ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ BÂTIMENT - GROS OEUVRE

La décarbonation du ciment, une urgence absolue

Par la rédaction. Publié le 14 novembre 2023.
La décarbonation du ciment, une urgence absolue
crédit photo : Simon Callaghan
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Un groupe international de scientifiques reconnus pour leur expertise a appelé les secteurs du ciment et de la construction à adopter d’urgence des technologies de ciment à faible teneur en carbone afin de réduire radicalement les émissions de CO2.
 
Pour rappel, le ciment est responsable de près de 8 % des émissions mondiales de CO2, soit plus que le transport maritime, l’aviation et le camionnage longue distance réunis. Lors d’un symposium organisé les 9 et 10 novembre derniers à Paris par Ecocem, ces scientifiques (liste en Annexe) ont partagé leurs derniers travaux de recherche sur les technologies du ciment à faible teneur en carbone et se sont concentrés sur les idées et les matériaux susceptibles d’accélérer la décarbonation du secteur. La demande mondiale de ciment devrait s’accroître au cours des prochaines décennies. Le Forum Économique Mondial (World Economic  Forum), entre autres, prévoit que la demande de ciment pourrait augmenter jusqu’à 45 % d’ici à 2050. Les scientifiques ont déclaré que «des solutions efficaces sont nécessaires de toute urgence si le secteur de la construction dans son ensemble doit se décarboner conformément à une trajectoire de 1,5°C». Les universitaires ont conclu que l’adoption des derniers développements en matière de technologie du ciment à faible teneur en carbone est le moyen le plus rapide et le plus évolutif de réduire considérablement les émissions dans les secteurs du ciment et de la construction d’ici à la fin de 2030. L’industrie du ciment a longtemps été considérée comme difficile à décarboner, en raison de l’utilisation du clinker, l’ingrédient principal du ciment, qui est produit en cuisant le calcaire à des températures extrêmement élevées. Bien qu’il existe déjà des ciments à faible teneur en carbone, le défi à ce jour était d’imaginer leur production à grande échelle. Au cours de ces deux journées, les scientifiques ont passé en revue les nouvelles données sur l’utilisation de matériaux alternatifs qui réduisent le volume de clinker, en le remplaçant par une grande variété de matériaux de remplissage d’origine locale et d’additions minérales (en anglais, SCMs : Supplementary Cementitious Materials).
 
Un appel à l’action
 
Les onze chercheurs, qui représentent un éventail d’institutions du monde entier ont déclaré qu’ « il n’est plus possible de dire que nous ne disposons pas de la technologie nécessaire ou que les coûts sont prohibitifs ». La science des matériaux a progressé à un point tel que la décarbonation rapide du ciment sans coût excessif est désormais une réalité. Au premier rang de ces avancées se trouve ACT, la dernière technologie d’Ecocem, qui permet de réduire de 70 % les émissions du ciment tout en garantissant que le béton produit conserve sa maniabilité, sa résistance et sa durabilité, avec l’avantage supplémentaire de consommer beaucoup moins d’eau et d’énergie. ACT est déployable à l’échelle mondiale en raison de sa compatibilité avec une grande variété d’additions minérales et peut être produit dans des cimenteries existantes avec un minimum d’investissement supplémentaire.
 
Une concertation internationale, initiée par la France
 
 « L’urgence de développer et déployer des ciments bas carbone ne fait plus débat. C’est une grande fierté pour l’ENS Paris-Saclay d’avoir contribué à la naissance de la technologie ACT, qui permet de réduire l’empreinte carbone du ciment de 70%. Les intenses années de R&D ont porté leurs fruits », a déclaré en conclusion du symposium,  Mohend Chaouche Directeur de recherche CNRS, ENS Paris-Saclay, Laboratoire Mécanique de Paris-Saclay, et Directeur du laboratoire commun CNRS-Ecocem : MC²E. « Les technologies à faible teneur en clinker développées et validées en laboratoire peuvent désormais être déployées sans frein scientifique, ni technique. Ces technologies représentent un pas significatif vers la réduction des émissions de CO2, en avance sur la feuille de route de l’industrie pour 2030 », ajoute Martin Cyr. Professeur des Universités, Université de Toulouse, Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions et Directeur du laboratoire commun LMDC-Ecocem Orison.
 
Une réponse technologique probante
 
Donal O’Riain, fondateur et directeur général d’Ecocem, se félicite de ce travail scientifique de fond. Fort des conclusions de ce symposium, il interpelle ainsi la profession : « L’adoption généralisée de la technologie ACT permettra à l’industrie du ciment de réduire considérablement ses émissions globales, rapidement et à moindre coût. Les décideurs politiques doivent accélérer la mise en oeuvre de la réglementation afin de garantir que les technologies de ciment à faible teneur en carbone puissent être utilisées plus largement, et que les investissements disponibles permettent d’accélérer le déploiement industriel de ces nouvelles technologies. J’invite le secteur du ciment à agir rapidement. Nous avons la possibilité d’être le premier secteur industriel à respecter une réduction de 50 % des émissions d’ici à la fin de 2030. La technologie est disponible pour décarboner l’ensemble du secteur du ciment afin de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C. Il est maintenant de notre responsabilité de veiller à ce qu’elle soit mise en oeuvre rapidement ».
 
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
20 novembre 2023
Issy-Les-Moulineaux : La Serre, un programme immobilier avant-gardiste OGIC lance les travaux de son programme immobilier mixte, « La Serre », alliant architecture contemporaine, cohésion sociale et nature. Situé en plein coeur de la Zac Léon Blum à Issy-les-Moulineaux (92), ce projet est le fruit de la collaboration entre le promoteur et l’agence d’architecture néerlandaise MVRDV ainsi que de l’architecte paysagiste Alice Tricon.
Issy-Les-Moulineaux : La Serre, un programme immobilier avant-gardiste
29 janvier 2024
[Tribune] Bâtiment : éviter une catastrophe annoncée Le secteur du bâtiment affronte une crise violente dont la portée va bien au-delà de son propre périmètre. Tout juste sorti des effets de la pandémie, il doit se battre face à un contexte inflationniste et à un attentisme de la demande. Des fournisseurs de matériaux en passant par les entreprises du BTP ou encore les artisans, chacun s’accorde à dire que 2024 sera une année périlleuse. Pourquoi ?
[Tribune] Bâtiment : éviter une catastrophe annoncée
8 février 2024
Le Groupe Acorus rachète ENEOR Le Groupe Acorus, ETI francilienne spécialisée dans l’éco-rénovation en sites occupés, annonce l’acquisition d’ENEOR, une société spécialiste de l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments, pour compléter son offre globale.
Le Groupe Acorus rachète ENEOR
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola