ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ BÂTIMENT - GROS OEUVRE

Matériaux : une conjoncture constructive qui se dégrade

Par la rédaction. Publié le 24 octobre 2023.
Matériaux : une conjoncture constructive qui se dégrade
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
La crise du secteur du bâtiment se profile avec de plus en plus de certitude au fil des mois. La chute des ventes de logements, le repli marqué des permis de construire ainsi que la fin programmée des mesures de soutien tracent sans grand mystère le prolongement du déclin des mises en chantier pour les mois à venir… et par conséquent, celui de la demande de matériaux.
 
Au total, sur les huit mois de 2023 (chiffes connus août), le volume de granulats pro­duits cède - 7,4 % sur un an, soit un peu plus que le repli enregistré en cumul sur douze mois (- 6,6 %).  En cumul sur huit mois, l’activité du BPE perd - 5,6 % sur un an, soit quasiment le même recul que celui constaté en glissement sur douze mois (- 5,8 %). L’activité des matériaux pâtit donc d’une conjoncture constructive qui se dégrade tout en restant encore alimentée par des arriérés de carnets, sans doute très inégaux selon le degré d’urbanisation des territoires. L’indicateur matériaux, pour sa part, afficherait un repli de - 5,8 % en août sur un an (données provisoires, CJO), ce qui porterait l’évolution du cumul depuis le début d’année à - 8 % (contre - 9 % trois mois plus tôt).
 
S’il est vrai que l’indicateur synthétique du cli­mat des affaires dans le bâtiment reste stable au-dessus de sa moyenne de long terme, l’opi­nion des chefs d’entreprise sur leur activité pas­sée, future et sur leurs carnets de commandes continue, quant à elle, à se dégrader au fil des mois. C’est en tout cas ce que montre la der­nière enquête menée par l’INSEE en septembre auprès des entrepreneurs du bâtiment, dont les soldes d’opinion ont désormais quasiment rejoint les moyennes de long terme après avoir culminé bien au-dessus pendant des années. Certes, le niveau des carnets reste élevé, à 9,1 mois de chantiers en stock dans le gros oeuvre (contre 6,4 mois en moyenne de longue période). Un tel niveau peut surprendre ; il pourrait s’expliquer par le fait que les chan­tiers en cours ou à réaliser sont confrontés à une baisse probable de la productivité dans un contexte où les délais de réalisation des travaux sont allongés (difficultés d’approvisionnement, de recrutement…). D’ailleurs, les goulots de production liés à l’insuffisance de personnel se situent encore à un niveau très élevé, bien au-dessus des moyennes de long terme, tout comme l’opinion des entrepreneurs du bâti­ment sur leurs effectifs prévus. Ce constat confirme le maintien d’une activité encore solide, mais contrainte, dont le rythme de pro­gression est ralenti. En revanche, les nouvelles commandes se contractent fortement, comme le suggère l’enquête Banque de France menée dans le gros oeuvre où le solde d’opinion sur la situation des carnets est repassé en négatif et se dégrade depuis janvier. Ces indicateurs font écho au repli des mises en chantier qui se pour­suit dans le résidentiel et le non résidentiel et à la contraction des permis. En effet, côté rési­dentiel, le nombre de logements commencés a fortement reculé au cours des trois derniers mois (juin à août) au regard des trois mois pré­cédents (- 13,1 % en données CVS-CJO). Comparé au même trimestre de l’an passé, c’est 25 % de moins (- 16 % en cumul douze mois), ce qui laisse le cumul annuel des mises en chantier à 319 500 unités à fin août. La chute des permis semble pour sa part se stabili­ser (- 0,2 % sur le dernier trimestre) mais leur niveau actuel se situe - 27,8 % en dessous de celui d’il y a un an, au cours de ce trimestre ou en cumul douze mois (soit 379 900 au total à fin août). Dans le segment des locaux, les surfaces com­mencées ont fortement reculé sur la période récente (- 15,9 % sur un an à fin août) en déphasage avec une évolution des permis plus favorable (- 1 %). Contrairement aux loge­ments, on peut supposer que, pour les locaux d’activité, la non mise en chantier des autorisa­tions s’apparente moins à une annulation du projet en raison d’un refus de prêt ou à de diffi­cultés de financement mais plutôt à un report en attendant une modération des coûts de construction. Il n’est donc pas exclu que le stock actuel de permis non résidentiels puisse donner lieu plus tardivement à des mises en chantier, hypothèse qui pourrait aussi, dans une moindre mesure, s’appliquer à certains projets résidentiels… à condition que les condi­tions d’accès au crédit s’assouplissent, que les coûts refluent et que les dispositifs de soutien soient conservés. Mais ces hypothèses, qui ne sont pas à écarter (avec des banques un peu plus accommodantes après la reconstitution de leurs marges, des prix immobiliers en léger repli et une solvabilité des ménages moins entamée) ne produiraient que peu d’effet avant 2025. À ce titre, les récentes déclarations du ministre de l’Économie en matière de politique de loge­ment neuf laissent entrevoir le maintien du PTZ avec des conditions d’éligibilité au dispositif revues et corrigées. C’est certes mieux qu’une suppression mais ce nouveau périmètre plus resserré ne suffirait pas, selon la FFB, à éviter le marasme constructif en 2024.
 
Du côté des travaux publics, la conjoncture s’est un peu éclaircie au cours de l’été, le volume des travaux réalisés progressant désor­mais de + 4,8 % sur un an sur les huit premiers mois de l’année (CVS-CJO) selon la FNTP. Dans le même temps, les carnets de commandes se regarnissent (+ 14,5 %), à la faveur d’un raffer­missement de la commande publique, notam­ment dans les grandes agglomérations.
 
Mais, pour l’heure, la demande de granulats reste pénalisée par le repli de la production de BPE qui devrait se contracter d’environ - 6 % en 2023. La meilleure orientation de l’activité TP, peu tournée vers les travaux routiers, ne porte pas pour le moment l’activité granulats qui se contracterait d’environ - 7 % cette année. En 2024, avec la poursuite du cycle électoral, les travaux des collectivités pourraient mieux soutenir l’activité granulats même si la crise de la construction résiden­tielle pèserait aussi sur les ouvrages TP privés mais surtout sur les livraisons de BPE. En 2024, la production de BPE reculerait donc à nou­veau, plus fortement, tandis que le repli de la demande de granulats serait un peu plus modéré que cette année.
 
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
13 novembre 2023
Saint-Priest : le nouveau centre nautique Pierre Mendès atteint le label biosourcé de niveau 3 Les équipes de Spie batignolles construction régions, engagées dans le cadre d'un marché public global de performance aux côtés du cabinet d'architecture Chabanne, d'Hervé Thermique, de Soberco Environnement et de Rez'On, viennent d'achever le gros œuvre du futur centre aquatique Pierre Mendès de Saint-Priest (69).
Saint-Priest : le nouveau centre nautique Pierre Mendès atteint le label biosourcé de niveau 3
16 janvier 2024
Le béton cellulaire fête ses 100 ans ! En 2023, le béton cellulaire a célébré ses 100 ans d’existence. Ce matériau 100 % minéral compte toujours parmi les solutions constructives d’avenir. Léger, naturel, sain, écologique et bénéficiant de bonnes performances thermiques, il est aussi une alternative pour répondre aux enjeux de la nouvelle réglementation RE2020
Le béton cellulaire fête ses 100 ans !
9 octobre 2023
Point.P poursuit son déploiement en Normandie Point.P a saisi l’opportunité d’une nouvelle zone d’activité commerciale à Neuville Chant d’Oisel pour implanter sa toute nouvelle agence normande. La région compte donc désormais 72 points de vente, dont 14 showrooms.
Point.P poursuit son déploiement en Normandie
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola