Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

« Les affaires ralentissent par manque de techniciens de maintenance »

Partager :
« Les affaires ralentissent par manque de techniciens de maintenance »
Par Julia Tortorici, le 19 novembre 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Terrassements
Toujours profondément investi dans la formation des futurs professionnels d’entretien et de maintenance des matériels de BTP, le Club Seimat rappelle l’urgence de la problématique de pénurie de main d’œuvre en France, et sur le Grand Paris. C’est en redonnant confiance à des jeunes qui manquent d’assurance que les constructeurs de matériels et leurs partenaires espèrent susciter des vocations, et parvenir, enfin, à pourvoir aux quelque 3 500 postes de mécaniciens vacants.

Moteur de la bonne santé économique des travaux publics, le Grand Paris n’en représente pas moins un défi de taille sur l’aspect emploi. « Une pénurie a été initiée avec le Grand Paris », explique Philippe Girard, directeur général de JCB France. « Pour être opérationnels, et répondre aux besoins actuels, il aurait fallu agir il y a 5 ans ! ». La priorité aujourd’hui est donc d’accélérer sur la formation, afin de ‘fournir’ des professionnels de la maintenance aptes à prendre en charge l’entretien des milliers de matériels déployés sur le méga projet francilien. « Nous avons la volonté de redonner confiance aux jeunes, jusqu’ici persuadés que les filières technologiques sont pour les ‘nuls’ et qu’ils ne méritent pas mieux. Le Club Seimat agit à deux niveaux : sur leur mobilité et sur leur capacité à se mettre en avant », poursuit Philippe Girard. Ce travail d’encouragement ne peut se faire sans les parents, et démarre véritablement dès le collège au travers de journées découverte, de matinales BTP, d’une présence aux remises de diplômes ou de visites de chantiers. « Il y a une volonté de revenir aux bases. De démontrer qu’il existe de formidables opportunités de carrière dans cette branche ». Avec plus de 1 000 postes non pourvus chaque année, le secteur des travaux publics a beaucoup à offrir. Pour preuve, les effectifs qui s’étoffent d’année en année. En 2018, les entreprises les ont ainsi augmentés de 88% et les effectifs liés à la maintenance des machines représentent maintenant 40% de l’effectif total. 43% des salariés sont des techniciens de maintenance et 94% étaient en CDI en 2018.

L’alternance, la meilleure des options

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Des chiffres aux arguments porteurs pour les entreprises décidées à agir. Le stage est déjà un bon moyen d’introduire les jeunes dans un univers parfois mal connu. Chez Merlo France, on ne se fie pas aux qualifications. Seule compte la motivation. Des salons comme Intermat ou le SIMA sont systématiquement l’occasion d’embaucher des stagiaires en BAC+3 ou BAC+5, formés en concession. En parallèle, l’alternance a fait ses preuves. Le chantier du lot 1 de la ligne 16 du Grand Paris emploie à lui-seul 20% de salariés en alternance. Même constat chez Volvo CE France. « Nous accompagnons les jeunes tout au long de la formation jusqu’à l’obtention d’un CDI », confirme Valérie Minguet, directrice des ressources humaines de Volvo Construction Equipment Europe. « Seule exigence : le niveau BAC Pro n’est plus suffisant. Nous recherchons plutôt des profils BTS ».

Une profession exigeante

Pour Philippe Jungblut, responsable des ressources humaines de Bergerat Monnoyeur, outre la nécessaire préparation des enseignants à ne pas négliger, « la disponibilité requiert de susciter des vocations. Nous recherchons avant tout un savoir-être, un état d’esprit, plus que des compétences ». Mais les constructeurs et autres concessionnaires sont pointus. « C’est aussi pour cette raison que nous sommes confrontés à des problèmes de recrutement ». L’alternance, bien que reconnue pour ses bénéficies à long terme, a ses limites dès lors que les besoins en recrutement sont immédiats. « Les concessionnaires, déjà fortement sollicités sur le Grand Paris notamment, n’ont pas le temps de former. C’est une réalité », constate Christophe Camus, recruteur Location et Réparation de matériel chez ACE Consulting.

Elargir le spectre de recherche

Comme beaucoup de secteurs, le BTP et l’environnement – pour ne citer qu’eux – partagent des compétences communes. « Face à l’importante disponibilité des postes de techniciens confirmés, il serait intéressant de créer des passerelles, observe Christophe Camus. Les compétences peuvent se trouver dans les univers connexes au BTP, comme l’agricole ». « Nous réfléchissons effectivement à un tronc commun agricole-TP pour former à l’automatisation dans le cadre du suivi du matériel, de l’accompagnement et de l’aide à la conduite », mentionne de son côté Jean-Marie Osdoit, président du Seimat. Objectif : faire que l’intelligence artificielle soit au service des techniciens, dans une optique de maintenance préventive, et non une contrainte à la formation.

Faire gagner en assurance

« Les problèmes de recrutement s’expliquent pour partie par l’incapacité des jeunes à se présenter aux entreprises, souligne Marie-Sophie Bentouta, chargée de mission emploi à la Maison Emploi Plaine Commune. Ils doivent être mis en situation par le biais d’outils dédiés ». La structure d’accueil des alternants en entreprise a aussi son rôle à jouer. Le technicien formateur doit entourer suffisamment son apprenti. « Or, disposons-nous d’assez de techniciens senior pour assurer cette mission ? Ne devrions-nous pas améliorer la relation école-entreprise ? », s’interroge Jean-Marie Osdoit. Les départs en hausse des alternants à ce poste constituent un autre problème, dans un contexte où la pénurie de main d’œuvre pousse les jeunes apprentis incertains à « sauter dans le grand bain ». « Ces jeunes ont souvent peur de la relation client car pas assez préparés à se confronter à lui. Ce dernier peut avoir une influence non négligeable, dans l’inversion de cette tendance, s’il est sollicité directement dans les écoles », rappelle le président du Seimat.  

>>> Lire aussi : Le Club Seimat salue la jeunesse

 

Philippe Girard, directeur général de JCB France et président de la Commission Formation du Club Seimat
Retrouvez toute l'information "terrassements" dans Terrassements & Carrières.
Terrassements & Carrières, le trait d'union entre les professionnels de l'extraction, de la valorisation des matériaux et les entreprises de la construction.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Quel Chantier sur la ligne 17 du Grand Paris

Dans ce nouveau numéro, Charlotte Divet s'est arrêté à la station du Bourget pour découvrir les travaux de fondations menés par ProFond.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
Euro BTP devient concessionnaire Hyundai
Euro BTP devient concessionnaire Hyundai
Hyundai Construction Equipment Europe compte désormais Euro BTP au nombre de ses concessionnaires en Europe. La société est spécialisée dans la vente et la location de machines TP et couvre les départements des Pyrénées-Atlantiques et des Landes.
PACA MED TP concessionnaire exclusif de Case en Méditerranée
PACA MED TP concessionnaire exclusif de Case en Méditerranée
La marque Case est désormais représentée dans le Var, les Bouches du Rhône et les Alpes Maritimes par la société PACA MED TP.
Un showroom Link-Belt dans le Kentucky
Un showroom Link-Belt dans le Kentucky
La société LBX Company a récemment inauguré un showroom sur une parcelle de 10 ha à Lexington, dans le Kentucky. Le Customer Experience Center permettra de mettre en valeur les machines, innovations et technologies de l'entreprise.
Cat Grade 3D sur les bouteurs D3K2, D4K2 et D5K2
Cat Grade 3D sur les bouteurs D3K2, D4K2 et D5K2
Le nouveau système Cat Grade avec système 3D est désormais disponible sur les débroussailleuses-déchiqueteuses D3K2, D4K2 et D5K2. Il utilise la technologie GNSS qui permet de positionner avec précision la lame de la machine, sans intervention de l'opérateur.
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Le réchauffement climatique, les politiques antipollution, l’urbanisation croissante des chantiers… Tous ces facteurs influent sur l’évolution fulgurante des machines de construction. À commencer par les moteurs que les fabricants sont pressés de faire évoluer sur le même rythme effréné. Quelles sont leurs priorités ? Quelles sont leurs motivations ? Éléments de réponse avec les acteurs phares du marché. « Une toute nouvelle technologie a fait son apparition depuis 2014 avec la gamme moteur H50, note Dominique Devarenne, directeur de Hatz France. Aujourd’hui, les systèmes électroniques remplacent les systèmes mécaniques sur la régulation du moteur. Ce qui a pour objectif d’améliorer les performances et les consommations en carburant, tout en bénéficiant désormais du refroidissement liquide, qui a pour effet de réduire le poids et le bruit de nos moteurs ». Pour le dirigeant, les moteurs ont évolué, en termes de poids et d’encombrement, avec la même puissance, voire légèrement supérieure. « Les nouvelles règlementations, à compter du Stage IIIB, ont clairement dopé ce changement. L’EGR et les catalyseurs ont d’abord surgi, puis les filtres à particules à partir de 19 kW sont désormais conformes à la norme avec le Stage V en vigueur depuis le 1er janvier 2019 », indique-t-il. Pour preuve, en 2014, un moteur Hatz sur base H50 en 4 cylindres affichant une puissance de 55 kW a été calqué sur 3 cylindres avec filtre à particules et EGR en 2019. Le motoriste a en fait agi sur trois niveaux : ses moteurs 3 cylindres en 19 kW sont sans DPF, ses moteurs de 42 kW sont passés en 3 cylindres, mais avec DPF et EGR, et ses moteurs 4 cylindres TICD ont été conservés avec l’ajout d’un DPF. « Il s’agit de la même technologie, complétée d’un calculateur électronique pour la gestion du moteur, d’une rampe commune et de la partie injection », résume le responsable. « L’objectif de la réglementation 16/28 définissant les normes d’émissions reste la protection de notre environnement, rappelle Benjamin Deysieux, ingénieur commercial Industrie chez Volvo Penta. Aussi, au sein du groupe AB Volvo, nous souhaitons être précurseur voire, anticiper les futures réglementations en la matière. » Le groupe joint le geste à la parole : d’importantes ressources sont allouées pour optimiser les systèmes diesel actuels et développer de nouvelles chaines de traction 100 % électrique ou au GNL. « À chaque nouvelle norme d’émissions, John Deere a fourni des solutions répondant aux besoins clés de ses clients, notamment en terme de disponibilité optimale, de faibles coûts d’utilisation et de la souplesse d’intégration. C’est de nouveau le cas avec la norme Stage V », tient à rappeler Sandrine Couasnon, responsable du marketing pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient chez JDPS. « Respecter la législation en matière d'émissions d'une manière qui offre une valeur ajoutée à nos clients nécessite le déploiement de nouvelles technologies, comme des commandes, une transmission et des systèmes hydrauliques intégrés au moteur, affirme Allan Tolley, directeur Moteurs Groupe JCB. Celles-ci permettent souvent d’améliorer les fonctionnalités de la machine. Le diagnostic a également toute son importance ».
Caterpillar dévoile une nouvelle solution de localisation
Caterpillar dévoile une nouvelle solution de localisation
Caterpillar vient d’enrichir sa gamme de technologies Cat Product Link avec un nouveau dispositif de localisation, le PL161. Celui-ci permet de connaître l’emplacement de différents équipements (attaches rapides, etc.) mais aussi leur état (heures de fonctionnement, etc.) afin de prévoir une maintenance prédictive.
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Digitalisation, connectivité, guidage, asservissement hydraulique, hybridation, la déferlante des technologies embarquées modifie l’environnement de travail des chantiers. Les constructeurs se lancent alors dans une course effrénée pour prendre l’avantage technologique, et parfois même, au détriment de la réalité des besoins des marchés. L’accélération de la digitalisation des machines soulève pas mal d’interrogations sur la capacité des entreprises à exploiter autant de données, mais aussi, quant à lamaîtrise d’une maintenance plus complexe. Sans évoquer la mise à niveau des techniciens à même d’appréhender ces nouvelles technologies. Liebherr réfléchit déjà à une simplification et à une standardisation des données d’utilisation de chaque machine, en imaginant une plateforme web commune aux autres acteurs du marché.« Nous envisageons cette interface standardisée dans les 2 à 3 ans à venir. Notre nouvelle génération de pelles sur chenilles de 22 à 45 t adopte déjà une architecture de connectivité compatible », relève Martin Schickel, directeur général de Liebherr France SAS, qui reste convaincu par l’évolution positive des échanges entre les principaux constructeurs du marché. D’ailleurs, Liebherr prévoit d’enrichir sa nouvelle gamme de pelles hydrauliques, la Génération 8, avec une architecture du futur intégrant des systèmes de commande à distance, d’asservissement hydraulique pour un guidage 2D et 3D, de pesage embarqué, sans parler de l’intégration des moteurs Stage V avec un filtre à particules.
Tous les articles TERRASSEMENTS
Applications
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Ingénieur / Ingénieure d'études béton armé
- Chargé / Chargée d'affaires en électricité
- Chef de bureau d'études en BTP
- Conducteur / Conductrice de travaux en constructions métalliques
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.