CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Bâtiment - Gros oeuvre > Capeb : « les besoins d’emplois et les métiers devraient évoluer fortement d’ici 2030 »
BÂTIMENT - GROS OEUVRE

Capeb : « les besoins d’emplois et les métiers devraient évoluer fortement d’ici 2030 »

PUBLIÉ LE 20 FÉVRIER 2024
CH. RAYNAUD
Archiver cet article
Capeb : « les besoins d’emplois et les métiers devraient évoluer fortement d’ici 2030 »
Jean-Christophe Repon, Président de la Capeb - crédit Capeb
Nous avons interrogé Jean-Christophe Repon, Président de la Capeb, sur l’état des lieux de l’emploi et de la formation pour l’artisanat du bâtiment.
 
Quelle est la situation de l’emploi pour les TPE et PME du bâtiment ?
J.C. Repon : L’emploi salarié dans les entreprises de moins de 20 salariés a connu un accroissement de 5 500 emplois (dont 5 000 pour les moins de 10) entre 2021 et 2022, soit + 0,7% ; une baisse de l’emploi est estimée à ce jour à un peu moins 4000 postes pour 2023. En ce qui concerne les évolutions de l’emploi anticipées chez les entreprises de moins de 20 salariés on note que si 30% des entreprises artisanales ont cherché à recruter, seules 15% y sont parvenues ; il ressort également un recul des intentions d’embauches pour le premier semestre 2024 en raison d’une conjoncture dégradée  ( 12% envisagent de recruter au premier semestre 2024 contre 19% au deuxième semestre 2023, 8% envisagent de licencier ou de ne pas renouveler de contrats contre 5 % au deuxième semestre 2023). Les besoins de main d’œuvre persistent en 2023 dans le secteur de la construction, notamment pour les métiers de la couverture-charpente, si ce secteur ne se trouve pas dans la situation d’une pénurie de main d’œuvre à proprement parlé, il subit cependant des tensions très fortes sur le marché du travail dont les raisons essentielles sont liées à la forte intensité des embauches, au manque d’ajustement entre l’emploi et la formation et aux disparités géographiques ente offre et demande. A moyen-long terme les besoins d’emplois et les métiers devraient dans l’ensemble évoluer fortement d’ici 2030, notamment en raison des enjeux de massification de performance énergétique et de décarbonation des bâtiments. Les besoins d’emplois estimées d’ici à 2030 devraient s’établir autour 210 000 postes et privilégier des métiers plus qualifiés tant dans le gros œuvre que le second œuvre.
 
Quel est le regard de la Capeb sur l’emploi ?
J.C. Repon : Notre regard sur l’emploi nous amène à incarner des ambitions stratégiques liées à l’attractivité de nos métiers, attractivité qui est aussi la possibilité de stabiliser des normes sociales partagées avec les partenaires sociaux, c’est à dire des normes qui évoluent avec le cadre sociétal et économique dans lequel les entreprises exercent leurs activités. Un dialogue social dynamique est pour le bâtiment l’assurance de pouvoir proposer un cadre social adapté et sécurisé pour les entreprises et les salariés du secteur du bâtiment. Une attractivité qui ne se décrète donc pas mais se construit autour d’une politique ambitieuse et résolument tournée vers l’avenir. Enjeux politiques dans lesquels la Capeb s’inscrit pleinement pour assurer la défense du modèle de la TPE choisi par aujourd’hui 97% de chefs d’entreprises dans le secteur du bâtiment. Une démarche qui intègre aussi de nombreuses actions de promotion de nos métiers tels Worldskills 2023, le livre blanc en partenariat avec le CCCA-BTP « Entreprises artisanales du bâtiment et Generation Z : un duo gagnant », ou encore de nouveaux plans de communication. Notre regard sur l’emploi nous amène également à anticiper le besoin en compétences d’aujourd’hui et de demain, notamment au vu des enjeux de massification et de décarbonation. Ainsi, ce sont 52 diplômes et titres métiers du bâtiment révisés-créés, et plus de  200 000 stagiaires financés grâce à FEEBAT en 15 ans. Concernant l’apprentissage, quelques 60 000 apprentis sont formés dans les entreprises du bâtiment jusqu’à 10 salariés (100 000 dans le BTP tous effectifs), et 3 apprentis sur 4 souhaitent rester dans le bâtiment à l’issue de leur contrat (source Observatoire des métiers du BTP 2023).
 
Comment aidez-vous les entreprises à recruter et former ?
J.C. Repon : Cela passe notamment par notre offre de services relayée par les Capeb via une offre de services RH/formation dédiée aux entreprises artisanales. Citons ARTICompétences, l’outil RH de la Capeb par et pour les artisans pour répondre aux besoins du marché en recrutant au mieux. Il permet de bien identifier les profils de poste et les compétences clés dont ont besoin nos artisans (80 fiches et 400 compétences clé proposés aux artisans pour réussir leurs recrutements. Il faut savoir que 96% des entreprises du bâtiment jusque 10 salariés n’ont pas de service du personnel/RH). Maformationbatiment.fr est également un nouveau service proposé par la Capeb pour faciliter l’accès aux formations en mettant en relation, les offres de formation sélectionnées par les Capeb et les besoins des entreprises qui peuvent se pré-inscrire en ligne aux sessions de formation.
 
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Mondial du Bâtiment : « Changeons de perspective ! »
Mondial du Bâtiment : « Changeons de perspective ! »
La Capeb obtient la révision majeure du dispositif MaPrimeRénov
La Capeb obtient la révision majeure du dispositif MaPrimeRénov
La Capeb relève le défi de la rénovation énergétique
La Capeb relève le défi de la rénovation énergétique
Une entrée en vigueur de la REP PMCB controversée
Tous les articles Bâtiment - Gros oeuvre
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS