Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Routes et équipements associés : « - 15 % d’activité entre 2019 et 2020 »

Routes et équipements associés : « - 15 % d’activité entre 2019 et 2020 »
Bernard Sala, président de Routes de France, et Aly Adham, président du Syndicat des Equipements de la Route
Par Julia Tortorici, le 21 janvier 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Comme de nombreux métiers des travaux publics, les travaux routiers et d’équipement de la route ont subi les turbulences inhérentes à la crise sanitaire. Alors que le chiffre d’affaires est en retrait de -15 % sur un an, le secteur doit encore faire face à la chute « vertigineuse » des appels d’offres dans les collectivités. En cette période trouble, le Pacte d’engagement des acteurs des infrastructures de mobilité, et les marchés globaux de performance, font figure d’embellie pour un secteur bien décidé à transformer le modèle de ses entreprises.

 « 2020 fut une année particulière, débute Bernard Sala, président de Routes de France. Toutes nos entreprises ont réagi de manière responsable en tenant compte des obligations liées à la pandémie. Nos salariés et nos outils de production ont été préservés. De même que nos chantiers, qui ont été sauvegardés avec l’aide de nos clients. Les nouvelles méthodes de travail bâties avec l’OPPBTP, la FNTP et le ministère de la Santé, sont la preuve éclatante de la formidable résilience de nos entreprises ». Du courage il en aura bien fallu au cours de cette année « d’expérimentation ». Le chiffre d’affaires des entreprises routières et des équipements de la route a reculé de 15 % par rapport à 2019. « Certes, les années d’élection observent toujours un tassement. Mais jamais ce creux n’a eu à composer avec l’énorme chute des appels d’offres publics constatés au niveau national. Un plongeon de 50 % a même été relevé dans le Grand Est », souligne le président. 

Une agilité confondante

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
« Des éléments positifs sont toutefois à retenir. Nos entreprises ont d’abord démontré une capacité d’adaptation certaine avec l’adoption rapide de nouvelles procédures d’ores et déjà enseignées en formation afin d’être proactifs, intervient Aly Adham, président du Syndicat des Equipements de la Route (SER). Nous avons vu fleurir des basculements et des pistes cyclables en un temps record, expérimenté l’usage de matériaux nouveaux et vu une recrudescence des équipements connectés. D’autre part, nous nous sommes rendus compte que les infrastructures de mobilité nous permettent d’être plus résilients face à la crise économique ». 

Des initiatives

Dans ce tableau à l’accent grave, le Pacte d’engagement des acteurs des infrastructures de mobilité fait figure d’espoir. Cet accord, qui doit porter vers une nouvelle manière de construire, doit avant tout permettre aux régions, territoires et collectivités de fixer leurs propres objectifs. « Avec cet outil, nous pourrons encore mieux décliner les promesses du plan de relance qui prévoit l’investissement de 450 millions d’euros dans la mobilité pour les deux années à venir, affirme Bernard Sala. 20 collectivités se sont déjà déclarées signataires afin d’accélérer les effets du plan de relance ». Le Pacte est en outre une réponse à la Convention citoyenne pour le climat et un moyen pour les entreprises de s’exprimer sur leurs progrès et leurs innovations. 

La crise, effet de levier ?

Pour Routes de France et le SER, la crise économique et sanitaire est un « tournant » qui les « oblige » à muter. « Elle est un propulseur dans notre volonté d’aller vers une route plus propre, plus frugale, plus sûre, créatrice d’emplois, et connectée », estime Aly Adham. Des outils, existants mais encore méconnus, à l’image de l’éco-comparateur SEVE qui mesure l’impact réel des solutions mises en place, ou encore l’auscultation sur mesure qui fournit des données permettant de mieux gérer le patrimoine, participent à transformer le modèle de ces entreprises. « La véritable solution réside dans les contrats globaux de performance qui intègrent les entreprises dans la gestion du patrimoine par l’entretien, croit Bernard Sala. Ces nouveaux marchés ont l’avantage d’offrir une vision complète de la durée de vie d’un ouvrage et nous poussent donc à être plus écologiques et plus frugaux. La programmation financière, elle, est meilleure ». 
 

Retrouvez sur LinkedIn Julia Tortorici, rédactrice en chef de BTP Construction.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
BTP Magazine
Le magazine des nouveautés, tendances et stratégies des constructeurs.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Le coffrage du pont Kömürhan en Turquie réalisé par Doka
Le coffrage du pont Kömürhan en Turquie réalisé par Doka
Dans le cadre d’une co-entreprise associant Doğuş et Gülsan, Doka Turquie a remporté le marché de la conception et de la supervision des travaux de coffrage du pont Kömürhan, qui a débuté en août 2017.
Deux étoiles en tandem
Deux étoiles en tandem
Deux tonnes d’acier et un diamètre de 5 mètres pour cette étoile transportée sur une semi-remorque adaptée tractée par un Actros de transport lourd portant l’étoile sur sa calandre. Transporter ce genre de charge est une spécialité pour les camions imaginés par les experts de Mercedes-Benz Trucks.
Colas s'investit dans la sécurité routière
Colas s'investit dans la sécurité routière
Colas est associé avec BNP Paribas Cardif, CGI et Michelin dans l’initiative de la Better Driving Community destinée à sensibiliser un maximum de conducteurs, particuliers et professionnels, au risque routier.
Quand le GNL se démocratise chez Volvo Trucks
Quand le GNL se démocratise chez Volvo Trucks
Au regard de l’intérêt croissant des transporteurs et des acheteurs de transport pour les solutions motorisées alternatives et moins émettrices de CO2, Volvo Trucks équipe ses FH  et  FM de moteurs fonctionnant au gaz naturel liquéfié et au biogaz.
STRRES : « Le carnet de maintenance apparaît comme une évidence »
STRRES : « Le carnet de maintenance apparaît comme une évidence »
Malgré le grand chambardement provoqué par l’indignation publique suite à la catastrophe de Gênes, les grandes mesures annoncées afin de prévenir la France de tout incident de ce type à l’avenir se font encore attendre, estime Christian Tridon, président du STRRES*. Le Sénat avait pourtant identifié plus de 25 000 ponts « en mauvais état structurel » et 2 800 ponts de l’État (un quart), construits dans les années 1950 et 1960, arrivant en fin de vie. En parallèle, 0,5 % des ponts départementaux sont en attente d’une reconstruction dans les 3 ans à venir.
Eiffage primé par Routes et Rues 2020
Eiffage primé par Routes et Rues 2020
Eiffage, via sa filiale Eiffage Route, a récemment reçu un prix pour deux de ses solutions bas carbone dans le cadre de l'appel à projets innovants Routes et Rues 2020.
Appel à projets Routes et Rues 2020 : Eurovia, Colas, Eiffage et Neovia parmi les 8 lauréats
Appel à projets Routes et Rues 2020 : Eurovia, Colas, Eiffage et Neovia parmi les 8 lauréats
Lancé chaque année, l'appel à projets d'innovation Routes et Rues encourage l'innovation dans le domaine des rues, routes et infrastructures pour la mobilité. Cette année, sur les 11 propositions présentées, 8 ont été récompensées.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.