Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Bâtiment - Gros oeuvre > Syntec-Ingénierie salue le volet formation du projet Industrie Verte
BÂTIMENT - GROS OEUVRE

Syntec-Ingénierie salue le volet formation du projet Industrie Verte

PUBLIÉ LE 25 MAI 2023
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Syntec-Ingénierie salue le volet formation du projet Industrie Verte
Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie : « Nous accueillons avec beaucoup d’enthousiasme le Projet de loi Industrie verte. Ce plan apporte des réponses concrètes et ambitieuses à des problèmes qui sont absolument majeurs pour nos entreprises, et in fine, pour l’économie au global »
Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique a présenté le 16 mai dernier le projet de loi industrie verte. Articulé autour de 15 mesures, ce projet a pour ambition de faire de la France le leader de l’industrie verte en Europe. Syntec-Ingénierie, qui représente 80 000 entreprises d’ingénierie en France, salue un programme ambitieux et volontariste.
 
20 000 ingénieurs manquent à l’appel chaque année en France. Alors que Syntec-Ingénierie alerte aux côtés d’autres structures du secteur sur cette situation depuis plusieurs années, le gouvernement prend avec le Projet Industrie Verte un engagement fort : « 50 000 ingénieurs seront diplômés par an d’ici la fin du quinquennat ». Syntec-Ingénierie salue cette annonce absolument nécessaire au regard des besoins de l’économie française et rappelle que rien que dans l’ingénierie, le déficit de professionnels formés entraîne un manque à gagner d’1 milliard d’euros pour les entreprises. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement propose 4 solutions. Là encore, Syntec-Ingénierie accueille très favorablement les mesures annoncées. Dans le détail, la fédération professionnelle de l’ingénierie salue la volonté du gouvernement de mieux faire coïncider l’offre de formation initiale aux besoins des entreprises et de financer prioritairement via France 2030 des formations en lien avec le verdissement de l’économie et la décarbonation de l’industrie. Syntec-Ingénierie, qui a participé activement à l’élaboration du manifeste Former l’ingénieur du XXIe siècle avec le Shift Projet et le groupe INSA, et qui a signé avec l’État l’accord-cadre EDEC “Climat et Métiers de l’Ingénierie”, se félicite que les enjeux de transition écologique soient placés au cœur de l’enseignement supérieur. L’ingénierie, qui intervient dès la conception des projets et produits dans la construction et l’industrie a un impact décisif sur l’empreinte carbone final des ouvrages et joue un rôle clé dans la conduite des grandes transitions.
 
Un projet dont la mise en œuvre reste à préciser

Si Syntec-Ingénierie salue très largement le Projet Industrie Verte du gouvernement, la fédération professionnelle de l’ingénierie appelle à préciser rapidement la mise en œuvre pratique de certaines modalités. Tout d’abord, la féminisation des effectifs en écoles. Les entreprises d’ingénierie, qui s’engagent massivement et depuis plusieurs années en faveur de la mixité, notamment à travers une charte, restent dans l’attente de précisions quant aux moyens mis en œuvre, notamment au sein du réseau des Mines Telecom. Par l’intermédiaire de leur fédération professionnelle, elles appellent à miser sur de grandes campagnes nationales de sensibilisation à destination des jeunes, pour mettre en lumière des roles modeles aux féminins et valoriser l’impact positif des métiers d’ingénieurs et techniciens sur la planète et ses habitants. Par ailleurs, Syntec-Ingénierie se félicite que le gouvernement entende développer la Validation d’Acquis d’Expérience (VAE) pour obtenir le titre d’ingénieur et se porte volontaire pour travailler sur sa mise en œuvre opérationnelle. Ce dispositif est indispensable pour reconnaître les compétences acquises de fait par de nombreux professionnels sur le terrain et démocratiser ainsi l’accès au titre d’ingénieur. Syntec-Ingénierie, qui a développé avec l’ISTP le premier parcours de formation et d’orientation professionnelle vers l’ingénierie 100% en alternance (Parcours Ingé) appelle les pouvoirs publics à  élargir les publics éligibles à la VAE , notamment les apprenants  issus de Parcours Ingé qui visent l’obtention d’un  grade Master. Cette garantie d’éligibilité par VAE renforcerait l’attractivité du dispositif auprès des jeunes et permettrait d’insérer efficacement et massivement plus de professionnels dans l’ingénierie.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Sticar devient Kiloutou Italia
Sticar devient Kiloutou Italia
Un Master pour se former sur les transitions numériques et environnementales dans le Bâtiment
Alain Plantier élu Président de l’Unicem
Alain Plantier élu Président de l’Unicem
Le CCCA-BTP organise  Les Jeux des apprentis du BTP 2024
Le CCCA-BTP organise "Les Jeux des apprentis du BTP 2024"
Tous les articles Bâtiment - Gros oeuvre
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS