Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

16,2 milliards d’euros de commandes réconfortent Eiffage

16,2 milliards d’euros de commandes réconfortent Eiffage
Lot 1 ligne 16. Crédit photo : Eiffage
Par Julia Tortorici, le 25 février 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les turbulences n’ont pas épargné Eiffage, frappé par la pandémie au premier semestre 2021. Un second semestre « satisfaisant », une riche activité dans les Travaux ainsi qu’un carnet de commandes prolifique en fin d’année compensent une activité Concession en berne et sauvent une année qui finit sur un CA en retrait de -10 %. 

Deux mois d’arrêt en France consécutifs au premier confinement, et un mois de pause à l’international, auront sabré le 1er semestre 2020 d’Eiffage qui s’achève sur un recul de – 19 %. « Le second semestre est somme toute satisfaisant, commente Benoît de Ruffray, PDG du groupe Eiffage. Les chantiers ont su rapidement redémarrer, les concessions ne se sont jamais arrêtées, et malgré le gel des décisions, peu surprenant en période électorale, nos clients ont continué leurs investissements. Les grands projets ont quant à eux porté l’activité à l’international ». Il faut avouer que le Groupe fut prolifique. 2020 aura vu l’obtention de contrats majeurs dont la rénovation du siège social de Peugeot à Paris, l’ordre de service de la phase travaux de HS2, la construction de l’hôpital Paris Saclay et du siège de RTBF à Bruxelles, ou encore la réalisation de 7 km d’autoroute en Norvège. « Certains domaines sont particulièrement actifs, à l’instar de la rénovation, des énergies renouvelables, de la santé ou des transports, et garantissent une activité riche », ajoute le dirigeant. 
 
Autoroute E18 en Norvège. 

Une perte de 1,4 milliard d’euros

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans les détails, le CA 2020 du groupe Eiffage s’établit à plus de 16,3 milliards d’euros. Un chiffre honorable au vu des bouleversements économiques et sanitaires. « D’ailleurs, l’exercice se rééquilibre en fin d’année grâce à une remontée de l’activité qui s’achève sur une légère baisse de 1,9 % au quatrième trimestre », précise Benoît de Ruffray. Dans les Travaux, l’activité atteint plus de 13,7 milliards d’euros, en baisse de 9,5 % sur un an. L’amélioration est, là encore, notable au second semestre où les différentes branches Travaux retrouvent le même niveau d’activité qu’en 2019 en France (+ 0,1 %) et n’enregistrent qu’une légère baisse de 1,4 % au global. « Au final, l’impact de la pandémie représente une perte de 1,4 milliard d’euros », livre le dirigeant. Le résultat net s’affiche à 375 M€, soit un peu plus de la moitié qu’en 2019. La vraie bonne nouvelle réside dans le carnet de commandes, évalué à 16,2 milliards d’euros fin 2020, en progression de 14 %. Soit plus de 14 mois d’activité. « Nous y incluons 1,4 milliard de travaux non réalisés au 1er semestre, et 600 M€ qui sont le produit des affaires finalisées », complète-t-il. 
 
Ecluse d’Ampsin

Le Génie Civil, moteur de la reprise

Dans la branche Construction, l’activité est en baisse de - 13,4 % à 3,69 milliards d’euros, moins sensiblement en France (- 12,6 %) qu’en Europe (- 16,1 %). En immobilier, 4 273 réservations de logements ont été enregistrées contre 5 095 en 2019 (2 410 contre 2 561 au second semestre). Dans la branche Infrastructures, le chiffre d’affaires décroît de - 7 % à 5,99 milliards d’euros. En France il se contracte de - 8,5 %, dont - 13,1 % dans la Route. « Les marges dans ce métier ont bien résisté, observe Benoît de Ruffray, et devraient être préservées par la transition écologique amorcée avec la route du futur et les liants végétaux ». Le CA est en recul de - 6,8 % dans le Génie Civil, maintenu par les niveaux exceptionnels d’activité sur le Lyon Turin et le Grand Paris. Il s’améliore de + 11,9 % dans le Métal, boosté par l’éolien offshore en Europe et plus spécifiquement par le démarrage du chantier éolien de Saint-Nazaire. La branche enregistre, par ailleurs, une baisse plus limitée à l’international de - 3,8 %. Dans la branche Énergie Systèmes, l’activité est en baisse de - 9,5 % à 4,05 milliards d’euros, dont - 10,3 % en France et - 7,7 % à l’international, mais « devrait profiter des dispositifs prévus par le plan de relance ». 
 
Deux premières phases des fondations du parc éolien Dogger Bank

 
Fragilité des concessions

Dans les Concessions, les trafics autoroutiers et aéroportuaires ont été fortement perturbés par la Covid-19 au second semestre du fait du retour de mesures restrictives de déplacement en France, comme dans les pays voisins. Le Stade Pierre Mauroy est resté fermé au public compte tenu des interdictions de rassemblement. L’impact se chiffre à - 620 millions d’euros, dont - 190 millions d’euros sur le deuxième semestre. Le chiffre d’affaires des Concessions s’établit ainsi à près de 2,6 milliards d’euros, en baisse de - 12,7 %. Avec - 67,3 %, le trafic est en chute libre sur les aéroports. « Le démarrage pourtant prometteur de l’activité des aéroports de Lille et Toulouse a été freiné par les importantes turbulences inhérentes à la Covid-19. Le Groupe estime qu’il faudra plusieurs années avant un retour à la normal », indique Benoît de Ruffray. Les concessions autoroutières ne s’en sortent pas beaucoup mieux : les trafics sont en baisse de - 21 % chez APRR, de - 23,9 % sur le viaduc de Millau, et de - 22 % sur l’A65. Avec les deux confinements, c’est environ 90 % du trafic qui a plongé. 
 
Crédit photo : Bulldozair

Objectif bas carbone

La maîtrise des émissions de carbone n’est pas un vain mot pour Eiffage. En plus de sa note relevée de B à A- dans le classement Climate Change 2020 du CDP (Carbon Disclosure Project), et la création du club industriel Sekoya, Eiffage travaille au verdissement de son parc matériel et de véhicules. « Nous raisonnons par type de machine, explique Benoît de Ruffray. Nous avons vocation à équiper de matériels électriques les opérations dans un cercle au kilométrage peu étendu. Notre flotte routière bénéficiant de ses propres stations de carburant, nous sommes également en mesure de déployer plus massivement des camions alimentés en biocarburant ou biogaz ». Au sein des processus constructifs, les exigences de la RE2020 guident l’innovation. Eiffage fait ainsi état de plusieurs partenariats dédiés au développement poussé de bétons bas carbone. « Technologie et règlementation sont toutes deux vouées à évoluer dans l’intérêt général, poursuit le PDG. Au-delà du bénéfice commun, nous croyons, par ailleurs, que le recyclage des agrégats peut recréer de la valeur dans le matériau issu de la déconstruction et utile à la rénovation. Enfin, nous prévoyons d’améliorer et d’augmenter nos liants biosourcés. Nous nous devons de réussir à industrialiser toutes ces solutions techniques afin de baisser les coûts et améliorer leur efficacité ».
 
Hoffmann Green Cement Technologies a signé un contrat de fourniture de ciment de 3 ans avec Eiffage Génie Civil







 

Retrouvez sur LinkedIn Julia Tortorici, rédactrice en chef de BTP Construction.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
BTP Magazine
Le magazine des nouveautés, tendances et stratégies des constructeurs.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Collège de Remoulins : les bons points du béton bas carbone
Collège de Remoulins : les bons points du béton bas carbone
Le Conseil départemental du Gard a souhaité un nouveau bâtiment moderne et durable à Remoulins (30) pour accueillir 720 collégiens en 2022. Pour répondre à cette exigence, Eiffage Construction a fait le choix de bétons bas carbone.
« On ne peut pas ignorer les infrastructures dans le débat national sur la transition environnementale »
« On ne peut pas ignorer les infrastructures dans le débat national sur la transition environnementale »
Les infrastructures de mobilité, d’énergie et numériques ont leur rôle à jouer dans la transition écologique des métiers des travaux publics. Quelques pistes de réflexion ont été dévoilées ce matin à l’occasion d’un atelier-débat consacré à la transition environnementale des TP. Objectif : préparer l’activité des entreprises de TP de demain, dans la préservation de l’environnement.
Eiffage limite la casse au premier trimestre et affiche un solide carnet de commandes
Eiffage limite la casse au premier trimestre et affiche un solide carnet de commandes
Grâce à la croissance de son activité en début d’année, Eiffage a réussi à limiter la casse au premier trimestre 2020 malgré la chute brutale survenue mi-mars avec un chiffre d’affaires de 3,7 milliards d’euros (- 4,3 %) mais un carnet de commande des travaux solides à 15 milliards d’euros (+ 5 %).
Eiffage Construction remporte le contrat de l'hôpital Paris-Saclay
Eiffage Construction remporte le contrat de l'hôpital Paris-Saclay
Eiffage remporte le contrat pour la conception, la réalisation et la maintenance de l’hôpital Paris-Saclay pour un montant de 141 millions d’euros.
Cemex : la voie des bétons bas carbone
Cemex : la voie des bétons bas carbone
Pour la construction d'un campus dédié aux métiers de la maintenance, des travaux et des circulations ferroviaires à proximité de la gare de triage de Saint-Priest (69), SNCF Réseau a fait le choix de bétons bas carbone.
34 pieux pour le nouveau viaduc du Viéran à Metz-Tassy
34 pieux pour le nouveau viaduc du Viéran à Metz-Tassy
Bottes Fondations vient d’achever sa mission de fondations spéciales sur le chantier du nouveau viaduc du Viéran à Metz-Tassy (74).
Eiffage limite la casse
Eiffage limite la casse
Malgré un premier semestre 2020 assombri par une crise de la Covid, Eiffage se montre optimiste. Son carnet de commandes en hausse de 15% et ses chantiers majeurs en France devraient limiter la casse au second semestre, au cours duquel un redressement est à prévoir.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.