Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Infrastructures TP > ValoSed, des sédiments marins au béton écologique
INFRASTRUCTURES TP

ValoSed, des sédiments marins au béton écologique

PUBLIÉ LE 11 MARS 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
ValoSed, des sédiments marins au béton écologique
Les intervenant des deux tables-rondes lors de la journée de lancement d’infra2050, le 8 février 2024 à Lyon. Crédit : Infra2050
ValoSed est l’un des 4 projets parrainés par le pôle de compétitivité Infra2050 dont l’inauguration a eu lieu le 8 février dernier. Il consiste à valoriser les sédiments marins en béton écologique. 

Chaque année, 9 millions de m3 de sédiments sont dragués dans la Gironde, dans le Bassin d’Arcachon (33), à Bayonne (64) et à La Rochelle (17). A ce jour, ces matériaux sont soit rejetés en mer, soit stockés sur le sol à Arcachon. En parallèle, la demande croissante en matériaux de construction risque de conduire à l’épuisement des ressources naturelles. « Initié en 2019 par l’Université de Bordeaux, le Grand Port Maritime de Bordeaux et la FNTP, le projet ValoSed labellisé en 2021 par le cluster Odéys de Nouvelle-Aquitaine, permet de créer des formulations bétons écologiques », précise Aurélie Lecanu, directrice du pôle maritime et cours d’eau au Syndicat Intercommunal du bassin d’Arcachon – SIBA à Arcachon (33).
 
Un gain d’émission de CO2 de 20 % 

Les sédiments sont constitués en moyenne à 80% de vase et à 20% de sables. Pour produire un béton écologique et substituer le ciment, ValoSed réussi - à partir de cette vase - à produire un liant par géopolymérisation, en rajoutant du sable, selon des pourcentages variables pour représenter les fractions granulométriques présentes dans l’estuaire. « Récompensé lors du Forum TP 2022, ce nouveau liant offre une résistance mécanique similaire voire supérieure aux liants traditionnels ! Et le bilan carbone prévisionnel de ces formulations béton sans ciment a permis de calculer un gain d’émission de CO2 de 20 % » » ajoute Aurélie Lecanu.
 
Deux applications sont d’ores et déjà planifiées à horizon 2023 pour des coulis de comblement ainsi qu’un béton compacté routier (BCR) pour des voies de vélos et, à terme, des voies poids lourds.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Innovations et décarbonation chez Ammann
Innovations et décarbonation chez Ammann
Des fraises MB Crusher qui vont vite et loin
Des fraises MB Crusher qui vont vite et loin
NGE sur l'extension du port de Port-la-Nouvelle
NGE sur l'extension du port de Port-la-Nouvelle
Liebherr R 956 : une battante en Autriche
Liebherr R 956 : une battante en Autriche
Tous les articles Infrastructures TP
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS