Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Chers abonnés, Chers lecteurs,
Dans cette période difficile, nous tenons à vous assurer de l'engagement de nos équipes de rédaction et de tout notre personnel pour continuer à vous informer sur l'activité de votre secteur. Il s'agit d'une période où la communication est plus que jamais primordiale.
Ensemble, nous continuerons à connecter le monde de la construction.
Menu

ENVIRONNEMENT
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

« L’approche biomimétique est basée sur le conseil »

Partager :
« L’approche biomimétique est basée sur le conseil »
Par Propos recueillis par Julia Tortorici, le 5 novembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Environnement
Identifié en 2007 en France comme une révolution dans la manière de concevoir la ville, le biomimétisme mêle innovation et responsabilité sociétale. Elan, filiale spécialisée dans le conseil en immobilier de Bouygues Bâtiment France Europe, s’est emparé du concept dès 2015 afin de lui donner toute sa place dans l’industrie constructive, et d’en tirer « une valeur responsable ». Un « changement de paradigme » pour Pauline Philippe, consultante senior en immobilier durable et biomimétisme.

BTP MAG : Le biomimétisme, qu’est ce que c’est ?

Pauline Philippe : Le biomimétisme consiste à comprendre le fonctionnement de la nature, afin de s’en inspirer pour concevoir de façon plus durable des solutions efficientes. Le meilleur exemple qui me vient à l’esprit est un bâtiment de l’architecte Mick Pierce construit au Zimbabwe, en Afrique, dans les années 1990, ayant la particularité de reproduire le système de ventilation d’une termitière. L’atrium est le point central du tirage thermique : il introduit l’air en partie basse et le fait constamment circuler dans l’édifice. Les gains énergétiques grâce à cette climatisation naturelle sont de l’ordre de +90 %. 

BTP MAG : Pourquoi ce concept s’insère-t-il dans la tendance durable de la construction ?

P.P. : Parce qu’il constitue un véritable changement de paradigme. L’économie, le social et l’environnement, au lieu d’être séparés, appartiennent en fait à une seule biosphère dont l’humain n’est qu’une espèce parmi d’autres. Alors que la nature utilise l’information et la structure pour communiquer, l’Homme n’exploite pour sa part que l’énergie et la matière. Deux approches trop différentes. En s’inspirant de la nature, il est possible de trouver des réponses à des problématiques de développement durable comme la perte de biodiversité ou le réchauffement climatique. 

BTP MAG : Quel intérêt a Bouygues Construction de s’intéresser à ce concept et d’y allouer des moyens ?

P.P. : Le biomimétisme est l’une des offres du panel d’Elan, un cabinet de conseil immobilier qui se veut créateur de valeur responsable. Nous travaillons étroitement avec les concepteurs en appel d’offres et en concours publics et privés. Récemment, nous avons été désignés lauréats du concours « Inventons la métropole » du Grand Paris pour le projet « Ecotone », porté par la Compagnie de Phalsbourg, qui sera développé sur le site Le Coteau - Arcueil d’ici 2023. Elan est également adhérent depuis 2016 du Ceebios, le Centre européen d’excellence en biomimétisme de Senlis, qui a pour but de relier le monde professionnel avec les chercheurs, les universités et les étudiants et porte la dynamique à l’échelle nationale. 

BTP MAG : Comment s’y prend-t-on pour calquer des phénomènes naturels à la construction ?

P.P. : L’objectif est de créer un immobilier régénératif à impacts positifs sur son territoire. En observant un écosystème naturel, on identifie les services rendus entre les différents éléments. L’idée est de penser « bâtiment, quartier, ville » sur le concept de services. A Biarritz, Elan, en partenariat avec l’agence d’architecture Bechu & Associés, a répondu à un appel d’offres portant sur la réalisation du Pôle du biomimétisme marin. Dans ce cadre, nous avons développé une méthode d’évaluation biomimétique inédite. Elle recense ce qui existait avant, s’interroge sur ce que va apporter le projet sur la durée et à l’instant T, et analyse comment le projet rend ce qu’il emprunte. 

BTP MAG : Cette méthode est-elle unique ?

P.P. : Elle est adaptable à chaque projet, et se décline selon trois grandes familles de services écosystémiques : l’approvisionnement, la régulation et les services culturels. A Biarritz, nous avons identifié quatre axes pertinents : le cycle de l’eau, l’énergie, l’approvisionnement en matériaux et l’amélioration de la biodiversité. Les matériaux étaient donc 100 % issus de Nouvelle Aquitaine et nous avons développé sur place un béton à base de terres excavées du site. La toiture était à la fois dotée d’un système de phytoépuration et d’une promenade pédagogique. Bien sûr, cette méthode ira en s’améliorant en fonction des différentes problématiques rencontrées sur les projets de construction. 

BTP MAG : Cela implique-t-il le recrutement de nouveaux profils en conception ?

P.P. : En réalité, il suffit de donner toute son importance au travail pluridisciplinaire, en intégrant les scientifiques suffisamment en amont des projets. Pour « Ecotone », nous avons créé un comité scientifique sur le biomimétisme et la biodiversité en partenariat avec le Muséum d’Histoire Naturelle. Dans le cadre du pôle du biomimétisme marin de Biarritz, nous avions collaboré avec deux scientifiques : une experte des océans, Françoise Gaill, et un spécialiste du climat, Yves Tourre. 

BTP MAG : La règlementation française est-elle un frein à l’industrialisation du biomimétisme ?

P.P. : D’abord, le biomimétisme c’est avant tout du conseil et n’a finalement que peu à voir avec l’industrialisation. La règlementation est souvent un frein, il faut le reconnaître. Des solutions existent néanmoins. L’ATEX est par exemple un moyen de tester les systèmes. Sur le projet de Biarritz, nous avions engagé une réflexion sur la potabilisation de l’eau. A ce jour en France, on ne peut se couper du réseau d’eau potable. 

BTP MAG : Les technologies numériques vont-elles à l’encontre des fondements du biomimétisme ?

P.P. : A mon sens, numérique et biomimétisme ne sont pas contradictoires. Le premier peut par exemple être un outil dans le domaine de la régulation de la matière et des approvisionnements. Dès la conception, le bâtiment est conçu comme une banque de matériaux. On peut le construire, le déconstruire, et le déchet devient ressource. 
 
Pauline Philippe, consultante senior en immobilier durable et biomimétisme chez Elan. Crédit photo : Elan
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Article issu du magazine BTP Magazine n° 324
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  Zapping de la semaine : 8 chantiers sur 10 à l'arrêt
Les chantiers vont-ils reprendre à la suite d'un accord trouvé entre les pouvoirs publics et les fédérations professionnelles du bâtiment? Pour l'heure, la plupart des entreprises restent fermée.
+ de vidéos BTP ça tourne
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
WC LOC, EXPERT EN SANITAIRES MOBILES À LA MESURE DE VOS ENVIES... SURTOUT LES PLUS PRESSANTES !
Quelle que soit la durée de votre chantier et sa typologie (souterrain, ferroviaire, aérien, routier, fluvial, construction…), WC Loc vous apporte un accompagnement personnalisé pour disposer de solutions sanitaires robustes et parfaitement adaptées à la taille de vos équipes et aux contraintes de votre terrain. Besoin d’un WC sur votre chantier ? Contactez-nous !
Accéder au site de WC LOC
Tribune
Comment l’IoT pose les fondations des bâtiments du futur ?
Pour constructioncayola.com, Kim Bybjerg, vice-président, chargé de l’IoT (l’Internet des Objets) et de la mobilité, chez Tata Communications nous donne sa vision des bâtiments du futur qui s’érigeront prochainement dans nos métropoles.
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Transport fluvial : croissance du trafic de +10% sur le bassin de la Seine
Transport fluvial : croissance du trafic de +10% sur le bassin de la Seine
Avec 23,7 millions de tonnes de marchandises transportées et 3,9 milliards de t-km*, le bassin de la Seine a enregistré, en 2019, une croissance du trafic fluvial de l’ordre de 10%. Deux filières ont permis cette dynamique : l’agroalimentaire et les matériaux de construction.
Métaux ferreux : synthèse des variations des indices en mars 2020
Métaux ferreux : synthèse des variations des indices en mars 2020
Afin d’assurer l’indépendance et la confidentialité des données, Federec a confié à KPMG l’élaboration des indices reflétant les variations mensuelles des prix de vente de métaux ferreux. KPMG est chargé de la collecte des données auprès du panel constitué par ses soins, de la compilation des données et de leur publication. Voici les indices de variation entre février et mars 2020.
Une chargeuse Case 721G s’attaque au recyclage des matériaux
Une chargeuse Case 721G s’attaque au recyclage des matériaux
L’entreprise de travaux publics Gourbière-Gachet TP recycle et revalorise, depuis ces trois dernières années, les matériaux issus de ses chantiers afin de leur donner une seconde vie, à travers sa nouvelle activité 2G Recyclage. Pour y parvenir, elle s’est récemment équipée d’une chargeuse Case 721G.
Souhila Paré, SEDDRe : « Le système de certification n’est plus adapté à la réalité actuelle de la profession »
Souhila Paré, SEDDRe : « Le système de certification n’est plus adapté à la réalité actuelle de la profession »
Souhila Paré, responsable de la prévention des risques professionnels et de la formation au sein du SEDDRe (Syndicat des entreprises de déconstruction, dépollution et recyclage), nous a accordé une interview pour évoquer les problématiques de ses adhérents liées au désamiantage et notamment la réglementation.
Grève contre la réforme des retraites : le Syctom a dû enfouir 65 000 tonnes de déchets
Grève contre la réforme des retraites : le Syctom a dû enfouir 65 000 tonnes de déchets
Alors que trois centres d'incinération et de valorisation énergétique des déchets situés en banlieue parisienne ont été arrêtés entre janvier et mi-février sous l'impulsion de la CGT Energie pour protester contre la réforme des retraites, le Syctom a été obligé d'enfouir 65 000 tonnes de déchets.
Un nouveau broyeur pour pelle dans la gamme de FAE
Un nouveau broyeur pour pelle dans la gamme de FAE
FAE a dévoilé le BL2/EX/VT, son dernier broyeur conçu pour les pelles de huit à quatorze tonnes et équipé d’un moteur à cylindrée variable automatique.
Neste et Mirova investissent 10 millions pour accélérer le recyclage du plastique
Neste et Mirova investissent 10 millions pour accélérer le recyclage du plastique
En partenariat avec Mirova, une filiale de Natixis Investment Managers, Neste vient d’investir 10 millions d’euros dans la société Recycling Technologies, un fournisseur spécialisé dans les technologies de recyclage du plastique.
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Forum National des Eco Entreprises
2 Avril 2020
Forum National des Eco Entreprises
Confs'Amiante Hors-série Plomb
7 Avril 2020
Confs'Amiante Hors-série Plomb
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
+ d'événements
Emploi
- Ferrailleur / Ferrailleuse du BTP
- Conducteur / Conductrice de travaux
- Chef de chantier
- Conducteur / Conductrice de travaux du bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.