Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

ENVIRONNEMENT
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Le Teletruk de JCB électrise le marché

Partager :
Le Teletruk de JCB électrise le marché
Par J.T., le 13 juin 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Environnement
JCB accélère sur les motorisations électriques avec son nouveau Teletruk 30-19E. Le premier modèle d’une gamme à venir présente de fortes ambitions sur un marché mondial de près de 250 000 unités.

S’adressant aux négociants en matériaux de construction, aux plateformes portuaires, aux centres de recyclage et autres sites industriels, le 30-19E s’utilise aussi bien en intérieur qu’en extérieur. "Avec lui, s’ouvrent de nouveaux marchés, dont l’alimentaire", confirme Pascal Patry, responsable commercial Teletruk chez JCB.

Très usité sur les sites de production dits ’sensibles’, ce chariot élévateur à la flèche télescopique fait merveille lorque sont exigés des chargements et déchargements rapides et efficaces. "En extérieur, il charge et décharge une remorque à rideau latéral coulissant en moins de 30 min, et requiert pour travailler 30 % d’espace en moins qu’un chariot élévateur classique à contrepoids", note Paul Murray, directeur général Produits industriels chez JCB.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Totalement silencieux il ne génère bien évidemment aucune émission et peut donc oeuvrer dans les espaces exigus fermés. "C’est un besoin réel de nos clients, assure Pascal Patry. Sa capacité à travailler dans les endroits fermés où la pollution est proscrite et les économies d’énergie qu’il apporte, garantissent un amortissement rapide."

La machine est alimentée par des batteries au plomb-acide de 80 volts, pouvant fonctionner 8h en une seule charge, et facilement accessibles à l’arrière du chariot. "Il faut compter entre 10 et 12€ par recharge", précise Pascal Patry. Un élévateur à point de levage unique ou un autre chariot élévateur permet de remplacer la batterie en 2 minutes environ. Sa transmission électrique lui permet de grimper facilement une pente ou rampe de 21%.

A l’instar de tous les modèles de Teletruk, le JCB 30-19E dispose d’une flèche à montage latéral et présente, grâce à la portée télescopique unique à l’avant, une capacité de levage de 1 900 kg à 2 m, ce qui signifie que les charges palettisées peuvent être chargées jusqu’au côté opposé d’une remorque à rideaux latéraux. Il est capable de placer une charge de 1 600 kg jusqu’à 3 m à l’intérieur d’un véhicule.

Côté sécurité, il est équipé d’un système de contrôle de charge adaptatif couplé à un système de coupure des mouvements aggravants. L’opérateur est averti via un simple système de voyants vert, orange et rouge, que la pleine capacité de levage ou de portée est atteinte et ne permet pas d’outrepasser les capacités de charge de la machine, empêchant de ce fait tout basculement vers l’avant. Sa visibilité à 360° et la rotation du tablier de 111°, sécurise la manutention de marchandises.

Le 30-19E arbore en outre une cabine JCB Command Plus, très confortable, de 2,2 m de haut, en dessous de la hauteur standard des conteneurs. "Le confort atteint un niveau exigeant chez les carristes, ajoute Pascal Patry. La cabine spacieuse doit être facile d’accès et les commandes, ergonomiques."

Autre avantage, il intègre de série le système télématique JCB LiveLink permettant de mesurer en temps réel la consommation d’énergie et de réaliser une analyse détaillée de l’utilisation de la machine.





 
 

Crédit photo : BTP Magazine
Retrouvez toute l'information "environnement" dans Mat Environnement.
Mat Environnement, l'actualité de la filière environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Sébastien teste les lunettes connectées d'Expert Téléportation

Dans ce nouveau numéro de BTP ça tourne, Sébastien teste des lunettes uniques en France.
+ de vidéos BTP ça tourne
Vidéo
Rencontre avec le président de Hiab
Grue hybride, chariot Moffet électrique, Stage V, connectivité... l’édition 2019 du salon Solutrans a été l’occasion pour Hiab France, de faire étalage de plusieurs nouveautés, mais aussi, de faire connaissance avec son nouveau président, Vincent Duteriez.
À lire également
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Le réchauffement climatique, les politiques antipollution, l’urbanisation croissante des chantiers… Tous ces facteurs influent sur l’évolution fulgurante des machines de construction. À commencer par les moteurs que les fabricants sont pressés de faire évoluer sur le même rythme effréné. Quelles sont leurs priorités ? Quelles sont leurs motivations ? Éléments de réponse avec les acteurs phares du marché. « Une toute nouvelle technologie a fait son apparition depuis 2014 avec la gamme moteur H50, note Dominique Devarenne, directeur de Hatz France. Aujourd’hui, les systèmes électroniques remplacent les systèmes mécaniques sur la régulation du moteur. Ce qui a pour objectif d’améliorer les performances et les consommations en carburant, tout en bénéficiant désormais du refroidissement liquide, qui a pour effet de réduire le poids et le bruit de nos moteurs ». Pour le dirigeant, les moteurs ont évolué, en termes de poids et d’encombrement, avec la même puissance, voire légèrement supérieure. « Les nouvelles règlementations, à compter du Stage IIIB, ont clairement dopé ce changement. L’EGR et les catalyseurs ont d’abord surgi, puis les filtres à particules à partir de 19 kW sont désormais conformes à la norme avec le Stage V en vigueur depuis le 1er janvier 2019 », indique-t-il. Pour preuve, en 2014, un moteur Hatz sur base H50 en 4 cylindres affichant une puissance de 55 kW a été calqué sur 3 cylindres avec filtre à particules et EGR en 2019. Le motoriste a en fait agi sur trois niveaux : ses moteurs 3 cylindres en 19 kW sont sans DPF, ses moteurs de 42 kW sont passés en 3 cylindres, mais avec DPF et EGR, et ses moteurs 4 cylindres TICD ont été conservés avec l’ajout d’un DPF. « Il s’agit de la même technologie, complétée d’un calculateur électronique pour la gestion du moteur, d’une rampe commune et de la partie injection », résume le responsable. « L’objectif de la réglementation 16/28 définissant les normes d’émissions reste la protection de notre environnement, rappelle Benjamin Deysieux, ingénieur commercial Industrie chez Volvo Penta. Aussi, au sein du groupe AB Volvo, nous souhaitons être précurseur voire, anticiper les futures réglementations en la matière. » Le groupe joint le geste à la parole : d’importantes ressources sont allouées pour optimiser les systèmes diesel actuels et développer de nouvelles chaines de traction 100 % électrique ou au GNL. « À chaque nouvelle norme d’émissions, John Deere a fourni des solutions répondant aux besoins clés de ses clients, notamment en terme de disponibilité optimale, de faibles coûts d’utilisation et de la souplesse d’intégration. C’est de nouveau le cas avec la norme Stage V », tient à rappeler Sandrine Couasnon, responsable du marketing pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient chez JDPS. « Respecter la législation en matière d'émissions d'une manière qui offre une valeur ajoutée à nos clients nécessite le déploiement de nouvelles technologies, comme des commandes, une transmission et des systèmes hydrauliques intégrés au moteur, affirme Allan Tolley, directeur Moteurs Groupe JCB. Celles-ci permettent souvent d’améliorer les fonctionnalités de la machine. Le diagnostic a également toute son importance ».
Entretien paysager : adapter le matériel à des attentes nouvelles
Entretien paysager : adapter le matériel à des attentes nouvelles
Calme, fraîcheur et oxygène. Trois vertus des espaces verts, fatalement mises à mal lors des travaux d’entretien… Mais la société comme la réglementation évoluent et le bruit, les gaz d’échappement ou encore les pesticides sont désormais personæ non gratæ dans nos parcs et jardins. En conséquence, les paysagistes s’adaptent, épaulés notamment par un matériel en pleine mutation. Tour d’horizon de cette métamorphose.
La 19C-1 ETC de JCB livrée chez Loxam
La 19C-1 ETC de JCB livrée chez Loxam
Une première livraison qui témoigne de la démarche commune de Loxam et de JCB de limiter les impacts de leur activité sur l’environnement. La 19C-1ETC sera présente sur le stand Loxam au salon de Paysalia.
Le Stage V inspire JCB
Le Stage V inspire JCB
JCB Power Systems s'appuie sur un ensemble de technologies - allant du catalyseur d'oxydation diesel, au filtre à particules intégré en passant par le système de réduction catalytique sélective - pour proposer une gamme de moteurs en phase avec la norme Stage V.
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Digitalisation, connectivité, guidage, asservissement hydraulique, hybridation, la déferlante des technologies embarquées modifie l’environnement de travail des chantiers. Les constructeurs se lancent alors dans une course effrénée pour prendre l’avantage technologique, et parfois même, au détriment de la réalité des besoins des marchés. L’accélération de la digitalisation des machines soulève pas mal d’interrogations sur la capacité des entreprises à exploiter autant de données, mais aussi, quant à lamaîtrise d’une maintenance plus complexe. Sans évoquer la mise à niveau des techniciens à même d’appréhender ces nouvelles technologies. Liebherr réfléchit déjà à une simplification et à une standardisation des données d’utilisation de chaque machine, en imaginant une plateforme web commune aux autres acteurs du marché.« Nous envisageons cette interface standardisée dans les 2 à 3 ans à venir. Notre nouvelle génération de pelles sur chenilles de 22 à 45 t adopte déjà une architecture de connectivité compatible », relève Martin Schickel, directeur général de Liebherr France SAS, qui reste convaincu par l’évolution positive des échanges entre les principaux constructeurs du marché. D’ailleurs, Liebherr prévoit d’enrichir sa nouvelle gamme de pelles hydrauliques, la Génération 8, avec une architecture du futur intégrant des systèmes de commande à distance, d’asservissement hydraulique pour un guidage 2D et 3D, de pesage embarqué, sans parler de l’intégration des moteurs Stage V avec un filtre à particules.
JCB sur la ligne de départ du Grand Prix de France
JCB sur la ligne de départ du Grand Prix de France
Plusieurs machines JCB (des télescopiques, des chariots élévateurs et une chargeuse-pelleteuse) interviennent ce week-end sur le circuit Paul Ricard au Castellet.
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
En l’espace de 20 ans, le marché français du tractopelle a fondu comme neige au soleil, passant de plus de 3 000 unités à la fin du siècle dernier, à 440 ventes fin 2018. Si pour beaucoup de professionnels la chargeuse-pelleteuse n’a plus lieu d’être, pour d’autres elle demeure une spécificité française, voire régionale. Comme une exception culturelle… -10 %, c’est le recul des ventes de chargeuses-pelleteuses en France entre l'exercice 2017 et 2018, passant ainsi de moins de 500 unités à 440 en fin d’année dernière. Depuis 2014, le marché français commercialise 200 unités de moins. Nous sommes bien loin des plus de 3 500 ventes enregistrées sur l’Hexagone au début des années 2000, et bon nombre de professionnels parient sur une nouvelle baisse en 2019. Cette fin de décennie sonne-t-elle le glas du bon vieux tractopelle ? « Plusieurs phénomènes peuvent expliquer cette érosion des ventes de la chargeuse-pelleteuse. Il semblerait bien que le phénomène s’accentue », avance Rudolf Ganzel, responsable des prévisions sectorielles au sein du Cisma. Elle subirait ainsi de plein fouet la mutation du marché, qui lui préfère la midi-pelle ou la chargeuse compacte, plus adaptée à l’urbanisation croissante et aux contraintes d’exploitation sur les chantiers plus enclins à déployer des matériels de faible encombrement. Sans oublier non plus, la difficulté de son utilisation. « En termes d’image, utiliser une chargeuse-pelleteuse n’est pas forcément valorisant pour le chauffeur. En outre, pour utiliser convenablement un « tracto », il faut un chauffeur spécialisé dans les travaux de terrassement », explique Mickael Gasson, responsable marketing chez Case CE. « Nous partons du principe qu’il est difficile de faire bien deux choses à la fois, et que la polyvalence peut aussi être destructrice de spécialisation. Dans notre cas, nous n’avons pas besoin de ce type d’engins, contrairement à certaines régions », explique le concessionnaire Teramat qui entend aussi qu’il existe « des inconditionnels ». Et ces derniers sont quelques-uns à vouer au tracto une certaine « passion ».
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
Conférence ADN Environnemental
23 Janvier 2020
Conférence ADN Environnemental
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.