Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Bergerat Monnoyeur, concessionnaire officiel de Sandvik en France

Partager :
Bergerat Monnoyeur, concessionnaire officiel de Sandvik en France
Par Julia Tortorici, le 1er avril 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Carrières
Bergerat Monnoyeur complète sa gamme de machines avec les concasseurs et cribles mobiles Sandvik. Le nouveau concessionnaire fournira également les pièces de rechange et assurera un SAV complet. Les foreuses et installations fixes continuent d’être distribuées par Sandvik France.

« Devenir distributeur exclusif des solutions mobiles Sandvik est un levier de croissance important, estime Vincent Lescroart, chef de projet Sandvik chez Bergerat Monnoyeur. Nous complétons notre gamme et constituons une offre complète pour les clients carriers, terrassiers et démolisseurs ». « Cette décision bénéficiera aux clients de France en leur offrant, dans leur région, un support consolidé, plus localisé et orienté client », croit Norbert Lentschig, directeur commercial de Sandvik Mobiles en Europe.

La force de vente de Bergerat Monnoyeur est en effet un argument redoutable. Avec 60 vendeurs et responsables de région en France, la force de frappe est incomparable. Au niveau du SAV, le rapprochement est également facilité par le choix des composants intégrés aux solutions mobiles Sandvik (moteurs et filtres Cat). Au total, cinq gammes seront distribuées au sein du réseau Bergerat Monnoyeur : les concasseurs à mâchoires, les concasseurs à cônes, les concasseurs à percussion (les plus gros du marché), les cribles et les scalpeurs.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Une organisation propre

Pour distribuer au mieux cette marque Premium, qui écoule entre 150 et 180 machines par an en France (soit 18% à 19% de parts de marché), Bergerat Monnoyeur a mis en place une organisation spécifique. « Nous attendons l’arrivée d’un nouvel inspecteur commercial dédié à la vente de solutions de concassage, qui viendra compléter l’équipe déjà constituée de Jean-Philippe Briton, également inspecteur commercial. Ils seront épaulés par 65 vendeurs et responsables grands comptes, évoluant entre le siège et le terrain, chargés de missions de conseil et d’expertise », indique Vincent Lescroart. Au sein du SAV, le groupe peut compter sur Stéphane Gauthier, expert technique et après-vente issu de Sandvik France. Il s’appuiera sur un responsable logistique et pièces dont le recrutement est en cours.

20% de PDM en 2020

Avec cette carte Sandvik en main, le distributeur espère séduire un marché TP potentiellement attiré par le service, et le tarif pièces et main d’œuvre Bergerat Monnoyeur. « Notre complémentarité avec la gamme Sandvik et notre-savoir faire sur les moteurs qui alimentent ces solutions mobiles devraient nous permettre de tenir la comparaison sur le marché », assure Vincent Lescroart. Si Sandvik souffrait auparavant de disparités en matière de service sur le territoire français, elles sont vouées à disparaître. Bergerat Monnoyeur se targue d’un réseau de service bien maillé, garantissant une meilleure disponibilité des pièces de rechange.   

Un réseau de location à construire

En matière de location, tout reste à mettre en place. « Il y aura de la longue durée, promet David Crochu, directeur location Groupe. Sur la courte durée, nous procéderons avec prudence ». Les concasseurs, cribles et scalpeurs étant des machines très spécifiques, elle nécessitera très probablement la mise à disposition d’opérateurs. Un personnel bien formé, pas facile à trouver.
 

L'équipe Bergerat Monnoyeur dédiée aux solutions mobiles Sandvik. Crédit photo : Bergerat Monnoyeur
Retrouvez toute l'information "carrières" dans Terrassements & Carrières.
Terrassements & Carrières, le trait d'union entre les professionnels de l'extraction, de la valorisation des matériaux et les entreprises de la construction.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Sébastien teste les lunettes connectées d'Expert Téléportation

Dans ce nouveau numéro de BTP ça tourne, Sébastien teste des lunettes uniques en France.
+ de vidéos BTP ça tourne
Vidéo
Rencontre avec le président de Hiab
Grue hybride, chariot Moffet électrique, Stage V, connectivité... l’édition 2019 du salon Solutrans a été l’occasion pour Hiab France, de faire étalage de plusieurs nouveautés, mais aussi, de faire connaissance avec son nouveau président, Vincent Duteriez.
À lire également
La location ne craint pas l’uberisation
La location ne craint pas l’uberisation
Insidieuse, l’uberisation gagne (très) lentement le secteur de la construction, avec, entre autres, pour cible, la location de matériels de chantier. Le phénomène, quoiqu’inquiétant ou progressiste, selon le point de vue où l’on se place, tient pour l’instant plus du frémissement que de la déferlante. Mais les initiatives se multiplient, avec, en ligne de mire, la volonté d’anticiper la demande du marché. « L’uberisation est bien une évolution de la digitalisation, estime Idir Ait Si Amer, PDG de Tracktor. Il s’agit d’apporter le digital et le numérique dans la profession par le biais d’un nouveau canal, plus numérique et plus connecté. La simple digitalisation consiste à faire appel à des outils modernes pour créer de la valeur. Celle-ci nous permet de simplifier la prise de commande et d’automatiser les tâches administratives, sans valeur ajoutée. » Le constat peut étonner, mais Tracktor maintient ses positions : l’uberisation prouve toute sa valeur, dès lors que l’on développe un service. « Par exemple, au sein de notre entreprise, la vérification et le contrôle sont alloués à un système digital afin de nous faire gagner du temps ainsi qu’à nos clients », poursuit le dirigeant. Emblématique d’un mouvement encore très décrié dans le B2C, en raison de sa capacité à menacer certains métiers (cf les taxis) contraints à évoluer, Tracktor se dit en réalité contributaire plutôt qu’instigateur. Car tout reste à faire. « Le BTP est le secteur le plus en retard en matière de digitalisation, en dépit de l’émergence des drones, du BIM ou de l’Iot, considère Idir Ait Si Amer. La montée en puissance globale touchera aussi la location. Ce n’est qu’une question de timing. Il faut prendre conscience du caractère vertueux du digital. Il nous permet de nous concentrer sur l’essentiel. »
Chargeuse en carrière : la course à l’efficacité
Chargeuse en carrière : la course à l’efficacité
Le choix d’une chargeuse sur pneu en carrière est déterminant pour l’efficacité de l’exploitation. Quelles sont ses missions ? Quelle est l’offre des constructeurs ? La chargeuse sur pneus est un matériel essentiel dans les carrières. On lui assigne deux missions. Au front de taille, elle reprend le matériau abattu, en général à l’explosif, et les charge, soit dans des tombereaux, soit dans la trémie d’un concasseur primaire. Pour le chargement au front de taille, la chargeuse sur pneus est la concurrente directe de la pelle hydraulique (voir encadré). Dans la zone commerciale, elle charge les camions des clients et/ou de l’entreprise qui possède la carrière.
GSM Granulats : « Nous travaillons à réduire toutes les consommations d’énergies »
GSM Granulats : « Nous travaillons à réduire toutes les consommations d’énergies »
Qu’il s’agisse de consommation d’énergie ou de carburant, les producteurs de granulats veulent la réduire au minimum. Pour y parvenir, certains misent principalement sur des matériels de dernière génération, plus sobres et plus sophistiqués comme l’explique Jean-Luc Pontieux, directeur matériels chez GSM Granulats. BTP Mag : Quel est le grand enjeu du secteur des carrières actuellement ? Jean-Luc Pontieux : Réduire les coûts du poste énergie dans les installations de traitement est, à mon avis, une volonté partagée par plusieurs producteurs de matériaux aujourd’hui. Il y a trois ans, chez GSM Granulats, nous avons initié un travail de certification ISO 50001 pour gérer plus efficacement notre consommation d’énergie électrique et fossile et la réduire. En tant que groupe cimentier, 80 % de nos sites sont alluvionnaires, ce qui signifie que nous utilisons davantage de pompes à eau et à boue. En utilisant des variateurs de fréquences qui jouent sur la vitesse des moteurs des pompes, nous sommes parvenus à réduire notre consommation électrique entre 25 et 50 %, soit une économie globale de 15 à 20 % sur notre poste énergie.
Les matériels souterrains du Grand Paris
Les matériels souterrains du Grand Paris
Pour les constructeurs, prendre part au chantier pharaonique du Grand Paris via leurs matériels est une opportunité qui ne se refuse pas. Outre le fait de contribuer à l’élaboration d’un projet à la caisse de résonance nationale, voire internationale, c’est surtout l’occasion de mettre en avant la qualité de leurs machines. A condition, vu le contexte particulier de l’exploitation souterraine, de ne pas négliger la notion de services. « C’est le premier chantier d’infrastructures en Europe et le quatrième au niveau mondial derrière les projets chinois et indien. Un programme titanesque qui devrait redéfinir complètement la mobilité francilienne et désenclaver de nombreux territoires aujourd’hui isolés », résumait il y a peu la Société du Grand Paris (SGP) pour expliquer à quoi correspondaient les travaux engagés dans ce cadre. Rien que pour les lignes de métro et les gares, quelque 25 milliards d’euros vont être dépensés sur une dizaine d’années. Au total, la facture atteindra 108 milliards sur une période de 10 ans, si l’on prend en compte les développements de nouveaux programmes de logements et d’aménagement des quartiers autour des gares. Pour les TP, c’est évidemment une aubaine. « Aujourd’hui, on estime que les travaux du Grand Paris représentent plus de 15 % de l’activité TP en France. C’est dire s’il est important d’y être, d’une manière ou d’une autre », explique ainsi un professionnel. Les constructeurs l’ont d’ailleurs bien compris et c’est la raison pour laquelle beaucoup s’affairent et se réjouissent d’y être représentés. Mais difficile pour autant de s’improviser spécialiste souterrain du jour au lendemain.
Bergerat Monnoyeur : dix arbres plantés pour une machine vendue ou louée
Bergerat Monnoyeur : dix arbres plantés pour une machine vendue ou louée
Fort d'un partenariat avec les pépinières Naudet, Bergerat Monnoyeur plantera, dès 2020, dix arbres en France pour chaque machine vendue ou louée.
Bergerat Monnoyeur : une ville dans la ville
Bergerat Monnoyeur : une ville dans la ville
À Saint-Denis (93), Bergerat Monnoyeur s’est doté au sein même de son siège français, d’un véritable centre névralgique pour l’ensemble de ses activités après-vente et logistique.
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Digitalisation, connectivité, guidage, asservissement hydraulique, hybridation, la déferlante des technologies embarquées modifie l’environnement de travail des chantiers. Les constructeurs se lancent alors dans une course effrénée pour prendre l’avantage technologique, et parfois même, au détriment de la réalité des besoins des marchés. L’accélération de la digitalisation des machines soulève pas mal d’interrogations sur la capacité des entreprises à exploiter autant de données, mais aussi, quant à lamaîtrise d’une maintenance plus complexe. Sans évoquer la mise à niveau des techniciens à même d’appréhender ces nouvelles technologies. Liebherr réfléchit déjà à une simplification et à une standardisation des données d’utilisation de chaque machine, en imaginant une plateforme web commune aux autres acteurs du marché.« Nous envisageons cette interface standardisée dans les 2 à 3 ans à venir. Notre nouvelle génération de pelles sur chenilles de 22 à 45 t adopte déjà une architecture de connectivité compatible », relève Martin Schickel, directeur général de Liebherr France SAS, qui reste convaincu par l’évolution positive des échanges entre les principaux constructeurs du marché. D’ailleurs, Liebherr prévoit d’enrichir sa nouvelle gamme de pelles hydrauliques, la Génération 8, avec une architecture du futur intégrant des systèmes de commande à distance, d’asservissement hydraulique pour un guidage 2D et 3D, de pesage embarqué, sans parler de l’intégration des moteurs Stage V avec un filtre à particules.
Tous les articles CARRIÈRES
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
Conférence ADN Environnemental
23 Janvier 2020
Conférence ADN Environnemental
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.