CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Bâtiment - Gros oeuvre > "En l’espace de 5 ans, Knauf a plus que doublé son chiffre d’affaires"
BÂTIMENT - GROS OEUVRE

"En l’espace de 5 ans, Knauf a plus que doublé son chiffre d’affaires"

PUBLIÉ LE 12 DÉCEMBRE 2023
LA RÉDACTION
Archiver cet article
 En l’espace de 5 ans, Knauf a plus que doublé son chiffre d’affaires
Société familiale fondée en 1932, le Groupe Knauf affiche un chiffre d’affaires de 15,4 milliards d’euros. Plus qu’une société familiale, cette famille de sociétés compte aujourd’hui plus de 40.000 collaborateurs répartis dans 92 pays à travers 304 usines.
 
En l’espace de 5 ans, Knauf a plus que doublé son chiffre d’affaires, passant de 7,2 milliards en 2018 à 15,4 milliards en 2022. Cela s’explique notamment par de la croissance externe avec les acquisitions d’USG en 2019 pour renforcer sa présence en Amérique du Nord et d’USG Boral en 2021. Cette progression illustre également la conclusion d’une année 2022 record, malgré plusieurs défis (activité BTP réduite en deçà du niveau avant crise sanitaire COVID, hausse des taux prêts immobiliers, invasion Ukraine, cyber-attaque…).
Groupe sans endettement, Knauf est présent en France depuis 1984, au travers d’un maillage régional prônant la proximité (Knauf Ile-de-France/Ouest, Knauf Centre-Est et Knauf Sud) avec les professionnels du bâtiment. Knauf France s’impose également, avec près de 1.000 collaborateurs en France, comme le leader français du PSE pour le bâtiment et comme l’unique producteur de laine de bois en France.
 
Côté plaques de plâtre, l’année 2023 se caractérise par une demande de travaux en plâtrerie qui ne progresse plus. Si la rénovation ralentit (+ 0,7 % de travaux en aménagement intérieur), la construction neuve, elle, s’effondre, avec pour résultante, un solde légèrement positif en chiffre d’affaires et des volumes de plaques de plâtre qui clôtureront l’année avec un recul de près de 5 % vs 2022. Pour autant, Knauf France affiche des ventes quasi-stables en comparaison de l’exercice précédent, grâce notamment à un très bon niveau de qualité de services. Côté travaux d’isolation, le volume des travaux a augmenté de + 1,3 % mais cette croissance est à pondérer puisqu’elle cache deux réalités bien différentes, entre rénovation énergétique encore en croissance et production de logements neufs en chute libre. Les solutions d’isolation du gros-œuvre connaissent une baisse très nette depuis le début 2023, tant sur le marché de la maison individuelle que sur celui du logement collectif. Reflet de ces tendances, Knauf France indique un recul de ses ventes d’environ - 10 % de ses produits de PSE découpés destinés à la construction neuve. En revanche, l’industriel affiche une croissance de + 10 % de ses solutions en polyuréthane pour toitures et + 300 % pour ThermaSoft® natura, son isolant intérieur biosourcé et recyclé , particulièrement tirés par la rénovation. Concernant 2024/2025, Christine Muscat, Directeur Général Knauf France, juge inquiétantes les perspectives dans le neuf et tout particulièrement dans le logement. De façon plus générale, les conséquences de l’inflation se diffusent lentement à tous les secteurs d’activités (automobile, textile, alimentation…), entraînant des défaillances d’entreprises et une hausse probable du chômage. L’inflation pousse les ménages vers l’épargne et la consommation se concentre sur des produits essentiels.
Les conditions d’accession à la propriété (taux d’intérêt, obtention de prêt, prix de l’immobilier et de la construction…) excluent, en effet, une grande partie des primo-accédants, alors qu’à contrario, les besoins de logements continuent d’augmenter. Si l’investissement privé marque le pas, avec l’arrêt du Pinel, les bailleurs sociaux ne prennent pas le relai, puisque dans l’attente de gages et de soutiens des pouvoirs publics.

Rappelons que 2023 a été marquée par une nette baisse des mises en chantier de - 15,4 % et que les ventes de maisons individuelles dans le diffus sont en chute libre depuis 8 trimestres consécutifs (désormais - 38,6 % sur un an). Les indicateurs avancés (commercialisations, stocks…) laissent supposer que la crise va perdurer, voire empirer, même si les mesures de rachat en blocs de logements collectifs par la Caisse des Dépôts et Consignations et d’Action Logement permettront de réduire le stock. Ainsi, la construction neuve devrait chuter encore en 2024, tant en maison individuelle (- 15 %) qu’en logement collectif (environ - 10 %).
Enfin, en non-résidentiel, malgré un début d’année marqué par une reprise, force est de constater que la tendance s’inverse elle aussi avec un volume d’affaires à - 2,1 %. Et Christine Muscat de conclure, que si les carnets de commande sont à la baisse, la chute du logement neuf ne peut plus être amortie par la rénovation, qui, elle, ralentirait de - 1,2 %.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Innovations et décarbonation chez Ammann
Innovations et décarbonation chez Ammann
Eqiom s’engage à proposer 50% de sa production en béton à empreinte carbone réduite
Eqiom s’engage à proposer 50% de sa production en béton à empreinte carbone réduite
Capeb :  L’apprentissage est une réponse aux défis du Bâtiment
Capeb : "L’apprentissage est une réponse aux défis du Bâtiment"
La Capeb obtient la révision majeure du dispositif MaPrimeRénov
La Capeb obtient la révision majeure du dispositif MaPrimeRénov
Tous les articles Bâtiment - Gros oeuvre
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS