Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

BÂTIMENT - GROS OEUVRE
★ PAGES SPÉCIALES
TLM 2022
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

BPE et granulats : des chiffres qui traduisent un vrai rebond

BPE et granulats : des chiffres qui traduisent un vrai rebond
Par la rédaction, le 15 juin 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le mois d’avril 2020 a marqué l’histoire de la statistique avec des niveaux record de faiblesse d’activité en raison du strict confinement qui a concerné l’ensemble du territoire et des secteurs. Un an après, avril 2021 enregistre le “contrecoup” et affiche un dynamisme hors norme. Côté matériaux, la demande de granulats et de BPE des quatre premiers mois de l’année a rejoint les niveaux de 2019.
 
Bien que la crise sanitaire perdure, les signaux de reprise économique se multiplient dans un contexte où l’activité est portée à la fois par l’arsenal budgétaire des mesures de soutien et du plan de relance mais aussi par le rattrapage des dépenses des agents économiques dont les besoins ont été bridés pendant plus d’un an. Côté matériaux, la demande de granulats et de BPE des quatre premiers mois de l’année a rejoint les niveaux de 2019. Il est vrai que les carnets de commandes du bâtiment n’ont jamais été aussi remplis et que, côté Travaux Publics, le redémarrage de l’activité s’est également enclenché. Même si certains indicateurs sont encore à la traine, l’année 2021 s’annonce d’ores et déjà meilleure qu’attendu.
 
Une activité vigoureuse pour les matériaux
 
Les premières estimations sur le mois d’avril traduisent une activité assez vigoureuse pour les matériaux, bien qu’en léger retrait par rapport à mars (- 2,2 % pour les granulats et - 3,7 % pour le BPE). Certes en très forte progression par rapport à l’année dernière, effet de base oblige, la production de granulats affiche une hausse de + 4,7 % par rapport à avril 2019. Elle se situe environ 0,5 % au-dessus de la moyenne des mois d’avril de ces vingt dernières années et + 10,7 % au-dessus de celle enregistrée depuis dix ans. Au cours du trimestre allant de février à avril, la production se stabilise à son niveau du trimestre précédent (- 0,1 %) rejoignant ainsi celui de 2019 (- 0,3 %). En cumul sur les quatre premiers mois de 2021, l’activité granulats enregistre ainsi une progression de + 1,4 % comparée à la même période de 2019 et de plus de + 7 % au regard de la moyenne constatée sur la même période de ces dix dernières années. Sur douze mois glissants, la progression affiche désormais + 8,1 %. Côté BPE, les livraisons d’avril 2021 dépassent aussi celles d’avril 2019 (+ 2,1 %), se situant 15,6 % au-dessus d’un mois d’avril moyen sur ces dix dernières années. Pour autant, les livraisons de BPE de ces trois derniers mois ont légèrement reculé au regard des trois mois précédents (-1,6 %) mais aussi par rapport à la même période de 2019 (- 1,7 %). En cumul depuis janvier 2021, les cubages livrés ont retrouvé leur niveau de 2019 (- 0,3 %), soit des volumes 13 % supérieurs aux cumuls moyens constatés depuis 2010 sur cette période. A fin avril, et sur douze mois glissants, la production de BPE croît ainsi de + 13,2 %. L’indicateur matériaux affiche également un rebond marqué : après une hausse de + 21,2 % sur un an au premier trimestre (et de + 2,3 % rapport à 2019), la progression en cumul sur les quatre premiers mois atteint + 3,1 % par rapport la même période de 2019.
 
Perspectives au beau fixe dans le bâtiment
 
Interrogés en mai par l’Insee, les entrepreneurs du bâtiment confirment la bonne tenue de leur activité et portent même un regard plus optimiste qu’en avril sur leur activité future. Le solde d’opinions surpasse en effet largement sa moyenne de long terme, tout comme pour les perspectives d’emploi, en redressement sensible pour le quatrième mois consécutif. Il est vrai que les carnets de commandes assurent désormais 9 mois de travaux, dont 10 mois dans le gros oeuvre, soit un point haut jamais atteint. Dans le même temps, les tensions sur l’appareil productif se renforcent, ce dernier étant utilisé à 92 % de sa capacité dans le gros oeuvre (contre 87,9 % en moyenne de long terme) et près d’un entrepreneur du bâtiment sur deux déclare ne pouvoir accroitre sa production. Parmi les freins identifiés, l’insuffisance d’approvisionnement connaît un vrai rebond en mai, cité dans 9,8 % des cas (1,6 % en moyenne de long terme). Ce sursaut est sans doute imputable aux pénuries de matériaux récemment évoquées et se retrouve aussi dans l’évolution des prix. En effet, en mai, les chefs d’entreprise sont bien plus nombreux à annoncer qu’ils augmenteront leurs tarifs au cours des prochains mois, le solde d’opinion ayant atteint un niveau jamais connu depuis juillet 2008. Côté construction, on note un fort redressement des mises en chantier de logements à fin avril (+7,6 % sur les trois derniers mois comparés aux trois mois précédents). Ce redressement vaut aussi bien pour le collectif (+ 11,8 %) que pour l’individuel (+ 2 %). Selon le SDES, les mises en chantier auraient été plus nombreuses en moyenne pendant cette période (+ 5,7 %) qu’au cours des douze mois précédant la crise sanitaire. Au final, on compte 387 500 logements commencés sur une année à fin avril, soit + 7 % en un an. En revanche, côté permis, le redémarrage est moins marqué : s’il est plutôt vigoureux s’agissant de la maison individuelle (+ 6,4 % au cours du trimestre allant de février à avril, au regard du trimestre précédent), il est encore hésitant sur le segment du collectif (- 7,6 %). A fin avril et sur douze mois, 405 700 autorisations étaient recensées, soit un repli de - 6,5 % sur un an. Enfin, du côté du non résidentiel, la situation reste préoccupante. Les surfaces autorisées restent en net recul sur les douze derniers mois (- 8,5 % à fin avril) tandis que les locaux commencés continuent de baisser (- 8,6 %). Si le marché du logement neuf s’est raffermi au premier trimestre, avec des ventes en hausse de + 16,2 % sur un an, ces dernières demeurent encore inférieures de - 2,8 % à celles de 2019. Dans un contexte où les taux d’intérêt des prêts habitat ont atteint un plancher historique (1,07 % en avril-mai), la demande des ménages pourrait se renforcer dans les mois à venir, comme l’anticipent les promoteurs dans la dernière enquête de l’Insee. 
 
TP : l’activité se ranime
 
Dans le prolongement du redémarrage amorcé en mars, l’activité s’est raffermie en avril selon la FNTP. Les facturations de ces trois derniers mois ont grimpé de + 8,3 % par rapport au trimestre précédent, retrouvant un niveau comparable à celui de 2019. Ainsi, en cumul depuis janvier, les travaux réalisés progressent de + 1,1 % par rapport à 2019. Jusqu’ici atones, les prises de commandes retrouvent des couleurs en avril (+ 11 % par rapport à mars) mais elles demeurent encore bien en-deçà des niveaux de 2019 (- 9 % et - 16 % en cumul sur les quatre premiers mois de l’année). Faut-il y voir les premiers signes du réveil de la commande publique et des appels d’offre liés au Plan de relance ? La dernière note de l’Observatoire de la Commande Publique de Maîtrise d’oeuvre en bâtiment et aménagement souligne en tout cas une nette croissance des opérations au premier trimestre (827, soit + 41,7 %), pour un volume théorique de travaux de 1,7 milliard d’euros par mois. La MIQCP évoque même un « nouveau cycle d’activité élevée » post-crise sanitaire, lié à des effets de rattrapage/ reprise (après les élections locales) mais aussi lié au Plan de relance. Une évolution à surveiller dans les mois à venir...
 
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Prescription Béton
Le magazine pour les professionnels du béton durable, enquêtes et réalisations, science et techniques innovantes.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  [Vidéo] Suite rapide caténaires : le train-travaux à grande vitesse
Contenu de marque
  [Vidéo] Copac déploie son offre combinée
Dernier numéro
BTP Magazine
Le magazine des nouveautés, tendances et stratégies des constructeurs.
N° 346
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
À lire également
 Pour construire mieux et plus vite, il faut penser au béton préfabriqué
"Pour construire mieux et plus vite, il faut penser au béton préfabriqué"
Atelier Aconcept affûte au quotidien ses méthodes depuis 2001 et mise son équipe pluridisciplinaire. Architectes, urbanistes, économistes, graphistes mettent leurs points de vue en commun au service de projets très différents, tous créant du lien dans l’espace urbain.
Une centrale à béton Liebherr ultra moderne à Berlin
Une centrale à béton Liebherr ultra moderne à Berlin
Depuis l'été 2020, une nouvelle centrale à béton Liebherr de type Betomix 2.5 est en service pour la société Heidelberger Beton GmbH. Dotée des normes de sécurité les plus élevées, elle approvisionne la région de Berlin en Allemagne.
RSE : l’Unicem renforce ses ambitions pour la profession !
RSE : l’Unicem renforce ses ambitions pour la profession !
A l’occasion de ses 30 ans, l’association Unicem entreprises engagées (UEE) qui porte les démarches de progrès de la profession en matière de développement durable, revient sur 3 décennies d’actions et d’engagements, et réitère l’appel de la profession auprès des pouvoirs publics d’une reconnaissance de son Label sectoriel RSE.
Cemex renforce son exemplarité pour ses activités bétons et granulats
Cemex renforce son exemplarité pour ses activités bétons et granulats
En 2017, Cemex a été la première entreprise de son secteur à s’engager dans le dispositif Label RSE Unicem Entreprises Engagées. En 2021, l’entreprise maintient son niveau « Exemplarité » pour l’ensemble de ses activités bétons et granulats.
Eqiom valorise 450 000 tonnes de déchets chaque année
Eqiom valorise 450 000 tonnes de déchets chaque année
Chaque année, Eqiom valorise 450 000 tonnes de déchets inertes dont 70k, converties en granulats recyclés. Ainsi, le groupe soutient la transition environnementale du secteur et inscrit le développement durable au coeur de sa politique RSE.
Revobeton ouvre une nouvelle centrale vertueuse près de Rouen
Revobeton ouvre une nouvelle centrale vertueuse près de Rouen
Un an après le lancement de sa première centrale à béton, à Alizay, Revobeton confirme sa volonté de se développer dans le bassin rouennais, en installant son deuxième site de production à Saint-Etienne-du-Rouvray (76). La production garantit du béton bas carbone dans une démarche globale d’économie circulaire.
De gros volumes de béton dans des temps records
De gros volumes de béton dans des temps records
Pour contribuer à la réalisation des 200 kilomètres de nouvelles voies ferrées et des 68 nouvelles gares prévues par le GPE (Grand Paris Express), LafargeHolcim livrera quelques 600 000 tonnes de granulats et 260 000 tonnes de ciment destinés à produire 650 000 m3 de béton prêt à l'emploi.
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Événements
IAF 2022
28 Mai 2022
IFAT
30 Mai 2022
Assises Européennes de la Transition Energétique
31 Mai 2022
+ d'événements
Emploi
- Manoeuvre travaux publics
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Chef de chantier travaux publics
- Manoeuvre gros oeuvre
+ d’offres
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.