Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Infrastructures TP > Une foreuse Liebherr LB30 sur le lac des Quatre-Cantons
INFRASTRUCTURES TP

Une foreuse Liebherr LB30 sur le lac des Quatre-Cantons

PUBLIÉ LE 23 AOÛT 2023
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Une foreuse Liebherr LB30 sur le lac des Quatre-Cantons
Crédit : Liebherr
L’entreprise suisse Kibag réalise de nouveaux pieux d’amarrage pour la Compagnie de navigation du lac des Quatre-Cantons au moyen d’une foreuse Libherr LB30.

Pour la première fois, la société suisse Kibag utilise une foreuse de la série LB de Liebherr. La LB 30 est confrontée à des enjeux techniques difficiles. "Le problème est que nous ne pouvons pas enfoncer les pieux ici, explique Markus Waldis, contremaître chez Kibag. Le sol est trop dur. Nous devons percer les pieux puis les remplir de béton". À Seelisberg, sur la rive sud du lac des Quatre-Cantons, l’équipe de Markus Waldis fore les pieux depuis un ponton à l’aide de la machine. De la surface de l’eau, à environ 12 mètres de profondeur et avec un diamètre de 1 300 millimètres. Après 3 mètres d’eau vient une strate de pierre puis au moins 6 mètres de forage dans les rochers. Cette roche est un test d’endurance notamment pour la nouvelle LB 30. « La pierre est extrêmement dure ! Toute la machine vibre, souligne Markus Waldis. De plus, le fait qu’une pression insuffisante puisse être appliquée depuis le ponton avec l’appareil de forage rend la tâche encore plus difficile. Sinon, on soulève simplement le ponton. Nous devons le sécuriser pour qu’il tienne pendant le forage.

Première réussie

Gianluca Diaco est opérateur de machine depuis 14 ans CHEZ Kibag. « Comme le sol est très dur, nous devons changer assez souvent les ciseaux de la tarière afin de pouvoir percer à travers les roches. » Après que les spécialistes en génie hydraulique de Kibag ont bétonné les enveloppes extérieures, le pieu d’amarrage est inséré. Une sangle en caoutchouc entre l’enveloppe extérieure et le pieu garantit que le pieu n’est pas trop rigide et peut bouger un peu lorsque les bateaux amarrent. Pour éviter que le pieu d’amarrage ne tourne, il doit être sécurisé sous l’eau par un plongeur. Pour amener la foreuse sur le chantier, l’équipe de Kibag a traversé le lac sur un ponton pendant environ 6 heures. "Le premier défi a été le pont de l’Acheregg, au sud-ouest du lac des Quatre-Cantons, indique Markus Waldis. Nous avons dû faire attention à la hauteur et n’avons pu monter la foreuse qu’après le pont, c’est-à-dire en mer. Notre ponton est relativement grand, environ 18 mètres de large et 40 mètres de long, et il porte beaucoup de poids. Cela a rendu les choses très difficiles".
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
L'Exvac de Rivard en démo !
L'Exvac de Rivard en démo !
Une Liebherr R 980 SME à la manutention de scories en Allemagne
Une Liebherr R 980 SME à la manutention de scories en Allemagne
Top 10 des constructeurs de matériels dans le monde
Top 10 des constructeurs de matériels dans le monde
Une grue Liebherr survole les toits de Bratislava
Une grue Liebherr survole les toits de Bratislava
Tous les articles Infrastructures TP
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS