Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Nibulon passe au transport fluvial avec Volvo CE

Partager :
Nibulon passe au transport fluvial avec Volvo CE
Par la rédaction, le 12 juillet 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Terrassements
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Une machine Volvo montée sur barge permet à l’exportateur ukrainien de céréales Nibulon de faire appel à la voie navigable pour le transport de ses produits.
 
Nibulon est un acteur incontesté du marché agricole ukrainien. Fondée en 1991, la société est passée d’une petite entreprise à 6 000 personnes et est capable d’exporter cinq millions de tonnes de blé, d’orge et de maïs dans 16 pays du monde. Nibulon envisage de poursuivre son expansion et souhaite augmenter son chiffre d’affaires annuel en grains d’un million de tonnes en 2019.
 
Pour atteindre cet objectif, Nibulon procède au dragage du fleuve Dnipro en Ukraine afin de l’adapter au transport de fret. Non seulement cela offre un moyen plus efficace de transporter de grandes quantités de grain, mais cela désature également les routes publiques. L’opération est réalisée au moyen d’une drague baptisée Mykolaivets équipée d’une pelle Volvo EC750E de 75 tonnes.
 
La machine enlève simultanément jusqu’à 5 t de matériaux du lit du fleuve à l’aide de son godet. Sable et filons-couches sont chargés sur la drague et le limon est ensuite transporté sur des terres agricoles en Ukraine pour être utilisé comme engrais.
 
"Actuellement, la drague peut enlever 4 000 tonnes de matériaux du lit du fleuve chaque jour. C’est très précis, facile à utiliser et, surtout, sûr", déclare Andrey Volik, directeur général adjoint du parc de Nibulon.
 
Depuis le début de ce projet, le groupe a été en mesure d’acheminer 11 millions de tonnes de céréales par voie navigable, ce qui équivaut à l’élimination de 500 000 camions des routes.
 
 
Crédit photo : Volvo CE
  La FFB présente son plan de relance
+ de vidéos BTP ça tourne
Le flash info du BTP
À lire également
Dix tombereaux Volvo pour une piste
Dix tombereaux Volvo pour une piste
C’est à près de 2 000 mètres d’altitude que l’entreprise Guintoli est mandatée pour réaménager l’arrivée du stade de slalom de Courchevel qui accueillera notamment les championnats du monde de ski en 2023. Parmi les pelles ou autres bulls, les équipes de Franck Amoreau, chef de chantier, et Germain Adrian, conducteur travaux, peuvent aussi s’appuyer sur une flotte de 10 tombereaux articulés Volvo qui s’activent dans un incroyable ballet. Il a fallu plusieurs concours de circonstances ou disons que les planètes soient toutes alignées pour voir le chantier de réaménagement du stade de slalom de Courchevel se concrétiser. D’abord, la station sera l’hôte des championnats du monde de ski en 2023, avec les premières épreuves dès 2019. Ensuite, la présence à Courchevel d’un certain Jim Ratcliffe. Féru de sport, le milliardaire anglais est partenaire depuis plusieurs années du club des sports où sa fille est inscrite, et possède également un chalet et un hôtel 4 étoiles sur la station. Dans un geste purement philanthropique, Sir Ratcliffe a ainsi fait un don de 19 millions d’euros au club des sports de Courchevel, un des plus grands de France, pour la construction d’un bâtiment ultramoderne qui regroupera en un seul lieu, toutes les activités du club de sport. « Nous travaillons sur ce projet depuis près de 3 ans, en étroite collaboration avec Jim Ratcliffe, la mairie, et plusieurs socioprofessionnels de la station », expliquait récemment Bruno Tuaire, directeur du club des sports. Et pour couronner le projet, il fallait également réaménager la piste de compétition pour augmenter sa technicité et la rapprocher du centre de la station. C’est l’entreprise Guintoli, filiale du groupe NGE, qui a remporté l’appel d’offres privé et s’est donc vu confier le chantier de réaménagement de la fameuse piste. « Le prix, notre expérience, mais aussi notre capacité en termes de matériels, sont autant d’éléments qui ont fait la différence et convaincu le club des sports de Courchevel », commente sobrement le chef de chantier. On ne peut que lui donner raison. En plus des pelles, compacteurs et autres bulls, l’entreprise Guintoli s’appuie sur une remarquable flotte de tombereaux Volvo, 7 modèles A30G et 3 modèles A35G.
Mini-pelles : consolider les acquis
Mini-pelles : consolider les acquis
Évidemment, le marché des mini-pelles, matériel de prédilection en milieu urbain et qui plus est, le plus important dans l’Hexagone, n’échappera pas à la règle de l’électrification. Mais, en attendant la véritable révolution verte, les constructeurs se refusent à renier les acquis et bichonnent, encore, le bon vieux moteur thermique. Nombreux étaient ceux qui craignaient un ralentissement de l’activité et notamment un recul du marché des mini-pelles, lequel se chiffrait à 11 387 unités en 2018. Après six mois d’activité en 2019, il n’en est rien. Le marché semble avoir conservé cette même vitalité et serait même en avance sur les temps de passage : 7 001 unités écoulées à l’issue du premier semestre et un mois de juillet tout aussi fringant (7 953 unités). « Soit une progression de 2 % par rapport à la même période de l’an passé sachant que le marché 2018 était déjà à 1,5 %. Globalement, je pense que le marché sur l’ensemble de l’exercice sera étale par rapport à l’an dernier, mais toujours à un haut niveau. Nous restons sur trois belles années avec une conjoncture porteuse quand les clients de leurs côtés voient l’activité se poursuivre et les carnets de commandes se remplir. Je pense même que début 2020 sera du même tonneau jusqu’aux élections municipales qui pourraient venir freiner le marché et l’activité », analyse Olivier Boussion, directeur de Kubota France. « Le marché de la mini-pelle reste porteur, je l’estime entre 11 000 et 11 500 unités cette année encore, mais attention à ne pas se laisser bercer. D’où la nécessité d’assurer les partenariats solides sur le long terme avec ses clients et ne pas privilégier le « one-shot ». Je pense aussi que l’image de marque fera la différence, quelle que soit la tendance du marché », avance de son côté Morgan Pisanu, directeur commercial de Takeuchi France. Quant à Peter Sebold, spécialiste produit chez Hyundai CE, il s’enthousiasme devant le marché national : « On parle d’un volume de 70 000 unités en Europe quand le marché français est proche des 12 000 unités, soit 18 % de pénétration ! C’est dire l’importance de ce marché et cela explique aussi le développement d’une concurrence très dense ». Seul Julien Provensal, responsable produits mini-pelles chez Volvo CE se veut prudent : « Un marché porteur jusqu’ici même si d’après les prévisions et les observateurs, celui-ci devrait se stabiliser ». Néanmoins, les professionnels s’accordent à dire que le segment traverse une période faste. De quoi mieux préparer l’avenir et affûter les stratégies.
Martin Bjuve nouveau président de Volvo Penta Americas
Martin Bjuve nouveau président de Volvo Penta Americas
Après 26 ans passés chez Volvo et sept ans à la présidence de Volvo Penta Americas, Ron Huibers a décidé de se retirer de son poste actuel. Il sera remplacé par Martin Bjuve, l’actuel directeur financier et vice-président directeur du bureau des affaires à compter du 1er janvier 2020.
Davy Guillemard : « Volvo CE a surperformé en 2019 »
Davy Guillemard : « Volvo CE a surperformé en 2019 »
Pour Davy Guillemard, Volvo CE a tout simplement réalisé son meilleur exercice depuis la création de la société dans l’Hexagone. Mais pour le dirigeant pas question de s’en satisfaire pour autant et celui-ci vise encore plus haut à très court terme.
Renault Trucks lance la production de camions électriques
Renault Trucks lance la production de camions électriques
A l’occasion de sa conférence annuelle pour présenter ses résultats et ses perspectives, Renault Trucks a annoncé le lancement de la production de véhicules électriques dans son usine de Blainville. D’ici 5 ans, le constructeur table sur  10 % de ses ventes en zéro émission.
La gamme Nordtrack de Metso reçoit un bon accueil outre-Atlantique
La gamme Nordtrack de Metso reçoit un bon accueil outre-Atlantique
Lancée en octobre dernier, la gamme de concasseurs et cribleurs Nordtrack de Metso qui, comprend 19 modèles mobiles, attire déjà de nombreux clients, notamment en Amérique du nord où 25 unités ont été vendues.
Collecte des déchets et entretien de la voirie : Un matériel et des méthodes en pleine mutation
Collecte des déchets et entretien de la voirie : Un matériel et des méthodes en pleine mutation
En réponse aux enjeux environnementaux actuels, les professionnels de la collecte et de la propreté adoptent des équipements et des méthodes de travail plus vertueux.
Tous les articles TERRASSEMENTS
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Conducteur / Conductrice de travaux du BTP
- Chef de bureau d'études en BTP
- Coordinateur / Coordinatrice BIM
- Dessinateur / Dessinatrice du bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.