Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Les grandes annonces du SER pour la relance

Les grandes annonces du SER pour la relance
Par Sébastien Battaglini, le 9 juin 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Alors qu’il est urgent de parler de relance économique après la crise sanitaire, le SER (Syndicat des énergies renouvelables) sort du bois pour proposer plusieurs pistes concrètes permettant de relancer un secteur, celui des énergies renouvelables, qui offre de très belles perspectives de croissance économique et budgétaire.

Jean-Louis Bal, le président du SER, est clair : « les EnR peuvent être un levier de relance économique en France et en Europe ». A l’échelle de l’Europe, cela va se faire au travers du Green Deal mais aussi de l’initiative franco-allemande.
Sur le sujet du Green Deal, il y a une grosse incitation sur la rénovation du bâtiment et l’ajustement de la tarification carbone. Ce Green Deal devrait représente 1 million d’emploi européen et d’ici à 2030 ; les filières renouvelables apporteront 1 point de PIB.

L’emploi en France en profitera

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le SER est optimisite puisque Jean-Louis Bal l’affirme, « si on respecte la trajectoire de la PPE, l’apport des EnR sera très conséquent ». Reste à souhaiter que la trajectoire de la PPE soit suivie… Le président du SER reste confiant car, cette fois, la PPE précise des moyens mis à disposition par l’Etat.
Concrètement, en termes d’emploi, notre pays passera de 166 000 emplois en 2019 à 266 000 emplois en 2028. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on constate que 80 % de la valeur ajoutée se fait en France avec donc très peu d’import (un chiffre variable selon les filières). De plus, tous les territoires en profiteraient puisque l’on passerait de 2,1 à 3,4 emploi/1000 habitants en 2019 à 2,2 à 5,1 emplois en 2028. (les chiffres les plus bas semblent stagner mais ce n’est que le cas particulier de l’Ile-de-France).
Cerise sur le gâteau : les recettes fiscales à destination des communes et intercommunalités devraient se monter à 1,6 Md€ en 2020. Quant au secteur agricole, ce sont 13 Md€ qui devraient découler de cette poussée des EnR grâce, entre autres, aux biocarburants.

La relance du plan climat énergie 

Le SER ne se voile pas la face et rappelle que si la contribution climat énergie ne doit pas être abandonnée, il faut le faire de façon intelligente et tirer les leçons de la crise des gilets jaunes. C’est indispensable pour avoir des marges de manœuvres budgétaires. Le SER milite aussi pour le maintient du compte d’affectation spécial pour la transition énergétique ne serait-ce que pour sécuriser le financement des EnR électriques, et qu’il soit élargit à la chaleur renouvelable.

Accélérer et fluidifier les projets EnR

La France a le triste record de durée en Europe pour le développement d’un projet, allant jusqu’à 7 à 8 ans pour de l’éolien, mais problématique sur toutes les filières. Le SER propose alors de dématérialiser les dépôts de demande et d’encadrer les délais d’instruction des appels d’offre, mais aussi d’accélérer et d’encadrer l’instruction des recours. Un suivi de la filère (taux d’autorisation et délais d’instruction) et la relance immédiate par l’Etat des projets qu’il a initié sont aussi des leviers d’action.

Sécuriser et optimiser le développement des réseaux

Accueillir les nouvelles énergies et accompagner leur développement ne se fera qu’avec des réseaux capables de les acheminer jusqu’aux consommateurs.
Du côté des réseaux électriques, cela se fera via une accélération de la procédure des schémas régionaux de raccordement au réseau, et à l’adoption rapide le schéma décennal du développement du réseau de RTE.
Pour le gaz, il faut anticiper les adaptations nécessaires dans le cadre du droit à l’injection. Il faut que les opérateurs soient autorisés à renforcer leurs réseaux sans attendre la saturation des capacités. Il faudrait aussi supprimer le pland annuel d’investissement jusqu’en 2023.
Le SER milite pour le développement des schémas directeur multi-énergie.

Le poids du bâtiment

Pour le SER, la neutralité carbone des bâtiments sera un des piliers de la relance. Pour cela, « il va falloir travailler beaucoup plus sur le bâtiment qu’ajourd’hui », insiste Jean-Louis Bal.
Pour la chaleur renouvelable, l’aide viendra de la création d’une réglementation RE2020 porteuse d’une politique ambitieuse et contraignante dans ce domaine. Elle viendra aussi de l’engagement de l’Etat et des collectivités locales à raccorder leurs bâtiments aux réseaux vertueux.

Le succès des EnR viendra des consommateurs

Si l’on veut que les consommateurs s’approprient les EnR, Jean-Louis Bal explique qu’« il faudra des incitations fiscales pour tous ceux qui s’y engagent ». Cela passera par la mise en place de PPA avec un fond de garantie public couvrant le risque de défaillance de l’un des contractants. Et pourquoi pas créer un chèque EnR qui ne porterait que sur les énergies vertueuses ?

Et l’export ?

Si les EnR en France sont prévus pour apporter une majorité du bénéfice dans notre pays, il ne faut pas négliger l’export car cela permettra aux entreprises françaises de profiter de leur savoir-faire. Cela passe par le développement d’outils de financements et de garanties, l’accompagnement des actions du Fédérateur Export Energies Renouvelables, favoriser la création et la promotion  d’offres françaises « énergies renouvelables » et enfin, structurer et accompagner la filière française sur le secteur de l’électrification rurale décentralisée.

Comment créer un écosystème favorable ?

Pour que les EnR continuent de s’épanouir, il faut un terrain favorable. Et là, le SER ne manque pas d’idées pour densifier le tissu industriel français et européen. Cela passera par le respect des trajectoires et du cadencement des appels d’offre définis par la PPE mais aussi par la préservation des outils industriels en place comme celle des biocarburants qui ont beaucoup souffert de la crise sanitaire (baisse de consommation et arrivée de biocarburants étrangers). « Il faut faciliter l’implantation de nouveaux acteurs industriels », souligne Jean-Louis Bal, avec « une simplification administrative et un allègement de la pression fiscale ». De plus, le SER plaide pour une structuration de la filière à ‘image de Windustry qui avait permis de développer la filière éolienne.
Enfin, il faut mettre l’accent sur la formation !
 

Jean-Louis Bal, ce 9 juin 2020, en visio-conférence
Retrouvez sur LinkedIn Sébastien Battaglini, rédacteur en chef de Réseaux VRD.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Gestion des eaux pluviales : 5 300 m3 de modules Saul Q-Bic pour l’Espace commercial du Bréau à Varennes-sur-Seine
Gestion des eaux pluviales : 5 300 m3 de modules Saul Q-Bic pour l’Espace commercial du Bréau à Varennes-sur-Seine
En septembre 2020, l’espace commercial du Bréau de Varennes-sur-Seine (77) entreprend des travaux de modernisation de ses infrastructures et l’optimisation de la gestion de son réseau d’eaux pluviales. La pose d’une structure alvéolaire ultra-légère (SAUL) modulable Q-Bic du fabricant Wavin proposée par le bureau d’étude Viatec Eco s’est révélée être la solution durable et technico-économique la plus intéressante au vu du contexte géologique. Au total, 14 160 modules, soit un volume de 5 800 m3, ont été mis en œuvre par l’entreprise Eurovia (sous-traitant).
Etude : les tendances des collectivités pour l'eau
Etude : les tendances des collectivités pour l'eau
Le groupe idealCO vient de publier une étude sur les tendances qui animent les collectivités françaises en matière de gestion de l’eau, juste avant le début de son célèbre Carrefour de l'eau.
Méthavéore fait entrer la Drôme dans la dynamique biométhane
Méthavéore fait entrer la Drôme dans la dynamique biométhane
Le projet Méthavéore est né de la volonté de 3 agriculteurs d’évoluer vers une agriculture de plus en plus respectueuse de l’environnement. Celui-ci consiste à injecter le biométhane produit par le site de méthanisation Méthavéore, dans le réseau de gaz exploité par GRDF, une première dans le département de la Drôme.
Oduc+ continu de s’enrichir vers le pluvial
Oduc+ continu de s’enrichir vers le pluvial
Logiciel incontournable du dimensionnement des réseaux d’assainissement, Oduc+ continu de suivre de près les évolutions du secteur et des demandes des utilisateurs. Dans sa version 4.0, il met notamment l’accent sur le dimensionnement des ouvrages de stockage des eaux pluviales.
Premier chantier à mobilité durable à Lyon
Premier chantier à mobilité durable à Lyon
Les initiatives de la Métrôpole de Lyon pour réduire la pollution locale se poursuivent. La dernière en date concerne un chantier réalisé dans le cadre du renouvellement du réseau de distribution de gaz dans le 7e arr. de Lyon, réalisé par GRDF. Un chantier exemplaire puisque le gestionnaire s’est engagé, avec son partenaire Coiro TP à utiliser des véhicules roulant "propres".
Rivard : « Notre force, l’autonomie sur la production, nous permet de réduire les délais »
Rivard : « Notre force, l’autonomie sur la production, nous permet de réduire les délais »
Sans surprise, en 2020, l’activité du constructeur et carrossier Rivard a principalement été portée par le secteur des TP. Un marché de la trancheuse boosté par les échéances du déploiement de la fibre, mais aussi, celui des excavatrices, où le français continue à asseoir un peu plus sa notoriété.
Suez performe au Panama
Suez performe au Panama
Au Panama, Suez a remporté un contrat d'optimisation du réseau d'eau potable de la capital. Ce succès vient conforter la place du géant français et renforcer la sureté du réseau pour les millions d'habitants.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.