x
Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

Infrastructures TP

Eurovia a trouvé la recette de la chaussée 100% recyclée

Partager :
     
Eurovia a trouvé la recette de la chaussée 100% recyclée
Par Charlotte Divet, le 10 octobre 2018
En avril dernier, sur Intermat, Eurovia a dévoilé la première usine d’enrobage mobile continue au monde (TRX 100%), développée en partenariat avec Marini-Ermont. Aujourd’hui, elle présente le premier tronçon routier contenant jusqu’à 100% d’agrégats d’enrobés recyclés grâce à cet outil industriel innovant.

Sur l’A10, dans le cadre d’un chantier de rénovation d’une route de 40 km pour Vinci Autoroutes, les équipes d’Eurovia ont mis en œuvre 1 km d’enrobés bitumineux contenant des agrégats recyclés à 100%. Sur les kilomètres restants, il s’agit d’un taux de recyclage à 70%.

Comme pour les procédés de valorisation, il est primordial de caractériser les matériaux et de les trier. Pour atteindre le taux de 100%, les équipes d’Eurovia ont ainsi assuré, dans un premier temps, le criblage et concassage des matériaux provenant du rabotage du chantier pour obtenir trois fractions d’agrégats d’enrobés et pouvoir les recomposer avec une grande précision. « L’ancien liant est corrigé, régénéré pour avoir les mêmes performances futures », précise Ivan Drouadaine, directeur technique & recherche chez Eurovia.



Intervient ensuite la clé de ce recyclage à 100%, la remobilisation du bitume, qui est effectuée au moyen de la centrale mobile en continue. «Au bout de trente ans environ, la structure de chaussée fatigue et l’ensemble doit alors être rénové. Même après une première vie, les matériaux vont pourvoir être réchauffés, fondre et se remobiliser, participant ainsi aux caractéristiques mécaniques de l’enrobé recyclé », explique Ivan Drouadaine.

Néanmoins, le bitume ayant vieilli par fatigue en raison du trafic et par oxydation avec le nombre d’années passées sur la chaussée, il est nécessaire de le corriger pour le rendre plus souple. Toute la technique consiste, donc, à lui ajouter des additifs et des liants correcteurs pour qu’il est la même consistance et la même durée de vie que les enrobés neufs.

Le fonctionnement de la TRX 100%

Sur le marché actuel, une usine mobile plafonne à 50% de taux de recyclage car elle compte sur le surchauffage des granulats neufs pour, par mélange, remobiliser l’ancien bitume des agrégats d’enrobés. Le surchauffage ayant une limite en température qui ne permet pas de dépasser les 50%, il a donc fallu repenser l’équipement traditionnel pour atteindre ce taux de 100%.



« L’usine est dimensionnée pour répondre à des forts débits compris entre 250 et 400 tonnes/h. 400 t/h quand on est de 0 à 50% de recyclés et, à partir de 50 % de recyclés jusqu’à 100%, on décline de 400 jusqu’à 250 t/h », explique Didier Thévenard, directeur du matériel chez Eurovia. « C’est d’ailleurs une première mondiale de réussir à recycler jusqu’à 50% à 400 t/h. »

La grande particularité de cet outil industriel innovant est qu’il est équipé de deux tambours. Le premier est un générateur d’air chaud tandis que le deuxième, où sont régénérés les agrégats, est sans brûleur, ce qui permet d’éviter que les matériaux soient en contact avec la flamme. « Le générateur amène de l’air chaud dans l’endroit où vont passer nos matériaux recyclés, ce qui va ensuite nous permettre de remettre ces agrégats d’enrobés en fonction pour fabriquer un nouvel enrobé », précise Didier Thévenard.
 
Interview de Thierry De Sars, directeur développement & marketing produits chez Marini-Ermont.​ DR.

Un procédé environnemental

A la différence des usines mobiles traditionnelles utilisant du fioul, le brûleur dans la TRX 100%  fonctionne au Dertal G, un combustible végétal issu de coproduits de l’industrie papetière, également 100% biosourcé. « Toute l’étude globale de l’usine a été faite autour de sa consommation énergétique, déclare Didier Thévenard. Effectivement, il est, par exemple, possible d’adapter le brûleur à l’utilisation du gaz naturel liquéfié. « La chambre de combustion recycle aussi une grande partie de l’air chaud que nous générons. Un air chaud qui emmène aussi avec lui les COV (composés organiques volatils) produits par la formulation. Nous avons donc une forme d’incinération des COV qui contribue à ce qu’en rejet global de l’installation, les taux soient les plus bas jamais atteints jusqu’ici », ajoute-il.

A chaque étape de fabrication des enrobés, les techniques employées sont choisies pour réduire l’empreinte environnementale et préserver les ressources naturelles. « Dans notre solution, nous n’utilisons pas de granulats dits vierges c’est-à-dire que ce ne sont plus les carrières qui fournissent les matières premières mais c’est la route, elle-même », raconte Clara Lorinquer, directrice de l’environnement & de la qualité chez Eurovia. « Cette économie de ressources naturelles s’accompagne également d’une réduction d’émissions de CO2 puisque aucune énergie n’est émise pour assurer l’extraction de ces granulats. De plus, nous réutilisons une partie du bitume déjà contenu dans les agrégats d’enrobés. »

Par ailleurs, les matières premières ne sont plus transportées sur de longues distances par camions. « Sans la centrale mobile, ici, les granulats naturels aurait eu à parcourir une distance de 300 km pour arriver jusqu’au chantier de l’A10. Il y aurait eu 3000 tonnes de matériaux à acheminer soit environ 20 allers/retours entre la carrière et le site », précise-t-elle.

L’usine permet également de réaliser des économies sur la consommation énergétique. Le stockage des matériaux sur une longue durée engendre que les matériaux se chargent en humidité, d’où la chauffe à haute température pour l’évacuer. « Fraiser les matériaux sur la route, les acheminer jusqu’à l’usine mobile située à proximité, les cribler, les concasser et ensuite les réinjecter lors du procédé permet de ne pas avoir ce stockage. Nous réduisons dons l’énergie nécessaire au chauffage. Pour chaque point d’humidité gagné, c’est 10 % d’économie d’énergie » déclare Clara Lorinquer. Au total, avec cette solution, des économies d’énergie de l’ordre de 20% et une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’environ 50% sont réalisées.
 
Interview de Thierry De Sars, directeur développement & marketing produits chez Marini-Ermont. DR.


>> A lire également: La 1ere centrale d’enrobage mobile continue au monde est chez Marini-Ermont
Vue aérienne de l'usine d'enrobage mobile. Crédit: Eurovia
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier
S'inscrire
À la UneGroupe Cayola
Machine Inside, le test 100% vérité ! 00 - 7 septembre 2018

Présenté par Franck Prades , c'est le nouveau magazine d'essai matériels de chantier.
Embarquez pour une expérience unique de machines mises à l’épreuve du terrain et testées par des professionnels pour des professionnels.

→ machineinside.fr
Reportage digital00 - 7 septembre 2018

Mobilisés sur le terrain, avec leur regard d’expert, nos rédacteurs saisissent les meilleures séquences des reportages et des évènements exceptionnels qu’ils ont choisis de partager.

→ machineinside.fr
Le talk-show de la construction 08 l'Intégrale - 22 août 2018

Dans cette nouvelle édition, Steve Carpentier part à la rencontre de l'architecte Jean-Paul Viguier. Julia Tortorici se rend sur un chantier de déconstruction et désamiantage, et Charlotte Divet créée la surprise à Villepinte pour Eurosatory.

→ le15dubtp.tv
À la UneGroupe Cayola Machine Inside, le test 100% vérité ! 00 - 7 septembre 2018

Présenté par Franck Prades , c'est le nouveau magazine d'essai matériels de chantier.
Embarquez pour une expérience unique de machines mises à l’épreuve du terrain et testées par des professionnels pour des professionnels.

→ machineinside.fr Reportage digital00 - 7 septembre 2018

Mobilisés sur le terrain, avec leur regard d’expert, nos rédacteurs saisissent les meilleures séquences des reportages et des évènements exceptionnels qu’ils ont choisis de partager.

→ machineinside.fr Le talk-show de la construction 08 l'Intégrale - 22 août 2018

Dans cette nouvelle édition, Steve Carpentier part à la rencontre de l'architecte Jean-Paul Viguier. Julia Tortorici se rend sur un chantier de déconstruction et désamiantage, et Charlotte Divet créée la surprise à Villepinte pour Eurosatory.

→ le15dubtp.tv
À lire également
Ponts de France : « L’auscultation des bétons est complexe »
Ponts de France : « L’auscultation des bétons est complexe »
Bogdan Piwakowski, professeur à l’École centrale de Lille et chercheur spécialisé dans le diagnostic du béton, donne les clés de la pérennité des grands ouvrages d'art type ponts et viaduc en France, en insistant au passage sur la nécessité d'ausculter minutieusement les bétons.
Les ponts en France : d’une rive à l’autre...
Les ponts en France : d’une rive à l’autre...
L’effondrement du pont de Gênes en Italie le 14 août dernier aura mis en lumière l’impérieuse nécessité de garantir la maintenance et l’entretien des ouvrages d’art, et principalement des ponts routiers.
La nouvelle route du littoral, axe majeur
La nouvelle route du littoral, axe majeur
La construction de la nouvelle route du littoral, NRL, en lieu et place de l'ancienne voie routière qui longe la côte au nord ouest de l'île est LE chantier du siècle à la Réunion.
Les ponts italiens à l’heure des comptes
Les ponts italiens à l’heure des comptes
Conspuée, chahutée, l’Italie doit faire face aux critiques du monde entier concernant sa gestion des grandes infrastructures de transport.
Le renforcement structurel ou comment pérenniser nos ponts
Le renforcement structurel ou comment pérenniser nos ponts
La maîtrise du vieillissement des ouvrages d’art passe par de nouvelles solutions et techniques.
Ginger CEBTP : « Le vieillissement des ponts en France est sous contrôle »
Ginger CEBTP : « Le vieillissement des ponts en France est sous contrôle »
Les ponts d’après-guerre ont dans leur grande majorité été livrés pour une durée de vie moyenne de 50 ans.
Infrastructures routières: France année zéro
Infrastructures routières: France année zéro
Effet immédiat de l'écroulement le 14 août dernier du pont de Gênes, en Italie, l'État vient d'annoncer le 22 août, vouloir dégager une enveloppe de 850 millions par an à partir de 2020 pour l'entretien de son réseau routier.
Le pont de la rivière des galets : un pour le prix de deux
Le pont de la rivière des galets : un pour le prix de deux
Si le littoral nord-ouest de l’île de la Réunion est en plein chambardement constructif avec le chantier de la nouvelle route du littoral, un peu plus au sud de Saint Denis, légèrement à l'est à l'intérieur des terres, un autre chantier retient l'attention : la construction du pont de la rivière des galets.
NGE : « Dès 2020, 600 M€ par an seront issus de nos nouveaux métiers »,
NGE : « Dès 2020, 600 M€ par an seront issus de nos nouveaux métiers »,
Si l’actualité met le Grand Paris sous les feux de la rampe, NGE ne se laisse pas éblouir.
Comment prévenir les douleurs au travail ?
Comment prévenir les douleurs au travail ?
Les accidents du travail et les maladies professionnelles dans le BTP coûtent chaque année 400 milliards d’euros à l’Europe, soit 3,3 % du PIB.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
32ème Congrès National AMORCE
17 Octobre 2018
32ème Congrès National AMORCE
Colloque sur « Les pollutions de la santé »
15 Novembre 2018
Colloque sur « Les pollutions de la santé »
Colloque national « Eau et changement climatique, adaptons-nous !  Une journée, des solutions »
15 Novembre 2018
Colloque national « Eau et changement climatique, adaptons-nous ! Une journée, des solutions »
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Bâtiment - Gros œuvre
Environnement
Infrastructures TP
Matériels
Rail
Réseaux
Terrassements & Carrières
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.