Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

ENVIRONNEMENT
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Paccar dévoile trois camions zéro émission au CES 2019

Partager :
Par La rédaction, le 10 janvier 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Environnement
A l’occasion du salon CES qui se tient à Las Vegas toute la semaine, Paccar expose trois camions innovants et zéro émission : un Peterbilt 579EV et un Peterbilt 220EV, tous deux électriques, ainsi qu’un Kenworth T680 électrique à pile à hydrogène mis au point en collaboration avec Toyota.

Les trois camions, exposés au CES, sont conçus pour différentes applications dont le transport routier de marchandises, les opérations portuaires et la distribution urbaine.

Tous intègrent des groupes motopropulseurs avancés et alternatifs. D’ailleurs, Kenworth, Peterbilt et DAF sont connus pour tester sur le terrain des véhicules à batterie électrique, à pile à hydrogène et à traction hybride avec des clients situés en Amérique du Nord et en Europe.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Kyle Quinn, directeur technique de Paccar, déclare : «Le centre d’innovation Paccar situé dans la Silicon Valley, en Californie, permet à l’entreprise d’accéder aux technologies émergentes et aux talents du monde entier. Le CES est un forum exceptionnel pour présenter notre leadership en ingénierie avancée. "
 

DR.
Retrouvez toute l'information "environnement" dans Mat Environnement.
Mat Environnement, l'actualité de la filière environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Nouveau test pour Sébastien

Dans ce nouveau numéro de BTP ça tourne, Sébastien teste le Air+ Smart Mask de Itools. Un test sans concession.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
Deux modèles de camions électriques Volvo Trucks débarquent en France
Deux modèles de camions électriques Volvo Trucks débarquent en France
Les modèles FL Electric et FE Electric de Volvo Trucks sont désormais en commercialisation en France ainsi que sur plusieurs marchés européens.
C’est (vraiment) parti pour Eole
C’est (vraiment) parti pour Eole
Après avoir creusé une centaine de mètres pour terminer son implantation dans le sous-sol de Courbevoie (92), le tunnelier à pression de boue du chantier de prolongement vers l’ouest du RER E Eole s’apprête à tourner à plein régime à partir de cet été. Au total, 6,1 km de tunnels doivent être creusés entre la gare St-Lazare et la Défense d’ici 2021, soit 1,3 million de tonnes de boues excavées.
Strasbourg : réflexions en cours pour le réaménagement de l’A35/A351
Strasbourg : réflexions en cours pour le réaménagement de l’A35/A351
Réinventer les paysages autour des voies rapides métropolitaines strasbourgeoises, voilà tout l’enjeu d’un contrat signé mercredi entre l’Etat et l’Eurométropole de Strasbourg, la région Grand Est et le département du Bas-Rhin. Plus particulièrement, il porte sur le déclassement puis le réaménagement en un vaste parc urbain des actuelles A35/A351.
GDE Groupe Ecore accroît ses capacités de recyclage dans l’Est lyonnais
GDE Groupe Ecore accroît ses capacités de recyclage dans l’Est lyonnais
La stratégie de développement de GDE Groupe Ecore repose sur une large part accordée à l’investissement, notamment dans les outils de production. Cette année, le spécialiste du recyclage et de la valorisation des déchets ferreux et non ferreux, avait mis sur son plan de route, la transformation de son site de Corbas, aux portes de Lyon. L’investissement concerne une cisaille à métaux de 1 000 t de puissance, acquise dans le but d’accroître les capacités de collecte et d’optimiser le traitement des déchets, tout en contribuant localement au développement de l’économie circulaire.
Eole : des déblais aériens
Eole : des déblais aériens
Entre Courbevoie et Saint-Lazare, le creusement de 6 km de prolongement du RER E (projet Éole) va générer 1 300 000 tonnes de déblais (hors puits). Le traitement des boues du tunnelier, qui entre en service cet été, est assuré par un ouvrage provisoire à Courbevoie, la Base Seine, alimenté par une conduite de marinage aérienne. Après avoir creusé une centaine de mètres depuis son démarrage fin février 2019, le tunnelier Virginie a fait halte dans le sous-sol de Courbevoie (92). Il passera à la vitesse supérieure cet été afin de respecter le délai de 24 mois imposé pour creuser les quelque 6,1 km de tunnel entre la gare St-Lazare et La Défense. Ce tunnelier à pression de boue de 11,1 m de diamètre progressera alors à un rythme de 10 à 15 m par jour (entre 7 h et 22 h). « La fonction fondamentale de la boue de forage est d'apporter au terrain, au contact de l'excavation, les qualités permettant d'obtenir un confinement des parois de celle-ci. Cela nécessite l'imperméabilisation des parois de la galerie, un gradient de pression de confinement suffisamment élevé qui est ici de 5 bars, mais aussi un écoulement du marinage », explique Marin Du Couëdic, conducteur de travaux chez Bouygues TP et responsable des boues sur la Base Seine du projet Éole. Car les boues endossent un rôle essentiel dans la bonne conduite du projet. « Elles lubrifient les conduites, les outils de coupe et les pompes du tunnelier, et sont garanties neutres vis-à-vis de la station de traitement des boues et de l'environnement », ajoute le responsable. La tenue des délais ne fait aucun doute pour la maîtrise d’ouvrage, qui optimisera encore le planning grâce à la construction d’un hangar acoustique de 16 m de haut et de 70 ml qui recouvrera le puits Gambetta Est. Ainsi, le travail et l’approvisionnement des voussoirs et des matériaux pourront se faire jour et nuit.
Grand Paris : déblais et double impact
Grand Paris : déblais et double impact
Trouver un débouché pour les 45 millions de tonnes de terres excavées par les tunneliers et autres machines de chantier, dans le cadre de la construction des futures lignes de métro du Grand Paris Express, est un sacré challenge, d’autant plus que la règlementation impose la valorisation d’au moins 70 % de ces déblais dès 2020. Si la traçabilité est la grande préoccupation du maître d’ouvrage, la Société du Grand Paris, pour d’autres, à l’instar de l’entreprise Hesus, l’enjeu se situe au niveau de l’impact carbone. Explications. On compte trois types de travaux d’excavation sur les chantiers du Grand Paris Express : classique par pelle, par tunnelier, ou par réalisation de parois moulées. En fonction du type choisi, s’ouvrent différentes possibilités de valorisation des matériaux, très dépendantes de la lithologie. Dans le sous-sol parisien, on en dénombre une vingtaine au total. « Sur le lot 3 de la ligne 18, nous retrouvons par exemple des sables de Fontainebleau, une lithologie qui peut être assez facilement valorisée. En fonction du type de terre, nous pouvons travailler dans deux directions : la valorisation matière ou la valorisation volume dans le cadre du projet Ligne Terre. Avec la valorisation matière, nous cherchons à développer, directement avec les entreprises, des filières d’éco-matériaux et d’éco-construction pour transformer les matériaux. Il y a donc tout un travail de caractérisation des déblais, de normalisation et d’identification des filières », explique Christophe Maillet, responsable de la valorisation des déblais du Grand Paris Express au sein de la Société du Grand Paris. Aujourd’hui, Néo Éco, une entreprise spécialisée dans le recyclage de déchets, accompagne le maître d’ouvrage sur le réemploi des matériaux, dans une logique d’économie circulaire. « Avec le projet Ligne Terre, l’idée consiste à valoriser les matériaux dans le cadre des projets d’aménagement portés par les collectivités locales situées à proximité des sites d’excavation, comme la création de parcs paysagers, le réaménagement de carrières souterraines, ou même, des projets routiers nécessitant des matériaux pour le compactage du sol », liste le responsable.
Boone Comenor Metalimpex : Un process de recyclage efficace
Boone Comenor Metalimpex : Un process de recyclage efficace
Boone Comenor Metalimpex recycle des déchets métalliques avec un process efficace qui n’entraîne aucune perte. Créée en 1899 par l’arrière-grand-père de l’actuel directeur général, Laurent Boone, la société connaît une forte croissance depuis son rachat par Suez en 2008 et l’entrée de Renault dans son capital en 2010. Nous avons visité le site historique de Marquette-lez-Lille (59), qui abrite le siège ainsi qu’une grande plateforme de recyclage de 3 hectares.
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Applications
Accès au kiosque
Événements
Energaia 2019
11 Décembre 2019
Energaia 2019
RDET 2020
7 Janvier 2020
RDET 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.