ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ TERRASSEMENTS

Du tracteur à la chargeuse sur pneus : l'histoire

Par la rédaction. Publié le 19 octobre 2023.
Du tracteur à la chargeuse sur pneus : l'histoire
La Volvo L110H est une chargeuse sur pneus moderne qui perpétue la tradition de Volvo de développer des engins de chantier innovants. (© Surplex).
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Aujourd’hui, il existe des dizaines de modèles différents de chargeuses sur pneus, chacune ayant son domaine d’application. Mais ce n’est le cas que depuis quelques décennies. 

De tout temps, les hommes ont développé des outils et des technologies pour rendre leur travail plus efficace. Dès la fin du 18ème siècle, peu après l’invention de la machine à vapeur, les animaux de trait furent remplacés dans l’agriculture par les premiers tracteurs à vapeur. Avec l’introduction du moteur à combustion interne au tournant du siècle, la technologie des tracteurs n’a guère évolué. Le grand changement arriva en 1917, lorsque Ford développa une construction monobloc légère et sans cadre, réalisant ainsi la production de masse de tracteurs avantageuse.

Plus tracteur qu’engin de chantier

C’est également à cette époque, dans les années 1920 et 1930, que les premières chargeuses sur pneus ont été développées – ou plutôt que les tracteurs ont été modifiés et déplacés du champ au chantier. Ces premières chargeuses sur pneus n’étaient que des tracteurs sur lesquels étaient fixées des pelles actionnées par câble. Les premiers prototypes utilisaient un godet de chargement soulevé par un câble métallique et un treuil actionné par un embrayage. Le déchargement s’effectuait à l’aide d’un mécanisme de déclenchement utilisant la force de gravité.

Dans les années 1930, la société britannique E. Boydell & Co. de Manchester posa les fondements du développement de la chargeuse sur pneus. Après le rachat en 1931 de Hill & Muir, un spécialiste de l’extension des possibilités d’utilisation du tracteur Fordson, Boydell fit un pas innovant. Ils combinèrent un tracteur Fordson de 28 chevaux avec une pelle Muir-Hill commandée par câble, créant ainsi l’une des premières chargeuses sur pneus.

La Seconde Guerre mondiale entraîna une poussée d’innovation dans de nombreux secteurs – y compris celui des engins de chantier. En 1947, les entreprises JCB au Royaume-Uni et Wain-Roy aux USA introduisirent pour la première fois des systèmes hydrauliques pour les godets, c’est-à-dire avec un bras long et une faible capacité de godet. Pour le levage de grandes masses, comme pour les chargeuses, la technique n’était pas encore au point. De plus, ces premiers pelles hydrauliques n’étaient pas encore des engins de chantier autonomes, mais étaient simplement montées sur des remorques de tracteur.

Les grandes étapes de la chargeuse sur pneus

En 1954, Volvo lança sur le marché la première chargeuse sur pneus avec console de montage, la H-10. La H-10 était conçue de manière à ressembler à un tracteur inversé : la cabine du conducteur était positionnée à l’avant sur les gros pneus et la pelle était également montée de ce côté. Ainsi, le poids de la charge pouvait être efficacement supporté par les grandes roues. La machine était entraînée par un moteur diesel trois cylindres de 35 CV et dirigée par les petites roues arrière, ce qui conférait à la H-10 une grande maniabilité.

Jusqu’alors, les chargeuses sur pneus étaient dirigées via une traction arrière ou une transmission intégrale. Le prototype de chargeuse sur pneus Elefant type 90, également présenté par Liebherr en 1954, utilisait la direction par dérapage (skid-steering) sur un empattement très court. La direction par dérapage est une technique d’entraînement qui permet de diriger les roues de chaque côté du véhicule indépendamment les unes des autres. Cette méthode de direction est également connue sous le nom de direction de char et permet même de faire demi-tour sur place.

L’innovation de l’articulation

De nos jours, les chargeuses sur pneus sont généralement équipées d’une direction articulée. Avec cette technique, le châssis est partagé à peu près au milieu et une articulation à axe vertical relie l’avant à l’arrière du véhicule. Cela permet une grande manœuvrabilité dans les espaces restreints et sur les terrains difficiles, ce qui prédestinait la chargeuse sur pneus aux chantiers ou aux mines. 

En 1953, la société Mixermobile Manufacturers lança sur le marché la première chargeuse sur pneus articulée, la Scoopmobile LD-5. La production de la série LD-5 se poursuivit jusqu’en 1965. Mixermobile développa une large gamme de modèles de chargeuses sur pneus, y compris la plus grande chargeuse au monde à l’époque. Cependant, les Scoopmobile ne réussirent jamais à s’imposer industriellement. Ce n’est qu’avec l’introduction de la L20articulée et du plus grand modèle L30en 1959 par l’Euclid Division de General Motors que cette conception réussit à percer et obtint une large acceptation.

Les chargeuses sur pneus aujourd’hui

Au cours des décennies suivantes, les fabricants se concentrèrent sur l’augmentation de la puissance et de la taille, ainsi que sur la productivité et la charge utile des chargeuses sur pneus. C’est ainsi que les chargeuses sur pneus actuelles couvrent un large éventail de paramètres et d’applications. Il existe des modèles de moins de 2 tonnes et d’autres de plus de 200 tonnes. Les petites chargeuses sont équipées d’un moteur d’une puissance comprise entre 25 et 80 CV, tandis que les grandes chargeuses peuvent atteindre une puissance de 800 CV. La plus grande chargeuse sur pneus au monde, la LeTourneau L-2350, déplace des charges allant jusqu’à 72,6 tonnes avec une puissance du moteur de 2 300 CV. Elle est utilisée dans l’exploitation à ciel ouvert de la mine Triton North Rochelle à Gillette (USA).

Aujourd’hui, le marché des chargeuses sur pneus est très diversifié et compte plus de 20 fabricants – dont des poids lourds tels que Cat, Volvo, Liebherr, Case, Doosan, Hitachi et JCB. Dans ce marché diversifié, il n’est pas toujours facile de trouver la machine adaptée à chaque application mais cela peut se faire par le biais de l’occasion. Surplex, l’une des principales maisons de vente aux enchères industrielles, organise notamment le 26/10 une vente pour laquelle quelque 120 engins de chantier seront mis aux enchères. Les points forts : deux chargeuses sur pneus (Volvo L110H et Doosan Mega 500-V), sept chargeuses télescopiques JCB, deux tractopelles JCB et plusieurs tracteurs Kubota et Deuth-Fahr.
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
9 juin 2023
La force de Sampierana Un an après avoir tenté l’expérience à travers l’Europe, Case CE a repris la route ces dernières semaines en Allemagne, Italie et le Royaume-Uni. L’Hexagone était bien entendu un passage obligé avec une étape à Lumigny Nesles Ormeaux (77). Une occasion de présenter la nouvelle force de frappe du constructeur en termes de mini-pelles où deux nouveaux modèles ont vu le jour. 
La force de Sampierana
30 septembre 2023
Mini, mini, mini, tout est mini sur les chantiers Quelques mois après Bauma, les constructeurs de matériels diffusent au gré de ces derniers mois toutes leurs offres compactes et super-compactes présentées sur le salon munichois. Evidemment, les nouvelles mini-pelles trustent l’actualité au regard de ce qui a été annoncé. Mais pas seulement : tous les segments de matériels sont concernés par l’avènement, voire la démocratisation, de la compacité sur les chantiers. Avec, en outre, un nouvel évènement majeur : la course à la décarbonation qui fait la part belle à l’électrification sur ce type de matériels.  
Mini, mini, mini, tout est mini sur les chantiers
19 septembre 2023
Les TeraDays cartonnent en Savoie Deux journées portes ouvertes au sein de l’agence Teramat de Saint-Girod (74) entièrement dédiées aux clients et partenaires locaux du distributeur savoyard. L’occasion pour 250 clients de voir de plus près  les matériels Hitachi, Bell, Kramer Hamm et Thwaites commercialisés au sein d’une agence qui a connu quelques évolutions.  
Les TeraDays cartonnent en Savoie
Tous les articles TERRASSEMENTS
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola