Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Infrastructures TP > Plus de 100 M€ dans le nucléaire
INFRASTRUCTURES TP

Plus de 100 M€ dans le nucléaire

PUBLIÉ LE 12 JUIN 2023
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Plus de 100 M€ dans le nucléaire
Crédit : Pixabay
Le Gouvernement investit 100 M€ dans la formation, la recherche et l’innovation liées au secteur du nucléaire. Un plan d’actions a été reçu de l’Université des métiers du nucléaire.
 
En complément des mesures déjà déployées dans France Relance, du diagnostic des besoins en compétence remis au Gouvernement en avril dernier, et de la loi d’accélération du nucléaire votée au Parlement en mai dernier, de nouveaux jalons ont été franchis dans la course à la relance du nucléaire. Les autorités ont annoncé :

- 25 millions d’euros pour les deux premiers lauréats de l’appel à projets Réacteurs innovants de France 2030, Naaréa et Newcléo ; 
- un financement public important de France 2030 pour la phase d’avant-projet détaillé du projet de petit réacteur modulaire Nuward ; 
- 42 millions d’euros pour le premier lauréat consacré au nucléaire de l’Appel à manifestation d’intérêts « Compétence et métiers d’avenir » de France 2030 ;
- 40 millions d’euros pour la modernisation des équipements du Grand Accélérateur national d’Ions lourds (GANIL), grace à un investissement permis par la Loi de programmation de la recherche. Equipement unique en Europe basé à Caen, cette installation de recherche internationale pour la physique nucléaire fondamentale est l’un des outils déterminants de la recherche française sur les noyaux atomiques.
 
L’Université des Métiers du Nucléaire a également remis son plan d’actions détaillé sur les compétences pour que la filière nucléaire française soit en mesure d’attirer, de former et de recruter les 100 000 personnes dont elle aurait besoin au cours des dix prochaines années afin de mener l’ensemble de ses projets industriels. Le plan d’actions porte une analyse métier par métier de l’ensemble des formations existantes et propose pour chacun des actions concrètes, telles que la création de nouvelles formations ou d’actions visant à renforcer l’attractivité et la visibilité des parcours.

L’Université des Métiers du Nucléaire propose un ensemble de 30 actions concrètes dans 7 domaines visant à :  
- renforcer l’attractivité des métiers et des formations dans le domaine du nucléaire.
- favoriser l’orientation des élèves vers les cursus scientifiques et techniques ainsi que l’alternance.
- élargir les viviers de recrutement pour faire venir de nouveaux profils dans la filière nucléaire, en faveur en particulier la place des femmes, mais également celle de populations des quartiers prioritaires de la ville ou issues des zones rurales.
- adapter l’offre de formation initiale et professionnelle continue.
- réussir l’intégration des nouveaux collaborateurs dans les entreprises, au travers d’une stratégie de filière en matière de compagnonnage et en facilitant les transferts de compétences intergénérationnels.
 
Certaines nouvelle formations seront ainsi ouvertes dès septembre 2023, à l’instar notamment de l’ouverture d’un BTS CIRA au Lycée Grandmont à Tours, à l’ouverture d’un DEUST « Production Industrielle » au Lycée Pablo Neruda à Dieppe, des formations de niveau BAC +2 dans le cadre du projet « Nouveau Nucléaire, Nouvelles Compétences », pour lequel les Ministres ont également annoncé aujourd’hui un soutien financier de l’Etat à hauteur de 42 millions d’euros dans le cadre de France 2030 ou encore, d’une augmentation de 50 % des places ouvertes pour la formation d’ingénieur « filière nucléaire » de l’ENSE3 à Grenoble. Des dizaines d’autres formations seront ouvertes également en 2024 grâce à ce travail.
 
En parallèle, le plan d’actions rappelle les dispositions d’accompagnement mis en œuvre dans le cadre de France Relance, jugés les plus efficaces à l’instar des bourses du nucléaire, du dispositif « Parcour ingé », du dispositif de « Pass Nucléaire ». Il annonce également la pérennisation de la semaine des métiers du nucléaire lancée pour la première fois en mars 2023 et le lancement des « Découvertes des métiers des Energies en collège ». 
 
Enfin, le site « Mon avenir dans le nucléaire » (https://www.monavenirdanslenucleaire.fr/), permet aux collégiens, lycéens, étudiants et apprentis de découvrir ces métiers, et réalise la synthèse de toutes les formations, offres d’emplois et bientôt toutes les offres d’alternance et de stages.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Innovations et décarbonation chez Ammann
Innovations et décarbonation chez Ammann
BTP : une féminisation encore embryonnaire
BTP : une féminisation encore embryonnaire
Les travaux de l'écluse de Montmacq-Cambronne-lès-Ribécourt attribués à Bouygues TP et Razel Bec
Les travaux de l'écluse de Montmacq-Cambronne-lès-Ribécourt attribués à Bouygues TP et Razel Bec
Mark Stewart à la tête de Goodyear
Mark Stewart à la tête de Goodyear
Tous les articles Infrastructures TP
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS