★ PAGES SPÉCIALES
TDM 2023
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
À la uneCARRIÈRES

Distribution de pièces : Sandvik entre dans une nouvelle ère

Par la rédaction. Publié le 12 avril 2022.
Distribution de pièces : Sandvik entre dans une nouvelle ère
Crédit : Sandvik
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Pour Robert Van der Waal, nouveau vice-président de la logistique et de la division Pièces et Services de Sandvik Mining and Rock Solutions, acheminer les pièces là où elles doivent l’être n’a jamais été aussi ardu. 

La livraison d’équipements de forage et miniers et de leurs pièces de rechange dans certains des endroits les plus reculés de la planète n’a jamais été facile. Avec la pénurie de composants clés, les goulots d’étranglement dans la chaine d’approvisionnement, la pandémie, la flambée des prix des matériaux et une mise à niveau logicielle dans un centre de distribution clé qui a mal tourné, c’est un miracle que Robert Van der Waal puisse dormir la nuit.

L’homme est le tout nouveau vice-président de la logistique de la division Pièces et services de Sandvik Mining and Rock Solutions. Son travail consiste à organiser la logistique et à s’assurer que les clients obtiennent les pièces dont ils ont besoin, où et quand ils en ont besoin. "En 20 ans je n’ai jamais rien vu de tel, tout le monde de la logistique a été bouleversé. Nous devons juste trouver la meilleure façon de fonctionner dans cette nouvelle dynamique, explique Van der Waal. Certains des problèmes sont hors de notre contrôle, mais nous en avons apporté d’autres - comme la mise en place nécessaire - mais difficile - d’un nouveau système de gestion d’entrepôt dans notre centre de distribution central à Eindhoven, aux Pays-Bas, où la majorité de nos pièces sont stockées. Nos clients ont sans aucun doute été impactés, mais heureusement ils ont été remarquablement compréhensifs. Maintenant que nous sommes de retour sur les rails, nous pouvons remodeler notre chaîne d’approvisionnement pour l’adapter au nouvel environnement, avec des systèmes à jour."

Des ports encombrés

C’est déjà le cas avec l’usine d’Eindhoven qui produit désormais +40 % de volume depuis la mise à niveau du système. Même les produits bloqués dans des ports tels que Long Beach en Californie et Yantian en Chine progressent lentement dans la chaîne d’approvisionnement. La géopolitique ne facilite pas non plus les choses, comme la fermeture des frontières du Mali après la récente prise de contrôle militaire, ce qui signifie que les mines ne peuvent pas être approvisionnées via des itinéraires standard. Et les règles du Covid continuent de changer à mesure que la pandémie évolue...

"Il suffit de voir un retard dans la fourniture des pièces pour réaliser à quel point elles sont importantes pour les clients", reprend Van der Waal. Ils ont besoin de pièces de rechange pour continuer à exploiter leurs mines. Nous avons donc changé nos méthodes d’expédition. Dans le passé, nous envoyions 40 % par avion, 40 % par mer et 20 % par route - aujourd’hui, jusqu’à 70 % des pièces sont acheminées par avion. C’est plus rapide mais les coûts sont énormes. Mais nous n’avons pas le choix - c’est un prix à payer pour satisfaire les clients."

Délais et coûts en hausse, disponibilité en baisse

Ce n’est pas seulement le coût du fret qui augmente, mais aussi celui de simples vis et boulons au bois utilisés pour l’emballage. Les prix du fret maritime en particulier sont montés en flèche - une pénurie de navires signifie que les prix des conteneurs explose, passant d’environ 2 000 dollars par conteneur il y a quelques années à 18 000 dollars aujourd’hui. Sandvik absorbe une grande partie de ces augmentations, mais la pression sur les coûts est intense. "Ceci dit, il y a des problèmes que même l’argent ne peut résoudre. La pénurie mondiale de semi-conducteurs frappe les fournisseurs de composants électroniques, entraînant des retards pour l’ensemble de l’industrie, et cela ne devrait pas s’atténuer de sitôt, estime Van der Waal. Nos expéditions prennent maintenant deux fois plus de temps qu’avant. Même les services de livraison express qui garantissaient auparavant une livraison le lendemain peuvent désormais prendre deux jours."
 
Crédit : Sandvik

Mais cela signifie-t-il la fin de la logistique "juste à temps" ? "Pas nécessairement, dit-il. Nous devons juste ajuster notre chaîne d’approvisionnement afin que nous soyons toujours là avec le bon produit au bon moment pour le client. Là où historiquement une chaîne d’approvisionnement était construite autour de l’efficacité, les perturbations dues à la pandémie et aux nouvelles dynamiques de marché poussent les entreprises, y compris Sandvik, à transformer leurs structures d’approvisionnement pour les rendre beaucoup plus robustes. Ceux qui sont mieux à même de gérer les perturbations et les perturbations inattendues."

Retour aux fondamentaux 

Les nouvelles technologies et les nouveaux processus ont sans aucun doute un rôle à jouer pour garantir que les pièces et équipements de Sandvik arrivent là où ils sont requis. Mais plutôt que de faire de grands sauts de foi dans les nouvelles technologies (telles que l’intelligence artificielle), Van der Waal conseille la prudence et une approche plus "retour aux sources". "Cette dernière année nous a montré ce qui se passe lorsque nous perdons le contrôle de nos processus. Nous devons d’abord maîtriser les bases de la logistique à l’ancienne, entretenir de bonnes relations avec nos fournisseurs et mettre en place des plans d’urgence solides si les situations changent de manière inattendue. Les nouvelles technologies vont jouer un rôle important dans notre succès futur, mais nous ne prendrons que des mesures que nous savons pouvoir gérer - plus d’excès de confiance dans l’informatique. Acheminer les pièces à nos clients à temps est une priorité trop importante pour prendre des risques."
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Terrassements & Carrières
Le magazine pensé comme un outil destiné aux carriers, aux terrassiers et aux entreprises de construction routière.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
18 janvier 2023
Sandvik : un prêt de 500 millions d'euros avec la BEI Sandvik a signé un accord de prêt de 500 millions d'euros avec la Banque européenne d'investissement (BEI) censé soutenir les investissements de Sandvik dans la recherche et le développement (R&D).
17 mai 2022
Le top 50 des groupes d'ingénierie et de la construction dans le monde Chaque année, le cabinet d'audit et de conseil Brand Finance classe les 50 groupes les plus solides financièrement du monde de l'ingénierie et de la construction, qui figurent ensuite dans le classement annuel Brand Finance Engineering & Construction 50. 
Le top 50 des groupes d'ingénierie et de la construction dans le monde
2 août 2022
Sandvik : 29 M€ pour des matériels miniers électriques sur batteries Sandvik remporte une commande record de 28,96 M€ pour des équipements miniers électriques à batterie. 
Tous les articles CARRIÈRES
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola