CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Carrières > Le BRGM et l’Ademe pour une gestion durable du sous-sol
CARRIÈRES

Le BRGM et l’Ademe pour une gestion durable du sous-sol

PUBLIÉ LE 25 JANVIER 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Le BRGM et l’Ademe pour une gestion durable du sous-sol
Sylvain Waserman, Président Directeur Général de l’Agence de la transition écologique (ADEME) et Catherine Lagneau, Présidente Directrice Générale du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). © ADEME
Le BRGM et l’Ademe ont renouvelé en 2024 l’accord-cadre liant les deux établissements et qui vise à renforcer leur coopération en termes de recherche et d’expertise pour accroître la connaissance et le développement des potentialités du sous-sol et accompagner les politiques publiques en faveur de la transition écologique.

La collaboration entre l’Agence de la transition écologique (Ademe) et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) est ancienne : elle remonte aux années 80 et portait à l’époque sur la géothermie. Cette collaboration s’était traduite par la création de structures communes tel l’Institut mixte de recherches en géothermie ou la Compagnie française de géothermie. Elle reste plus que jamais d’actualité en déclinaison du plan national pour accélérer le développement de la géothermie, actualisé par l’État en décembre 2023.

Depuis, la coopération entre les deux établissements s’est renforcée, avec l’ajout de deux grandes thématiques : les sites et sols pollués (friches industrielles, sols et sédiments pollués, résorption des décharges littorales, etc.) et la gestion efficace des matières premières et secondaires dans le cadre du développement de l’économie circulaire. Signé pour une durée de 5ans, l’accord-cadre prévoit de nouvelles coopérations à celles déjà existantes.

Le stockage géologique de CO2 figure désormais dans les travaux que l’Ademe et le BRGM sont susceptibles de mener en commun; il s’agira notamment d’améliorer la connaissance partagée des capacités de stockage géologique de dioxyde de carbone dans le sous-sol et d’analyser les interactions avec les autres types d’exploitations (stockages, géothermies, eau potable, etc.) dans une perspective «multi-usages» du sous-sol.

Autre thématique désormais privilégiée : la recherche sur l’hydrogène «blanc». La question de la présence d’hydrogène naturel dans le sous-sol et la possibilité ou non de l’exploiter et de déployer les technologies nécessaires est un axe de recherche émergent qui nécessite un échange d’expertise, tout comme l’étude des possibilités de son stockage souterrain dans des territoires précis.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
L'Exvac de Rivard en démo !
L'Exvac de Rivard en démo !
Bati-Sobre, sobriété matière et réemploi dans le bâtiment 
Un « Tenore » de l’énergie
Un « Tenore » de l’énergie
50 000 matériels TP en 2024 : un recul de -10%
50 000 matériels TP en 2024 : un recul de -10%
Tous les articles Carrières
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS