x
  
Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

TERRASSEMENTS & CARRIÈRES
Page spéciale
SIM 2019
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Stefan Heissler quitte le groupe Liebherr

Partager :
Stefan Heissler quitte le groupe Liebherr
Par la rédaction, le 2 octobre 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Terrassements
Stefan Heissler a démissionné de son poste de membre du conseil d’administration de Liebherr-International AG pour raisons personnelles. Il quitte également le groupe Liebherr.

Le conseil d’administration de Liebherr-International AG poursuivra ses actions avec ses trois membres du conseil : Andreas Böhm, Stephan Raemy et Uwe Rechtsteiner. Stefan Heissler manquera à ses collaborateurs pour son engagement et son dévouement au service du groupe, en tant que membre du conseil d’administration, mais aussi en tant que directeur général de Liebherr Great Britain.

Pour mémoire, le conseil d’administration de Liebherr-International AG gère les départements Finances, Ressources humaines, Communication d’entreprise, organisation et informatique, logistique, juridique et assurance.
 

Stefan Heissler, ex-membre du conseil d'administration de Liebherr-International AG. Crédit photo : DR
Retrouvez toute l'information "terrassements" dans Terrassements & Carrières.
Terrassements & Carrières, le trait d'union entre les professionnels de l'extraction, de la valorisation des matériaux et les entreprises de la construction.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Rechercher dans nos articles
  Rencontre avec les présidents de la FNTP et de la FFB

Bruno Cavagné et Jacques Chanut commentent l'actualité du BTP.
+ de vidéos BTP ça tourne
Exclu
Claire Duhamel (Shell): "La planète, c’est la responsabilité de tous"
Claire Duhamel vient d’être nommée au poste de directrice Bitumes France & Benelux chez Shell. Ayant auparavant occupé plusieurs fonctions aux départements Lubrifiants, Aviation et Marines, elle travaille au sein du groupe depuis une vingtaine d’années.
À lire également
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Moteur et machine, des destins étroitement liés
Le réchauffement climatique, les politiques antipollution, l’urbanisation croissante des chantiers… Tous ces facteurs influent sur l’évolution fulgurante des machines de construction. À commencer par les moteurs que les fabricants sont pressés de faire évoluer sur le même rythme effréné. Quelles sont leurs priorités ? Quelles sont leurs motivations ? Éléments de réponse avec les acteurs phares du marché. « Une toute nouvelle technologie a fait son apparition depuis 2014 avec la gamme moteur H50, note Dominique Devarenne, directeur de Hatz France. Aujourd’hui, les systèmes électroniques remplacent les systèmes mécaniques sur la régulation du moteur. Ce qui a pour objectif d’améliorer les performances et les consommations en carburant, tout en bénéficiant désormais du refroidissement liquide, qui a pour effet de réduire le poids et le bruit de nos moteurs ». Pour le dirigeant, les moteurs ont évolué, en termes de poids et d’encombrement, avec la même puissance, voire légèrement supérieure. « Les nouvelles règlementations, à compter du Stage IIIB, ont clairement dopé ce changement. L’EGR et les catalyseurs ont d’abord surgi, puis les filtres à particules à partir de 19 kW sont désormais conformes à la norme avec le Stage V en vigueur depuis le 1er janvier 2019 », indique-t-il. Pour preuve, en 2014, un moteur Hatz sur base H50 en 4 cylindres affichant une puissance de 55 kW a été calqué sur 3 cylindres avec filtre à particules et EGR en 2019. Le motoriste a en fait agi sur trois niveaux : ses moteurs 3 cylindres en 19 kW sont sans DPF, ses moteurs de 42 kW sont passés en 3 cylindres, mais avec DPF et EGR, et ses moteurs 4 cylindres TICD ont été conservés avec l’ajout d’un DPF. « Il s’agit de la même technologie, complétée d’un calculateur électronique pour la gestion du moteur, d’une rampe commune et de la partie injection », résume le responsable. « L’objectif de la réglementation 16/28 définissant les normes d’émissions reste la protection de notre environnement, rappelle Benjamin Deysieux, ingénieur commercial Industrie chez Volvo Penta. Aussi, au sein du groupe AB Volvo, nous souhaitons être précurseur voire, anticiper les futures réglementations en la matière. » Le groupe joint le geste à la parole : d’importantes ressources sont allouées pour optimiser les systèmes diesel actuels et développer de nouvelles chaines de traction 100 % électrique ou au GNL. « À chaque nouvelle norme d’émissions, John Deere a fourni des solutions répondant aux besoins clés de ses clients, notamment en terme de disponibilité optimale, de faibles coûts d’utilisation et de la souplesse d’intégration. C’est de nouveau le cas avec la norme Stage V », tient à rappeler Sandrine Couasnon, responsable du marketing pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient chez JDPS. « Respecter la législation en matière d'émissions d'une manière qui offre une valeur ajoutée à nos clients nécessite le déploiement de nouvelles technologies, comme des commandes, une transmission et des systèmes hydrauliques intégrés au moteur, affirme Allan Tolley, directeur Moteurs Groupe JCB. Celles-ci permettent souvent d’améliorer les fonctionnalités de la machine. Le diagnostic a également toute son importance ».
Vue sur Bauma : une pelle de carrière électrique à câble
Vue sur Bauma : une pelle de carrière électrique à câble
Gigantesque, le stand de Liebherr sur Bauma avait de quoi faire tourner les têtes. Difficile de se concentrer sur une seule machine tant l’offre était démesurée. Mais il aurait été illusoire de passer à côté de la pelle minière R9200 E, une machine de 210 t à la particularité d’être alimentée par câble électrique de 50 Hz.
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Constructeurs : la guerre technologique est déclarée
Digitalisation, connectivité, guidage, asservissement hydraulique, hybridation, la déferlante des technologies embarquées modifie l’environnement de travail des chantiers. Les constructeurs se lancent alors dans une course effrénée pour prendre l’avantage technologique, et parfois même, au détriment de la réalité des besoins des marchés. L’accélération de la digitalisation des machines soulève pas mal d’interrogations sur la capacité des entreprises à exploiter autant de données, mais aussi, quant à lamaîtrise d’une maintenance plus complexe. Sans évoquer la mise à niveau des techniciens à même d’appréhender ces nouvelles technologies. Liebherr réfléchit déjà à une simplification et à une standardisation des données d’utilisation de chaque machine, en imaginant une plateforme web commune aux autres acteurs du marché.« Nous envisageons cette interface standardisée dans les 2 à 3 ans à venir. Notre nouvelle génération de pelles sur chenilles de 22 à 45 t adopte déjà une architecture de connectivité compatible », relève Martin Schickel, directeur général de Liebherr France SAS, qui reste convaincu par l’évolution positive des échanges entre les principaux constructeurs du marché. D’ailleurs, Liebherr prévoit d’enrichir sa nouvelle gamme de pelles hydrauliques, la Génération 8, avec une architecture du futur intégrant des systèmes de commande à distance, d’asservissement hydraulique pour un guidage 2D et 3D, de pesage embarqué, sans parler de l’intégration des moteurs Stage V avec un filtre à particules.
Un moteur Stage V pour Liebherr sur Pollutec
Un moteur Stage V pour Liebherr sur Pollutec
Sur Pollutec, Liebherr exposera un moteur compact Stage V/Tier 0, également certifié pour le marché suisse. Il se caractérise par de longs intervalles de service, jusqu’à plus de 4 500 heures.
La motorisation à l'ère des normes antipollution
La motorisation à l'ère des normes antipollution
Avec la mise en application de la norme Stage V, en janvier 2019, les constructeurs et intégrateurs multiplient les offres alternatives, de la machine hybride au tout électrique. Pour en parler sur notre plateau, Epvre Delquié, responsable commercial chez Sennebogen, et François Jaussi, responsable commercial moteur diesel chez Liebherr. Vidéo.
VDMA planche sur la machine 4.0
VDMA planche sur la machine 4.0
La digitalisation croissante des machines nécessite davantage de coopération entre constructeurs et clients, croit VDMA. En ce sens, un nouveau groupe de travail a été créé par la fédération allemande des constructeurs.
Le DCS 60 d’AMCS technologies équipe plusieurs grues du Grand Paris
Le DCS 60 d’AMCS technologies équipe plusieurs grues du Grand Paris
Les systèmes anti-collision DCS 60 d’AMCS technologies prennent part à de nombreux chantiers menés en Ile de France dans le cadre du Grand Paris Express. Deux d’entre eux équipent notamment des grues Liebherr 1000 EC-H 40 Litronic.
Tous les articles TERRASSEMENTS
Applications
Accès au kiosque
Événements
33ème Congrès National AMORCE
16 Octobre 2019
33ème Congrès National AMORCE
Batimat
4 Novembre 2019
Batimat
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
13 Novembre 2019
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
+ d'événements
Emploi
- Projeteur / Projeteuse Voirie Réseaux Divers (VRD)
- Coordonnateur / Coordonnatrice de chantier
- Dessinateur-projeteur / Dessinatrice-projeteuse en génie climatique
- Electricien / Electricienne du bâtiment
+ d’offres
Rubriques
Bâtiment
Environnement
Infrastructures TP
Matériels
Rail
Réseaux
Terrassements & Carrières
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Applications
iOS
Android
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.