Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Bâtiment - Gros oeuvre > Le BEM, emblème architectural et académique du campus urbain Paris-Saclay
BÂTIMENT - GROS OEUVRE

Le BEM, emblème architectural et académique du campus urbain Paris-Saclay

PUBLIÉ LE 16 JANVIER 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Le BEM, emblème architectural et académique du campus urbain Paris-Saclay
crédit Sergio Grazia
Le Bâtiment d’Enseignement Mutualisé (BEM) est né de l’ambition commune de 7 écoles d’ingénieurs installées dans le quartier de l’École polytechnique de mutualiser leurs espaces d’enseignement. Le parti architectural se base sur une analyse de l’environnement particulier du plateau de Saclay (91).
 
Fruit d’un projet ambitieux et collectif, le Bâtiment d’Enseignement Mutualisé (BEM) permet d’accueillir les enseignements de 7 Écoles d’ingénieurs : l’École polytechnique, AgroParisTech, l’Institut Mines-Télécom (IMT), ENSTA Paris, l’ENSAE Paris, et de l’Institut d’Optique Graduate School. Projet audacieux conçu par Sou Fujimoto Architects (mandataire), OXO architectes - Manal Rachdi, Nicolas Laisné architectes et DREAM – Dimitri Roussel, le bâtiment a été cofinancé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), le Ministère des Armées, le Ministère de l’Économie et des Finances, l’Établissement Public d’Aménagement Paris-Saclay (EPA-PS), l’École polytechnique, AgroParisTech, le Genes, l’IMT, ENSTA Paris et l’IOGS. Le BEM est avant tout un lieu de partage, nourri par sa fonction d’hôte de programmes d’enseignements multidisciplinaires des établissements. Il se caractérise par son ouverture sur le quartier urbain voisin, sa grande transparence et sa porosité floutant les frontières entre le dehors et le dedans avec sa toiture en débord et en forme d’origami, sa grande façade vitrée et sa végétation intérieure. Il est un point de convergence, pensé comme un prolongement du parc le bordant à l’Ouest. Le bâtiment a une capacité d’accueil de 1470 étudiants et propose le grand amphithéâtre Claudine Hermann de 250 places et trois amphithéâtres de 80 places au RDC, dont l’un baptisé Claire Girard. A ces amphithéâtres s’ajoute une cinquantaine de salles de classe réparties sur les trois étages (17 par niveau) ; mais aussi des espaces pédagogiques innovants, des salles de télé-enseignement, de visioconférence, des espaces de travail collaboratifs et des salles projets pour une offre pédagogique centrée sur l’interactivité et les outils numériques.  
 
Une oeuvre architecturale à l’identité forte
 
Par sa position stratégique et centrale, le BEM s’offre à son environnement et sur le parc voisin. En cohérence avec le paysage naturel et bâti dans lequel il s’intègre, il articule urbanité et porosité et offre un nouveau lieu de rapprochement et de rassemblement à disposition des Écoles partenaires l’occupant. Fort de sa silhouette singulière, le bâtiment d’une surface de 9.142m² (SdP) se laisse envahir par la végétation du parc linéaire voisin. L’infrastructure en béton coulé sur site (sous-sol) s’organise autour d’un vaste atrium de 1000 m², ouvert sur 4 niveaux (rdc + 3 étages), permettant de desservir l’ensemble des salles de classe. Très généreux, ce volume fluide laisse place aux rencontres et aux échanges entre étudiants, chercheurs, enseignants et invités. Les réseaux de passerelles, d’escaliers intérieurs et de larges gradins en bois offrent de nombreux espaces informels, support de rencontres et d’échanges qui multiplient les opportunités d’interaction et de décloisonnement. La grande façade transparente et l’origami en acier et en aluminium (101 m de long + retours) s’ouvrent à l’ouest sur le parc, vaste espace public couvert de pelouses et en partie arboré. Les escaliers, la toiture en origami et les arbres situés à l’intérieur et à l’extérieur offrent cette continuité et invitent à entrer. Tout est fait pour se rencontrer sur l’ensemble des niveaux à l’image de l’organisation spatiale des forêts. Du grand rez-de-chaussée sous les arbres (9 m de haut), aux étages dont les plateaux (environ 1900 m² par niveau) ajourés sont reliés par des escaliers, le bâtiment devient support d’exploration et offre différents itinéraires pour se rendre aux salles de classe et aux amphithéâtres. On ne se croise plus dans de simples couloirs, mais dans un vaste espace arboré baigné de lumière douce aux vues surprenantes et changeantes.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Innovations et décarbonation chez Ammann
Innovations et décarbonation chez Ammann
GIC 2024 : optimisme et innovation dans le secteur du béton italien
GIC 2024 : optimisme et innovation dans le secteur du béton italien
Tournoi des Six Nations : Gedimat en première ligne
Tournoi des Six Nations : Gedimat en première ligne
Weber lance un mortier de calfeutrement d’éléments préfabriqués en béton
Weber lance un mortier de calfeutrement d’éléments préfabriqués en béton
Tous les articles Bâtiment - Gros oeuvre
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS