Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Le réemploi se digitalise

Le réemploi se digitalise
Par la rédaction, le 4 novembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne a développ un logiciel dont les algorithmes autorisent la conception de nouvelles structures de bâtiments mêlant composants neufs avec composants issus du réemploi. 

Le bâtiment a fort à faire pour limiter son empreinte environnementale. De gros efforts sont actuellement déployés dans la réduction de la consommation des ressources et des déchets issus de la déconstruction/réhabilitation/rénovation. 

A l’EPFL, Jan Brütting, qui vient de terminer son doctorat au sein du Structural Xploration Lab (SXL), dirigé par Corentin Fivet, au Smart Living Lab, à Fribourg, prône pour des designs basés sur des composants de seconde main, sans tranformation préalable. 

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
"Cela implique de changer tout ce que nous avons appris à faire jusqu’ici", avertit-il. Et afin d’aider les acteurs de la chaîne de production dans ce sens, Jan Brütting a ainsi développé un logiciel permettant de concevoir des structures tout en analysant leur cycle de vie. Le logiciel se base sur le réemploi de poutres, de colonnes et de barres d’acier, mais d’autres matériaux tels que le bois et le béton pourraient y être intégrés.

Concrètement, l’ingénieur ou l’architecte entre dans le logiciel les caractéristiques globales de la structure à construire ou à modifier, ainsi qu’une description du stock de composants de seconde main pouvant être réemployés. Le logiciel effectue alors une première optimisation de la forme de la structure, visant à utiliser le moins de matière possible.

Ensuite, il présente à la conceptrice ou au concepteur des formes structurales alternatives répondant à divers objectifs de durabilité. Par exemple, le logiciel change l’aspect de la structure mais aussi sélectionne et positionne les composants du stock fourni afin de minimiser l’empreinte carbone de la structure, de réduire au minimum le nombre de nouvelles découpes ou de limiter le nombre de composants utilisés. 

Le logiciel permet également d’identifier la combinaison optimale d’éléments neufs et de réemploi afin d’optimiser l’empreinte carbone de la nouvelle construction. Le concepteur peut ainsi choisir et éventuellement adapter la solution la plus appropriée à son projet. Le chercheur a testé son logiciel sur des cas réels, basé sur un inventaire des éléments récupérés d’immeubles et d’infrastructures en démolition en Suisse.

Les valeurs déterminées dans le cadre de ses travaux ont révélé que la pratique du réemploi dans la construction de structures permettrait une réduction significative d’émissions de gaz à effets de serre : jusqu’à 60%, malgré une augmentation de la masse de la structure jusqu’à 40%. 

Pour implémenter cette eméthode d’économie circulaire, Jan Brütting plaide pour la création d’une banque de données au niveau suisse ou européen de matériaux propres au réemploi. Dans l’idéal, son logiciel y aurait accès, offrant au concepteur un meilleur choix de matériaux. "De telles bases de données sont en cours de développementD", fait savoir le chercheur.

A noter qu’il a également pensé à intégrer au logiciel la possibilité de construire des modules sur la base de barres linéaires et de connecteurs de forme arrondie. Un concept rappelant le système MERO ou celui des meubles USM mais qui "offre bien plus de possibilités de design que les systèmes de construction modulaires actuels".

Crédit photo : EPFL
Retrouvez sur LinkedIn Julia Tortorici, rédactrice en chef de BTP Construction.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Mat Environnement
Le magazine des matériels et process. Pour les professionnels confrontés aux respects des législations.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Osmosun : l'approvisionnement en eau grâce au solaire
Osmosun : l'approvisionnement en eau grâce au solaire
Osmosun est une solution unique offrant un approvisionnement en eau durable et économique grâce au solaire. 
Marrel certifié ISO 14001
Marrel certifié ISO 14001
Les 4 unités de production (mécanique, chaudronnerie, assemblage et centre de montage sur châssis) de Marrel ainsi que différents services impliqués ont été audités afin d’évaluer l’intégration des normes de l’ISO 14001 dans les différents processus de l’entreprise.
ODO-VÍA, une application mobile de maitrise des flux logistiques
ODO-VÍA, une application mobile de maitrise des flux logistiques
Ce Tracking module régularité -Tracking - Harmony est une application mobile de maitrise des flux logistiques. 
FPT Industrial et Landi Renzo développent des projets de carburants propres
FPT Industrial et Landi Renzo développent des projets de carburants propres
FPT Industrial, fabricant mondial de moteurs durables à faible impact environnemental, et Landi Renzo Group, une entreprise spécialisée dans la conception, la production et la distribution de composants et de systèmes pour gaz naturel compressé (GNC), gaz naturel liquéfié (GNL) et hydrogène (H2), ont signé deux protocoles d'accord liés à des projets de carburants propres.
Tomra façonne l'avenir du recyclage au Mexique
Tomra façonne l'avenir du recyclage au Mexique
Indorama Venture, producteur mondial de produits chimiques installé au Mexique, s'est dotée de machines de tri optique Tomra Recycling pour traiter les bouteilles PET et les flocons de PET, afin de produire du plastique recyclé de la plus haute qualité.
SmartScore, le nouveau label international pour les immeubles intelligents
SmartScore, le nouveau label international pour les immeubles intelligents
WiredScore, l’expert mondial de la connectivité et de la technologie de l’immobilier, à l’origine du système d’évaluation de la connectivité des immeubles, annonce aujourd’hui le lancement d’un nouveau label destiné aux immeubles intelligents.
[Tribune] Le BIM, un levier pour améliorer le bilan carbone des bâtiments
[Tribune] Le BIM, un levier pour améliorer le bilan carbone des bâtiments
Amorcée tardivement, la digitalisation du secteur du bâtiment connaît depuis quelques années une accélération très rapide avec la généralisation du BIM (Building Information Modeling). Plus qu'une technologie, il s'agit d'une méthode de travail reposant sur le partage d'informations fiables tout au long de la durée de vie d'un bâtiment ou d'infrastructures, autour d'une maquette numérique en 3D. Parmi ses nombreux atouts, le BIM devrait aussi permettre d'améliorer le bilan carbone des bâtiments et de favoriser la rénovation énergétique. Le point sur ces enjeux avec Matthieu Ferrua, directeur de la BIM Factory chez ENGIE Solutions.
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.