Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Da Vinci aurait pu révolutionner la construction des ponts

Da Vinci aurait pu révolutionner la construction des ponts
Par S. B., le 14 octobre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Leonardo Da Vinci est un génie, personne n’en doute, et les ingénieurs du MIT viennent de lui offrir un nouveau fait d’arme ou construisant un pont totalement inédit à l’époque que l’inventeur avait proposé au sultan Bayezid II lors d’un appel d’offres. Une proposition refusée alors mais qu’il était tentant de vérifier.

Quitte à divulgacher la suite de l’article, Leonardo Da Vinci avait raison en proposant son concept de pont à arche aplatie puisque les ingénieurs du MIT ont mis à l’épreuve la conception du pont avec succès. Si le sultan avait cru en l’avant-gardisme du maître Italien, cela aurait permis de fabriquer le plus long pont du monde à l’époque.

Une seule voûte énorme

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Pour répondre à l’appel d’offres du sultan voulant un pont pour relier Istanbul à Galata, l’inventeur envoie un dessin de pont totalement inédit. À l’époque de Leonardo, la plupart des supports de pont en maçonnerie étaient réalisés sous la forme d’arcs en plein cintre classiques, qui auraient nécessité 10 piliers ou plus le long de la travée pour supporter un pont aussi long. Le concept de pont de Da Vinci était radicalement différent : il était conçu avec une seule voûte aplatie énorme qui serait assez haute pour permettre à un voilier de passer dessous avec son mât en place. Mais était-ce viable ?

Le recours à l’impression 3D

Pour concevoir le pont de Da Vinci, c’est l’impression 3D qui a été utilisée pour faire naître les différentes pièces, en remplacement de la pierre (les autres matériaux de l’époque, le bois et la brique n’auraient pas pu supporter la charge). Une impression 3D qui s’est faite dans le plus parfait respect des contraintes grâce à une analyse très fine des documents disponibles, des matériaux et des méthodes de construction disponibles à l’époque, ainsi que des conditions géologiques sur l’estuaire de la rivière de la Corne d’Or.

Un projet à l’ambition inédite

Le pont aurait fait environ 280 mètres de long ce qui en aurait fait la plus longue travée du monde à ce moment-là, environ 10 fois plus long que les ponts typiques de cette époque. Pour stabiliser la travée contre les mouvements latéraux, l’inventeur a proposé des butées qui s’écartaient de part et d’autre. Les chercheurs ont conclu que, comme dans les ponts de maçonnerie classiques tels que ceux construits par les Romains, le pont aurait été autonome sous la force de la gravité, sans attaches ni mortier pour maintenir la pierre ensemble. Et pour le prouver, ils ont dû construire un modèle et démontrer sa stabilité. Avec ce modèle réduit, la démonstration a été faite que tout est maintenu par la seule compression et que toutes les forces sont transférées au sein de la structure. Les pierres sont montées grâce à un échafaudage jusqu’à la mise en place de la clé de voûte tout en haut de l’arc.

Les tremblements de terre prévus

Comble du raffinement, Leonardo Da Vinci a pris en compte l’activité sismique soutenue de la région et avait incorporé des caractéristiques telles que la semelle étendue qui fournit une stabilité supplémentaire. Pour tester la résistance de la structure, les chercheurs ont construit le pont sur deux plates-formes mobiles, puis se sont éloignés l’un de l’autre pour simuler les mouvements de fondation pouvant résulter d’un sol faible. Le pont a montré une résistance au mouvement horizontal, ne se déformant que légèrement avant de s’étirer jusqu’à l’effondrement complet.
 

Karly Bast, récente diplômée du MIT, devant la maquette de l'incroyable pont de Leonardo Da Vinci (@Gretchen Ertl)
Retrouvez sur LinkedIn Sébastien Battaglini, rédacteur en chef de Réseaux VRD.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
BTP Magazine
Le magazine des nouveautés, tendances et stratégies des constructeurs.
Découvrir
Acheter un numéro
À lire également
Vinci Construction : 2 nouveaux lots ferroviaires en Nouvelle-Zélande
Vinci Construction : 2 nouveaux lots ferroviaires en Nouvelle-Zélande
Après avoir remporté le lot 3 en juillet 2019, Vinci Construction annonce avoir signé les contrats des lots 5 et 7 du programme ferroviaire City rail link destiné à mieux desservir le centre-ville d’Auckland.
Vinci Energies rachète le Canadien Transelec Common Inc.
Vinci Energies rachète le Canadien Transelec Common Inc.
Vinci Energies poursuit sa stratégie de développement en Amérique du Nord au travers du rachat de la société canadienne Transelec Common Inc, spécialisée dans les services aux infrastructures d'énergie et de télécommunication.
Une opération immobilière à Saint-Priest
Une opération immobilière à Saint-Priest
Les travaux de l’opération Le Dauphiné développée par Nexity ont démarré fin février dans la ZAC Urban'East à Saint-Priest. Nexity en a confié la réalisation à Novelige, filiale de VINCI Construction France.
Appel à innovations béton bas carbone
Appel à innovations béton bas carbone
Le hub des prescripteurs bas carbone lance un appel à innovation "béton bas carbone". Le but ? Faire un état des lieux de la filière et dresser un panorama des solutions innovantes susceptibles de diminuer l'impact carbone du béton dans le bâtiment.
L'apprentissage chez Vinci avec JobIRL
L'apprentissage chez Vinci avec JobIRL
Vinci lance, en partenariat avec JobIRL, une plateforme inédite permettant à tous les jeunes intéressés d’accéder aux offres de contrat d’apprentissage du Groupe associées aux formations correspondantes.
Repenser le poste de ferraillage pour gagner en efficacité
Repenser le poste de ferraillage pour gagner en efficacité
Optimiz Construction lance la 1ère application d'optimisation des découpes de treillis soudés standards. Grâce à son algorithme d'optimisation, elle permet à ses utilisateurs d'économiser jusqu'à 15% sur les achats de treillis soudés et ronds à béton.
Vinci aménage l'A40 de Grande Prairie au Canada
Vinci aménage l'A40 de Grande Prairie au Canada
Le ministère des transports de l’État d’Alberta (Canada) a attribué à Carmacks, filiale canadienne d’Eurovia (Vinci Construction), le projet d’élargissement de la voie express A40 dans le sud de la ville de Grande Prairie (450 km au nord-ouest d’Edmonton).
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.