★ PAGES SPÉCIALES
TDM 2023
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
À la uneENVIRONNEMENT

Garder le cap dans la "folie" climatique

Par 10 Billion Solutions Analysis. Publié le 25 janvier 2023.
Garder le cap dans la  folie  climatique
Déversement de pétrole dans le delta du Niger. Photo: Jerry Chidi / Climate Visuals
NEWSLETTERS
Archiver cet article
10 Billion Solutions Analysis énumère dans une tribune ses réflexions sur le World Economic Forum 2023 (WEF23) et la présidence de la COP28 attribuée aux Émirats arabes unis. 

La nomination de Sultan Al Jaber, PDG d’ADNOC, l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde, et de Masdar, la société d’énergie renouvelable des Émirats arabes unis (EAU) - en tant que président désigné de la prochaine conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP28) n’a pas été une grande surprise, compte tenu de la façon dont le pouvoir économique et la gouvernance institutionnelle fonctionnent dans la région du Golfe. Cette nomination a été qualifiée de "choix formidable" par John Kerry, envoyé américain pour le climat, tandis que la responsable internationale de l’ONG CAN, Tasneem Essop, a déclaré qu’elle représentait "une prise de contrôle à grande échelle des négociations de l’ONU sur le climat par une compagnie pétrolière nationale". CAN a demandé à Al Jaber de démissionner de son poste de responsable pétrolier avant de continuer à diriger les négociations multilatérales sur le climat qui sont censées sauver l’humanité de la catastrophe climatique. 

Il est important de noter qu’alors que la science nous dit que limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré C d’ici 2100 implique l’élimination progressive des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz), la compagnie pétrolière nationale des EAU a annoncé qu’elle allait presque doubler sa production quotidienne de pétrole d’ici 2027, pour atteindre 5 millions de barils par jour, un plan qui semble incompatible avec l’Accord de Paris dont les EAU sont signataires.  Le choix de la présidence des Émirats arabes unis pour diriger la prochaine conférence des parties est un exemple très visible, mais non isolé, du double langage qui domine souvent les discussions sur les solutions à la crise climatique. Le fait est que nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous orienter dans la cacophonie des discours et des actions contradictoires. 

Les pentes glissantes de Davos... pour les patrons du pétrole

L’actualité fournit de nombreux autres exemples de ces paradoxes frappants : il suffit de penser à la réunion annuelle de Davos organisée par le Forum Économique Mondial ou WEF, une puissante organisation suisse, qui réunit chaque année les riches et les puissants de ce monde. Sous le thème "La coopération dans un monde fragmenté", 2 700 personnalités de 130 pays, dont plus de 50 chefs d’État ou de gouvernement et des dirigeants de multinationales, se sont réunies dans ce lieu de villégiature exclusif pour réfléchir et s’exprimer sur le cours d’un monde qui, nous le savons tous, court à la catastrophe si nous continuons à faire comme si de rien n’était.  La neige semblait être l’invitée absente au début de la réunion de Davos, en raison de la vague de chaleur qui a frappé l’Europe, mais elle est finalement arrivée juste à temps pour blanchir le paysage.

Ceux qui n’ont pas manqué le rendez-vous de Davos sont les PDG des grandes entreprises d’énergies fossiles, dont BP, Chevron et Saudi Aramco. Leur présence a été dénoncée par les défenseurs du climat qui critiquent l’influence des entreprises de combustibles fossiles dans ces rassemblements, faisant écho à l’indignation suscitée par le nombre record de représentants du secteur pétrolier et gazier présents lors de la récente COP27. Mais les militants ne s’expriment pas seulement dans les rues de la station de ski, mais de plus en plus à l’intérieur des salles de réunion. Lors de l’un de ces événements, Greta Thunberg a accusé les entreprises énergétiques de « sacrifier les gens », lors d’une apparition aux côtés du patron de l’AIE, Fatih Birol, ce qui est remarquable. Une plus grande participation de la société civile est toujours une bonne nouvelle. 

Un autre dirigeant international dont les discours résonnent de plus en plus alors que les catastrophes climatiques frappent chaque année un peu plus fort partout est le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, qui a envoyé ce message brutal à l’industrie fossile : "Aujourd’hui, les producteurs de combustibles fossiles et ceux qui les soutiennent continuent de se lancer dans une course à l’expansion de la production, sachant pertinemment que ce modèle économique est incompatible avec la survie de l’humanité. Cette folie appartient à la science-fiction, alors que nous savons que l’effondrement de l’écosystème est un fait scientifique froid et dur." 

Paradoxe apparent ou folie, le double discours de certaines entreprises et nations puissantes ne doit pas nous détourner de ce que nous savons réellement être les bonnes mesures à prendre pour faire face à l’urgence climatique. Signalons cet autre paradoxe, au niveau beaucoup plus fin du consommateur individuel et des entreprises dont nous dépendons. La grande majorité des citoyens du monde reconnaissent l’existence des crises du climat et de la biodiversité, sont préoccupés et veulent faire quelque chose pour y remédier. Et pourtant, nous, du moins dans les pays les plus riches, continuons à contribuer à la dégradation du climat et de la biodiversité en raison de l’absence de conditions favorables qui nous permettraient à tous de passer de l’inquiétude à l’action. 

En outre, nous sommes bombardés d’injonctions à consommer bien au-delà de ce dont nous avons besoin pour nous épanouir dans la vie. Pensez au Black Friday et au plus récent Blue Monday, des inventions parfaitement commercialisées pour promouvoir la surconsommation. Pensez aux algorithmes incroyablement puissants intégrés dans notre vie numérique, qui nous ciblent finement avec des publicités décrivant des modes de vie qui sont tout sauf durables. Nous devenons des citoyens préoccupés par le climat et pourtant nous nous trouvons soumis à de puissantes injonctions contradictoires. Un dernier paradoxe pour aujourd’hui : OXFAM a publié un rapport juste avant le WEF montrant que depuis la pandémie, les plus riches deviennent encore plus riches, alors que le nombre de personnes en situation de pauvreté augmente pour la première fois en 25 ans. L’objectif du rapport est de démontrer pourquoi il est si essentiel de taxer les plus riches et d’endiguer la croissance vertigineuse des inégalités. 

Un groupe de millionnaires et de milliardaires progressistes a étonnamment demandé à être taxé au nom de la justice sociale. La fiscalité est éminemment un pouvoir et une prérogative des États, et pourtant, la plupart de ces États, si ce n’est tous, sont très réticents à taxer les plus riches, par crainte de voir la richesse fuir vers d’autres juridictions. Existe-t-il un plus grand paradoxe que celui de disposer d’un pouvoir pour le bien et de ne pas l’utiliser ? 

S’en tenir aux principes fondamentaux

Nous ne pouvons pas prétendre donner un sens à tous ces paradoxes, mais nous pouvons tous nous en tenir à des principes de base, convenus par la plupart des gens, qui nous aideront à orienter nos choix et nos actions personnels respectifs : 

1. Le consensus scientifique sur les causes de l’urgence climatique existe, et il n’est plus remis en cause ;
2. La sensibilisation et l’inquiétude de l’opinion publique sont aujourd’hui élevées, et ne cesseront de croître pour influencer les politiques publiques et le comportement des entreprises ; 
3. Les gouvernements, à tous les niveaux, peuvent et doivent jouer un rôle politique clé en définissant la direction et la cadence ; 
4. Des solutions puissantes et évolutives existent, mais nous devons joindre l’acte à la parole et investir pour qu’elles fonctionnent ;
5. Il faut décarboner et s’adapter aussi vite que possible, le changement climatique est réel et tue des gens.

Les paradoxes et les difficultés ne disparaîtront pas simplement en s’en tenant à quelques principes. L’égoïsme au niveau des individus, des entreprises et des États est un fait acquis, il serait naïf d’espérer que la cupidité et l’intérêt personnel disparaissent. Mais ce n’est qu’en persistant dans le dialogue international que nous pourrons établir une confiance multilatérale et permettre des percées économiques et des changements sociaux ; ce n’est qu’en adoptant une politique publique et économique sans ambiguïté que la motivation du profit sera de plus en plus canalisée vers des activités décarbonées ; ce n’est qu’en faisant preuve de vigilance et en communiquant de manière honnête et factuelle que nous pourrons façonner nos aspirations collectives. 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Mat Environnement
Le magazine des matériels et process. Pour les professionnels confrontés aux respects des législations.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
21 septembre 2021
Electrique : Allission Transmission teste à grande échelle Allison Transmission étend ses capacités de test d'électrification de son centre d'essai environnemental de véhicules, qui sera renommé Centre d'Electrification et d'Essais Environnementaux des Véhicules (VE+ET).
Electrique : Allission Transmission teste à grande échelle
9 septembre 2021
Les lauréats du 3e appel à solutions Sekoya Eiffage et Impulse Partners viennent de désigner les lauréats du 3e appel à solutions de la plateforme Sekoya sur le thème de l’adaptation au changement climatique.
Les lauréats du 3e appel à solutions Sekoya
12 février 2022
La fibre lin fait son analyse de cycle de vie à la mode européenne La Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC) publie les premiers résultats d’une étude sur le cycle de vie du Lin européen, menée selon la nouvelle méthode mise en place par la Commission Européenne et baptisée PEF (Product Environnemental Footprint).
La fibre lin fait son analyse de cycle de vie à la mode européenne
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola