Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

A son tour, l'UIE s'inquiète de la flambée des matières premières

A son tour, l'UIE s'inquiète de la flambée des matières premières
Par S. B., le 30 avril 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La situation sur le front des matières premières devient préoccupante avec des cours qui s’envolent et qui rendent soucieux fédérations, syndicats et entreprises. Cette fois, c’est l’UIE (Union des industries et entreprises de l’eau) qui s’inquiète pour le sort des entreprises.

Après l’alerte des Canalisateurs cette semaine, c’est l’UIE qui s’alarme de la situation des matières premières dont la hausse des prix inquiète les 220 entreprises d’infrastructures et d’équipements du secteur de l’eau qu’elle rassemble. Une hausse qui a débuté en janvier 2021. L’UIE réclame une adaptation de la commande publique et privée concernant l’extension des délais de chantiers, en plus d’une répercussion des prix des matières premières dans les projets en cours.

Adapter d’urgence les prix

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Pour le secteur de l’eau, le décalage grandissant entre l’offre et la demande a pour conséquences l’augmentation des prix et l’allongement des délais d’approvisionnement. Une pénurie qui inquiète de plus en plus car elle retarde les chantiers et pose donc la question des pénalit ! C’est pourquoi l’UIE alerte et "recommande d’agir au plus vite avant que la situation ne se dégrade et devienne incontrôlable. Objectif : pérenniser l’activité des entreprises, notamment les TPE/PME qui jusqu’ici ont fait preuve d’une résilience exemplaire".

Une hausse alarmante !

Acier, cuivre, zinc, bois, plastiques… ces matières premières essentielles à l’activité des industriels de l’eau ont vu leur prix s’envoler dès décembre 2020. Une situation qui tend à s’aggraver et qui aboutit à une hausse globale des prix de l’ordre de 5 à 25% en fonction des matières premières. Cette dérégulation du marché s’inscrit dans un contexte économique et financier déjà très difficile en raison de la crise sanitaire et de ses impacts sur la commande publique et privée (de 25% inférieure au premier trimestre par rapport au niveau de 2019).

Les entreprises souffrent

Les entreprises les plus exposées à des arrêts d’activités sont à 90% des PME/TPE qui tentent de concourir à la relance économique souhaitée par tous et que le gouvernement appelle de ses vœux. "Nos TPE/PME sont à nouveau fragilisées par cette pénurie. Si nous voulons les préserver et assurer leur pérennité il faut se mobiliser et de façon très concrète", explique Jean-Luc Ventura, président de l’UIE.
Si aucun retour à la normale n’a lieu avant septembre, cette pénurie de matières premières entraînera de fortes conséquences : flambée des prix continue, délais de livraison rallongés, tensions sur la chaîne logistique et difficultés à honorer les commandes.

Des solutions existent

Pour certains marchés, si les clauses de révision des contrats le permettent, la répercussion des hausses des prix des matières premières pourra se faire. Pour les autres, l’UIE considère l’inflation des prix comme facteur de déséquilibre de l’économie du marché devant être pris en compte par les maîtres d’ouvrage tant publics que privés, s’agissant de circonstances imprévues. Dès lors, Jean-Luc Ventura demande "la prolongation des délais d’exécution pour les marchés concernés en attendant un retour à la normale et une répercussion intégrale des augmentations des approvisionnements en matières premières".

Retrouvez sur LinkedIn Sébastien Battaglini, rédacteur en chef de Réseaux VRD.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Triple forage dirigé sous une ligne SNCF
Triple forage dirigé sous une ligne SNCF
C’est dans le cadre du projet de restructuration de réseaux électriques pour Enedis, que Gendry Forage a procédé, en collaboration avec CP MAT, a 3 forages dirigés traversant la ligne SNCF d’Aix-Les-Bains-Le-Revard à Annemasse ainsi qu’une route départementale.
188 millions d'euros de contrat pour Suez aux USA
Tout va bien pour le groupe Suez qui vient de remporter une série de contrats pour une somme de 188 millions d'euros dans le secteur de l'eau et de l'assainissement.
220 points de recharges électriques au siège d'Eiffage
220 points de recharges électriques au siège d'Eiffage
Eiffage dispose dorénavant de plus de 220 points de recharges électriques dans le parking de son siège social de Vélizy-Villacoublay. Plus que ce qu'exige la Loi LOM.
Birco et Aco annoncent leur fusion
Birco et Aco annoncent leur fusion
Le projet de fusion des deux spécialiste du drainage des eaux Birco et le groupe Aco est sur la table, en attente de l’agrément de l’autorité de la concurrence compétente. Il devrait être effectif courant 2021.
Kermistatic, nouveau procédé anti-corrosion et étanche des réseaux d’eau potable
Kermistatic, nouveau procédé anti-corrosion et étanche des réseaux d’eau potable
Développé par l’entreprise française Kemica Coatings, le procédé Kemistatic s’appuie sur un process d’application par projection électrostatique de résines polyuréthane bi-composant. Dépourvue de bisphénol A et de solvant, la résine ainsi projetée est à la fois plus écologique, et offre une protection anti-corrosive et étanche, tout en intégrant des économies d’énergie conséquentes, particulièrement adaptée aux réseaux d’eau potable. Kemistatic sera présenté à Pollutec 2021.
Les prototypes du Chaînon Marquant s'installent à Saclay
Les prototypes du Chaînon Marquant s'installent à Saclay
Le groupement composé d’Atelier Aconcept, Razel-Bec et Source Urbaine lance la première phase d’expérimentation de la solution du Chaînon Marquant à Saclay (91). L’objectif est de réaliser un premier test en condition réelle, afin d’observer les éventuels ajustements à la poursuite de ce projet.
Le compteur Linky, payant ou pas ?
Le compteur Linky, payant ou pas ?
La polémique est arrivée sans prévenir au travers d’un article de nos confrères du Parisien qui ont affirmé que chaque foyer devrait payer 15 € par an pour rembourser les 130 € que coûte Linky en valeur et à la pose. Une affirmation vivement démentie par le principal intéressé que nous avons contacté : Enedis.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.