Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

INFRASTRUCTURES TP
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Nouvelle Route du Littoral : un chantier hors normes

Partager :
Nouvelle Route du Littoral : un chantier hors normes
Par Steve Carpentier, le 11 juin 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Infrastructures TP
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La nouvelle route du littoral actuellement en construction sur l’ile de la Réunion est l’un des chantiers phare des DOM-TOM. Conçue en deux parties, cette infrastructure colossale comprend d’une part un viaduc terrassé en mer et des sections de digues en partie terrestre, le tout sur près de 12,5 kms. La rédaction s’est rendue sur place pour un reportage exceptionnel sur un chantier non moins exceptionnel.

C’est une route qui va changer profondément le quotidien des quelque 65.000 automobilistes qui chaque jour emprunte la RN1 entre Saint Denis et la Possession, au nord ouest de l’Ile de la Réunion. Aujourd’hui, la nationale est devenue le cauchemar des Réunionnais. Car l’actuelle route du littoral, construite sur la mer dans les années 70, est un itinéraire hautement stratégique qui relie le port de commerce à la capitale administrative de l’ile et à son aéroport international. Mais en raison des aléas climatiques, elle est plus de 30 jours par an basculée. En clair, depuis 2010 et la désagrégation progressive de la colline au dessous de laquelle serpente la N1, elle est fermée dans un sens de circulation. Le trafic emprunte donc deux voies au lieu de quatre. Résultat : des embouteillages monstre, et plus de 2H30 pour parcourir les 30 kms qui relient la ville de La Possession à Saint-Denis. Chantier pharaonique, la nouvelle route du Littoral, même si elle n’empêchera pas les embouteillages classiques de fin de journée, est donc un ouvrage majeur pour fluidifier le trafic automobile sur l’ile et faciliter les échanges. Le chantier qui a débuté en 2014 consiste donc à construire une infrastructure de 12,5 kms avec profil en travers de 2X2 voies + BAU+réservation d’emprise pour un futur transport en commun sur voie propre (en clair, un bus) + piste cyclable. Le tout sur trente mètres de large. Le viaduc sera éloigné de 100 à 300 mètres de la falaise.

Mélange de digues et de viaduc

Le chantier est un mélange de digues et de viaduc en mer. Le viaduc, pièce maitresse du projet, court sur 5409 mètres très exactement, en partie sud du projet. Le tablier est aujourd’hui complété à environ 60%. Chaque jour, le lanceur pose deux paires de voussoirs et fait avancer de 16 m le tablier. Sur les 48 piles, dix sept restent à poser en mer. La NRL, c’est un budget pour l’heure évalué à 1,66 milliard d’euros, dont 716 millions pour la seule partie maritime. Le chantier est conduit par Vinci Construction Grands Projets qui est mandataire de l’opération, avec dans le groupement Bouygues TP et Demathieu Bard Construction. Actuellement, ce sont près de 800 ouvriers qui travaillent sur le viaduc et les cinq tronçons de digues et qui mettront en oeuvre à terme quelque 38.000 tonnes d’acier et 300.000 m3 de béton sur la seule partie en mer. La livraison du viaduc est prévue pour l’heure en 2019. Didier Robert, le président du conseil régional de l’ile de la Réunion, a admis devant la presse locale et internationale présente lors de la visite du chantier vendredi dernier que l’ouverture de la route prévue au départ fin 2020 ne pourra pas se faire avant 2021, voire 2022. En cause : la difficulté d’approvisionnement en granulats pour la construction des digues. Le chantier fait en effet face depuis quelques mois à un imbroglio juridique sur l’ouverture de carrières capables d’assurer la livraison de près de près de 18 millions de tonnes de matériaux pour l’ensemble du projet.
Pour l’heure,le chantier avance, et notamment en parallèle à la construction du viaduc le terrassement des digues sur 6.300 métres pour un budget de près de 800 millions d’euros (798 plus exactement). C’est à un groupement composé de GTOI (Colas à la Réunion), SBTPC et Vinci Terrassement qu’a été confié ce lot qui consommera 2,3 millions de m3 d’enrochements, 2,6 millions de m3 de remblais et plus d’un million de m3 de béton.

Environnement versus construction ?

A l’instar des grands projets d’infrastructure qui en leur temps avaient défrayé la chronique comme le Pont de l’Ile de Ré ou le Viaduc de Millau, la nouvelle route du Littoral fait face depuis le début à une opposition des défenseurs de l’environnement qui critiquent un projet qui défigurerait l’ile de l’océan indien. Le conseil Régional de la Réunion, maitre d’ouvrage et d’oeuvre du projet a donc mis en œuvre un lot de mesures compensatoires pour réduire l’impact écologique de ce méga projet en béton. Plus de 80 millions d’euros ont ainsi été réservés pour aider des associations et des projets locaux de préservation de l’environnement. Plus de 150 mesures ont ainsi été mises en oeuvre notamment pour la sauvegarde de la baleine, la protection des oiseaux marins ou des tortues marines. Green-Washing pour certains, ces mesures viennent toutefois compenser en partie l’impact de la nouvelle route. Avec un hiatus qui a chaque fois revient pour ce genre de projet : comment concilier développement économique et défense de l’environnement ? Pour l’heure, les Réunionnais n’ont pas d’autre échappatoire que de maudire les bouchons de fin de journée, en regardant...la route en construction, à 300 m au large.

NB : retrouvez dans les prochains numéros de nos revues BTP Magazine et Terrassements & Carrières nos reportages complets en photos du chantier de la NRL. Retrouvez également de nombreuses vidéos tournées sur place sur nos réseaux sociaux notamment twitter @ConstructionCay
Crédit : BTP Mag/ Steve Carpentier
  Ripage express en gare de Villejuif : Partie II
+ de vidéos BTP ça tourne
Le flash info du BTP
À lire également
Danemark : Wegh Group trace sa voie ferrée sur le pont du Storstrøm
Danemark : Wegh Group trace sa voie ferrée sur le pont du Storstrøm
Spécialisé dans la construction de chemins de fer, l’italien Wegh Group s’est vu attribuer un contrat au Danemark portant sur la réalisation de travaux de voies ferrées sur le pont du Storstrøm.
Le Flyboard Air de Franky Zapata survole l'Arena Futuroscope
Le Flyboard Air de Franky Zapata survole l'Arena Futuroscope
Franky Zapata, "l'homme volant", a survolé le site de l'Arena Futuroscope, un salle d'une capacité de 6 000 personnes dont la première pierre a été posée hier, sur son Flyboard Air, réalisant ainsi son premier vol officiel de l'année 2020.
Eiffage désigné concessionnaire de la future autoroute A79
Eiffage désigné concessionnaire de la future autoroute A79
Le groupement, composé des sociétés Eiffage (mandataire) et APRR, a été désigné concessionnaire de l’autoroute A79 (Route Centre-Europe Atlantique) par décret ministériel publié au Journal Officiel le 15 mars 2020.
Eiffage primé par Routes et Rues 2020
Eiffage primé par Routes et Rues 2020
Eiffage, via sa filiale Eiffage Route, a récemment reçu un prix pour deux de ses solutions bas carbone dans le cadre de l'appel à projets innovants Routes et Rues 2020.
Qualité du réseau routier : la France à la 18e place du classement mondial
Qualité du réseau routier : la France à la 18e place du classement mondial
Le dernier rapport de WEF (World Economic Forum), n’est pas très réjouissant pour notre réseau routier. La France a perdu onze places en un an et atteint à présent la 18e place du classement mondial.
Comment bâtir les futures places du Grand Paris ?
Comment bâtir les futures places du Grand Paris ?
La Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités publient l'ouvrage "Places du Grand Paris, principes de conception des espaces publics du Grand Paris Express", destiné à instaurer une culture commune pour la conception des futurs espaces publics du Grand Paris Express.
Spie batignolles vise 3 milliards d’euros en 2022
Spie batignolles vise 3 milliards d’euros en 2022
On s’affaire chez Spie batignolles. Le groupe, classé dans le top 5 des grands "BTPistes" français, affiche un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros en 2018, destiné à grimper à 2,1 milliards en 2019. Bien installé dans les métiers phares de la construction, il amorce pourtant un ambitieux plan de développement pour 2022.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Salonvert
22 Septembre 2020
Congrès IDRRIM 2020
29 Septembre 2020
Salon Des Professionnels de l’Amiante
29 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Chef de chantier
- Ingénieur /Ingénieure QHSE - Qualité Hygiène Sécurité Environnement BTP
- Chef d'équipe gros oeuvre
- Conducteur / Conductrice de travaux du BTP
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.