Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RÉSEAUX VRD
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Mini-pelles : consolider les acquis

Partager :
Mini-pelles : consolider les acquis
Par Tanguy Merrien, le 11 septembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Réseaux VRD
Évidemment, le marché des mini-pelles, matériel de prédilection en milieu urbain et qui plus est, le plus important dans l’Hexagone, n’échappera pas à la règle de l’électrification. Mais, en attendant la véritable révolution verte, les constructeurs se refusent à renier les acquis et bichonnent, encore, le bon vieux moteur thermique.
 Nombreux étaient ceux qui craignaient un ralentissement de l’activité et notamment un recul du marché des mini-pelles, lequel se chiffrait à 11 387 unités en 2018. Après six mois d’activité en 2019, il n’en est rien. Le marché semble avoir conservé cette même vitalité et serait même en avance sur les temps de passage : 7 001 unités écoulées à l’issue du premier semestre et un mois de juillet tout aussi fringant (7 953 unités). « Soit une progression de 2 % par rapport à la même période de l’an passé sachant que le marché 2018 était déjà à 1,5 %. Globalement, je pense que le marché sur l’ensemble de l’exercice sera étale par rapport à l’an dernier, mais toujours à un haut niveau. Nous restons sur trois belles années avec une conjoncture porteuse quand les clients de leurs côtés voient l’activité se poursuivre et les carnets de commandes se remplir. Je pense même que début 2020 sera du même tonneau jusqu’aux élections municipales qui pourraient venir freiner le marché et l’activité », analyse Olivier Boussion, directeur de Kubota France. « Le marché de la mini-pelle reste porteur, je l’estime entre 11 000 et 11 500 unités cette année encore, mais attention à ne pas se laisser bercer. D’où la nécessité d’assurer les partenariats solides sur le long terme avec ses clients et ne pas privilégier le « one-shot ». Je pense aussi que l’image de marque fera la différence, quelle que soit la tendance du marché », avance de son côté Morgan Pisanu, directeur commercial de Takeuchi France. Quant à Peter Sebold, spécialiste produit chez Hyundai CE, il s’enthousiasme devant le marché national : « On parle d’un volume de 70 000 unités en Europe quand le marché français est proche des 12 000 unités, soit 18 % de pénétration ! C’est dire l’importance de ce marché et cela explique aussi le développement d’une concurrence très dense ». Seul Julien Provensal, responsable produits mini-pelles chez Volvo CE se veut prudent : « Un marché porteur jusqu’ici même si d’après les prévisions et les observateurs, celui-ci devrait se stabiliser ». Néanmoins, les professionnels s’accordent à dire que le segment traverse une période faste. De quoi mieux préparer l’avenir et affûter les stratégies.

Volvo ne transige pas

Celle de Volvo est très claire. « Après plusieurs essais et après avoir pensé à quelques alternatives, nous avons décidé que pour le segment des mini-pelles, la voie de l’électrification était la meilleure pour l’avenir, explique Julien Provensal. C’est une priorité pour le groupe Volvo et en particulier pour ce type de produits. » Volvo est le premier constructeur à avoir annoncé cette décision et prend le « cours de l’histoire en marche ». La production d’une gamme électrique commencera en milieu d’année prochaine. Tout cela ne veut pas dire que du jour au lendemain, le Suédois arrêtera le thermique pour l’électrique. « Il y aura une phase de transition, il faut être réaliste. Seulement, Volvo cesse le développement de moteurs diesel, mais pas leur commercialisation, précise Julien Provensal avant d’ajouter. Deux autres thèmes sont importants dans le futur de Volvo, l’automatisation des engins et la connectivité, qui permettront d’apporter de la valeur ajoutée à nos clients. »  Alors que sa première E10e vient d’entrer en production, Bobcat parie aussi sur l’électrique à court terme : « C’est la première étape de l’élargissement de notre catalogue aux sources d’énergie de substitution. Nous sommes persuadés que l’électrification est une réponse à la demande sur le marché européen au regard des évolutions environnementales et politiques », juge Jarry Fisher, responsable mini-pelles pour Bobcat Europe. En juin dernier, c’est JCB qui a pris le train en marche lors d’un évènement organisé à Birmingham de l’autre côté de la Manche en présentant la 19C e-Tec, première du genre pour le Britannique qui peut désormais s’appuyer sur une gamme « complète », dixit Christophe Lecarpentier, directeur marketing et des ventes chez JCB. De son côté, Kobelco avait déjà annoncé la couleur à la dernière Bauma avec la présentation du prototype SK 17. « D’ici 2040, nous aurons tous basculé dans l’électrique et il n’y aura guère plus de moteurs thermiques », parie Jean-Philippe Delion, Business Manager pour Kobelco Europe. Si l’électrification semble donc être le sens de l’histoire, nombreux sont les constructeurs à ne pas vouloir brûler les étapes. Une façon aussi de ne pas bousculer le marché.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
« Des offres pas opposables »

En termes de projets, à l’horizon 2020 et si le contexte reste favorable, Takeuchi s’apprête à présenter un ou plusieurs modèles électriques, mais prévient ne pas sacrifier la fiabilité et la qualité au détriment de la nouveauté. « Les produits aboutis resteront la priorité et l’électrification de la gamme sera réalisée sur un plan de 5-6 ans. Nous répondrons toujours aux besoins du client et présenterons des produits sûrs et de qualité plutôt de répondre aux besoins du marché. Pour le responsable, il s’agit avant tout de « répondre aux besoins du client et de présenter des produits sûrs et de qualité », explique Morgan Pisanu, le directeur commercial de la marque en France. Et Takeuchi de poursuivre sa montée en gamme : « Nous avons introduit dans le système de géolocalisation de série et de diagnostic embarqué par système GPS pour toute la gamme à partir de 5 tonnes. C’est un nouveau service qui va permettre d’améliorer la prévention au niveau de la maintenance et de la sécurité. Nous insistons aussi sur le confort à l’intérieur des cabines avec un côté intuitif pour le bien de l’opérateur », martèle-t-il. Une vision partagée par JCB et Christophe Lecarpentier : « Le fait de pouvoir compter sur une mini-pelle électrique sur ce segment est un événement, mais ce n’est pas le seul. En effet, l’électrification ne peut pas tout remplacer. Je pense qu’il est logique de pouvoir compter sur les deux offres, lesquelles ne sont d’ailleurs pas opposables. Notre rôle est aussi d’apporter des solutions par rapport aux besoins du marché ». JCB  a revu les pelles compactes 85Z-2, 86C-2, 90Z-2 et 100C-2, toujours équipées de moteurs diesel JCB By Kohler, mais toutes conformes au Stage V, avec un système d’échappement composé d’un catalyseur d’oxydation diesel et d’un filtre à particules.

« Pas un sujet d’actualité »

Avec sa HX10 A, Hyundai prend une autre tangente : le constructeur vient compléter sa gamme mini par le bas (moins d’une tonne) et propose une pelle équipée d’un moteur Yanmar qui peut être équipée d’un moteur électrique et sans émission. Mais en attendant, le constructeur coréen poursuit le « déploiement de ses moteurs en Stage V, en attendant à plus long terme, un futur projet de produit électrique et un partenariat à venir avec Cummins », promet Peter Sebold.
« Wait and see », c’est aussi la stratégie de Kubota et ses 26 % de parts de marché en France sur le segment et fabricant de moteurs. « Évidemment, nous nous intéressons à l’électrification, mais ce n’est pas un sujet d’actualité. En effet, nous avons fait le choix dans un premier temps de passer par des solutions alternatives. Je rappelle que Kubota est aussi motoriste (1 million de moteurs produits, NDLR), ce qui implique la maîtrise du sujet et la capacité à plancher sur d’autres solutions telles que les moteurs fonctionnant au gaz par exemple. La marque ne croit pas encore au tout électrique et je pense qu’il vaut mieux dans un premier temps, envisager des solutions alternatives, transitoires, capables de satisfaire la demande et le marché », conclut Olivier Boussion.
 

Crédit photo : Volvo CE
Article issu du magazine BTP Magazine n° 323.
Retrouvez toute l'information "réseaux VRD" dans BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  La parole est à vous éclaire la fibre optique

22 000 emplois à mobiliser dès 2021. Avec l’objectif 100% fibre d’ici 2025 du Gouvernement, le secteur des télécoms a du pain sur la planche. L'équipe de BTP ça tourne s'est rendue au CFA Ducretet à Clichy.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
Mini-pelles : quoi de neuf dans les gammes ?
Mini-pelles : quoi de neuf dans les gammes ?
Sans conteste, elle est la machine la plus populaire sur les chantiers. Avec 11 387 unités vendues en 2018, soit 65 % du marché global des ventes de pelles en France, la mini-pelle remporte tous les suffrages ou presque (- 1,6 % par rapport à 2017). Du côté des VRD, sa compacité et sa polyvalence lui ont permis de gagner une place de choix, notamment pour les travaux urbains. Cette année, l’actualité des machines est principalement marquée par le passage aux nouvelles normes européennes d’émissions désormais en vigueur, le Stage V. Mais les constructeurs en ont également profité pour faire évoluer leur offre.
Indeco étoffe sa gamme de brise-roche
Indeco étoffe sa gamme de brise-roche
Sur Bauma, Indeco a ajouté un mini brise roche hydraulique à sa gamme existante. Le HP 100 est le plus petit de la famille, mais offre néanmoins de solides performances.
Compacts : la distribution se rebiffe
Compacts : la distribution se rebiffe
Dans le bouleversement du marché provoqué par l’émergence de deux grands de la location généraliste, dont l’un est devenu leader européen, se rapprochant de ses homologues américains en taille, la distribution traditionnelle semblait perdre pied. Le marché a repris ses droits, le nerf de la guerre se situe bel et bien dans la proximité et la connaissance profonde du terrain. Rien n’est laissé au hasard dans la stratégie du leader mondial de la mini-pelle. Avec une politique résolument tournée vers son réseau de distribution et la qualité de son service après-vente, Kubota TP Europe peut être satisfait du travail accompli. Au moment où les marchés européens sont très dynamiques, notamment sur la partie construction de logements et d’infrastructures outre Manche, les progressions des ventes ont atteint plus de 20 % au Royaume-Uni, et de plus de 10 % en Allemagne et en France. Kubota annonce d’ailleurs sur l’Europe avoir commercialisé près de 20 000 pelles de 0 à 8 t et 50 000 sur le plan mondial. « Mais c’est dans l’Hexagone que Kubota dépasse de loin ses objectifs avec une part de marché qui passe de 24 % en 2017 à 28 % en 2018, boosté par un secteur de la construction en forme et une évolution significative des parcs de location des distributeurs Kubota », explique Keigo Watanabe, directeur de la division TP Kubota Europe. Et dans sa vision stratégique, Keigo Watanabe n’oublie pas la force de frappe technique que représente son réseau de distributeurs, notamment en France et confirme que des investissements seront encore consacrés en 2019 à la formation de techniciens en maintenance. Kubota TP France a d’ailleurs signé une convention de partenariat avec l’Institut Nicolas Barré dans les Hauts de France pour former les futurs techniciens du réseau Kubota. Le réseau de distribution reste donc le pilier d’une politique de distribution cohérente. Il est un canal historique de vente, garant de la proximité avec le client, tant sur le plan relationnel que sur celui des conseils et du suivi technique. « Le réseau est un faire-valoir précieux pour une marque, autant grâce à son savoir-faire technique que de par sa connaissance du terrain et des clients. Il représente un lien privilégié entre le constructeur et les utilisateurs », rappelle François Escourrou, président de la filiale française de Wacker Neuson. Pour être la plus performante possible, la marque n’a d’ailleurs pas hésité à renouveler en 3 ans, 30 % de son réseau.
Réduction des GES sur les chantiers, quels bénéfices pour les entreprises ?
Réduction des GES sur les chantiers, quels bénéfices pour les entreprises ?
A l’heure du Stage V, des nouvelles énergies et de l’augmentation de la fiscalité sur le gazole non routier, les entreprises de TP n’ont-elles pas économiquement intérêt à prendre davantage encore le virage « environnemental », notamment en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) sur les chantiers ?
De la mini pelle à foison chez Doosan
De la mini pelle à foison chez Doosan
Les nouveaux modèles Stage V DX27z (2,7t) et DX35z (3,5t) à zéro déport arrière (ZTS) complètent la gamme de mini-pelles Doosan. Elles démontrent une bonne stabilité, intègrent un contrôle en douceur et affichent une force de creusement élevée, pour des poids réduits afin de faciliter le transport.
Une mini pelle Komatsu fait son apparition dans la gamme MR-5
Une mini pelle Komatsu fait son apparition dans la gamme MR-5
Komatsu présentera sa mini pelle PC55MR-5 à l'occasion du salon Bauma. Lancée en 2017, la gamme MR-5 dispose de nouvelles fonctions.
Wacker Neuson - Torregrossa : 25 ans de relation
Wacker Neuson - Torregrossa : 25 ans de relation
L'entreprise de canalisation Torregrossa a reçu les clés de trois nouvelles mini-pelles Wacker Neuson à l'usine de Linz en Autriche. TP Service son concessionnaire lui vend des pelles depuis 1994.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Applications
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP en génie climatique et énergétique
- Ingénieur / Ingénieure génie civil
- Architecteur / Architecteure
- Chef de chantier électricité
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.