x
Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

INFRASTRUCTURES TP
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
VIDÉOS

Paris : le 2e tunnelier de la ligne 14 sud s'appelle...

Partager :
Paris : le 2e tunnelier de la ligne 14 sud s'appelle...
Par la rédaction, le 24 avril 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Infrastructures TP
Ce mercredi 24 avril à Morangis, le deuxième tunnelier du prolongement sud de la ligne 14 a été baptisé du nom de Koumba, prénom de la vice-championne du monde de lutte née à Arpajon en Essonne.

Le tunnelier Koumba aura pour tâche de créer près de 4,5 km de tunnel entre le futur Site de Maintenance et de Remisage des trains de la ligne 14 à Morangis (91) et la station Pont de Rungis à Thiais (94). Son baptême fait suite à celui du tunnelier Claire, le 3 avril dernier, qui s’élancera entre la station Pont de Rungis et l’ouvrage Jean Prouvé à L’Haÿ-les-Roses.

Les deux machines démarreront leurs creusements respectifs en mai, alors que le troisième et dernier tunnelier du prolongement au sud de la ligne 14 se lancera en juillet, depuis L’Haÿ-les-Roses et à destination de Paris (13e). Le tunnel restant, entre Maison-Blanche et la partie existante de la ligne (140m), sera lui creusé selon une méthode traditionnelle, sans tunnelier.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Sur le tracé de Koumba, verra le jour en 2024 le nouveau Site de Maintenance et de Remisage des trains (SMR), complémentaire au SMR mis en service au nord à Saint-Ouen d’ici l’été 2020. Il servira à l’accueil et l’entretien des 72 nouvelles rames à 8 voitures qui équiperont la ligne 14.

Deux stations seront également créées à l’Aéroport d’Orly, au niveau du parking P0, et à Pont de Rungis, au coeur de la ZI Sénia à Orly et de la zone d’aménagement concerté de Thiais. Le creusement du tunnel au tunnelier sera plus que délicat puisqu’il sera creusé sous les pistes de l’aéroport sans stopper l’exploitation.

A noter que les travaux du lot 4 de la ligne 14 représentent un investissement de 203 M€ et seront assurés par le groupement NGE/Salini Impregilo.



 
 

Sur la roue de coupe : création artistique du duo Lek & Sowat. Crédit photo : DR
Retrouvez toute l'information "infrastructures TP" dans BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Le Sedif nous dévoile ses nouveautés

C'est ce matin que le Syndicat des Eaux d'Ile de France (SEDIF) a présenté ses travaux sur l'année écoulée en invitant la presse et les élus à l'usine de Neuilly sur Marne.
Toutes nos vidéos
Tribune
route solaire
Veut-on vraiment accélérer la digitalisation des entreprises ?
Le sujet du marché télécoms pour les entreprises est sous les feux de l’actualité avec les remous provoqués par la situation financière très compliqué de l’opérateur Kosc.
À lire également
Paris : orchestration en ligne 11
Paris : orchestration en ligne 11
A Mairie des Lilas, un groupement constitué de Spie Batignolles Génie Civil, de Spie Fondations et de Parenge, est chargé de creuser en méthode traditionnelle, les 250 m de tunnel entre l’atelier de maintenance (AMT) et la future station Serge Gainsbourg, prolongement de la ligne 11 du métro parisien. Etant donné l’espace restreint en sous-sol et en surface, les équipes se concentrent tour à tour sur le pré-soutènement, le creusement et le génie civil du tunnel, « pianotant » d’une extrémité à une autre. Sur le lot GC03 du prolongement de la ligne 11, pas de tunnelier, mais bien une méthode de creusement tout ce qu’il y a de plus traditionnel. Pour excaver les quelque 250 m de galerie entre l’AMT et la future station Serge Gainsbourg, situés derrière le terminus à Mairie des Lilas, les équipes de Spie Batignolles s’introduisent dans le puits Calmette (9 m de diamètre) réalisé par Parenge, il y a deux ans, plongeant à 9 m d’un bâtiment en R+18. « Nous disposons d’une emprise fort restreinte de 1 000 m², explique Quentin Buda, directeur de chantier chez Spie Batignolles. Le puits de 18 m de profondeur, qui endossera plus tard le rôle de puits de ventilation, impose par ailleurs la mise en place d’un ascenseur, réduisant d’autant plus l’espace disponible. » Résultat : la mise en place d’un phasage singulier a été nécessaire. Du pré-soutènement, au génie civil, en passant par l’excavation, un seul matériel peut être descendu dans le puits par la grue à tour. « Nous avons scié le parement du rameau existant afin de créer deux ouvertures côté Serge Gainsbourg et côté AMT, ce qui nous permet de travailler en ‘pianotant’ d’un côté puis de l’autre », poursuit le responsable.
Les matériels souterrains du Grand Paris
Les matériels souterrains du Grand Paris
Pour les constructeurs, prendre part au chantier pharaonique du Grand Paris via leurs matériels est une opportunité qui ne se refuse pas. Outre le fait de contribuer à l’élaboration d’un projet à la caisse de résonance nationale, voire internationale, c’est surtout l’occasion de mettre en avant la qualité de leurs machines. A condition, vu le contexte particulier de l’exploitation souterraine, de ne pas négliger la notion de services. « C’est le premier chantier d’infrastructures en Europe et le quatrième au niveau mondial derrière les projets chinois et indien. Un programme titanesque qui devrait redéfinir complètement la mobilité francilienne et désenclaver de nombreux territoires aujourd’hui isolés », résumait il y a peu la Société du Grand Paris (SGP) pour expliquer à quoi correspondaient les travaux engagés dans ce cadre. Rien que pour les lignes de métro et les gares, quelque 25 milliards d’euros vont être dépensés sur une dizaine d’années. Au total, la facture atteindra 108 milliards sur une période de 10 ans, si l’on prend en compte les développements de nouveaux programmes de logements et d’aménagement des quartiers autour des gares. Pour les TP, c’est évidemment une aubaine. « Aujourd’hui, on estime que les travaux du Grand Paris représentent plus de 15 % de l’activité TP en France. C’est dire s’il est important d’y être, d’une manière ou d’une autre », explique ainsi un professionnel. Les constructeurs l’ont d’ailleurs bien compris et c’est la raison pour laquelle beaucoup s’affairent et se réjouissent d’y être représentés. Mais difficile pour autant de s’improviser spécialiste souterrain du jour au lendemain.
« Ellen », le 1er tunnelier des Hauts-de-Seine, est en place
« Ellen », le 1er tunnelier des Hauts-de-Seine, est en place
Ellen, le premier tunnelier du Grand Paris Express à donner ses tours de roues dans les Hauts-de-Seine, a été baptisé, et dévoilé au public ce week-end à l'occasion de son baptême sur le chantier du puits Robespierre à Bagneux.
Premier percement sur le Grand Paris Express
Premier percement sur le Grand Paris Express
Steffie-Orbival, premier tunnelier mis en service sur le chantier du Grand Paris Express, vient de terminer son tronçon de 2 171 m à l’ouvrage de débranchement de Villiers-sur-Marne.
Infrastructures routières : Lyon se projette sur 2030
Infrastructures routières : Lyon se projette sur 2030
Déclassement de l’axe A6/A7, contournement Est et Anneau des Sciences, trois projets d’infrastructures routières que la ville de Lyon a souhaité lancer pour désengorger le trafic en centre- ville. C’est dans ce contexte, que Lombardi Ingénierie, entreprise spécialisée dans les services d’Ingénierie en infrastructure, a souhaité donné la parole à Jean-Luc Passano, vice président de la Métropole de Lyon, en charge des déplacements, des grands ouvrages et des grandes infrastructures, et Maire d’Irigny, pour présenter, et surtout, expliquer ces grands projets.
Grand Paris Express : un tunnelier vertical fait sa première à Malakoff
Grand Paris Express : un tunnelier vertical fait sa première à Malakoff
Sur le chantier du puits Malleret-Joinville, un tunnelier vertical, aussi appelé VSM (vertical shaft sinking machine), est utilisé pour la première fois en France. Sa mission : réaliser, en trois mois, le puits d’accès pour l’ouvrage de service Malleret-Joinville du Grand Paris Express (ligne 15 Sud).
Le premier tunnelier de la ligne 16 s'appelle Armelle
Le premier tunnelier de la ligne 16 s'appelle Armelle
Le premier tunnelier de la ligne 16 du Grand Paris Express a été baptisé le 14 septembre dernier sur le chantier du puits Braque, à Aulnay-Sous-Bois. La machine a été baptisée Armelle.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Applications
Accès au kiosque
Événements
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
20 Septembre 2019
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
JDL 2019
25 Septembre 2019
JDL 2019
Cycl'eau Vichy
25 Septembre 2019
Cycl'eau Vichy
+ d'événements
Emploi
- Manoeuvre bâtiment
- Dessinateur-projeteur / Dessinatrice-projeteuse en génie climatique
- Chef de chantier électricité
- Manoeuvre travaux publics
+ d’offres
Rubriques
Bâtiment
Environnement
Infrastructures TP
Matériels
Rail
Réseaux
Terrassements & Carrières
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Applications
iOS
Android
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.