BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
VIDÉOS
À la uneBÂTIMENT - GROS OEUVRE

« La complexité à boucler l’équation coûts-prix-devis pèse sur la demande de matériaux »

Par la rédaction. Publié le 22 août 2022.
« La complexité à boucler l’équation coûts-prix-devis pèse sur la demande de matériaux »
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Après un début d’année plutôt dynamique, le déclenchement du conflit ukrainien et ses conséquences en termes de déstabilisation des marchés des matières premières, a donné un coup de frein à l’activité dans le secteur des matériaux.
 
Selon les résultats encore provisoires pour le mois de mai, la production de matériaux se serait redressée par rapport à avril, un mois marqué par un repli sensible de l’activité. Ainsi, la production de granulats aurait augmenté de + 1,6 % mais demeure en retrait de - 4 % par rapport à celle de mai 2021. Sur les trois derniers mois connus, l’acti­vité des granulats observe un repli de - 4,9 % comparé aux trois mois précédents et de - 4,6 % au regard de la même période d’il y a un an. En cumul sur les cinq mois de l’année, la tendance s’inscrit sur une pente négative de - 1,5 %, soit un rythme un peu moins élevé que celui de la tendance calculée sur les douze der­niers mois (- 1,8 %). Du côté du BPE, les livrai­sons de mai ont également grimpé par rapport à avril (+ 3,1 %) mais s’affichent en deçà de celles de mai 2021 (- 2 %). Au cours du tri­mestre mars-avril-mai, les volumes de BPE livrés ont cédé - 3,8 % par rapport aux trois mois pré­cédents et - 5,4 % par rapport au même tri­mestre de l’année 2021. En cumul sur les douze derniers mois, l’activité du béton se replie désormais de - 3,2 % sur un an, tandis que sur les cinq premiers mois de l’année, le recul atteint - 1,8 %.
 
Des tensions sur l’offre et les coûts
 
Interrogés en juin par l’INSEE, les professionnels du bâtiment se sont montrés un peu moins optimistes sur leur activité future mais leur opi­nion sur l’activité passée s’est à nouveau améliorée, maintenant ainsi l’indicateur du climat des affaires à haut niveau. Les carnets de com­mandes se situent toujours à un point histori­quement élevé dans le gros oeuvre (9,8 mois) et le ressenti des professionnels quant à ces car­nets demeure très favorable et largement au-dessus de la moyenne de long terme, ce qui écarte l’hypothèse de carnets artificiellement gonflés par des retards et difficultés de réalisa­tion des chantiers. Pour autant, ces dernières restent prégnantes et près de la moitié des entreprises de gros oeuvre (48,6 %) sont encore dans l’incapacité d’accroitre leur production (une part en léger repli par rapport au mois de mai à 57,4 %) tandis que 72 % d’entre elles sont confrontées à des obstacles qui limitent leur activité (personnel, approvisionnement…). On notera toutefois que la part des entreprises du bâtiment faisant face à des difficultés d’offre se stabilise en juin, voire se modère, à l’inverse de celles faisant face à des difficultés de demande dont la part, après avoir atteint un point bas, tend à se redresser. Il faut peut-être y voir les premiers signes des effets du renchéris­sement du coût des chantiers et des difficultés à conclure le démarrage de travaux. L’inflexion récente des mises en chantier de logements pourrait confirmer cette assertion. En effet, sur les trois derniers mois allant de mars à mai, les logements commencés ont stagné par rapport aux trois mois précédents, déjà en recul, laissant la tendance à -5 % sur un an. C’est le segment du collectif qui marque le plus le pas (- 16 % sur le trimestre) tandis que, du côté de l’individuel, la dynamique reste enclenchée (+ 12 %). Au total, à fin mai et en cumul sur un an, un peu plus de 388 000 loge­ments ont été commencés, soit + 0,5 % en glis­sement annuel. En revanche, la vigueur des per­mis ne se dément pas même si depuis avril le flux se modère nettement : en effet, l’anticipa­tion de la RE2020 a généré une abondance de dépôts fin 2021 qui, compte tenu des délais d’instruction (d’environ trois mois pour l’indivi­duel) a boosté les autorisations au premier tri­mestre. A fin mai, 502 800 logements étaient autorisés sur un an (dont 46 % en collectifs), soit + 16,4 % par rapport à l’année précédente. Mais sur les trois derniers mois (mars à mai), le rythme fléchit sensiblement sur l’individuel par effet de contrecoup (- 11,9 % par rapport au tri­mestre précédent) à la différence du collectif encore soutenu (+ 16,6 %). Ce stock de permis, qui préfigure les futurs chantiers, devrait ali­menter la demande de matériaux au moins sur 2022-début 2023 sauf si les pesanteurs actuelles continuent de limiter l’ouverture des travaux et d’en freiner les délais de réalisation. Côté non résidentiel, le rebond des permis et mises en chantier reste quant à lui bien engagé et constitue un facteur de soutien plutôt encou­rageant. Avec 27 millions de m² de locaux com­mencés à fin mai sur un an (+ 8,3 %), le rythme de progression s’est accéléré sur les trois der­niers mois (+ 20,2 %), permettant de renouer avec les niveaux d’avant la pandémie. Quant aux surfaces autorisées, elles s’inscrivent sur une tendance de + 10 % sur les trois derniers mois, les ouvrages commerciaux (+ 66,7 %), indus­triels (+ 32,1 %) ou encore les bureaux (+ 22,4 %) affichant les plus fortes accéléra­tions. Le tableau apparaît un peu plus sombre côté travaux publics où l’activité a également connu un freinage depuis mars. En dépit d’un mois de mai mieux orienté, les travaux réalisés en cumul depuis janvier se stabilisent sur un an en valeur mais ressortent en repli de - 8,6 % en volume. De même, les prises de commandes, bien qu’en hausse de + 4,6 % en valeur sur la même période, basculent en baisse de - 4,8 % en volume, une fois corrigées de l’inflation des coûts (par l’indice TP01). Alors que les condi­tions étaient réunies pour un réveil des carnets (cycle électoral, Plan de relance…), l’atonie de la commande publique éloigne encore la perspec­tive de redémarrage des travaux.
 
Un ajustement de la demande des matériaux
 
Dans le bâtiment comme dans les TP, les contraintes d’offre, l’inflation des coûts, des prix et des devis pèsent donc sur le volume des chantiers en cours ou à réaliser ce d’autant que le stock de commandes peine à s’étoffer, comme pour les travaux publics. Ce faisant, l’ajustement de la demande de matériaux devrait être plus marqué côté granulats que BPE : initialement attendue autour de +1% en 2022, l’activité des granulats pourrait se replier de – 4 % tandis que les volumes de BPE, qui devaient se stabiliser à leur haut niveau de 2021, enregistreraient un recul de -3 %.
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Prescription Béton
Le magazine pour les professionnels du béton durable, enquêtes et réalisations, science et techniques innovantes.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Holcim lance le premier clinker 100% recyclé au monde
17 juin 2022
Holcim lance le premier clinker 100% recyclé au monde Holcim a produit le premier clinker au monde entièrement composé de minéraux recyclés dans son usine d'Altkirch (Haut-Rhin), ouvrant la voie à un béton 100 % recyclé d'ici le troisième trimestre 2022.
Atelier Aconcept :  Pour construire mieux et plus vite, il faut penser au béton préfabriqué
4 juin 2021
Atelier Aconcept : "Pour construire mieux et plus vite, il faut penser au béton préfabriqué" Atelier Aconcept affûte au quotidien ses méthodes depuis 2001 et mise son équipe pluridisciplinaire. Architectes, urbanistes, économistes, graphistes mettent leurs points de vue en commun au service de projets très différents, tous créant du lien dans l’espace urbain. La réussite future du bâtiment réside dans la façon dont il s’intègrera dans son environnement, dont il favorisera les liens entre les habitants et dont il stimulera de nouveaux usages au cœur de la ville. Spécialiste des questions traitant de l’urbanisme tactique, Atelier Aconcept a su asseoir grâce à ses réalisations et la création de concepts une vraie position d’expert quant à ces problématiques d’un nouvel ordre. Rencontre avec Frédéric Quevillon, fondateur et dirigeant d’Atelier Aconcept.
Guillaume André élu président du collège BPE de Normandie
4 janvier 2022
Guillaume André élu président du collège BPE de Normandie Guillaume André, qui a récemment pris la direction générale de l’agence Normandie de LafargeHolcim Bétons France, vient d’être nommé président du collège BPE de Normandie. Il succède ainsi à Thierry Flandre.
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola