Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

RÉSEAUX VRD
★ PAGES SPÉCIALES
TLM 2022
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Révision des tarifs du solaire : l'inquiétude est vive

Révision des tarifs du solaire : l'inquiétude est vive
Par La rédaction, le 10 juin 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Sous le titre "Révision des tarifs sur la filière photovoltaïque : l’autre éclipse solaire !", les 3 présidents Daniel Bour (Enerplan), Jean-Louis Bal (Syndicat des énergies renouvelables) et Nicolas Jeuffrain (Solidarité renouvelables) ont signé une tribune dénonçant le projet de décret du gouvernement qui mettrait toute la filière en danger économique. Voici cette tribune :
 
 
Ce jeudi 10 juin aura lieu un phénomène rare : une éclipse solaire est attendue et sera visible depuis la France. À la mi-journée, la lune se glissera donc devant le soleil. Triste hasard du destin, ce phénomène fait écho à une autre « éclipse solaire », avec des conséquences beaucoup moins anodines d’un point de vue écologique et économique : la filière photovoltaïque française est en danger.

Le 3 juin dernier, le gouvernement a, en effet, sorti un projet de décret qui, s’il était confirmé, aboutirait à des coupes tarifaires inédites, se traduisant par des baisses de revenus de 55% en moyenne et pouvant aller jusqu’à 95%. Avec une telle baisse, ce n’est plus une simple éclipse, c’est le risque d’une éclipse totale.

Un coup porté à l’ensemble des énergies renouvelables

Difficile de ne pas y voir un paradoxe quand, au moment même où la relance économique et la lutte contre le changement climatique appellent à accélérer sur ces énergies, sont décidées par Bercy des coupes violentes, mesurées à travers des calculs complètement déconnectés de la réalité économique de la filière photovoltaïque.

Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 que le gouvernement s’est fixé, les énergies renouvelables que sont le vent, l’eau, et le solaire seront pourtant incontournables ! Le gestionnaire de réseau de transport français (RTE) l’a encore rappelé hier en présentant ses scénarios de long-terme : le solaire constituera un maillon essentiel de toute stratégie de décarbonation.

Pire encore, en renégociant ainsi des contrats vieux de dix ans pourtant signés par l’Etat, les autorités remettent en cause leur propre signature et déstabilisent les règles du jeu entre régulateur et acteurs de la transition écologique. Ce faisant, elles mettent en risque l’ensemble de son financement.  Comment ne pas imaginer qu’un investisseur réfléchisse désormais à deux fois avant de financer un projet vert, en sachant que les tarifs peuvent être modifiés à tout moment, unilatéralement, et qui plus est, rétroactivement.

Vers une transition en marche arrière

A l’heure de la transition énergétique, la filière solaire apparaît pourtant comme l’une des plus porteuses en matière d’énergies renouvelables. Le territoire français, avec un taux d’ensoleillement parmi les plus hauts d’Europe, est parfaitement adapté à cette énergie.

Conséquence de diverses tergiversations – rappelons qu’un moratoire introduit en 2010 avait déjà ralenti le développement du solaire, la France est très en retard par rapport à ses voisins européens. La production d’électricité d’origine solaire photovoltaïque en France représente 12 TWh soit seulement 2,8% de la consommation électrique nationale, alors que pour nos voisins allemands, la part du solaire dans le mix-énergétique atteint désormais 10%.

Mais c’est justement parce que le solaire est en retard en France par rapport aux autres pays, qu’il dispose d’un potentiel de développement très élevé !

La période qui s’ouvre sonne donc comme un carrefour où, dans les prochains jours, deux chemins sont possibles : celui du maintien et du développement d’une filière solaire française souveraine et durable, ou d’une transition écologique par les énergies renouvelables à l’arrêt, voire en marche arrière.
 
Une filière et des emplois régionaux en péril

Avec ce décret sur les tarifs, c’est toute une filière qui est à l’arrêt, dans l’attente.  Le solaire est pourtant un formidable vivier d’emplois locaux et non-délocalisables, employant 18.000 salariés au cœur de nos régions et de nos territoires, en métropole comme en Outre-mer.

Derrière les panneaux, ce sont des entreprises familiales, des artisans, des agriculteurs, des petites PME. Déjà sévèrement touchés par la crise, ces décisions gouvernementales menacent sévèrement leur survie. Parmi les sociétés détentrices de ces centrales solaires, les premières estimations tablent sur déjà 800 d’entre elles en situation de graves difficultés voire de faillite. Le Gouvernement s’était pourtant engagé à ce qu’aucune entreprise ne soit mise en péril.
 
Parce que l’énergie solaire est indispensable tant pour la transition énergétique que pour la souveraineté de la France, nous, acteurs de la filière solaire française, ne voulons et ne pouvons pas rester les bras croisés.
Pour nos engagements en faveur la transition écologique, pour notre indépendance énergétique et pour nos emplois dans les territoires, il est urgent d’agir pour que ne s’éclipse le solaire français.
 
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
Découvrez les gammes de palonniers à ventouses ACIMEX pour le levage de vos charges lourdes
Dernier numéro
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
N° 277
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
À lire également
Canalisateurs du sud-est : l'eau en collectif
Canalisateurs du sud-est : l'eau en collectif
La délégation PACA-Corse des Canalisateurs du Sud-Est a réuni une soixantaine d’entrepreneurs, élus locaux, représentants de la maitrise d’œuvre et de la maitrise d’ouvrage pour parler de la résilience de l'eau et du climat.
Innovation : de la route… au chauffage urbain
Innovation : de la route… au chauffage urbain
La chaleur des routes pour alimenter un bâtiment ? Le concept, développé dans le cadre du projet Dromotherm, cherche à valoriser en milieu urbain le potentiel énergétique des voiries en récupérant la chaleur captée par les chaussées lors des périodes estivales pour la stocker dans le sol et la réutiliser lors des périodes hivernales.
Un viticulteur fonctionne à l'énergie solaire
Un viticulteur fonctionne à l'énergie solaire
Alors que les prix de l'énergie restent au plus haut, un viticulteur de Saône-et-Loire installe 221 panneaux photovoltaïques pour faire baisser sa facture d’électricité.
Engie et Google main dans la main pour de l’énergie verte
Engie et Google main dans la main pour de l’énergie verte
Engie et Google renforcent leur collaboration en signant un accord de partenariat en Allemagne pour la fourniture en continu d’énergie décarbonée
Novéa installe l’éclairage « vert » de Wasquehal et La Roche sur Yon
Novéa installe l’éclairage « vert » de Wasquehal et La Roche sur Yon
Afin de montrer qu’il est possible de concilier clairage public autonome et biodiversité Novéa Énergies équipe les villes de Wasquehal (59) et La Roche sur Yon (85) avec des solutions éco-conçues.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Événements
Rencontre Ecotech® finances
6 Juillet 2022
PRODURABLE
13 Septembre 2022
Innopolis Expo 2022
20 Septembre 2022
+ d'événements
Emploi
- Ingénieur / Ingénieure structure BTP
- Dessinateur / Dessinatrice du bâtiment
- Chef de travaux
- Assistant(e) chargé(e) d'affaires BTPgénie climatique énerg.
+ d’offres
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.