut entraîner des inondations, à l’opposé, un faible débit fluvial peut se transformer en une sécheresse hydrologique, avec des impacts sur l’approvisionnement public en eau, la production d’énergie hydroélectrique et le transport fluvial commercial. C’est ce que l’on a vécu l’année dernière avec un été particulièrement chaud et sec.

L’étude Copernicus

En 2022, le débit annuel moyen des rivières à travers l’Europe était le deuxième plus bas d’un ensemble de données remontant à 1991. Il s’agissait également de la sixième année consécutive de débit inférieur à la moyenne pour la période de référence 1991-2020.
En termes de superficie touchée, 2022 a été l’année la plus sèche jamais enregistrée, avec 63 % des rivières affichant un débit inférieur à la moyenne. Le débit moyen annuel était de "exceptionnellement bas" dans 26% des rivières et "particulièrement faible" dans 20 %.
Le débit de la rivière était inférieur à la moyenne pendant 10 mois sur 12, y compris en mars, lorsque le débit moyen de la rivière était le plus bas jamais enregistré pour le mois. Les mois d’été affichent également un débit fluvial inférieur à la moyenne, ce qui a donné lieu au deuxième été le plus sec jamais enregistré, en termes de superficie touchée.

Quelques inégalité géographiques

Bien que les flux aient été inférieurs à la moyenne pendant la plupart des mois, il y avait des différences géographiques. Le mois d’avril a enregistré les débits fluviaux les plus étendus sur le plan spatial, 54% du réseau fluvial ayant un débit supérieur à la moyenne. En août, les deux tiers du réseau fluvial avaient un débit inférieur à la moyenne, un tiers de ces rivières ayant les flux "exceptionnellement bas". Pour le reste de l’année, environ la moitié du réseau fluvial avait un débit inférieur à la moyenne.
Le faible débit record à l’échelle européenne en mars est illustré par les très faibles débits observés dans les bassins versants du Danube, du Rhin, de la Meuse et de la Loire. Pour le Danube, le mois de mars a marqué le début d’une année exceptionnellement sèche, avec des records d’étiage enregistrés à plusieurs reprises. En Europe de l’Ouest, les bassins versants de la Loire et de l’Èbre ont un débit inférieur à la moyenne pendant 11 mois de l’année. Les faibles débits fluviaux ont entraîné une baisse du niveau des réservoirs dans plusieurs pays, par exemple en France et en Norvège.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Les 25 ans du Carrefour de l'eau : demandez le programme !
Les 25 ans du Carrefour de l'eau : demandez le programme !
Une brigade canine contre les fuites
Une brigade canine contre les fuites
AVK : Des bouches à clé innovantes
AVK : Des bouches à clé innovantes
A Marseille, le square Vaudoyer paré contre les ilots de chaleur
A Marseille, le square Vaudoyer paré contre les ilots de chaleur
Tous les articles Réseaux VRD
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS