Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RAIL
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

SNCF Réseau : la Cour des comptes appelle à approfondir les réformes

Partager :
SNCF Réseau : la Cour des comptes appelle à approfondir les réformes
Par CB, le 10 décembre 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Rail
Un soutien insuffisant de l’Etat et une entreprise qui peine à obtenir de véritables gains de productivité. Tel est le bilan des magistrats de la haute juridiction financière dans un rapport paru le 4 décembre.

Hasard malencontreux du calendrier : le rapport de la Cour des comptes chargé d’évaluer les résultats de la réforme de 2014 est tombé alors même que les effets de la nouvelle réforme ferroviaire n’ont pu donner le moindre fruit. Conciliants, les magistrats financiers ont cependant intégré à leur travail les effets supposés du nouveau pacte ferroviaire promulgué le 27 juin 2018 et transformant notamment l’établissement en société anonyme à capitaux publics. Ils n’en restent pas moins alarmistes et, pour reprendre un des titres du rapport, estiment que « le modèle financier est en échec ».

Financer le renouvellement du réseau et stopper l’endettement
Le premier constat pointe du doigt l’insuffisance des investissements annuels de renouvellement de l’actuel contrat de performance 2017 – 2026. Portés à 3 Md€ en euros courants en 2020 puis se stabilisant, ces investissements convertis en euros constants conduiront, d’après les experts, « à réduire de fait les efforts d’investissement dès 2020 et à atteindre à partir de 2022, un niveau inférieur à celui de 2017 ». Dans ce contexte, l’annonce du premier ministre d’une augmentation des investissements de 200 millions d’euros supplémentaires par an à compter de 2022 ne « répondra pas à tous les besoins de rénovation et de modernisation du réseau » estiment les rapporteurs qui reprennent à leur compte le chiffre de 500 M€/an avancé par SNCF réseau. Quant à la reprise d’une partie importante de la dette (35 Md€), elle est jugée justifiée car, d’une part, les redevances ne peuvent à elles seules dégager des marges suffisantes, et d’autre part, « il faut solder l’insuffisance de financement par l’Etat des investissements dont il est en grande partie responsable » (en décidant notamment la construction de nouvelles lignes à grande vitesse).

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Des efforts de productivité attendus
Mais il n’y a pas que l’Etat qui est épinglé par les magistrats de la rue de Cambon. SNCF Réseau se voit reprocher ses difficultés à se moderniser. Sont notamment pointés les retards concernant à la fois le programme de commande centralisée des aiguillages décidé en 2016 et le système industriel de production des horaires (SIPH). Le bilan concernant la programmation des travaux est également très mitigé : « n’étant pas réalisée au plus juste, la programmation des travaux conduit à réserver à l’excès des sillons sui se retrouveront pour partie inutilisés » alerte la Cour des comptes. Autre écueil, la mise en œuvre jugée trop lente des programmes de maintenance. Pour autant, la Cour accorde tout de même quelques bons points à Patrick Jeantet, en particulier sur l’industrialisation des travaux avec l’arrivée des suites rapides, le recours à la sous-traitance afin de bénéficier des innovations technologiques des entreprises de travaux ou encore l’utilisation des technologies digitales avec en ligne de mire la maintenance prédictive du RFN.

Instaurer un équilibre économique durable
L’antienne mainte fois répétée dans le rapport concerne les gains de productivités. Sans eux, la marge opérationnelle de SNCF réseau ne pourra que se réduire par « la conjugaison de produits de redevances stables et des charges d’exploitation en hausse ». Dans ce contexte, les magistrats se félicite des engagements du gestionnaire de réseau à afficher des gains de productivités plus crédibles et à gagner en efficacité en termes d’organisation. Plus précisément, la nouvelle organisation Nouvel’R mise en place par la direction va dans le bon sens conclut la Cour avant d’exhorter l’Etat, SNCF Réseau et l’ensemble des syndicats du personnel à négocier des accords qui permettent à l’entreprise de gagner en agilité. Sans oublier de trancher quant à l’avenir des lignes du réseau secondaire, en lien avec les régions.
 

Crédit: SFERIS
Retrouvez toute l'information "rail" dans BTP Rail.
BTP Rail, le panorama complet du secteur ferroviaire et des transports collectifs en site propre.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Quel Chantier sur la ligne 17 du Grand Paris

Dans ce nouveau numéro, Charlotte Divet s'est arrêté à la station du Bourget pour découvrir les travaux de fondations menés par ProFond.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
Robel : Ro comme RoBot
Robel : Ro comme RoBot
Lors de ses dernières journées portes-ouvertes, le constructeur allemand Robel a présenté le résultat de ses recherches en robotique ainsi que sa nouvelle gamme d’équipements électriques.
Les butons Groundforce adoptés sur le chantier de la tour Eria à Puteaux
Les butons Groundforce adoptés sur le chantier de la tour Eria à Puteaux
Une nouvelle tour de bureaux baptisée Eria est en construction à Puteaux (92), près du quartier de La Défense. Actuellement, les équipes s’attèlent aux travaux de fondations spéciales avec l’intervention de Groundforce et sa vingtaine de butons de type MP500.
SIFER 2019 : Le ferroviaire à l'ère du numérique
SIFER 2019 : Le ferroviaire à l'ère du numérique
Organisés par les partenaires du salon, les conférences, les tables rondes, les ateliers et les séminaires sont autant de temps forts qui offrent une vue d’ensemble essentielle sur les futures tendances du secteur. Au programme de l’édition 2019 du salon Sifer, la table ronde organisée par BTP Rail.
SIFER 2019 : la maintenance prédictive selon NFC-I
SIFER 2019 : la maintenance prédictive selon NFC-I
Lors du prochain salon Sifer, la startup NFC-I va présenter sa solution de maintenance prédictive 100 % digitale. Retenue par SNCF réseau et Mesea, elle constitue l’aboutissement d’années de recherches effectuées au sein du laboratoire bordelais de recherche en informatique. L’occasion pour BTP Rail de revenir sur l'une des plus belles success story digitales du moment.
Bordeaux Sud : vers la fin du bouchon ferroviaire ?
Bordeaux Sud : vers la fin du bouchon ferroviaire ?
La cour administrative d'appel de Bordeaux a validé, le 17 octobre dernier, la déclaration d'utilité publique (DUP) des travaux de mise à trois voies de la sortie sud de Bordeaux. Un chantier qui s'inscrit dans le grand projet ferroviaire du sud-ouest (GPSO) et qui permettrait, à plus long terme, de poursuivre la LGV vers Toulouse.
Grand Paris : déblais et double impact
Grand Paris : déblais et double impact
Trouver un débouché pour les 45 millions de tonnes de terres excavées par les tunneliers et autres machines de chantier, dans le cadre de la construction des futures lignes de métro du Grand Paris Express, est un sacré challenge, d’autant plus que la règlementation impose la valorisation d’au moins 70 % de ces déblais dès 2020. Si la traçabilité est la grande préoccupation du maître d’ouvrage, la Société du Grand Paris, pour d’autres, à l’instar de l’entreprise Hesus, l’enjeu se situe au niveau de l’impact carbone. Explications. On compte trois types de travaux d’excavation sur les chantiers du Grand Paris Express : classique par pelle, par tunnelier, ou par réalisation de parois moulées. En fonction du type choisi, s’ouvrent différentes possibilités de valorisation des matériaux, très dépendantes de la lithologie. Dans le sous-sol parisien, on en dénombre une vingtaine au total. « Sur le lot 3 de la ligne 18, nous retrouvons par exemple des sables de Fontainebleau, une lithologie qui peut être assez facilement valorisée. En fonction du type de terre, nous pouvons travailler dans deux directions : la valorisation matière ou la valorisation volume dans le cadre du projet Ligne Terre. Avec la valorisation matière, nous cherchons à développer, directement avec les entreprises, des filières d’éco-matériaux et d’éco-construction pour transformer les matériaux. Il y a donc tout un travail de caractérisation des déblais, de normalisation et d’identification des filières », explique Christophe Maillet, responsable de la valorisation des déblais du Grand Paris Express au sein de la Société du Grand Paris. Aujourd’hui, Néo Éco, une entreprise spécialisée dans le recyclage de déchets, accompagne le maître d’ouvrage sur le réemploi des matériaux, dans une logique d’économie circulaire. « Avec le projet Ligne Terre, l’idée consiste à valoriser les matériaux dans le cadre des projets d’aménagement portés par les collectivités locales situées à proximité des sites d’excavation, comme la création de parcs paysagers, le réaménagement de carrières souterraines, ou même, des projets routiers nécessitant des matériaux pour le compactage du sol », liste le responsable.
Cemex fournit 2500 m3 de béton pour la gare de Nîmes-Pont du Gard
Cemex fournit 2500 m3 de béton pour la gare de Nîmes-Pont du Gard
Pour la gare de Nîmes-Pont du Gard, le maître d’ouvrage SNCF Réseau a sélectionné le béton décoratif blanc Nuantis Mineral du groupe Cemex. Ce dernier s’est engagé à en fournir 2500 m3.
Tous les articles RAIL
Applications
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Chef de chantier bâtiment
- Manoeuvre de chantier
- Manoeuvre bâtiment
- Ferrailleur / Ferrailleuse du BTP
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.