Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

« Les affaires ralentissent par manque de techniciens de maintenance »

Partager :
« Les affaires ralentissent par manque de techniciens de maintenance »
Par Julia Tortorici, le 19 novembre 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Terrassements
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Toujours profondément investi dans la formation des futurs professionnels d’entretien et de maintenance des matériels de BTP, le Club Seimat rappelle l’urgence de la problématique de pénurie de main d’œuvre en France, et sur le Grand Paris. C’est en redonnant confiance à des jeunes qui manquent d’assurance que les constructeurs de matériels et leurs partenaires espèrent susciter des vocations, et parvenir, enfin, à pourvoir aux quelque 3 500 postes de mécaniciens vacants.

Moteur de la bonne santé économique des travaux publics, le Grand Paris n’en représente pas moins un défi de taille sur l’aspect emploi. « Une pénurie a été initiée avec le Grand Paris », explique Philippe Girard, directeur général de JCB France. « Pour être opérationnels, et répondre aux besoins actuels, il aurait fallu agir il y a 5 ans ! ». La priorité aujourd’hui est donc d’accélérer sur la formation, afin de ‘fournir’ des professionnels de la maintenance aptes à prendre en charge l’entretien des milliers de matériels déployés sur le méga projet francilien. « Nous avons la volonté de redonner confiance aux jeunes, jusqu’ici persuadés que les filières technologiques sont pour les ‘nuls’ et qu’ils ne méritent pas mieux. Le Club Seimat agit à deux niveaux : sur leur mobilité et sur leur capacité à se mettre en avant », poursuit Philippe Girard. Ce travail d’encouragement ne peut se faire sans les parents, et démarre véritablement dès le collège au travers de journées découverte, de matinales BTP, d’une présence aux remises de diplômes ou de visites de chantiers. « Il y a une volonté de revenir aux bases. De démontrer qu’il existe de formidables opportunités de carrière dans cette branche ». Avec plus de 1 000 postes non pourvus chaque année, le secteur des travaux publics a beaucoup à offrir. Pour preuve, les effectifs qui s’étoffent d’année en année. En 2018, les entreprises les ont ainsi augmentés de 88% et les effectifs liés à la maintenance des machines représentent maintenant 40% de l’effectif total. 43% des salariés sont des techniciens de maintenance et 94% étaient en CDI en 2018.

L’alternance, la meilleure des options

Des chiffres aux arguments porteurs pour les entreprises décidées à agir. Le stage est déjà un bon moyen d’introduire les jeunes dans un univers parfois mal connu. Chez Merlo France, on ne se fie pas aux qualifications. Seule compte la motivation. Des salons comme Intermat ou le SIMA sont systématiquement l’occasion d’embaucher des stagiaires en BAC+3 ou BAC+5, formés en concession. En parallèle, l’alternance a fait ses preuves. Le chantier du lot 1 de la ligne 16 du Grand Paris emploie à lui-seul 20% de salariés en alternance. Même constat chez Volvo CE France. « Nous accompagnons les jeunes tout au long de la formation jusqu’à l’obtention d’un CDI », confirme Valérie Minguet, directrice des ressources humaines de Volvo Construction Equipment Europe. « Seule exigence : le niveau BAC Pro n’est plus suffisant. Nous recherchons plutôt des profils BTS ».

Une profession exigeante

Pour Philippe Jungblut, responsable des ressources humaines de Bergerat Monnoyeur, outre la nécessaire préparation des enseignants à ne pas négliger, « la disponibilité requiert de susciter des vocations. Nous recherchons avant tout un savoir-être, un état d’esprit, plus que des compétences ». Mais les constructeurs et autres concessionnaires sont pointus. « C’est aussi pour cette raison que nous sommes confrontés à des problèmes de recrutement ». L’alternance, bien que reconnue pour ses bénéficies à long terme, a ses limites dès lors que les besoins en recrutement sont immédiats. « Les concessionnaires, déjà fortement sollicités sur le Grand Paris notamment, n’ont pas le temps de former. C’est une réalité », constate Christophe Camus, recruteur Location et Réparation de matériel chez ACE Consulting.

Elargir le spectre de recherche

Comme beaucoup de secteurs, le BTP et l’environnement – pour ne citer qu’eux – partagent des compétences communes. « Face à l’importante disponibilité des postes de techniciens confirmés, il serait intéressant de créer des passerelles, observe Christophe Camus. Les compétences peuvent se trouver dans les univers connexes au BTP, comme l’agricole ». « Nous réfléchissons effectivement à un tronc commun agricole-TP pour former à l’automatisation dans le cadre du suivi du matériel, de l’accompagnement et de l’aide à la conduite », mentionne de son côté Jean-Marie Osdoit, président du Seimat. Objectif : faire que l’intelligence artificielle soit au service des techniciens, dans une optique de maintenance préventive, et non une contrainte à la formation.

Faire gagner en assurance

« Les problèmes de recrutement s’expliquent pour partie par l’incapacité des jeunes à se présenter aux entreprises, souligne Marie-Sophie Bentouta, chargée de mission emploi à la Maison Emploi Plaine Commune. Ils doivent être mis en situation par le biais d’outils dédiés ». La structure d’accueil des alternants en entreprise a aussi son rôle à jouer. Le technicien formateur doit entourer suffisamment son apprenti. « Or, disposons-nous d’assez de techniciens senior pour assurer cette mission ? Ne devrions-nous pas améliorer la relation école-entreprise ? », s’interroge Jean-Marie Osdoit. Les départs en hausse des alternants à ce poste constituent un autre problème, dans un contexte où la pénurie de main d’œuvre pousse les jeunes apprentis incertains à « sauter dans le grand bain ». « Ces jeunes ont souvent peur de la relation client car pas assez préparés à se confronter à lui. Ce dernier peut avoir une influence non négligeable, dans l’inversion de cette tendance, s’il est sollicité directement dans les écoles », rappelle le président du Seimat.  

>>> Lire aussi : Le Club Seimat salue la jeunesse
 
 
Philippe Girard, directeur général de JCB France et président de la Commission Formation du Club Seimat
  La FFB présente son plan de relance
"Aujourd'hui, nous sommes en danger " alerte Olivier Salleron. Le nouveau président de la FFB présente ce matin son plan de relance pour sauver le secteur du bâtiment fortement fragilisé par la crise du Covid. Nous l'avons rencontré en exclusivité.
+ de vidéos BTP ça tourne
Nos magazines
Accéder au kiosque
À lire également
Deux pelles sur chenilles Doosan récompensées à l’international
Deux pelles sur chenilles Doosan récompensées à l’international
EquipmentWatch* a décerné à deux pelles sur chenilles Doosan deux prix en 2020. La DX300LC-5 a reçu, pour la troisième année consécutive, le prix du coût d’exploitation le plus bas, dans sa catégorie tandis que la DX180LC-5 remporte le prix de la valeur retenue la plus élevée des pelles de petite taille.
Laurent d'Arnal, Volvo Trucks : « En 2019, nous avons connecté tous nos véhicules de chantier FMX à notre plateforme Uptime Care »
Laurent d'Arnal, Volvo Trucks : « En 2019, nous avons connecté tous nos véhicules de chantier FMX à notre plateforme Uptime Care »
Malgré une année 2019 record, Laurent d’Arnal, directeur commercial Volvo Trucks France, ne se satisfait pas de sa part de marché sur le segment de la construction, qui est de 11 %. Il nous explique comment le constructeur, présent en France depuis 1964, compte s’y prendre pour atteindre 15 %.
Les attaches rapides vivraient-elles leur âge d’or ?
Les attaches rapides vivraient-elles leur âge d’or ?
Le marché de l’attache rapide traverse actuellement une période faste au cours de laquelle les produits n’ont jamais été aussi pointus technologiquement et aussi bien conçus. Une évolution qui va dans le bon sens au regard des nombreux avantages dont profitent les utilisateurs. À condition pour les fabricants d’en maîtriser tous les paramètres liés à leur conception… Le secteur de l’attache rapide est peut-être en train de vivre sa révolution. Longtemps soumis à une inertie où les innovations étaient limitées, le marché traverse aujourd’hui à coup sûr son âge d’or où tout le monde veut sa part du gâteau. « L’exercice passé nous a positivement étonnés par son niveau d’activité, avec un chiffre d’affaires encore en hausse de 3,5 %. Nous avons d’ailleurs sur le premier trimestre de 2018-2019, dépassé en prises de commande ce qu’ACB et Morin réunis avaient enregistré au pic de 2007- 2008. Nous nous inscrivons donc depuis plusieurs années dans un cercle vertueux où tous les feux sont passés au vert chez nos clients et donc chez ACB », témoigne en guise d’introduction Philippe Jandard, Président d’ACB, rejoint par d’autres spécialistes. « Le marché de l’attache rapide est en forte progression, de l’ordre de +20 %, estime Nicolas Proust, directeur général de Steelwrist France. Et il existe une grosse marge de manœuvre sur les pelles compactes de moins de 5 t qui font encore l’objet d’un montage direct. » « C’est devenu aujourd’hui un travail de spécialistes au regard des nombreuses évolutions liées à la sécurité, à la demande du marché et des besoins clients, à la réglementation ou encore, au schéma de distribution. Ce qui nous demande à nous, spécialistes dont nous faisons partie, de maîtriser l’ensemble des paramètres énoncés, mais aussi, de les suivre et de les comprendre dans le temps », explique, de son côté, Fabrice Marchal directeur France d’Oilquick.
Loeizig Sevellec, Renault Trucks : « Nous avons renforcé notre coopération avec l’ensemble des carrossiers français en 2019 »
Loeizig Sevellec, Renault Trucks : « Nous avons renforcé notre coopération avec l’ensemble des carrossiers français en 2019 »
Loeizig Sevellec, directeur commercial France ventes réseaux – véhicules neufs pour Renault Trucks nous a accordé une interview pour décrypter la bonne performance du constructeur en 2019, notamment sur le segment de la construction.
Le premier tombereau Doosan DA30 livré en France par Tipmat
Le premier tombereau Doosan DA30 livré en France par Tipmat
Le concessionnaire n’aura rencontré aucune difficulté pour convaincre son client d’acheter le tombereau articulé. En effet, celui-ci est déjà conquis depuis plusieurs années par Doosan et compte, d'ailleurs, onze machines du constructeur dans son parc.
Egletons teste plusieurs innovations Spie batignolles Malet
Egletons teste plusieurs innovations Spie batignolles Malet
Autour du campus scolaire d’Egletons, consacré à l’apprentissage des métiers des travaux publics, trois tronçons expérimentent actuellement des innovations routières. Parmi ces dernières, plusieurs ont été développées par Spie batignolles Malet.
2019, année de tous les records pour les ventes de camions
2019, année de tous les records pour les ventes de camions
Les véhicules industriels ont battu de nombreux records en 2019 et tous les constructeurs que nous avons interrogés se réjouissent de leurs résultats.
Tous les articles TERRASSEMENTS
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Ingénieur chargé / Ingénieure chargée d'affaires du BTP
- Chef de chantier du BTP
- Chargé / Chargée d'affaires en électricité
- Chef de projet BTP
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.