Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

INFRASTRUCTURES TP
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Da Vinci aurait pu révolutionner la construction des ponts

Partager :
Da Vinci aurait pu révolutionner la construction des ponts
Par S. B., le 14 octobre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Infrastructures TP
Leonardo Da Vinci est un génie, personne n’en doute, et les ingénieurs du MIT viennent de lui offrir un nouveau fait d’arme ou construisant un pont totalement inédit à l’époque que l’inventeur avait proposé au sultan Bayezid II lors d’un appel d’offres. Une proposition refusée alors mais qu’il était tentant de vérifier.

Quitte à divulgacher la suite de l’article, Leonardo Da Vinci avait raison en proposant son concept de pont à arche aplatie puisque les ingénieurs du MIT ont mis à l’épreuve la conception du pont avec succès. Si le sultan avait cru en l’avant-gardisme du maître Italien, cela aurait permis de fabriquer le plus long pont du monde à l’époque.

Une seule voûte énorme

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Pour répondre à l’appel d’offres du sultan voulant un pont pour relier Istanbul à Galata, l’inventeur envoie un dessin de pont totalement inédit. À l’époque de Leonardo, la plupart des supports de pont en maçonnerie étaient réalisés sous la forme d’arcs en plein cintre classiques, qui auraient nécessité 10 piliers ou plus le long de la travée pour supporter un pont aussi long. Le concept de pont de Da Vinci était radicalement différent : il était conçu avec une seule voûte aplatie énorme qui serait assez haute pour permettre à un voilier de passer dessous avec son mât en place. Mais était-ce viable ?

Le recours à l’impression 3D

Pour concevoir le pont de Da Vinci, c’est l’impression 3D qui a été utilisée pour faire naître les différentes pièces, en remplacement de la pierre (les autres matériaux de l’époque, le bois et la brique n’auraient pas pu supporter la charge). Une impression 3D qui s’est faite dans le plus parfait respect des contraintes grâce à une analyse très fine des documents disponibles, des matériaux et des méthodes de construction disponibles à l’époque, ainsi que des conditions géologiques sur l’estuaire de la rivière de la Corne d’Or.

Un projet à l’ambition inédite

Le pont aurait fait environ 280 mètres de long ce qui en aurait fait la plus longue travée du monde à ce moment-là, environ 10 fois plus long que les ponts typiques de cette époque. Pour stabiliser la travée contre les mouvements latéraux, l’inventeur a proposé des butées qui s’écartaient de part et d’autre. Les chercheurs ont conclu que, comme dans les ponts de maçonnerie classiques tels que ceux construits par les Romains, le pont aurait été autonome sous la force de la gravité, sans attaches ni mortier pour maintenir la pierre ensemble. Et pour le prouver, ils ont dû construire un modèle et démontrer sa stabilité. Avec ce modèle réduit, la démonstration a été faite que tout est maintenu par la seule compression et que toutes les forces sont transférées au sein de la structure. Les pierres sont montées grâce à un échafaudage jusqu’à la mise en place de la clé de voûte tout en haut de l’arc.

Les tremblements de terre prévus

Comble du raffinement, Leonardo Da Vinci a pris en compte l’activité sismique soutenue de la région et avait incorporé des caractéristiques telles que la semelle étendue qui fournit une stabilité supplémentaire. Pour tester la résistance de la structure, les chercheurs ont construit le pont sur deux plates-formes mobiles, puis se sont éloignés l’un de l’autre pour simuler les mouvements de fondation pouvant résulter d’un sol faible. Le pont a montré une résistance au mouvement horizontal, ne se déformant que légèrement avant de s’étirer jusqu’à l’effondrement complet.
 

Karly Bast, récente diplômée du MIT, devant la maquette de l'incroyable pont de Leonardo Da Vinci (@Gretchen Ertl)
Retrouvez toute l'information "infrastructures TP" dans BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Du béton radioactif dans BTP ça tourne !

Du béton radioactif est-il utilisé dans les chantiers du Grand-Paris? Dans ce nouveau numéro, vous découvrirez le combat judiciaire des habitants de Tournai-sur-Dive dans l’Orne.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
Tour Hekla : une géante aux pieds de béton !
Tour Hekla : une géante aux pieds de béton !
Hekla sera, en 2022, la deuxième plus haute tour de la Défense, avec ses 220 m (point culminant à 285 m NGF), ses 48 étages et une capacité d’accueil de 5 800 personnes. Avant d’élever dans le ciel une telle structure, Soletanche Bachy vient d’achever en 11 semaines, la paroi moulée périphérique de la fouille de l’IGH à une cadence industrielle de 3 à 4 panneaux par semaine. Les fondations de la future tour Hekla ont été dimensionnées pour reprendre les descentes de charges d’un immeuble de grande hauteur dépassant les 200 m de hauteur. Elles nécessitent la réalisation d’une paroi moulée périphérique d’un mètre d’épaisseur et de 32 m de profondeur, tirantée en phase de terrassement à ciel ouvert de la fouille. Il est prévu 6 niveaux de sous-sols, dont des locaux techniques et des parkings. À partir du printemps, Soletanche Bachy viendra réaliser une centaine de pieux de 820 à 1 220 mm de diamètre avec son procédé Starsol. Au marché était également prescrite une campagne de forages de prétraitement des terrains avec injection gravitaire de coulis sur tout le pourtour de la fouille pour prévenir toutes présences de cavités dans les calcaires fracturés et éviter les pertes de boue. Pour ce faire, 4 forages en quinconce pour chaque panneau de paroi ont été exécutés. Ces travaux préventifs sont d’ailleurs courants sur la zone de la Défense, ne serait-ce que pour garantir l’intégrité structurelle de la paroi moulée et prévenir tout mouvement de sol à proximité des ouvrages existants comme un tunnel SNCF en service passant sous l’entrée du chantier.
Vinci Construction remporte un contrat d’extension routière en Virginie
Vinci Construction remporte un contrat d’extension routière en Virginie
L’Etat de Virginie (Etats-Unis) a confié à Vinci Construction le contrat de conception-construction de la liaison routière l-64 entre Hampton et Norfolk, estimé à 2,9 milliards d’euros.
Vinci met en service le contournement autoroutier de Regina (Canada)
Vinci met en service le contournement autoroutier de Regina (Canada)
La capitale de la province de la Saskatchewan (Canada), Regina a inauguré, hier, le nouveau contournement autoroutier réalisé par Vinci.
Nouveau contrat ferroviaire pour Eurovia en République Tchèque
Nouveau contrat ferroviaire pour Eurovia en République Tchèque
120 millions d’euros, c’est le montant du contrat que vient de signer Eurovia, filiale de Vinci, en groupement avec Strabag Rail et Elektrizace železnic Praha. Il s’agira pour le groupe de rénover complètement 8,7 km de voies entre la gare du quartier de Smíchov à Prague et la ville de Černošice au sud-ouest de la capitale.
Franck Bouché élu président de l'UPDS
Franck Bouché élu président de l'UPDS
Franck Bouché, directeur général délégué de Valgo, vient d'être élu président de l'Union des Professionnels de la Dépollution des Sites (UPDS) pour un mandat d'un an, tandis qu'Olivier Mergaux, responsable de site chez Egis, devient secrétaire.
Vracs de l'Estuaire : itinéraire d’un nouveau cimentier
Vracs de l'Estuaire : itinéraire d’un nouveau cimentier
Nouvel acteur cimentier en France, Vracs de l’Estuaire appartient au groupe marocain OIP et a ouvert son premier site dans l’hexagone en septembre 2016 au Port du Havre (76). Portrait d’une entreprise qui entend bien imposer rapidement ses valeurs de qualité sur le marché.
Eurovia tient son rêve américain
Eurovia tient son rêve américain
En 2018, Eurovia conforte sa place sur le podium des producteurs de granulats avec un réseau de 350 carrières ayant produit en 2018 quelque 82 millions de tonnes de granulats, et 150 installations de recyclage et de valorisation de matériaux. Ses réserves représentent 3,1 milliards de tonnes, soit plus de 50 années de production. Les derniers mois ont été marqués par un renforcement significatif de son implantation en Amérique du Nord.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Applications
Accès au kiosque
Événements
Energaia 2019
11 Décembre 2019
Energaia 2019
RDET 2020
7 Janvier 2020
RDET 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.