Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Gaz : conso en baisse mais 2020 réussie !

Gaz : conso en baisse mais 2020 réussie !
Par S. B., le 4 février 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
C’est une baisse de 7 % que le secteur gazier a subit en 2020. Une baisse bien prévisible du fait de la pandémie mais que l’on doit également à un climat bien trop clément avec des températures moyennes plus hautes que les années précédentes.

La baisse des consommations en France en 2020 touche tous les secteurs d’activité : -5,6 % pour l’industrie, -11,4 % pour la production électrique centralisée et -7,2 % pour les distributions publiques et les régies. Le fait que 2020 ait été l’année la plus chaude jamais enregistrée dans notre pays par Météo France explique en grande partie ce phénomène. Et la crise sanitaire de la Covid-19 n’a certainement pas aidé. On note toutefois que le gaz a bien aidé le secteur électrique au travers des cycles combinés gaz pour soutenir les moyens de production.

Seuls les soutirages s’en sortent bien

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Si l’on détaille les sources d’approvisionnement, on constate que tout est en baisse, que ce soit le transit vers nos voisins Espagnols ou Italiens ou encore les injections dans les stockages. On note néanmoins que les soutirages dans les stockages ont augmentés. L’explication de ce dernier phénomène vient de la flambée des cours en Asie qui a poussé les opérateurs à puiser dans les réserves qu’ils avaient faites au moment où le gaz était à des tarifs avantageux.

Des tarifs au plus bas

Cocorico, la France est devenue la place de marché la plus compétitive d’Europe avec un tarif de 9,24 €/MWh en 2020. Elle s’est affichée à 0,11 €/MWh moins cher que le TTF, le prix directeur en Europe. Une performance globale sur tout le territoire, même le sud du pays alors les prix en Espagne s’envolaient en suivant la flambée asiatique.
 
@Crédit : GRTgaz


GRTgaz poursuit sa politique d’investissements

Si les grands travaux en termes d’artères structurantes qui ont permis d’homogénéiser les transits sur le territoire national sont derrière nous, GRTgaz n’a pas stoppé ses investissements pour autant. 155M€ ont été investis dans la maintenance et sécurité, 102 M€ dans la fluidification et la continuité d’approvisionnement, 71 M€ dans les systèmes informatiques, 40 M€ dans la transition énergétique et 18 M€ dans l’immobilier et divers autres projets.

Il reste 2 grands projets en cours

Le premier d’entre eux est le projet Landivisiau/Bretagne Sud avec la station de Prinquiau (2 pôles de régulation, 14,4 M€, opérationnelle depuis fin 2020), le raccordement de Landivisiau (20 km DN400, 29,3 M€) et la canalisation de renforcement Bretagne Sud (98 km DN500 et DN400, 129,6 M€, comprenant 3 forages dirigés)
Le second est le programme de conversion de gaz B en gaz H. Cela concerne 1,3 millions de clients dans les Hauts de France qui doivent passer en gaz H en prévision de la fermeture du gisement de gaz B de Groningue aux Pays-Bas. La phase pilote s’est terminée avec succès l’année dernière et a permis, avec 48 M€ d’investissements, de raccorder 80 000 clients GRDF et 7 clients GRTgaz et de convertir 4 secteurs. La suite, c’est la phase de déploiement en 2020-2024 qui va aboutir à la conversion de 11 secteurs et au raccordement de 500 000 clients au réseau de distribution et 54 clients au réseau de transport.
 
@Crédit : GRTgaz

La mobilité volontaire !

Le secteur du transport a bien compris tout l’intérêt du gaz. Si l’on n’est pas sur une courbe de croissance exponentielle, elle affiche une hausse très marquée. Pour les camions, c’est une progression de 43 %, pour les bus/car, on constate une hausse de 22 % et de 7 % pour les BOM. En 2020, ces trois secteurs ont représenté une consommation de 2,85 TWh. Autre point positif à noter, c’est la volonté farouche de la RATP à faire une place de choix au GNV puisqu’elle va convertir ses 26 dépôts à l’électricité ou au bioGNV, avec un objectif de 50 % de bus bioGNV en 2025 (un pourcentage largement revu à la hausse depuis l’objectif annoncé en 2016 qui n’envisageait que 20 % de bus bioGNV)

La filière biométhane en plein essor

En plus du fonds Eiffel Gaz Vert qui a permis de donner un coup de pouces à plusieurs nouvelles installations de production de biométhane, la filière affiche des chiffres encourageants. La capacité de production est désormais de 3,9 TWh en 2020, soit une hausse de 75 % et 214 sites sont désormais en service (+74 %) dont 21 raccordés au réseau GRTgaz. De plus, il y a 26,5 TWh de projets en développement !
Pour continuer à pousser la filière, 190 zonages ont été validés par la CRE en janvier 2021 et 100 zones supplémentaires sont en cours d’étude. Ces schémas directeurs seront des outils précieux pour les projets à venir.
 
@Crédit : GRTgaz
 
En conclusion…

La RE2020 aurait pu faire du mal au moral du secteur mais la filière montre sa résilience en ne compte pas se faire évincer sans se battre ! Elle montre son intérêt dans l’aide qu’elle apporte à la production électrique et en accélérant son verdissement, elle prouve qu’elle est prête à relever les défis d’une énergie décarbonée. Des efforts qui payent puisque le soutien public de l’Etat pour le biométhane a été renforcé (13 milliards d’aides et le lancement de consultations publiques sur les mécanismes extrabudgétaires), que le plan de relance français met 7 Md€ sur la table pour l’hydrogène et que l’on constate une belle appétence de certaines régions pour le biogaz (la Nouvelle-Aquitaine s’est fixé 100 % de gaz renouvelables d’ici 2050). Enfin, si des pays comme le Danemark arrivent à couvrir 21 % de leur consommation de gaz par du biométhane, pourquoi pas nous ?

 
 

Retrouvez sur LinkedIn Sébastien Battaglini, rédacteur en chef de Réseaux VRD.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Le gaz prêt à soutenir l’électricité cet hiver
Le gaz prêt à soutenir l’électricité cet hiver
Alors que le printemps a été très calme pour le système gazier avec une consommation qui s’est effondré, tout est revenu à la normale et le gaz est en pleine forme pour assurer la consommation française et soutenir le système électrique en cas d’hiver rigoureux.
Forage en mode écologique sous l’Oise
Forage en mode écologique sous l’Oise
Afin de permettre l’aménagement du Canal Seine Nord au niveau de Compiègne, au nord-est de Paris pour le passage de péniches de grand gabarit, la conduite de gaz existante devait être déviée plus bas, sous le lit du canal. Une opération réalisée selon la méthode de forage horizontal dirigé par HDI, qui étrennait sur ce chantier sa nouvelle foreuse hybride HK80CK.
Gaz : un hiver confortable
Gaz : un hiver confortable
Après un printemps gazier atypique en pleine pandémie mondiale, la sécurité d’approvisionnement en gaz devrait être assurée cet hiver. C’est en tout cas ce qu’expliquent Thierry Trouvé (DG de GRTgaz) et Dominique Mockly (PDG de Teréga) lors du traditionnel exercice de prospective annuelle, le Winter outlook 2020/2021.
C’est parti, par Jupiter !
C’est parti, par Jupiter !
Le projet Jupiter 1000, porteur de nombreux espoirs dans le domaine des énergies renouvelables, vient d’entrer dans une phase décisive de son histoire puisqu’il a réalisé les premières injections d’Hydrogène dans le réseau gaz.
Laurence Poirier-Dietz, nouvelle directrice générale de GRDF
Laurence Poirier-Dietz, nouvelle directrice générale de GRDF
Forte de son expérience dans les secteurs du gaz, des réseaux de froid urbain et des métiers des services à l’énergie, Laurence Poirier-Dietz mettra au service de GRDF, sa connaissance et son expertise des systèmes énergétiques, des autorités concédantes et de l’écosystème territorial pour mener à bien les grands projets de GRDF.
La communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans installe une station BioGNV
La communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans installe une station BioGNV
C’est en 2019 que la Communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans (RLV) a répondu aux appels à projets de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour l'accueil d'une station multiénergies sur son territoire afin de faciliter la tâche aux entreprises voulant se doter de véhicules électriques, gaz et hydrogène. Cette station verra le jour avec l’aide d’Engie Solutions . Située dans le Parc Européen d'Entreprises de Riom (PEER) à proximité immédiate des grands axes, la station sera construite sur une parcelle de 3 700 m² appartenant à RLV. Sa mise en service est prévue pour avril 2021. Pour exploiter la station multicarburants et ainsi accompagner la collectivité dans la transition vers une économe neutre en carbone, Riom Limagne et Volcans a choisi ENGIE Solutions, développeur de mobilité durable (GNV, électrique, H2) qui fait déjà fonctionner 150 stations en France. Après la signature du bail pour la location du terrain jeudi 24 septembre, le lancement des travaux interviendra fin 2020 pour équiper la station de 4 pistes d'accès et 2 bornes de distribution. Le montant des travaux s'élève à 1 300 000€ HT.
Télécoms : Angers l'ambitieuse
Télécoms : Angers l'ambitieuse
C’est le 12 novembre dernier qu’Angers Loire Métropole a donné le coup d’envoi d’un spectaculaire projet de Smart Territoires en retenant Engie et ses partenaires (Suez, La Poste et le groupe Vyv) pour conduire ce projet d’envergure au budget de 120 millions d’euros.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.