x
  
Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RÉSEAUX VRD
Page spéciale
SIM 2019
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Assises de l'eau : finalement, on déchante ?

Partager :
Assises de l'eau : finalement, on déchante ?
Par La rédaction, le 25 juillet 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Réseaux VRD
Les Assises de l’eau et leur conclusion ont été porteuses d’espoir pour toute une profession mais aujourd’hui, le compte n’y est pas. Malgré les bonnes volontés affichées, le vrai problème n’a pas été réglé : celui du financement de la politique de l’eau.

Les fédérations professionnelles engagées dans la construction et l’entretien des infrastructures d’eau et d’assainissement, tirent aujourd’hui le signal d’alarme. Dans un communiqué commun, Bruno Cavagné (président de la FNTP), Alain Grizaud (président de Les Canalisateurs) et Jean-Luc Ventura (président de l’UIE) l’affirment : "le modèle économique de l’eau est en péril car l’équation financière est loin d’être soutenable. Nous n’avons cessé d’alerter ces dernières semaines sur le manque d’investissement dans notre patrimoine de l’eau estimé à 2 à 3 Mds€ chaque année en entretien (canalisations, stations de traitement, génie civil, pluvial…)."

Un enjeu de taille !

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans la balance de ce manque d’investissement, on trouve l’état des infrastructures, leur pérennité, leur sécurité et leur conformité. Au taux actuel de renouvellement de nos canalisations, il faudrait en moyenne 160 ans pour les renouveler entièrement. Le résultat est hélas bien connu des spécialistes : les fuites représentent près d’un litre d’eau sur cinq.
Et les 3 présidents de s’interroger : jusqu’à quand la facture d’eau financera-t-elle le modèle économique ?

Le grand cycle payé sur la bête

Le second volet des Assises, consacré au grand cycle de l’eau,s’est achevé le 1 er juillet dernier. S’il a permis de fixer une série d’objectifs (mieux économiser l’eau face au changement climatique et aux situations de stress hydrique, restaurer le bon état écologique des cours d’eau, protéger les captages, développer des solutions alternatives comme le recours aux eaux non conventionnelles, etc.), il s’appuie sur la seule facture d’eau pour les financer. Acquisition de terres agricoles par les services d’eau, projets alimentaires territoriaux, paiements aux agriculteurs pour services rendus à l’environnement, etc., tout se fait sur la facture. Déjà que le petit cycle de l’eau est à la peine... Pour les présidents, "le petit cycle ne peut et ne pourra pas à lui seul financer l’ensemble de la politique de l’eau en France ! Il le pourra d’autant moins que l’accent mis sur les nécessaires économies d’eau risque de rétrécir fortement l’assiette de financement."

Revoir le prix de l’eau

En conséquence, et à moins d’une réévaluation rationnelle du prix de l’eau, ce rétrécissement de l’assiette conduira inévitablement les collectivités à reporter leurs investissements dans leurs infrastructures, investissements qui n’ont pourtant jamais été aussi urgents.
"Entre ambitions accrues et moyens qui semblent demeurer constants, voire en baisse, les Assises de l’Eau dessinent une équation financière qui n’est pas tenable pour les collectivités", expriment en coeur les 3 présidents. Ils poursujivent : "Celles-ci ne pourront que solliciter les entreprises de l’eau pour tenter de résoudre une situation inextricable en terme de commande publique. Ainsi, si elles se concrétisent, les orientations des Assises pourraient paradoxalement mettre en danger les entreprises de l’eau."

Les entreprises en danger

Très tendue à l’heure actuelle, la situation financière des entreprises  les expose à des cessions, comme en témoigne, encore récemment, le choix du groupe Saint Gobain avec sa filiale PAM.
Des solutions existent et elles ont été proposées dès avril 2018 :
- renforcer d’urgence le principe pollueur-payeur qui pourrait prendre la forme d’une Responsabilité Élargie du Producteur
- supprimer le plafond mordant qui permettrait de libérer presque 2 milliards d’euros supplémentaires, une nécessité au regard de l’ampleur des chantiers à mener,
- réévaluer de façon cohérente le prix du m3 d’eau, principal élément constitutif du modèle économique de l’eau en France,
- faire en sorte que les investissements dans les infrastructures de l’eau soient éligibles aux financements européens (type fonds FEDER et FEADER) dans le cadre financier pluriannuel 2021-2027, ce qui n’était pas le cas auparavant.



 

Retrouvez toute l'information "réseaux VRD" dans Réseaux VRD.
Réseaux VRD, le seul magazine 100% réseaux.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Rechercher dans nos articles
  BTP ça tourne fait sa rentrée ! 

Nous sommes très heureux de vous retrouver pour cette nouvelle saison de BTP ça tourne.
+ de vidéos BTP ça tourne
Exclu
Claire Duhamel (Shell): "La planète, c’est la responsabilité de tous"
Claire Duhamel vient d’être nommée au poste de directrice Bitumes France & Benelux chez Shell. Ayant auparavant occupé plusieurs fonctions aux départements Lubrifiants, Aviation et Marines, elle travaille au sein du groupe depuis une vingtaine d’années.
À lire également
Les Canalisateurs font bloc au Carrefour de l'Eau
Les Canalisateurs font bloc au Carrefour de l'Eau
Les professionnels des réseaux se retrouveront au sein du Village Canalisateurs au Carrefour de l'Eau, les 30 et 31 janvier prochains au parc des Expositions de Rennes.
Un « banc » de plongeurs pour Monaco
Un « banc » de plongeurs pour Monaco
Sur le chantier de l’extension en mer de Monaco, 10 caissons sur les 17 qui doivent constituer la future « ceinture » étanche préalable au remblaiement du bassin avant construction du foncier, sont déjà en place. Les travaux actuellement menés consistent à créer une accroche entre la terre ferme et les caissons C1 et C17. À chaque étape importante du chantier, intervient une quarantaine de plongeurs aux activités variées alliant technique et contrôle. Depuis septembre 2018, une dizaine de caissons a été posée dans l’Anse du Portier. Il faudra attendre l’automne prochain pour voir s’achever cette « ceinture » étanche et passer à l’étape suivante. « Dès le mois de juillet, nous créerons un accès terrestre destiné à permettre les travaux de superstructure sur les caissons, explique Christophe Hirsinger, directeur de projet Bouygues TP à Monaco. S’ensuivront à l’automne 2019 des travaux de terrassement, de génie civil et d’amélioration de sol qui changeront la physionomie du projet. Ces derniers passeront d’un chantier maritime à un chantier terrestre ». Quelques activités maritimes subsisteront néanmoins jusqu’à la mi-2020 avec la pose de ladite ‘carapace de protection’ consistant en des remblais complétés d’enrochements.
Gestion de l’eau : la position parisienne
Gestion de l’eau : la position parisienne
Eau de Paris est un poids lourds de l’eau en France. C’est l'opérateur public en charge de la production et de la distribution de l'eau dans la capitale et ses millions d’habitants. Sa voix porte et son expérience précieuse. Nous sommes allés à la rencontre des responsables d'Eau de Paris, pour évoquer de multiples sujets comme les Assises de l’eau, l’innovation ou encore la gestion de la ressource et ma position de l’opérateur sur ses sujets et ses propositions.
Le développement des infrastructures, une urgence en 2019
Le développement des infrastructures, une urgence en 2019
Les travaux publics ont vécu une année 2018 sans nuages. Ou presque. En dépit d’une croissance de 7%, du Grand Paris qui assure une activité toujours dynamique, et de la reprise des investissements des collectivités locales, la FNTP s’inquiète du flou artistique entourant encore la loi LOM. L’AFITF a bien été créditée d’un budget de 2,7 milliards en 2019 mais aucune recette complémentaire n’a été affectée. Le programme 2019-2023 n’est tout simplement pas financé.
Le Village Béton revient au salon Pollutec
Le Village Béton revient au salon Pollutec
Les principaux acteurs et experts de la filière béton se sont une nouvelle fois donné rendez-vous sur le salon Pollutec, au sein du Village Béton. Cette année, c’est sous la bannière des Smarts Systèmes en Béton que la filière s’engage collectivement, pour une gestion responsable de l’eau.
« Camille » : le septième tunnelier de la ligne 15 sud
« Camille » : le septième tunnelier de la ligne 15 sud
Le septième tunnelier de la ligne 15 sud du Grand Paris Express a été baptisé sur le chantier de la gare Créteil l’Echat, à Créteil.
Canalisateurs : sortie de convalescence ?
Canalisateurs : sortie de convalescence ?
Depuis la crise, le secteur de la pose de canalisations s’est effondré. Les faillites se sont succédé, les prix sont tombés, frôlant l’indécence, et la profession était désespérée. Aujourd’hui, entre une légère inflexion des courbes et les récentes Assises de l’eau, un timide rayon de soleil semble percer les nuages.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Applications
Accès au kiosque
Événements
Batimat
4 Novembre 2019
Batimat
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
13 Novembre 2019
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
+ d'événements
Emploi
- Chef d'équipe travaux publics
- Chef de travaux
- Manoeuvre bâtiment
- Mécanicien / Mécanicienne d'engins de chantier et de travaux publics
+ d’offres
Rubriques
Bâtiment
Environnement
Infrastructures TP
Matériels
Rail
Réseaux
Terrassements & Carrières
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Applications
iOS
Android
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.