Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

BÂTIMENT - GROS OEUVRE
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

La production reprend dans les usines de Volvo Trucks

Partager :
La production reprend dans les usines de Volvo Trucks
Par la rédaction, le 4 mai 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Bâtiment - Gros oeuvre
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les usines de Volvo Trucks en Suède et en Belgique qui ont été en grande partie fermées depuis la mi-mars redémarrent progressivement leur production. L’augmentation cadencée de la production se fera en fonction du carnet de commandes, de la capacité des fournisseurs et bien entendu selon les réglementations en matière de distanciation sociale afin d’empêcher la propagation du virus.
 
Même pendant les périodes de restrictions des sorties et d’interruptions temporaires des activités, Volvo Trucks a maintenu la plupart de ses ateliers ouverts pour assurer les travaux de maintenance et de réparation. En France, tous les points de service ont été et continuent d’être ouverts afin d’assurer les opérations obligatoires liées à la sécurité, au légal et au dépannage et permettre aux camions, aux bus et cars de nos clients de rester sur la route. En revanche, les sites de production ont dû être fermés à partir de la mi-mars jusqu’à l’arrêt complet de la production. Depuis lundi 27 avril, la production reprend progressivement à l’usine de Gand en Belgique. La sécurité des employés est la priorité. L’usine examine comment elle peut organiser les différents postes de travail afin que les employés gardent une distance suffisante. Toutes les mesures sont mises en place dans le respect strict de la réglementation afin d’assurer la sécurité de l’ensemble du personnel.
 
  La FFB présente son plan de relance
"Aujourd'hui, nous sommes en danger " alerte Olivier Salleron. Le nouveau président de la FFB présente ce matin son plan de relance pour sauver le secteur du bâtiment fortement fragilisé par la crise du Covid. Nous l'avons rencontré en exclusivité.
+ de vidéos BTP ça tourne
Nos magazines
Accéder au kiosque
À lire également
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Enchères : Tout le monde veut sa part du gâteau
Les enchérisseurs montrent un intérêt certain pour le secteur du matériel. Nombreux sont en effet les spécialistes à dévoiler leurs velléités et leurs ambitions avec un business-model défini. A leurs façons et plus subrepticement, ces acteurs participent aussi à la professionnalisation du marché de l’occasion. Pour beaucoup d’observateurs, le marché de l’occasion du matériel en France pèserait près d’un milliard d’euros, une goutte d’eau au sein du marché mondial lequel est estimé à 50 milliards de dollars aujourd’hui, mais suffisamment important pour constituer une manne voire « un centre de profit » comme le confiait ce spécialiste du secteur chez Bergerat Monnoyeur. Les enchérisseurs ont, de leur côté, compris qu’il était important d’y évoluer également. En 2018, d’après le Conseil des Ventes Volontaires (CVV) le marché des enchères pour l’activité « matériel industriel » représentait en France 64 millions d’euros pour un peu plus de 11 000 machines écoulées. Pour les entreprises de TP, se procurer un matériel par le biais des enchères n’est plus « un mal nécessaire » mais une solution pour reconstituer sa flotte ou la renforcer. Les enchérisseurs ont de leurs côtés professionnaliser leurs équipes, développer leurs experts et proposent un large choix de matériel, toutes gammes confondues attirant au passage un grand nombre d’acheteurs potentiels et garantissant des prix attractifs. Parallèlement, c’est aussi une concurrence qui se développe entre ces pros qui choisissent, soit la vente traditionnelle physique, soit la voie digitale avec son offre de prestations annexes, soit, encore, une solution à mi-chemin, dite « phygitale ». C’est notamment cette dernière voie qu’a choisi Richie Bros, le poids lourd du secteur. « Les professionnels n’ont jamais eu autant besoin de matériels et c’est normal au regard de l’ampleur des chantiers existant en France aujourd’hui et à commencer par le Grand Paris », introduit Loïc Lefort, directeur commercial France chez Richie Bros. Ritchie Bros préparait le 25 juin dernier à Saint-Aubin-sur-Gaillon, une vente aux enchères au cours de laquelle près de 3 000 lots étaient mis à disposition des utilisateurs finaux et marchands. Et ce n’est pas tout, quelques jours plus tard, c’est IronPlanet, filiale digitale de Richie Bros, qui organisait à son tour son « Online Summer Auction » proposant une grande sélection d’équipements de construction et agricoles récents, représentant des dizaines de marques. Plus de 600 articles étaient mis aux enchères dont des pelles, chargeuses sur pneus, compacteurs, tracteurs, camions, chargeuses-pelleteuses, groupes électrogènes, plates-formes hydrauliques, etc.
Pourquoi utiliser Volvo Dig Assist ?
Pourquoi utiliser Volvo Dig Assist ?
Dig Assist, le système de commande de Volvo CE, participe à garantir la sécurité et la productivité des chantiers. Les machines deviennent plus productives, grâce aux capteurs transmettant en temps réel les mouvements précis du porteur à l'opérateur en cabine, qui peut ensuite les consulter sur l'écran Volvo Co-Pilot.
Volvo CE : un million de matériels connectés à CareTrack
Volvo CE : un million de matériels connectés à CareTrack
Volvo Construction Equipment vient de célébrer son millionième matériel connecté à CareTrack, le système télématique désormais éprouvé du constructeur.  
Selon Mercedes, 30 % des camions rouleront encore au Diesel en 2040
Selon Mercedes, 30 % des camions rouleront encore au Diesel en 2040
Pour Jean-Marc Diss, président de Mercedes-Benz Trucks France, 30 % des camions rouleront encore avec un moteur Diesel dans 20 ans, alors que la proportion de véhicules industriels électriques atteindra 40 % et celle des modèles à hydrogène 30 %, mais plus aucun au gaz (GNL ou GNC). Un constat que ne partagent pas forcément les autres constructeurs de véhicules industriels.
[Reportage] Chaque année, Paprec collecte 110 000 t de DIB près de l’aéroport d’Orly
[Reportage] Chaque année, Paprec collecte 110 000 t de DIB près de l’aéroport d’Orly
À Villeneuve-le-Roi (94), le site de traitement de déchets industriels banals (DIB) Paprec IDF Sud a connu une croissance exponentielle en quelques années pour atteindre aujourd’hui les 110 000 t collectées. Il faut dire que ce site historique de Paprec couvre tout le bassin sud de l’Ile-de-France, qui se situe sous les autoroutes A13 et A4, dont certains clients gigantesques comme Disneyland ou l’aéroport d’Orly.
Transport de béton : le confort des transmissions automatiques Allison séduit
Transport de béton : le confort des transmissions automatiques Allison séduit
En plein renouvellement de sa flotte, le transporteur suédois, H. Grann Akeri, spécialisé dans le transport de béton, a décidé de remplacer ses véhicules équipés de boîtes de vitesses robotisées par d’autres équipés de transmissions entièrement automatiques Allison.
Sennebogen à Wackersdorf : du terrassement à la manutention
Sennebogen à Wackersdorf : du terrassement à la manutention
A une heure de Straubing, l’usine Sennebogen de Wackersdorf fait figure de proue en matière de reconversion. Initialement configurée pour produire des pelles de 10 à 20 t pour le compte de Zeppelin, elle est aujourd’hui dévouée à la production des machines Green Line de Sennebogen et à un petit nouveau, issu de la gamme naissante Multi Line.
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Événements
Amorce, le e-colloque déchets
2 Juillet 2020
Amorce, le e-colloque déchets
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Manoeuvre de chantier
- Architecte-urbaniste
- Technicien / Technicienne d'études BTP
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.