Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

« Il faut doubler le taux moyen de renouvellement des réseaux d’eau »

« Il faut doubler le taux moyen de renouvellement des réseaux d’eau »
Par V. V., le 29 septembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Alors que l’activité canalisation peine à repartir, et que l’année 2020 devrait accuser une baisse entre 12 et 16 %, il y a urgence à mobiliser les collectivités, car le secteur a besoin de la commande publique. Pour cela, les plans de relance et rebond sont là pour soutenir la reprise des chantiers, mais encore faut-il que les financements soient débloqués rapidement. Une opportunité qui comme l’ont rappelé les Canalisateurs pour la région sud-est, doit également permettre d’accélérer le renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement, une priorité dans la lutte contre le gaspillage de l’eau.

Les investissements massifs d’entretien et de renouvellement sur les réseaux d’eau et d’assainissement étaient attendus depuis longtemps. La profession représentée par les Canalisateurs pour la région sud-est, et notamment son président, Pierre Rampa, peut se réjouir, lui qui avait d’ailleurs placé la lutte contre le gaspillage comme LA priorité d’aujourd’hui et de demain. Avec un fonds de 180 millions millions d’euros débloqué par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse notamment pour favoriser la relance au niveau des collectivités en charge de l’eau, et les 80 millions du plan de relance de l’État, ces plans de rebond et de relance sont une opportunité sans précédent pour assurer la protection de cette ressource. « Les récentes études sur le débit du Rhône cet été nous rappellent que l’eau se fait de plus en plus rare pour tous, riverains, industriels comme agriculteurs”, a souligné Pierre Rampa.

Reprendre les chantiers
Des investissements qui devraient alors remettre en ordre de marche un secteur fragilisé par la crise sanitaire, notamment la reprise des chantiers de canalisations qui eux mêmes irriguent l’ensemble des acteurs de la chaîne, fournisseurs, bureaux d’études… « Les chantiers figurant déjà dans les carnets de commandes ont tous repris, reprend Pierre Rampa, l’avenir est très incertain pour les mois à venir, notamment en raison des élections municipales dont le renouvellement des équipes occasionne un temps de latence dans la signature de nouveaux contrats, mais aussi parce que de nombreuses collectivités n’activent pas les fonds octroyés par l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse et l’État »

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Mobiliser les collectivités
« En utilisant ces fonds, les collectivités rénovent leur patrimoine, maintiennent et développent l’emploi », a ainsi rappelé le président du syndicat. « La reconstitution des carnets de commandes est un véritable enjeu dans un premier temps, car au plus fort du confinement (mars/avril), la chute des appels d’offres en PACA était de -66 %. La reprise attendue n’ayant pas encore eu lieu puisque fin août nous sommes toujours à -30 % », constate Yves Bourdais dans la région PACA-Corse, dont il est le délégué pour Canalisateurs du Sud-Est. Il précise que la profession suivra au plus près le déploiement du plan de relance annoncé. « Les sommes dédiées ne sont en effet pas toujours utilisées, non pas par manque de projet, mais par absence de portage auprès des services des collectivités en terme notamment d’inventaire des besoins et des priorités, d’ingénierie financière, de planification, de constitution du dossier, de suivi et défense du projet... ! »
De son côté, Michel Réguillon, délégué Rhône-Alpes des Canalisateurs, a salué les actions entreprises par l’État, qui a mis en place des mesures fortes telles que le Prêt garanti par l’État, le report de paiement des crédits-bails et des charges sociales. « Ces mesures nous ont permis d’atténuer le choc : d’environ -20 % à -30 % de baisse d’activité, nous sommes aujourd’hui à -10 % », constate-t-il. Il s’inquiète cependant du risque de dilution dans les budgets des collectivités territoriales des 260 millions d’euros accordés pour renouveler les réseaux d’eau tout en soulignant que six mois après les élections municipales, certaines grandes collectivités d’Auvergne-Rhône-Alpes n’ont toujours pas installé leur commission d’appel d’offres !
« Avec les entreprises, nous sommes prêts à faire œuvre de pédagogie auprès des nouvelles équipes municipales et de les aider à constituer les dossiers de demandes d’aides ! » souligne Olivier Saintpierre représentant des maîtres d’œuvre. En effet, les entreprises de l’ingénierie, aussi appelées les « maîtres d’œuvre », sont le maillon indispensable entre les maîtres d’ouvrages, publics ou privés, et les entreprises de travaux. Leur rôle est essentiel à la programmation, conception et suivi de la réalisation des infrastructures de l’eau en particulier.

Préserver l’eau
En Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse, alors que le taux de renouvellement n’est pas suffisant pour espérer réduire significativement les fuites et que les alertes sécheresses se répètent chaque année, Pierre Rampa l’assure : « Il faut doubler le taux moyen de renouvellement des réseaux d’eau qui est actuellement de 0,61 % pour l’eau potable et 0,42 % pour l’assainissement collectif ! Aujourd’hui, 1 litre d’eau traitée (payé par la redevance des consommateurs) sur 4 part dans la nature ! Dans le contexte d’urgence climatique actuel, ce n’est plus admissible ! »

 

De gauche à droite : Olivier Saintpierre, représentant la maîtrise d'œuvre, Yves Bourdais, délégué régional PACA Corse Canalisateurs du Sud-Est, Pierre Rampa, président Canalisateurs du Sud-Est et Michel Réguillon, délégué régional Rhône-Alpes Canalisateurs du Sud-Est./ Crédit DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Fonds Chaleur, entre craintes et espoirs
Fonds Chaleur, entre craintes et espoirs
Le Fonds Chaleur, un atout précieux pour le développement des nouvelles énergies, jouent son rôle pour l’extension des réseaux existants, mais, selon la FNCCR, il ne soutient pas assez les nouveaux réseaux de chaleur bois-énergie.
Verdir est une volonté politique
Verdir est une volonté politique
Aller vers plus de respect de l’eau, tout le monde a conscience que c’est vital et beaucoup y sont favorable. Mais il est souvent compliqué de faire avancer les projets de reprise du cycle de l’eau. À Rungis, les choses sont un peu plus simples puisque la défense d’une vision durable de la ville est le cheval de bataille du maire Bruno Marcillaud. Nous sommes allés à sa rencontre.
Risa : « Nos trancheuses doivent répondre à tous les types de marchés »
Risa : « Nos trancheuses doivent répondre à tous les types de marchés »
Ni les évolutions normatives, ni la crise sanitaire, ne semblent perturber la feuille de route du constructeur Risa, ni celle de son président, Bertrand Philaire et de ses équipes. Sans compter qu’avec un carnet de commandes sur 2021 quasiment plein, le concepteur et fabricant français n’a jamais été aussi conforté dans ses choix, celui de la compacité et surtout, de la polyvalence de ses trancheuses.
Eau potable : la Guadeloupe a soif !
Eau potable : la Guadeloupe a soif !
La Guadeloupe ne manque pas d’eau… mais pourtant elle manque d’eau ! La quantité de la ressource n’est pas en cause dans ce bilan et l’île n’est pas soumise à une quelconque aridité. En revanche, l’état du patrimoine est catastrophique et les habitants n’ont même pas toujours l’eau au robinet. L’île aux belles eaux gâche sa ressource.
Pour son AEP, Angoulême se renforce
Pour son AEP, Angoulême se renforce
Une fois n’est pas coutume ce reportage porte sur un chantier qui ne résout aucun problème ! Pas de sécheresse chronique, pas de casses et de fuites ou pas non plus de pollution. Non, vraiment rien. Ce qui attire notre attention, l’objet des travaux entrepris, c’est simplement de sécuriser la ressource aussi bien en quantité qu’en qualité. Une politique du Grand Angoulême et de la SPL Semea à prendre en exemple et qui valait bien un déplacement au pays de la bande dessinée !
GRDF soutient la dynamique hydrogène
GRDF soutient la dynamique hydrogène
​Suite à l’appel à projets visant à soutenir le développement de démonstrateurs power-to-gas raccordés au réseau de distribution de gaz, lancé en fin d’année dernière, GRDF annonce le nom des 3 lauréats.
Cagé Terrassement, satisfait de sa trancheuse Liba  
Cagé Terrassement, satisfait de sa trancheuse Liba  
​Cela fait 1 an que Cagé Terrassement s’est équipé d’une trancheuse Liba GM160 attelée sur tracteur agricole pour ses chantiers de pose de câble. Il est temps de faire le bilan de ce temps passé à ouvrir le terrain et de recueillir les impressions de l’entreprise.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.