ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ RAIL

SNCF : Une réduction de 10 % de la consommation d’énergie à l’horizon 2024

Par La rédaction. Publié le 11 octobre 2022.
SNCF : Une réduction de 10 % de la consommation d’énergie à l’horizon 2024
© SNCF
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Suite aux conséquences du réchauffement climatique et à l’actuelle crise énergétique, la SNCF présente un plan de sobriété énergétique pour réduire sa consommation d’énergie de 10% d’ici 2024.

Les conséquences du réchauffement climatique, particulièrement visibles cet été, sont de plus en plus intenses. En tant que premier consommateur industriel d’électricité du pays, la SNCF est exposée à la crise énergétique actuelle, dont les conséquences sont significatives. Dans ce contexte, et pour rejoindre la dynamique de sobriété impulsée par le Gouvernement, la SNCF entend accroitre ses efforts pour réduire sa consommation énergétique de 10% d’ici 2024. Préoccupation de premier plan pour la SNCF depuis plusieurs années, les actions en faveur de la sobriété énergétique nécessitent aujourd’hui d’être intensifiées compte-tenu de l’engagement de la SNCF dans la transition écologique et du contexte actuel de raréfaction des énergies non renouvelables, qui bouscule l’équilibre de la production ferroviaire.
La SNCF figure parmi les plus importants consommateurs industriels d’énergie avec plus de 9 000 GWh. Aujourd’hui, cette consommation d’énergie se répartit de la façon suivante :
● 81% pour la traction des 15 000 trains exploités quotidiennement
● 16% pour faire fonctionner les bâtiments (gares, bureaux, ateliers, etc.)
● 3% pour la route (véhicules de service principalement)
 
Un calendrier précis pour tenir les objectifs
Afin d’atteindre l’objectif d’une diminution de sa consommation de 10% d’ici 2024 (par rapport à sa consommation de l’année 2019), et conformément aux attentes du Gouvernement, la SNCF a défini un calendrier en deux temps :

Une baisse de la consommation d’énergie de 7% dès 2023

Dès à présent des mesures concernant la mobilité seront appliquées et renforcées, à l’instar de l’éco-conduite et de l’éco-stationnement, d’ores et déjà pratiquées par une partie des conducteurs de SNCF Voyageurs, par SNCF Réseau et Fret SNCF. D’ici 2025, ces mesures permettront d’économiser 750 GWh, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 340 000 Français, ce qui correspond à la population de la ville de Nice1. Pour les véhicules de service électriques, il sera recommandé de les recharger en dehors des pointes de consommation électrique (de 8h à 13h et de 18h à 20h).

Des économies d’énergie réalisées au sein des bâtiments, à travers des écogestes qui permettront de diminuer la consommation d’énergie quotidienne. A titre d’exemple, la température dans les bâtiments sera fixée en hiver au maximum à 19°C (cette température sera abaissée à 16°C en période d’inoccupation de 48h et à 8°C au-delà de 48h) et en été au minimum à 26°C, chaque degré, chauffé ou refroidi, représentant une économie de 7% sur la part du chauffage et de la climatisation de la facture du bâtiment. Le vendredi, dans les bâtiments de bureaux qui le permettent, une partie des étages sera uniquement ouverte aux salariés. Ainsi, ceux qui ne souhaitent pas télétravailler ce jour-là disposeront d’un bureau. Le chauffage dans les zones inoccupées pourra être ainsi diminué. Les ballons d’eau chaude des sanitaires, hormis les douches, ne seront plus chauffés. Par ailleurs, chacun devra veiller également à éteindre ou mettre en veille tout appareil électrique ou électronique dès que cela sera possible. Leur extinction sera programmée en fin de journée.

Des économies d’énergie réalisées au sein des gares, où le chauffage n’excèdera pas 11°C dans les halls en hiver, et 16°C dans les salles d’attente. D’autres actions seront également mises en place :
Les braseros et assises chauffantes seront éteints.
L’éclairage sera plus régulé.
Les luminaires seront éteints dans les commerces lorsque la gare ne sera pas ouverte.
Enfin, en journée, les exploitants de gare réaliseront des tournées afin de vérifier que les éclairages sont bien éteints lorsque la lumière naturelle est suffisante, dans les halls, les salles d’attente et les bureaux.

● Une baisse de 3% en 2024
La seconde partie des économies est constituée de mesures de plus long-terme, engagées par la SNCF et ses entités depuis plusieurs années, qui nécessitent souvent des investissements supplémentaires. Les opérations de rénovation de bâtiments dans leur ensemble s’inscrivent dans cette dynamique : modernisation des systèmes de chauffage, isolation thermique, remplacement des éclairages énergivores par des Led entre autres. A travers ce plan, la SNCF confirme son engagement à “consommer moins et consommer mieux », engagement pilier de sa stratégie de développement.
 
1 Un Français consomme en moyenne environ 2 220 kWh d’électricité par an, selon les chiffres 2020 de la Commission de régulation de l’énergie.
 
 
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
12 février 2024
La gare du Nord accueille le plus grand chantier RAVI d’Europe Jusqu’à la fin du mois de juin la gare du Nord, est le théâtre du plus grand chantier de Remplacement des Appareils de Voies Industrialisé (RAVI). Mobilisées lors d’opérations « Coup de poings, » les équipes de SNCF Réseau et de TSO ont en charge le remplacement de 43 appareils.
La gare du Nord accueille le plus grand chantier RAVI d’Europe
20 mars 2024
SNCF Réseau PACA dévoile sa carte des grands chantiers C’est en présence de Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France, de Karim Touati, Directeur territorial SNCF Réseau Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Agnès Moutet-Lamy, Directrice régionale SNCF Gares & Connexions Occitanie et Sud, que SNCF Réseau a dévoilé le 15 mars dernier la carte des chantiers pour l’année 2024.
SNCF Réseau PACA dévoile sa carte des grands chantiers
23 février 2024
Marie-Céline Masson : « Si l’on souhaite développer le réseau ferroviaire, il faut arriver à le rendre plus attractif » A la tête de la direction territoriale Hauts-de-France de SNCF Réseau depuis le mois d’octobre, Marie-Céline Masson a vécu ses 100 premiers jours au rythme des crises climatiques qui ont frappé la région. Une occasion pour faire le point à moins de 200 jours des jeux Olympiques et Paralympiques.
Marie-Céline Masson : « Si l’on souhaite développer le réseau ferroviaire, il faut arriver à le rendre plus attractif »
Tous les articles RAIL
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola